Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Ecris, Papa, Ecris - Elie Rozencwajg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60508
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Ecris, Papa, Ecris - Elie Rozencwajg   Mar 6 Sep - 16:05



Titre original non mentionné
Traduction (du yiddish) : Batia Baum sous la responsabilité de Jean Golgevit


Extraits


Nous tenons à remercier le site "Les Agents-Littéraires" qui, dans le but hautement louable de faire connaître des auteurs peu médiatisés, nous gracieusement procuré cet exemplaire de "Ecris, Papa, Ecris." N'hésitez pas vous-même, vous qui nous lisez, à les rejoindre et à participer à l'aventure dans laquelle ils se sont lancés.

Certains peuples possèdent, dit-on, plus que d'autres, le sens de l'autodérision. Parmi eux, on ne saurait nier au peuple juif d'apparaître dans les meilleures places du classement, sans doute parce que, pour nombre de ceux qui lui appartiennent, ce surnom de « Peuple élu » par un dieu notoirement jaloux et caractériel se révèle, depuis tant de siècles, bien lourd à assumer. Alors, il faut pouvoir sourire, rire et se moquer : cela aide non seulement à vivre mais aussi à prier – et même à survivre à la prière.

Survivre à la prière est une expression que le lecteur associera pour toujours à Elie Rozencwajg et à sa jeunesse
passée au beau milieu du sthetl, c'est-à-dire dans l'une de ces petites villes de la Pologne orientale – alors placée, rappelons-le, sous la domination russe – où les Juifs vivaient entre eux et où l'on ne parlait guère que le yiddish. Cette enfance et cette jeunesse, pourtant, ne furent pas plus tristes que celles de ses camarades. Simplement, son père, Moyshe, était ce que Rozencwajg nomme « un juif pieux. » En d'autres termes, un homme qui pratique à la lettre la religion de ses pères, un homme pour qui « religion » rime avec « tristesse » et « rigidité », un homme enfin dont la suprême ambition est de faire de ses trois fils des rabbins, de même que, chez les catholiques, les parents du XIXème siècle rêvaient de voir leurs rejetons finir soit au séminaire, soit dans un couvent.

Quelle plus grande gloire pour les pratiquants obsessionnels de tous horizons, que d'offrir à Dieu la chair de leur chair ?

Pour devenir un rabbin et, mieux encore, un bon rabbin, il faut étudier les différents écrits bibliques, toujours ces écrits-là et rien que ces écrits-là. Ce qui revient à dire qu'il n'est pas question, pas plus pour le jeune Elie que pour l'un ou l'autre de ses frères, de se rendre à l'école publique, instaurée gratuitement par l'Empire tsariste afin de mieux intégrer les populations polonaises. Pour leur père, apprendre le russe ne leur servirait à rien, ce serait non seulement une perte de temps mais une véritable insulte faite à Jehovah.

Parmi les mille et une petites scènes, de joie ou de tristesse, que nous rapporte un Elie Rozencwajg depuis longtemps adulte et qui écrit à Bruxelles, pour tenter d'oublier cette guerre qui lui a pris deux de ses propres fils – l'un fusillé par les Nazis dans la capitale wallonne et l'autre mort dans un camp de concentration – sous la tendresse et l'humour dont l'homme ne se départit jamais (le chapitre intitulé "Jours redoutables" et qui décrit la célébration du Yom-Kippour vaut son pesant de gaieté et d'autodérision), au-delà la poésie indéfinissable qui enveloppe ce monde depuis si longtemps disparu et que nous ressuscite le fil d'une mémoire elle aussi envolée à jamais, ce sont l'amertume et le regret d'avoir dû accepter que son père lui confisque, pour flatter son orgueil personnel, toute un pan de son existence, que je retiendrai de ce petit livre simple, sans prétentions, rédigé en un style qui, par-delà la traduction, parvient à nous restituer une partie de la beauté et du piquant de la langue yiddish.

Après lecture, ce n'est pas sans une certaine mélancolie qu'on range ce livre dans sa bibliothèque. Curieusement, pour peu qu'on ait soi-même pas mal de reproches à faire à la religion dans laquelle on est né, on se trouve soudain très proche de ce vieux monsieur juif qui nous a pourtant quittés au début des années cinquante et dont tout apparemment – culture, époque, religion – nous sépare. Et l'on se prend à rêver à ce qu'il aurait pu écrire si, seulement, son père avait respecté sa nature d'enfant vif, curieux de tout et attiré par les livres et la poésie ...

Note :

Je n'aime pas noter les livres. Mais s'il le fallait, ce serait ici 4/5.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Ecris, Papa, Ecris - Elie Rozencwajg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -