Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Ding Ling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59523
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Ding Ling   Lun 10 Oct - 16:55

12 octobre 1904, Linli - Province du Hunan (Empire de Chine / République populaire chinoise) : naissance de Jiǎng Bīngzhi, par son mariage Yu Bingzhi, dite Ding Ling, essayiste, nouvelliste & romancière.

Née dans une famille de la bonne société du Hunan, l'enfant perdit son père quand elle atteignit ses trois ans. Sa mère se retrouva donc seule à élever ses enfants et ce fut elle qui leur apprit à lire et à écrire. Cette femme d'exception restera toujours, pour la petite  Bīngzhi, un modèle auquel elle rendra hommage dans un roman malheureusement inachevé et intitulé tout simplement "Mère."

Suivant en cela l'exemple de sa mère, la future Ding Ling devint très jeune une adepte de la Révolution qui se préparait. Rejetant les traditions familiales si ancrées dans la civilisation de son pays, elle refuse un mariage "arrangé" avec son cousin. Elle rejette ainsi le point de vue communément accepté qui veut que les parents d'un enfant, lui ayant donné un corps, soient aussi le propriétaire de ce corps - et de l'âme qui s'y trouve. La future romancière n'appartient qu'à elle-même et elle entend bien le faire savoir.

Dès 1932, elle rejoint le Parti communiste chinois, soit un an après l'exécution par le Kuomingtang (le gouvernement nationaliste chinois, dirigé par Tchang Kaï-check) de celui qu'elle s'était choisi pour époux, le poète Hu Yepin, grand chantre du Parti. A cette époque, Ding Ling a déjà acquis une certaine notoriété avec la publication de son roman "Shäfei Nüshi de Rijî / Le Journal de Miss Sophia" dont l'héroïne confond les sentiments romantiques et les désirs sexuels.

De 1933 à 1936, Ding Ling est placée sous surveillance par le Kuomingtang. Mais la défaite de Tchank Kaï-chek n'arrangera guère les chose et elle observe avec amertume les luttes de pouvoir au sein du Parti désormais au pouvoir. Dès 1957, elle est étiquetée "Droitiste" et ses essais tout comme ses romans et nouvelles sont interdits par le régime de Mao. Quand s'abat la "Révolution culturelle", on l'enferme pour cinq ans et passe en fait douze ans dans un camp de rééducation où elle travaille comme une simple paysanne. Il lui faudra attendre 1978 pour se voir enfin "réhabilitée."

Dans son introduction à la réédition du "Journal de Miss Sophie", Ding Ling a écrit : " ... Je puis affirmer que, si je n'avais pas subi l'influence de la littérature occidentale, je n'aurai probablement pas été capable d'écrire des romans ou n'importe quel texte de fiction. Mes premiers récits suivent d'ailleurs le réalisme occidental ... Un peu plus tard, au fur et à mesure du développement de la Révolution, mon point de vue, ma façon de raconter se sont modifiés sous l'effet tout d'abord de mon évolution personnelle, puis de celle du peuple chinois. La littérature doit servir à unir les esprits entre eux, à transformer l'ignorance en une mutuelle compréhension. Ni le temps, ni le lieu, pas même les gouvernements ne suffisent à la séparer des amis qu'elle se fait. Et, en 1957, une époque de grande souffrance spirituelle pour moi, j'ai trouvé beaucoup de consolation à lire les livres d'auteurs latino-américains et africains. ..."

Quelques années avant sa mort, Ding Ling fut autorisée à faire un voyage aux Etats-Unis où l'invitait l'Université de l'Iowa dans le cadre de son Programme de littérature internationale. Elle avait écrit plus de trois-cents livres. Après sa "réhabilitation", nombre de ses ouvrages jadis interdits, comme "Le Soleil Brille Sur la Fleuve Sanggan", furent réédités et traduits à l'étranger - y compris en France.

Ding Ling
s'est éteinte à Pékin le 4 mars 1986.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]


Dernière édition par Masques de Venise le Jeu 12 Oct - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59523
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Ding Ling   Lun 10 Oct - 16:58


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Ding Ling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -