Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Farces du premier avril.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1526
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Farces du premier avril.   Mar 3 Avr - 9:25

Dimanche 1° avril, le quotidien l'Union s'est particulièrement distingué.

Les Chinois avaient obtenu de plusieurs grandes organisations internationales le droit de donner le nom de champagne à un vin effervescent. Ils avaient en effet trouver un gaz produit par les excréments d'animaux pour le faire mousser. Des plantations de thé allaient être arrachées et replantées en vignes dans une région pourtant froide mais les experts y voyaient un signe du réchauffement de la planète. ( Il convient de préciser que l'utilisation du mot champagne est étroitement surveillé dans le monde entier par le CIVC, Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne et que les procès pour utilisation abusive et trompeuse sont nombreux.)

Un sous -marin évoluait dans le canal à Reims mais à une grande profondeur pour ne pas déranger les pêcheurs et les péniches.

Un immeuble semblable à la Tour Montparnasse allait être édifié face à la cathédrale de Reims.

Pour ma part, il y a quelques années, j'avais imaginé ce devoir devant compter pour le troisième trimestre pour mes élèves en leur donnant pour consigne de bien indiquer la date que j'avais inscrite en grosses lettres au tableau. J'ai observé les réactions durant quelques minutes. Certains fronçaient les sourcils, d'autres souriaient et d'autres m'observaient du coin de l'œil.

Finalement nous avons nous avons répondu aux questions ensemble et je leur ai précisé l'existence au CDI de plusieurs ouvrages consacrés aux expressions de notre langue et je leur ai montré celui que j'avais utilisé : La symphonie animale. Les animaux dans les expressions de la langue française. Patricia Vigerie.. Larousse. 1992.


JOUR DE L’AN.

J’avais décidé de fêter l’année comme autrefois avant que l’ordonnance du roi Charles IX en 1564 ne vienne bouleverser les habitudes des Français. Le printemps, les fleurs et l’aubade matinale des oiseaux m’invitaient à la joie. En réalité la suite des événements contraria ce sentiment et la réalisation de mes rêves ressembla au mariage de la carpe et du lapin.
Il est vrai qu’après avoir fait des sauts de carpe dans mon lit, je ne me sentais pas comme un poisson dans l’eau en salle D25 ce matin-là.D’ailleurs j’avais faim et j’aurais avalé la mer et les poissons car je n’avais pas pris le temps de savourer une seule tartine. Je n’aimais pas cette salle trop exiguë où nous étions serrés comme des sardines. Je n’aimais pas non plus ma voisine de gauche. Son maquillage outrancier et son attitude provocante lui donnaient l’air d’une morue. De toute façon, c’était une gueule de raie affreuse.
Celle de droite, par contre, bien que muette comme une carpe et plate comme une limande me faisait des yeux de merlan frit. Cependant, l’une et l’autre pouvaient m’aider à récupérer les cours de la veille. Je décidai donc d’être aimable car un brochet fait plus d’une lettre de recommandation et il n’y a pas de poisson sans arêtes. Optant pour la voisine de droite, j’esquissai un sourire et lui demandai discrètement si elle pouvait me prêter le cours de maths et celui de physique. Elle me répondit par un hochement de tête affirmatif. Donnait-elle un chabot pour un gardon ou était-elle vraiment désintéressée. Il me fallait maintenant obtenir le cours d’histoire et celui de français. Ne voulant pas abuser de la générosité de l’aimable limande, je risquai un œil à gauche vers la morue pour me raviser aussitôt. Non, c’était vraiment hors de question.
J’en étais là de mes réflexions quand toute la classe éclata de rire. Le professeur ayant constaté que nous nous soucions des figures de rhétorique comme un poisson d’une pomme avait imité la voix pointue de la vamp Lucienne, espérant ainsi que la sauce ferait manger le poisson. Comme je n’avais pas suivi la pitrerie, je n’avais rien compris. Au lieu de rire, je demeurai surpris et indécis, ni chair ni poisson. C’est alors que ma voisine de gauche m’apostropha : « Alors Coco, tu rêves ou quoi ? Je lui répondis brusquement : « Laisse-moi tranquille. » Je la trouvais franchement vulgaire. Elle dut deviner ma pensée car elle se mit à m’engueuler comme du poisson pourri. Le professeur essaya d’apaiser la querelle mais l’entreprise se révéla impossible : si la mer bouillait, il y aurait des poissons frits.
Les deux délégués, croyant bien faire, voulurent expliquer que nous avions des problèmes, chacun de notre côté mais cela n’arrangea rien. Les délégués, ils croient tout savoir et tout pouvoir, mais parfois, avec eux, c’est le poisson qui pourrit par la tête et tout finit en queue de poisson.
Ce fut d’ailleurs le cas. Le cours reprit calmement jusqu’à la sonnerie. Il était temps car il fallait changer le poisson d’eau et je me précipitai vers les toilettes. Elles étaient inondées en raison d’une fuite d’eau. Devant tant de mauvaise fortune, j’en conclus que j’étais baptisé à l’eau de morue.

Questions.

1) Justifiez le titre de ce récit en vous aidant des détails donnés par le texte.
2) Etablissez le champ lexical du poisson et essayez d’expliquer son importance. Essayez de retrouver une expression appartenant au registre familier ou vulgaire et une autre appartenant au registre soutenu.
3) Relevez un passage au style direct, un passage au style indirect et un passage au style indirect libre.
4) Retrouvez une comparaison et une métaphore.
5) Quel est le point de vue de ce récit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Farces du premier avril.   Mar 3 Avr - 20:18

charpentier hélène a écrit:
Dimanche 1° avril, le quotidien l'Union s'est particulièrement distingué.

Effectivement !
Revenir en haut Aller en bas

Farces du premier avril.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -