Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Antonio Muñoz Molina (Espagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Antonio Muñoz Molina (Espagne) Vide
MessageSujet: Antonio Muñoz Molina (Espagne)   Antonio Muñoz Molina (Espagne) Icon_minitimeMar 23 Aoû - 11:24

Pour la microbiographie de ce grand auteur espagnol contemporain, voyez ici.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 24 Aoû - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Antonio Muñoz Molina (Espagne) Vide
MessageSujet: Beatus Ille   Antonio Muñoz Molina (Espagne) Icon_minitimeMar 23 Aoû - 12:10

Antonio Muñoz Molina (Espagne) Beatus11

Beatus Ille
Traduction : Jean-Marie Saint-Lu

Extraits
Personnages

Bien qu'il s'ouvre en l'an de grâce 1969, qu'un Gainsbourg, sous d'autres cieux, qualifiait à jamais d'"érotique", "Beatus Ille" est un roman sur la Guerre civile espagnole. Un de plus, soupireront certains, excédés et sûrs de découvrir un énième éloge manichéen de ce conflit particulièrement fratricide, avec les Bons - les Républicains - d'un côté, et les Méchants - les Franquistes - de l'autre. Eh ! bien, non ! Ce n'est pas seulement la construction du roman qui est complexe même si parfaitement maîtrisée : la réflexion qui la soutient l'est encore plus.

le 10 janvier 1956, Muñoz Molina n'a pas connu la guerre. Mais il connaît par coeur ses retombées, à savoir la dictature du Caudillo. Une atmosphère étouffante et cruelle contre laquelle se révolte le héros du roman, Minaya, jeune étudiant qui fuit, dès le premier chapitre, la police franquiste lancée à ses trousses car, comme tant de ses contemporains à l'époque mais avec beaucoup moins de chance que la majeure partie d'entre eux (n'est-ce pas, M. Cohn-Bendit ? Antonio Muñoz Molina (Espagne) Smileycl )le jeune homme est atteint du virus de la contestation. La contestation sous Franco, d'extrême-gauche ou pas, c'est surtout dangereux pour celui qui la porte et Minaya préfère se faire oublier, tout au fond d'une petite ville andalouse où don Manuel, son oncle depuis longtemps perdu de vue, se fait un plaisir de l'accueillir dans sa vaste demeure.

Comme prétexte à son arrivée impromptue après tant d'années, Minaya invoque une thèse qu'il serait en train de consacrer au poète républicain abattu par les Franquistes en 1947, Jacinto Solana. Don Manuel, qui fut l'ami d'enfance de Solana et l'hébergeait encore le jour de son assassinat, ne manque pas d'être sensible au projet et ouvre grand ses portes et ses archives au jeune homme. Derrière les portes, Minaya va découvrir quelques personnages que le passé continue à hanter, de même que les hante le fantôme de Mariana, l'épouse d'un jour de don Manuel, tuée d'une balle en plein front par un tireur inconnu au lendemain même de son mariage. Quant aux archives ... Son oncle les lui a-t-il bien toutes mises à disposition ? ...

Il ne saurait être question d'aller plus loin dans le résumé de l'histoire sous peine de révéler au lecteur la clef de ce drame baroque et pourtant feutré, admirablement mis en valeur par le style riche et poétique de l'auteur. Mais, au-delà du thème central - la résolution, en quelque sorte, d'un secret de famille - c'est l'image, ou plutôt le kaléidoscope d'images tour à tour flamboyantes et ténébreuses laissé derrière elle par la Guerre civile, qui constitue le sujet de "Beatus Ille." Le titre même du roman, emprunté au début d'une ode célèbre d'Horace ( "Heureux qui, loin du monde, étranger aux affaires, / Cultive avec ses boeufs, etc ...") est un clin d'oeil ironique, d'une amertume terrible, à ce monde de reflets qui entend exposer la Vérité seule et indivisible et qui, en réalité, ne montre que l'apparence des êtres et des choses quand il ne s'agit pas tout simplement de ce que l'on veut voir soi-même dans ces êtres et ces choses ...

Même si sa sympathie va sans fard aux Républicains, Muñoz Molina rompt ici délibérément avec l'angélisme manichéen qui est en général de rigueur lorsqu'on évoque la Guerre civile espagnole. S'il parle des horreurs commises par les Phalangistes, il évoque également les lynchages perpétrés par les Républicains : dans une guerre, à plus forte raison quand elle est civile, il n'y a plus d'hommes ni de femmes : il n'y a plus que des massacreurs en puissance. Dire qu'il renvoie les deux camps dos à dos serait cependant inexact : sa démonstration tend surtout à démontrer que rien n'était ni intégralement blanc, ni intégralement noir, que la Pitié n'habitait pas à demeure chez les Républicains pas plus que la Cruauté ne s'était installée définitivement chez les Franquistes. La seule chose qu'il ne parvient pas à pardonner à Franco - et que ne lui pardonnèrent pas non plus beaucoup même de ses partisans - c'est l'emploi des régiments arabo-musulmans contre le camp ennemi. En les lâchant sur les villes prises à l'ennemi, c'est l'Espagne tout entière, à nouveau fraternelle, que le Caudillo a trahie. Muñoz Molina le rappelle, avec simplicité mais fermeté.

Avec ses héros qui n'en furent jamais et ses lâches dont l'Enfer est devenu le compagnon journalier, "Beatus Ille" est un grand livre, une méditation à la fois poétique et réaliste mais surtout impartiale sur la Guerre civile espagnole - et c'est aussi un livre que vous ne regretterez pas d'avoir lu. Antonio Muñoz Molina (Espagne) Chapeau2
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Dim 22 Jan - 17:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Eustrabirbéonne

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 48
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

Antonio Muñoz Molina (Espagne) Vide
MessageSujet: Re: Antonio Muñoz Molina (Espagne)   Antonio Muñoz Molina (Espagne) Icon_minitimeLun 5 Sep - 15:10

En l'absence de Blanca (En ausencia de Blanca)
(traduction : Philippe Bataillon)


En l'absence de Blanca, publié en Espagne en 1999, en France en 2004, est un roman très court - 125 pages - mais bel et bien un roman et non une nouvelle étirée comme il s'en publie tant. La quatrième de couverture de l'édition Seuil le présente comme "un bref et magnifique hommage à Flaubert", et il est vrai que nous sommes en présence d'une belle variation sur Madame Bovary. Blanca est une Emma en proie aux passions intellectuelles plutôt que sensuelles, menacée par l'addiction plutôt que par la ruine financière. Mario est aussi aimant que Charles mais plus lucide. S'ajoute à leur drame un élément absent chez Flaubert : la conscience de classe. Mario est un enfant du peuple, Blanca est issue de la grande bourgeoisie, et leur histoire commence au milieu des années 80, alors que le franquisme et sa société quasi féodale étaient encore tout proches.

Le portrait de ces années de la Movida est savoureux, assez iconoclaste et parfois féroce. L'auteur (qui avait vingt ans à la mort de Franco et fut étudiant en histoire de l'art pendant les années d'effervescence qui suivirent) ne nous dissimule pas la médiocrité humaine et morale de certains artistes d'avant-garde, les Rodolphe et Léon de l'histoire. Médiocrité artistique aussi? Muñoz Molina n'en dira rien. Nous savons que derrière le talent peuvent se cacher de fort pauvres sires. La soif spirituelle de Blanca, la tendresse sans illusions de Mario les élèvent tous deux bien au-dessus de cet entourage.

La construction de cette œuvre si brève et si dense est remarquable. Sauf pendant quelques pages où le narrateur adopte le point de vue de Blanca, tout apparaît à travers le regard de Mario. Le roman s'ouvre, le lecteur s'en apercevra à la fin, par le dénouement. Le passé affleure par blocs de mémoire désordonnés, au point que la rencontre entre les héros n'est racontée que vers la fin : là où Flaubert plaçait la mort d'Emma, Muñoz Molina met en présence pour la première fois ces deux personnages dont nous connaissons déjà les années de vie commune, et cette rencontre se fait dans une atmosphère de souffrance, de désespoir et d'intoxication qui rend d'autant plus touchant l'amour de Mario, d'autant plus mélancolique la figure de Blanca.

Les dernières lignes nous ramènent au début de l'œuvre, c'est-à-dire au dénouement de l'histoire. Celui-ci a la  beauté onirique et l'ambiguïté de la fin du Belle de jour de Buñuel.


_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Contenu sponsorisé




Antonio Muñoz Molina (Espagne) Vide
MessageSujet: Re: Antonio Muñoz Molina (Espagne)   Antonio Muñoz Molina (Espagne) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Antonio Muñoz Molina (Espagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature d'Europe Méridionale -