Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Jorge Amado - (Brésil).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Jorge Amado - (Brésil).   Mer 18 Mai - 14:49

Si vous voulez lire un auteur brésilien qui a réellement quelque chose à dire et qui le dit dans un style digne des luxuriances tropicales de son pays, lisez Jorge Amado sur lesquels les sites suivants vous renseigneront mieux que je ne saurais le faire moi-même :

http://authologies.free.fr/amado.htm

http://balajo.club.fr/page5.html

Je viens d’achever un Amado que je n’avais jamais lu : « La Boutique aux Miracles » qui fut, je crois, édité en 1971.




Tenda de los Milagres
Traduction : Alice Raillard


A sa manière baroque et lyrique de conteur-né, Amado nous y retrace l’histoire de Pedro Archanjo, humble appariteur à la Faculté de Médecine de Bahia, poète passionné par ce melting-pot unique au monde que fut son pays, fervent défenseur des pauvres et des opprimés, haute figure du candomblé et mulâtre.

Pedro Archanjo naît en 1868 et sa vie ne sera qu’une succession de combats. Combats contre lui-même tout d’abord pour s’instruire et apprendre - apprendre encore et toujours plus - et puis pour ne pas enlever à son « frère » Lidio Corro la femme qu’aime celui-ci. Avec l'âge viennent les combats publics : contre les lois qui visent à interdire la tenue des candomblés, ces cérémonies où les cultes animistes africains s’unissent aux pompes et aux ors du catholicisme, contre la misère qui n’arrête pas de rôder comme une hyène parmi le peuple brésilien, contre la volonté d’apartheid qui commence à se répandre dans le pays à l’aube de la Seconde guerre mondiale …

Quand Archanjo decède d’une crise cardiaque en 1943 et comme nul n'est prophète en son pays, les quatre ouvrages qu’il a écrits sont retombés dans l’oubli. Mais, en 1968, voilà que débarque à Bahia un Prix Nobel made in USA, James D. Levenson, lequel lance sans le savoir le pavé dans la mare en affirmant publiquement que les écrits qui ont eu le plus d’influence sur les siens ne sont autres que ceux de l’ancien appariteur brésilien.

Chez les journalistes et les notables bahianais, la stupeur est totale. Mais ils ne veulent ni ne peuvent  révéler à l’Américain qu’ils ignorent tout – ou presque – de Pedro Archanjo et de son œuvre. Et la course commence : hommes de presse, hommes de sciences, hommes de lettres, snobs tous azimuts, tout le monde se rue sur la mémoire de Pedro Archanjo.

Tant bien que mal, tout ce beau monde se décide à rendre un hommage mérité et mémorable à celui qui, s’il avait vécu, aurait alors fêté son siècle d’existence. Mais, pour ce faire, il faut bien entendu obtenir un maximum de renseignements sur cette gloire inconnue – et surtout trier ceux que l’on pourra utiliser …

Ça pourrait être horriblement triste mais Amado adoucit le ton par son humour – bien que celui-ci soit souvent féroce. Les chapitres font alterner les deux intrigues : le grand branle-bas de 1968, cette course-poursuite au Pedro Archanjo politiquement correct et la relation de la vie de Pedro Archanjo, tel qu’il fut – c’est à dire tout le contraire du « politiquement correct. » Les personnages sont brossés à grands traits colorés : ils éclatent littéralement de couleurs et de saveurs – au reste, Pedro Archanjo et son auteur n’ont-ils pas tous deux rédigés des livres de recettes de cuisine ? Jelisavecplaisir Et ce qu’ils font, ce qu’ils pensent, ce qu’ils ressentent, tout cela sonne vrai – en tout cas, c’est ainsi pour moi mais ce ne sera peut-être pas votre avis.

Peut-être parce que, comme dans la vie réelle, la douleur et le chagrin tiennent également leur rôle dans l’histoire de Pedro Archanjo : son amour pour Rosa da Oshala tout d’abord et puis – et c’est peut-être le plus triste – l’abandon dans lequel son fils Tadeú le laissera peu à peu glisser après que lui-même se sera élevé socialement par ses études (supportées par Archanjo et ses amis) et par son mariage avec la fille – blanche – du colonel Gomes.

Mais cela aussi, Pedro Archanjo, le philosophe, l’accepte. C’est pour que tous les Tadeú du Brésil aient leur chance que lui-même s’est battu si longtemps – et il le sait. Le jeu en valait bien la chandelle, non ? ...

En conclusion, j'ajouterai qu'il est rare de voir un héros de roman revendiquer de façon aussi égale et aussi puissante sa part européenne et sa part africaine - et se montrer aussi fier de l'une comme de l'autre. Par les temps qui courent, que voulez-vous, ça me fait plaisir - d'autant qu'Amado le fait avec la simplicité du vrai poète.

Un auteur à découvrir, donc, si vous ne le connaissez pas encore. Cool
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 2 Déc - 20:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
rotko
Invité



MessageSujet: Re: Jorge Amado - (Brésil).   Mer 18 Mai - 20:43



Jorge amado, teresa battista livre de poche

La pauvre et belle Tereza connaît bien des malheurs sous la coupe du capitao, un monstre de cruauté et de dépravation abusant des fillettes qui lui sont vendues ou dont il s’empare. Telle est la première partie de cette « romance populaire ». Ensuite est évoquée l’épidémie de variole où le dévouement et le courage de Tereza en font une héroïne populaire, célébrée dans toutes les lettres de l’alphabet. Enfin Tereza connaîtra-t-elle le bonheur avec le riche docteur et propriétaire Emiliano Guedes ? Mais les vrais paradis ne sont ils pas ceux que l’on a perdus ?

Cette œuvre est une épopée populaire où est célébrée avec dévotion la beauté sensuelle et morale de Tereza, telle un fruit savoureux qui met le sang des hommes en feu. Le conteur est multiple, tantôt homme de village, tantôt poète populaire. C’est dire la virtuosité de construction de ce roman où le narrateur en homme-orchestre célèbre avec lyrisme la gloire du peuple et l’amour des beaux corps.

La comédie sociale et politique est un aspect mineur de cette œuvre au souffle épique puissant qui chante la rencontre de la fille de cuivre avec les hommes à la férule –pratiques sexuelles dégradantes, ou à « la cravache d’argent et à la rose » -érotisme triomphant et promesse de bonheur. Avec cette œuvre savante et populaire, c’est à tout un peuple humilié qu’on rend hommage…
On peut lire cet ouvrage pour mieux connaître le Brésil, pour se délecter d'un grand écrivain, et comme bréviaire d'un érotisme poétique et inventif :-)
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Jorge Amado - (Brésil).   Jeu 19 Mai - 9:41

"Teresa Batista" est le premier Amado que j'ai lu. J'avais dans les treize-quatorze ans et c'est un roman qui m'avait beaucoup marquée. De quelle façon le percevrais-je aujourd'hui ? C'est tentant ...

Il y a aussi "Capitaine des Sables" mais cela remonte à la période "réaliste" d'Amado. 🆒
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jorge Amado - (Brésil).   

Revenir en haut Aller en bas

Jorge Amado - (Brésil).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature d'Amérique Centrale & d'Amérique du Sud -