Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald   Mer 28 Mar - 14:00

Winfried Georg Maximilian Sebald est né à Wertach-im-Allgäu en Bavière le 18 mai 1944 dans une famille de quatre enfants. Il détestait son triple prénom allemand qu'il qualifiait de "carrément nazi" et restera pour la postérité littéraire W. G. Sebald, "Max" pour ses amis. Son père est sous-officier dans la Reichswehr, puis dans la Wehrmacht de1929 à la fin de la guerre. Fait prisonnier, il n’est libéré qu’en 1947. En 1948 la famille déménage à Sonthofen, la ville la plus méridionale d'Allemagne, toujours dans cette province bavaroise d'Allgäu qu'il devait décrire plus tard dans Austerlitz comme un enfer d'opulence, de rues piétonnes et de géraniums aux fenêtres (sinon ça a l'air joli). Pour l'anecdote Sonthofen avait abrité un centre de formation et d'entraînement des cadres SS. De la guerre, de l’Allemagne nazie le petit Sebald ne sait rien de précis hormis des images de la Shoah que personne ne lui explique, parents et enseignants restent muets sur le sujet. ''Il y avait une véritable conspiration du silence, à l'échelle du pays et dans chaque famille'', devait-il écrire plus tard.

Il entreprend des études de littérature allemande à Fribourg-en-Brisgau et obtient son diplôme en 1965 à Fribourg (Suisse). De 1966 à 1969, il est lecteur à l’université de Manchester. En 1970 il rentre en Allemagne mais s’y sent déjà étranger et devient bientôt maître de conférences à l’université d’East Anglia dans le Norfolk, qui devient sa terre d’élection et sera le cadre des Anneaux de Saturne. Toutefois il écrit : "Je vis ici [à Norwich] depuis trente ans, mais je ne m'y sens nullement chez moi". En 1976 il soutient sa thèse Le Mythe de la destruction dans l’œuvre d’Alfred Döblin. En 1987 il obtient une chaire de littérature européenne, toujours à l’université d’East Anglia. A partir de 1989, il fonde et dirige par ailleurs le British Centre for Literary Translation. Son premier ouvrage, Schwindel. Gefühle (Vertiges, trad. P. Charbonneau, 2001), paraît en 1990. Suivent, en 1992, Die Ausgewanderten. Vier lange Erzählungen (Les Emigrants : quatre récits illustrés, trad. P. Charbonneau, 1999), en 1995 Die Ringe des Saturn (Les Anneaux de Saturne, trad. B. Kreiss, 2001), en 1998 Logis in einem Landhaus (Séjours à la campagne, trad. P. Charbonneau, 2005), en 1999 Luftkrieg und Literatur (De la destruction comme élément de l’histoire naturelle, trad. P. Charbonneau, 2005), en 2001 Austerlitz (Austerlitz, trad. P. Charbonneau, 2005). En 2003 paraît à titre posthume Campo Santo (Campo Santo, trad. P. Charbonneau et Sibylle Muller, 2009). A cela s'ajoutent un triptyque poétique publié en 1988, Nach der Natur: ein Elementargedicht (D'après nature : poème élémentaire, trad. P. Charbonneau, 2007) et de nombreux articles et travaux universitaires. Les œuvres traduites sont toutes disponibles chez Actes Sud. Les Emigrants, Vertiges, Les Anneaux de Saturne et Austerlitz sont disponibles en Folio.

W.G. Sebald est mort à 57 ans, le 14 décembre 2001, près de Norwich, dans un accident de voiture peut-être causé par un malaise cardiaque.
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.


Dernière édition par Eustrabirbéonne le Ven 14 Déc - 11:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald   Mer 28 Mar - 16:07


_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald   Mer 4 Avr - 17:02

1991-2001 : l'une des carrières les plus brèves de la littérature, entamée à plus de quarante-cinq ans. Hemingway, mort guère plus âgé, a publié sur trente-cinq ans. Ces dix années ont suffi à Sebald pour être salué comme une figure littéraire majeure de la fin du XXème siècle. Au moment de sa mort il était déjà cité comme un futur lauréat du prix Nobel.

« Inquiète, audacieuse, extrême, assourdie : seule une salve d'adjectifs contradictoires, qui s'annulent les uns les autres peut donner une idée de la densité fébrile propre à l'écriture de Sebald », a écrit le critique James Wood, cité par Mel Gussow dans sa nécrologie du New York Times. Le même article cite également un des collègues de Sebald à l'université d'East Anglia selon qui il a créé « une forme qui lui est propre ».
Sebald lui-même définissait ses œuvres comme des « romans ». Toutefois il suffit de lire quelques pages pour constater que l'on est en présence de quelque chose de tout à fait singulier. Le plus évident est bien entendu la présence de nombreuses photographies. La voix des textes pose question : est-ce Sebald lui-même, un alter ego (une sorte de Bardamu) ou un personnage tout à fait imaginaire - et innommé? Et ces photos, proviennent-elles d'archives publiques, de la collection privée de l'auteur, de tiers? (Vertiges et Les Emigrants datent d'avant l'ouverture généralisée de cette banque d'images illimitée qu'est internet). Le récit est-il pure fiction ou s'y mêle-t-il des éléments autobiographiques? (la bonne réponse à cette question étant comme toujours lorsqu'il est question d'œuvres littéraires de qualité : peu importe). L'érudition y occupe une place capitale, qu'il s'agisse des réflexions de l'architecte Austerlitz sur le palais de justice de Bruxelles ou de l'histoire du ver à soie dans Les Anneaux de Saturne. On a comparé Sebald à Borges. La phrase de ce dernier, « L'érudition est la forme moderne du fantastique » s'applique fort bien à Sebald. L'errance dans le temps comme dans l'espace est un autre thème majeur : le narrateur des Anneaux de Saturne arpente en tous sens une petite portion du Suffolk et finit par s'y perdre, tandis que ses réflexions l'entraînent de la ville médiévale de Dunwich engloutie par la mer du Nord vers la Chine des derniers empereurs Qing. Les deux héros d'Austerlitz se rencontrent et se cherchent à travers toute l'Europe, Anvers, Bruxelles, le pays de Galles, Londres, Prague, Terezin, la Bavière, Paris. Ils évoquent tour à tour l'ère victorienne, les années d'avant-guerre en Europe centrale, l'exil des Juifs, l'amnésie de l'Allemagne d'après-guerre. La Shoah, dont le déni silencieux a pesé sur sa jeunesse, est présente partout mais de façon à peine visible. « Je ne pense pas, » disait-il, « que l'on puisse regarder en face l'horreur de l'Holocauste. c'est comme la tête de Méduse : on la porte dans un sac, mais si on la regarde, on se trouve pétrifié. » Il désapprouve les reconstitutions historiques telles que La Liste de Schindler (« on sait que les figurants qui se font massacrer iront boire un Coca après le tournage »).
Vous l'avez deviné, tout cela ne se lit pas comme Anna Gavalda. La matière est riche et complexe, la pensée souvent sombre, la forme exige de l'attention et de la patience. Austerlitz (400 pages), ne comporte que cinq paragraphes, et auprès de certaines phrases de Sebald celles de Proust sont aussi dépouillées que du Simenon! Mais c'est une lecture prenante (au point que, lisant Les anneaux de Saturne dans le RER j'ai loupé ma gare et me suis retrouvée à Chatou!) et profondément satisfaisante. Une image de la littérature telle qu'on la rêve.
On trouvera ici un intéressant billet de blog sur Les Émigrants et ici un autre sur Vertiges.. Pierre Assouline, sur son propre blog, a évoqué Sebald à plusieurs reprises : http://passouline.blog.lemonde.fr/2009/02/12/retour-sur-wg-sebald-chasseur-de-fantomes/. Je parlerai plus tard d'Austerlitz et des Anneaux de Saturne, puisque ceux-là je les ai lus.

_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.


Dernière édition par Eustrabirbéonne le Ven 14 Déc - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald   Mer 4 Avr - 17:38

Pour Winfried, qu'il ait fait l'association avec Hitler, soit : on pense à l'univers wagnérien ... Mais Georg et Maximilian ... Ce n'est pas précisément national-socialiste, je trouve. Enfin, Sebald était sans doute taraudé par le passé de son pays. En tous cas, c'est un auteur qui commence à m'intéresser. Wink
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald   

Revenir en haut Aller en bas

TM 2012 - Allemagne : W. G. Sebald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Petit Tour du Monde Par Les Livres -