Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur Message
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Lun 12 Sep - 19:22

Lundi 12 septembre 2011.

Et voilà! Je suis sélectionnée avec soixante-dix-neuf autres comme jurée pour le prix du roman des lecteurs nanterriens. Me voilà passée du côté des Emma Bovary et des vieux qui lisent des romans d'amour à celui de Sollers et de la fille de Sido qui ne peut pas voter pour le fils de Folcoche....

Pour le moment il y a une cinquantaine de romans en lice (voir ici). Notre première réunion est pour le 1er octobre, il restera alors cinq œuvres à départager. Parmi les cinquante-quatre actuelles j'en ai lu une seule : Ecrivains d'Antoine Volodine (j'ai fait savoir ailleurs sur ce forum mon admiration pour Volodine). Petite sœur, mon amour de Joyce Carol Oates, je l'ai acheté en anglais, et il était dans ma pile à lire de toute urgence. Et comme j'ai vraiment aimé Beasts, je le lirai, sélectionné ou pas. J'ai bien aimé il y a quelques années In the Forest d'Edna O'Brien, dont Crépuscule irlandais figure sur la liste. Il y a bien entendu (on n'y échappe pas!) Olivier Adam (Le cœur régulier), auteur plutôt agréable à lire mais bien mince - dans tous les sens du terme - pour mon goût (au moins ce ne sera pas long!). Un autre auteur avec lequel j'envisageais d'en rester là, mais dont j'ai beaucoup admiré certains livres (au point d'établir une filiation entre Jacques le fataliste et Moon Palace ce matin même et sur ce forum même) : Paul Auster (Invisible), qui pour moi n'a rien écrit de vraiment bon depuis Léviathan. Mais là aussi ça se lit vite, et ce n'est quand même pas de l'Angot ni du Levy. Des éclairs de Jean Echenoz, dont le Ravel m'avait beaucoup plu (un peu "porcelaine précieuse" mais cela convenait à la personnalité de Ravel et à sa musique). Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier a un sujet excellent : l'invention fortuite de la paléontologie par deux demoiselles de Lyme Regis qui au départ n'y connaissaient rien (John Fowles évoquait brièvement l'une d'elles, Mary Anning, dans Sarah et le lieutenant français). Il y a des auteurs que je connais mais que je n'ai pas lus (William Boyd, Elizabeth George, Erri de Luca) et donc que je ne connais pas en fait. Il y a ceux que je ne connais que de nom (Agnès Desarthe) et puis tous ceux que je ne connais pas du tout et ceux-là, comme dirait Desproges, les doigts me manquent pour les compter. Deux romans se passent en Russie, l'un est écrit par un Espagnol, l'autre par un Italien (le nom de ce dernier est sans doute d'origine russe). J'ai repéré deux Islandais (pour un pays de 300 000 habitants, c'est un record), un Suédois, des Espagnols, des Italiens, un Israélien, deux Colombiens, un Cubain, un Congolais... si avec ça il n'y a que des Français retenus le 1er octobre...
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Lun 12 Sep - 20:16

Mais... mais... mais... tu dois lire les 50 bouquins pour cette réunion ? Je sais qu'être jurée de prix littéraire demande un investissement littéraire important. Il faut tenir la cadence. Mais bon, si tu dois lire une cinquantaine de bouquins en 18 jours, c'est du gavage à ce niveau là !

Je n'en ai lu qu'un dans ta liste, celui de Louis Bayard, La Tour noire. Franchement pas fameux !
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Lun 12 Sep - 20:33

Citation :
Mais... mais... mais... tu dois lire les 50 bouquins pour cette réunion?

Sainte fumée non! Nous n'aurons à nous prononcer que sur les cinq livres en finale, présélectionnés par les bibliothécaires en fonction des avis donnés par les lecteurs, et qu'on nous remettra le 1er! Des précisions ici.

Trois mois pour lire cinq bouquins, c'est on ne peut plus raisonnable pour des amateurs.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Lun 12 Sep - 20:40

Ah oui, ouf ! Je me suis dit qu'il y avait de quoi s'exploser les neurones ! Bon ça va, cinq livres en 3 mois, ce n'est rien pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Sam 1 Oct - 22:27

Samedi 1er octobre 2011

La réunion préparatoire a donc eu lieu cet après-midi à 16 heures, avec remise des ouvrages finalistes aux jurés et présentation de chacun d'entre eux par les membres de l'association Encres vagabondes.

Quand je dis jurés, je dois ajouter qu'il est regrettable et trompeur qu'en français le masculin l'emporte au pluriel : sur les soixante-dix-neuf jurés, cinq ou six hommes et, ce qui est plus marrant : TROIS contrôleurs du travail en comptant votre servante (des femmes toutes les trois). En d'autres termes, j'y ai retrouvé deux collègues que je connais bien.

Les cinq œuvres finalistes sont :

Rosa Candida d'Audur Ava Olafsdottir (Islande, comme vous l'auriez deviné). D'après notre Monsieur Loyal, c'est celui qui a reçu les appréciations les plus favorables de la part es lecteurs;

Toute une histoire de Hanan el Cheikh (Liban, traduit de l'arabe. Je le précise car pas mal d'auteurs libanais écrivent en français). Il me semble avoir une petite saveur de Statue de sel des plus grisantes (il faudra un jour que je relise et que je chronique l'extraordinaire livre d'Albert Memmi);

Celles qui attendent De Fatou Diome (France, mais l'auteur est née au Sénégal et y a vécu jusqu'à 26 ans);

La Couleur des sentiments de Kathryn Stockett (Etats-Unis, Mississippi), LE best-seller de la sélection. 3 millions d'exemplaires vendus aux States, 300 000 en France, une liste d'attente pour l'emprunter à la bibliothèque. En bon Américain, c'est aussi le plus gros de la bande, 524 pages, mais avec une typo aérée;

La Ballade de Lila K de Blandine Le Callet, apparemment une dystopie dans la lignée de Fahrenheit 451 .


Vous avez remarqué? Ben oui, là aussi QUE DES FEMMES. J'imagine la tête de DSK s'il vient à l'une des rencontres auteurs-lecteurs.... Et quand je dis la tête...

Bon, je commence par quoi? Le plus gros (Stockett) ? Le plus maigre (El Cheikh, à moins que ce ne soit Diome)? Celui qui a la plus jolie couverture (Olafsdottir)?

A moins que je ne fasse plouf-plouf.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Dim 2 Oct - 12:08

Eh ben, je n'en connais aucun dis-donc !
Bon, et si DSK vient à vos réunions,planquez-vous les filles !
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Lun 3 Oct - 22:19

Ouais... j'aimerais mieux que Daniel Day-Lewis écrive un roman, qu'il soit sélectionné, qu'il gagne et qu'il accepte de venir en personne recevoir le prix :arcenciel:. Justement Charles Berling (que je trouve pas mal sexy aussi) vient d'en publier un. peut-être qu'il sera en lice l'année prochaine? :amrev:

Lundi 3 octobre

Je me suis décidée pour Hanan el-Cheikh. Le Liban... quand j'étais petite, on en parlait tous les jours à la radio et à la télé. Je me souviens d'une campagne radio assez terrifiante (je devais avoir 6-7 ans) qui me rappelait que pendant que je récitais du Prévert à l'école et me battais avec mon frangin d'autres gamins vivaient sous les bombes [bruit strident d'escadrille aérienne dans le poste. Moi qui avais la terreur des avions à réaction et des scies électriques...]. Il y avait aussi le Hezbollah, le désespoir de Joëlle Kaufman, son mari qui en arrivant à Paris n'a pas tout de suite reconnu ses fils... plus tard j'ai connu les mezze, les sublimes desserts parfumés, la musique, la nostalgie de Libanais réfugiés... et les cèdres, les plus beaux des arbres.

Avec tout ça je n'avais jamais lu d'auteur libanais.

Il ne s'agit pas d'un roman mais d'un récit à la première personne : d'abord l'auteur, dans le prologue, rapporte les récriminations de sa mère Kamleh, qui lui reproche de n'écrire que sur des "femmes privilégiées " (traduisez : instruites) alors qu'elle-même a tant de choses à raconter! Puis c'est Kamleh qui prend la parole : quoiqu'analphabète, il semble qu'elle se soit "trompée de siècle comme on se trompe de porte", pour reprendre la formule de Paul Morand à propos d'Elisabeth d'Autriche. Au point d'approuver sa fille quand celle-Ci, dans les années 60, épousa un chrétien, au grand désespoir de son père, chi'ite fervent.

J'ai déjeuné à midi avec l'une de mes deux collègues jurées, qui elle commence par La couleur des sentiments (bizarre traduction! Le titre original est The Help, "la bonne").
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Dim 16 Oct - 20:01

Dimanche 16 octobre

J'ai terminé mardi Toute une histoire. Quelle femme que cette Kamleh! on peut la trouver égoïste et frivole, mais que d'énergie, d'obstination et de lucidité! Son ton n'est jamais mélodramatique, cette enfant mariée de force à treize ans, mère à quinze, ne se montre que rarement comme une victime. L'histoire d'amour avec Mohamed est digne de Tristan et Iseut. De très beaux portraits féminins, Khadijeh la belle-sœur dévouée, Fatmeh la couturière... les hommes font moins bonne figure, sauf Mohamed, un homme assez remarquable lui aussi. Kamleh évoque à merveille le rôle que le cinéma pouvait jouer dans l'éducation sociale et sentimentale d'une jeune femme analphabète et mal mariée, l'effet libérateur du music-hall sur de puritaines jeunes femmes chi'ites... Le récit en lui-même se déroule de façon très conventionnelle, mais après tout nous ne sommes pas en présence d'un roman mais de souvenirs...

Depuis mercredi je lis La ballade de Lila K. Je suis presque au milieu (oui, parce que j'ai aussi entrepris la relecture de Little Women), et ça ne s'envole toujours pas. On sait que la dystopie et l'anticipation se pratiquent de plus en plus chez les auteurs "sérieux", mais n'est pas Volodine ou McCarthy qui veut. Le récit par moments pique la curiosité mais ça retombe assez vite. L'héroïne anorexique et surdouée (elle nous annonce d'entrée qu'elle est surdouée, ce qui est préférable car l'auteur ne nous détaille guère ses aptitudes, ce n'est pas une Lisbeth Salander) commence à être pour notre époque le pendant de la courge altruiste et persécutée de la littérature populaire au début du siècle dernier. L'écriture est gris trottoir, c'est sans doute voulu mais quel ennui! Les modèles de l'auteur, Orwell, Bradbury, Marie Darrieussecq, Paul Auster, sont si apparents que c'en est pénible. Un seul trait vraiment original : Pacha, le chat transgénique et versicolore. Vivement Fatou Diome!

_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mar 18 Oct - 20:54

Mardi 18 octobre

Citation :
Il m'a regardée avec l'air de dire : Toi ma petite je te connais trop bien pour ne pas me rendre compte que tu mijotes quelque chose. J'ai souri avec ingénuité. Il a beau flairer un entourloupe, il ne saura jamais ce que j'ai en tête.

Pffff..... Là on navigue dans la SF de Bibliothèque Rose. Et je vous épargne les passages où la narratrice, parlant de toute évidence avec ironie, se sent quand même obligée de le préciser dans le paragraphe suivant. Et me voilà dans l'HISTOIRE D'AMOUR... Pourvu qu'il y ait un retournement, parce que jusque là (j'en suis à la page 300 sur 400) c'est aussi original qu'un Harlequin de facture courante. Ce qui m'agace c'est que les personnages présents tout au long de l'intrigue sont (à l'exception du chat) des figures de caoutchouc mou. Dès qu'un caractère un peu original se dessine, il disparaît au bout de quelques pages : Lucienne et son enfant maudit, Justinien... En voyant arriver ce drôle de Justinien, le seul personnage (à part le chat) qui ait un peu d'epaisseur romanesque en même temps que le potentiel d'un vrai héros de roman d'anticipation, j'espérais que ce serait lui le héros de l'histoire d'amour (comme ça arrive chez Harlequin quand les auteurs se foulent un brin). Patatras! Il faut que l'objet de la flamme de Lila soit le fade Templeton (un hommage à La Quatrième dimension?)...

Ce roman a tout de même un grand mérite : il me donne vraiment envie de lire des auteurs d'anticipation et de science-fiction, des vrais : l'énorme volume des nouvelles complètes de Ballard, qui attend depuis près d'un an dans ma PAL... Matheson, Bradbury...
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mer 19 Oct - 8:53

Effectivement, ça ressemble à du Harlequin... en plus mauvais ! Heureusement que tu positives !
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Sam 29 Oct - 19:28

Samedi 29 octobre

Et donc j'ai commencé jeudi Celles qui attendent de Fatou Diome.

Beau sujet : sur une île au large du Sénégal quatre femmes, les mères et les épouses d'hommes qui sont partis clandestinement pour l'Europe, vivent l'absence de ceux dont elles ne savent même pas s'ils sont morts ou vivants. La peinture sociale et psychologique est intéressante mais le style assez pénible à force de vouloir être expressif.

Citation :
Despote finissant, aucune insanité ne lui paraissait imprononçable et faire avaler ses injustices aux autres était devenu sa seule manière de jauger son autorité. Lesté d'un passé peu teluisant et n'ayant plus aucun avenir, Koromâk agissait comme s'il voulait donner aux autres la mort qui lui bouchait l'horizon. Sa pensée ne dépassait plus les limites de ses besoins primaires. Invectiver, ordonner, exiger, c'était sa façon d'exterioriser le cuisant manque d'un amour qu'il n'osait plus demander à personne.

Ce passage me laisse une impression désagréable, comme la vue d'une gesticulation exagérée. Il aurait bien mieux valu mentionner sans rien en dire quelques faits et paroles de l'engin ou de son entourage...

De plus on a parfois l'impression de lire un article du Monde diplomatique sur le pillage des ressources naturelles de l'Afrique par l'Occcident ou les raisons de l'émigration. Je n'ai rien contre le Monde diplo, et les considérations politiques ou sociologiques peuvent tout à fait avoir leur place dans un roman, à condition de s'y intégrer avec un peu d'art et de n'avoir pas l'air plaquées là, sans un soupçon de légèreté ou d'ironie :

Citation :
Cette sérénité s'était troublée, puis avait fini par voler en éclats, quand les chalutiers occidentaux se mirent à piller les ressources halieutiques locales. Les sardines que les enfants grillaient en chantant se retrouvaient dans des boîtes de conserves vendues dans les supermarchés des pays riches. Abdou, le capitaine, avait pressenti le problème : ses prises se réduisaient, ses finances s'effondraient. Sur toute la côte sénégalaise, les pêcheurs rentraient avec des pirogues de moins en moins remplies. Les daurades et les espadons, qu'attendaient leurs épouses, étaient ratissés par
les bateaux européens pour des papilles plus nanties


Outre que la métaphore sur la sérénité qui "vole en éclats" me semble assez hasardeuse, je ne vois pas comment on peut intégrer une expression comme "ressources halieutiques" à un discours littéraire sans lui donner une consonance
pompeuse-bureaucratique assez déplacée.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Jeu 3 Nov - 22:41

Jeudi 3 novembre

"Arame lui lança un regard courroucé". Et le Dictionnaire des clichés littéraires d'Hervé Laroche coûte 7 euros.

Bon ben je m'en vais lire Le satyre de la Villette, moi, tiens.


_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.


Dernière édition par Eustrabirbéonne le Mer 9 Nov - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59631
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Ven 4 Nov - 9:04

Dans l'immédiat, tu es plutôt contente ou plutôt déçue de participer à ce jury ?
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Ven 4 Nov - 12:22

Déçue, certainement pas, et après tout personne ne m'a poussée. Je savais d'avance que je n'aimerais probablement pas tous les livres en lice. Et c'est une expérience intéressante. Certes je me sens, à la lecture de Blandine Le Callet et Fatou Diome, dans la peau du râleur scrogneugneu, ce qui me permet de constater que je peux juger indépendamment de l'avis des autres, au vu du texte lui-même et non des bonnes intentions de l'auteur. Je mesure également l'influence qu'a eue sur moi la lecture assez intensive, ces dernières années, des textes critiques et théoriques de Jourde, Dantzig ou Kundera. C'est tout de même à Jourde que je dois en partie d'avoir recommencé à lire des auteurs français contemporains (Martinez, Taillandier, Michon, Volodine, et bien sûr Jourde lui-même). J'ai aimé l'ouvrage de Hanane El-Cheikh, vivant et coloré comme devrait précisément l'être un roman (alors que ce n'en est pas un!). Entendons-nous bien, je ne trouve pas La Ballade de Lila K déshonorant, mais quelconque et assez mièvre. Après un tour inévitable sur internet je m'étonne d'ailleurs de l'enthousiasme qu'il suscite chez des gens amateurs de littérature "sérieuse" (c'est-à-dire : pas de science-fiction, fi!), qui le trouvent "glaçant", "dérangeant" (mot que conspue souvent Jourde, et il a bien raison), ou qui louent sa "construction", alors que celle-ci est tout à fait linéaire. Sans parler de ceux qui disent "c'est de la science-fiction, mais c'est vraiment bien" Mad (ce qui me permet de constater que la science-fiction passe encore pour un "mauvais genre". La veinarde : je vais m'y mettre sérieusement, promis.) Une vraie lectrice d'oeuvres de science-fiction émet en revanche un avis qui me semble particulièrement bien argumenté. Ce qui me déçoit au fond, c'est que ce roman qui, comme le souligne "Cachou", aurait parfaitement sa place dans une collection pour adolescents, ait été désigné à la place du magnifique Ecrivains de Volodine, une autre oeuvre dystopique, qui à mon avis le surclasse sur tous les aspects, invention, construction et style.

Il y a chez Fatou Diome de beaux passages (l'histoire de la reine Diahère), une structure moins banale que chez Blandine Le Callet, mais le souci d'expressivité de l'auteur l'amène à des maladresses comme celle que j'ai citée, et aussi à se désintéresser (ou à nous désintéresser?) quelque peu de ses personnages. Pour dire les choses simplement, c'est bavard (notamment pour nous expliquer combien Arame est taiseuse!).
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mar 15 Nov - 22:55

Mardi 14 novembre

J'aurais voulu aimer le livre de Fatou Diome, mais rien à faire.

Que de sermons! On croirait lire une nouvelle Case de l'oncle Tom — cette œuvre dont Flaubert écrivait en 1853 :

Citation :
Les réflexions de l'auteur m'ont irrité tout le temps. Est-ce qu'on a besoin de faire des réflexions sur l'esclavage? Montrez-le, voilà tout.

C'est là ce qui m'a toujours semblé fort dans Le dernier jour d'un condamné. Pas une réflexion sur la sur la peine de mort. Regarde [la lettre est adressée à Louise Colet] dans Le marchand de Venise, si l'on y déclame contre l'usure
.

On peut aussi, pour prendre un exemple plus proche de nous, se rappeler comment Kundera, en montrant une petite blague qui tourne mal, nous en a tant dit sur la bêtise et la férocité des régimes staliniens ; ou comment une course absurde et burlesque révèle l'obstiné désir de liberté des hommes.

Fatou Diome nous anonce que le micro-crédit est un système pervers qui ruine ses héroïnes Arame et Bougna. Mais bien entendu il suffit que nous nous le tenions pour dit : cet épisode qui pourrait être passionnant et fournir à lui seul un sujet de roman est à peine effleuré, jamais montré. L'auteur s'en détache au bout de deux ou trois pages et n'y revient jamais, comme si elle avait complètement oublié ce sujet.

C'est bien joli aussi de dénoncer les préjugés des Occidentales quant à la "survirilité" supposée des Africains, à condition de ne pas tomber soi-même dans un système de préjugés symétrique sur la sexualité a priori vampirique de ces mêmes Occidentales forcément frustrées (faut-il y lire en filigrane que les Blancs ne savent pas sauter? Excusez la grivoiserie, je n'ai pas pu m'en empêcher). Il va falloir que j'ajoute aux "morceaux choisis" le portrait de la "Blanche" épousée par Issa alors que sa femme Coumba l'attend au pays. J'ai eu l'impression de me trouver en face d'un pendant africain du cliché européen qui voit les Africains comme d'incoercibles violeurs de femmes blanches (un cliché encore vivace : je l'ai entendu énoncer au journal d'une RADIO PUBLIQUE en 2004 lors de troubles en Côte-d'Ivoire Il n'y eut toutefois aucun témoignage de "Blanche" violée, et pour cause : il n'y avait eu ni plus ni moins de viols que d'habitude, et aucun viol à caractère "ethnique" :rigoltourne:). A moins qu'il ne s'agisse d'une vengeance littéraire de l'auteur contre une personne précise? Ce serait un peu moins bête, mais c'est petit.

Puisque j'en suis aux citations externes, j'ai pensé à Elise ou la vraie vie de Claire Etcherelli :

Citation :
Que veux-tu, pour les Français, nous sommes des déchaînés sexuels [c'est un ouvrier algérien qui parle à son amie française], et pour les nôtres, les Françaises sont des championnes du… raffinement. Quelques-uns s’accouplent pour ces raison-là. Je préfère te dire qu’il y a souvent déception, de part et d’autre. Les légendes...

Apparemment certains n'ont pas encore compris en 2011 ce que d'autres savaient déjà en 1968. Pourtant Claire Etcherelli, simple ouvrière d'usine pendant la guerre d'Algérie, n'avait pas les ambitions intellectuelles de Fatou Diome.

Et puis ce style... Tantôt négligé, tantôt pesant (les "éplorés inconsolables" Smile ), recourant beaucoup trop souvent à des mots complètement vidés de leur sens à force d'avoir traîné dans le journalisme moyen et la psychologie de bazar (deux époux "psychologiquement" éloignés l'un de l'autre, l'"autosuggestion" que s'impose un héroïne, la coépouse "autoproclamée", une "décharge d'adrénaline", un "silence assourdissant"...)

Je continue à penser que ce livre avait tout pour être un excellent roman. Il aurait fallu que Fatou Diome transforme ses idées et sentiments, sa révolte souvent légitime, en vraie matière romanesque. Le sarcasme et l'humour sont cent fois plus convaincants et mémorables que n'importe quel prêche. S'attarder à montrer sans commentaires Arame et Bougna aux prises avec les usuriers pleins de bons sentiments aurait eu tellement plus d'impact que de simplement nous dire que le microcrédit, hou, c'est vilain, na! et puis de passer au bout de quelques lignes à tout autre chose, parce qu'il faut quand même que l'histoire se termine bien... (désolée pour le spoiler, c'est tout à fait volontaire). Au total on est face à un brouillon de roman plutôt qu'à une œuvre accomplie.

Maintenant ça va être autour de La couleur des sentiments. Un auteur féminin inconnu, originaire du Sud profond, qui remporte un triomphe avec un premier roman dont le sujet est un épisode particulièrement tourmenté de l'histoire sudiste... C'est marrant, ça me rappelle quelque chose.


_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.


Dernière édition par Eustrabirbéonne le Mer 16 Nov - 8:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mer 16 Nov - 8:41

Finalement, il t'en reste combien à lire Eustra ?
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mer 16 Nov - 8:48

Deux, La couleur des sentiments de Kathryn Stockett et Rosa Candida d'Audur Ava Olafsdottir. Je me garde celui-ci pour la fin, car je subodore que c'est le meilleur...
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mer 16 Nov - 9:08

Pour l'instant, à part le premier, celui de l'auteur libanais, je n'ai pas l'impression qu'il y en ait un qui sorte du lot. Je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Mer 16 Nov - 22:25

Eh non, tu as vu juste! Il faudra que je revienne plus longuement sur Toute une histoire et que j'en sélectionne un morceau choisi. J'ai trouvé ici un interview de Fatou Diome à propos de Celles qui attendent, où elle expose son point de vue d'une façon nettement plus pertinente et nuancée que dans le roman. Il semble que son ouvrage précédent, Inassouvies nos vies (beau titre), soit bien meilleur que celui-ci : j'envisage de le lire.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Jeu 17 Nov - 20:11

Tu es coriace ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Jeu 17 Nov - 21:41

Le sujet d'Inassouvies nos vies (voir ici) me semble intéressant : les vieux sont rares dans la littérature, et les œuvres centrées sur les vieillards le sont encore plus. Les maisons de retraite, elles n'apparaissent jamais. Il y a de plus en plus de vieux, et on fait toujours semblant de ne pas les voir. Enfin si, on peste de les voir venir faire les courses au supermarché pile-poil à 18 h 30 (moi la première)... Bref, la société occidentale est devant une mutation majeure, et la littérature qui devrait refléter la société, être ce miroir que l'on promène le long des routes, n'en tient pas compte, ou si peu... Quant aux maisons de retraite... Rien que le concept est choquant, et en même temps révélateur d'un des plus tristes aspects de notre civilisation. Je comprends le malaise et l'indignation que peuvent ressentir les gens issus d'autres cultures, et particulièrement les Africains, et le point de vue qu'ils peuvent apporter est d'un intérêt capital. Bon, après, il faudrait qu'on en tienne compte, hein... si la littérature pouvait changer les choses ça se saurait.

Le regretté Jeannot avait tout compris :



Putain la p'tite vieille à qui on prend son chat et qui ne pourra plus allumer sa cuisinière à bois... ma grand-mère paternelle, morte chez elle à 85 ans en 1999 a jusqu'au bout utilisé sa cuisinière à bois. Mon oncle et ma tante lui en avaient pourtant offert une à gaz, que j'ai vue rouiller pendant 25 ans (il y avait un trou dans la tôle émaillée du dessus) sans jamais servir à autre chose qu'à stocker les œufs de ses poules. Rhaaaa les milliards de soupes, et les œufs au lait et les crêpes de pommes de terre (et la recette de mousse au chocolat à jamais perdue... Bon ça ne se fait pas à la cuisinière mais tout de même).
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Lun 21 Nov - 12:08

Lundi 21 novembre

J'attaque The Help/La couleur des sentiments. Là aussi une histoire d'amitié entre deux femmes, cette fois des Noires américaines, pas gâtées par la vie : une grande gueule, une timide mais qui n'en pense pas moins (c'est cette dernière qui entame le récit à trois voix). Contexte historique très défini : nous sommes en 1962 dans le Mississippi (un Etat dont les autres Américains avaient honte à l'époque). "Grâce à Ms Parks", les Noirs peuvent s'asseoir où ils veulent dans les bus, nous dit Aibileen, la première narratrice. Mais la Marche pour les droits civiques n'a pas encore eu lieu : l'action commence en août 1962, soit très exactement un an avant. Et puis nous sommes dans le Mississippi : le racisme a la vie dure. Les préjugés ségrégationnistes sont évoqués de façon humoristique mais assez féroce, à travers par exemple les conversations de "Desperate Housewives" bridgeuses qui devisent de l'inconvénient de devoir poser leurs blanches fesses sur les mêmes toilettes que les domestiques noirs... bref j'ai jusqu'ici l'impression d'une bonne littérature populaire qui ne devrait pas faire long feu.

Nota : Comme la traduction papier est vraiment lourde à balader dans mon sac à main, j'ai téléchargé pour 3.99 € l'édition Kindle en anglais car je lis beaucoup dans les transports. Comme ça je vais pouvoir jeter feu et flamme contre le traducteur. J'apprends au passage l'existence du mot "Nigra", dont je ne sais si c'est la forme féminine de "Negro" ou un euphémisme pour "nigger".
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Jeu 24 Nov - 21:27

Jeudi 24 novembre :

"Au quatrième trimestre de ma dernière année de fac, je n'ai postulé que sur un seul emploi, mais c'était une bonne place, puisque c'était à neuf cents kilomètres du Mississippi." (Ms Skeeter, l'héroïne blanche antiraciste mais encore un peu raciste quand même)

Décidément ça se laisse lire.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Ven 25 Nov - 13:56

Au moins un...
Revenir en haut Aller en bas
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   Ven 25 Nov - 14:14

Deux, avec Hanan El-Cheikh.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire   

Revenir en haut Aller en bas

Journal d'une jurée de (tout petit, hein...) prix littéraire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -