Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Un épuisant retour dans les Landes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7738
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Un épuisant retour dans les Landes...   Dim 8 Juil - 16:32

Un voyage de retour vers les Landes assez fatigant et surtout très long, ce jeudi 5 juillet 2012...
J'ai souhaité éviter de passer par la rocade de Bordeaux car vers 20 h ou 21 h, soit à l'heure où j'y serais passé comme d'ordinaire, il me paraissait évident qu'avec tous ces départs en vacances de gens venus du Nord et d'Île de France, cela allait forcément "bouchonner dur" non seulement autour de Bordeaux mais ensuite sur l'A 63 et la 10 à 4 voies direction Bayonne et l'Espagne... Et avec les "gros bahuts" en plus (qui sont souvent en file ininterrompue entre Bordeaux et Irun en temps ordinaire)...
Aussi, à la sortie de Périgueux où je me trouvais vers 19h 30, j'ai pris l'A89 jusqu'à Libourne et décidé pour éviter Bordeaux, de passer par Langon et Mont de Marsan, route normale (itinéraire de "délestage" d'ailleurs, pour les automobilistes qui se rendent vers Bayonne et l'Espagne)... Mais "mal m'en prit" puisque déjà à Libourne j'ai eu "un mal fou" à trouver la direction de Sauveterre de Guyenne/Langon (ces deux villes n'étaient indiquées sur aucun panneau à Libourne)... J'ai "atterri" d'abord à St Emilion, une "célèbre et riche-à-crever cité pinardière", voulu me renseigner auprès d'une personne qui entrait dans un restaurant, mais cette personne n'était pas du coin et finalement j'en ai rencontré une autre qui pour me renseigner a fait "un grand détour" dans des explications aussi humoristiques que farfelues, en bref j'ai perdu là une bonne demi heure...
Et pour terminer, à onze heures du soir, voilà-t-il pas que je me "casse le nez" dix kilomètres avant le rocade de Mont de Marsan, sur un barrage pour cause de travaux (je n'avais pas vu le panneau de déviation, c'était la nuit, trop sombre, panneau trop petit et sur le côté)... Obligé de faire un détour par des "bleds pourris" et des routes étroites comme du fil à beurre soit 20 km de rab' en plus (alors que je n'avais presque plus d' essence)... Je me voyais bien devoir passer la nuit en rase campagne mais par chance je suis retombé sur la route de Villeneune de Marsan à Mont de Marsan, et dernier arrêt au Leclerc sur la rocade de Mont de Marsan pour prendre 15 l de gazoil. L'endroit à cette heure là était totalement désert et j'ai "une trouille monstre" de devoir dans ces heures là, de la nuit, utiliser les pompes 24/24 à paiement par carte, de crainte de me faire attaquer (cible "facile" pour un malandrin, que celle d'un automobiliste qui prend de l'essence avec sa carte au milieu de la nuit dans une station déserte)... Aussi, j'ai "stressé" et failli me faire avaler ma carte parce que je me suis trompé de touche au choix du carburant et comme je pouvais pas annuler j'ai arraché la carte avant de faire le code pour recommencer vite fait... Et pour arranger les choses j'avais "une envie de pisser monu" et du coup j'ai pris que 15 litres...
Enfin je suis arrivé à Tartas vers 0h 30...
Et le lendemain "grosse surprise" : plus de téléphone, plus d'internet, plus de 3G non plus!
Et 1 mètre d'herbe autour de la maison après 1 mois d'absence (il a dû flotter pour que toute cette herbe pousse autant!)...
D'une manière générale, je déteste ces univers de grandes routes et autoroutes et aires de repos avec boutiques, au moment des départs ou retours de vacances, à grande circulation, avec d'énormes bahuts (souvent conduits par des chauffeurs Roumains, Grecs, Polonais, Lettoniens, Russes, Bulgares etc. Sous payés et qui se foutent de la sécurité, qui roulent "à tombeau ouvert" et qui t'engueulent comme un pot pourri toi, pauvre automobiliste hésitant et fatigué)... Je déteste ces univers de grande circulation et passage des grands axes et autoroutes : je trouve ce monde là "super agressif", violent, brutal, dangereux, et c'est vraiment pour moi "une croix" de devoir en passer par là ! Tu "vois de tout là dans cet univers là : des tordus, des fous, des cons, des piqués, des "avec leur petit ou gros toutou de cirque", des gosses casquettes en arrière qui se prennent pour des vedettes de facebook avec leurs smartphones ou qui pianotent sur des consoles de jeux à la con, des mémères bedonnantes en bermudas, tenues impossibles, des mecs en "festayres" grand chapeau mexicain... et ces musiques boum boum vomies portières ouvertes, y'aurait de quoi en faire de tout ça, une sacrée fresque littéraire, truculente, imagée et comique!
Cela "me crève", oui, tout ça !
Et tous ces cons au coup de klaxon rageur pour un oui pour un non!
Aux chiottes cet "univers là" ! Que je déteste au plus haut point sans aucune mansuétude et sans faire non plus dans la nuance!
C'est là que "que tu touches du doigt" (à dire vrai "t'en prends plein la gueule)... La connerie, la médiocrité relationnelle, du monde!
Et le pire, c'est que "toute cette merde", ça continue deux mois durant juillet/août dans les campings et les grands centres de vacances ! Avec des "toro piscine" et autres spectacles de tarés super boum boum...
Bon j'arrête parce que là, j'y passerais la journée et la nuit...
Pardon, j'ai la "détestation" (surtout pour cet univers là)... intarissable !

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Dim 8 Juil - 16:41

En France, pour trouver le panneau d'une ville, il faut pratiquement y être rendu ! Si tu savais comme ça m'énerve ça ! Tout comme le manque de stations-essence sur les routes. Les supermarchés les ont faites crever. Résultat des courses, souvent, dans les supermarchés, les pompes ne fonctionnent pas (ou très mal) et tu dois parcourir des kilomètres avant d'en trouver un.

Je supporte de moins en moins les grands trajets et je peux te dire que je suis ravie de ne pas partir cette année. Et avec le temps qu'il fait, je suis doublement contente !
Revenir en haut Aller en bas
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7738
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Lun 9 Juil - 7:50

... À propos des stations service, il faut dire (et c'est important pour l'usager) qu'en Leclerc, Intermarché etc., c'est au moins de 10 à 15 cts le litre en moins par rapport à des "La Peau du Cul" tels que "Elan" et autres "petites stations" de village ! Et que sur autoroute c'est encore plus "la peau du cul" (déjà qu'il faut payer des péages exorbitants...)
Aussi, quand il m'arrive (rarement) de prendre une portion d'autoroute, si j'ai de l'essence à prendre, je sors de l'autoroute et je vais au Leclerc le plus proche... (des tas de gens font comme moi)...
ça me révolte, de voir à quel point ces "grosses sociétés" – de merde- telles que EIFFAGE, VINCI et Consort's, prennent les gens pour des "vaches à lait" (et leur font en fait "bouffer de la merde" par la standardisation et la médiocrité et l'uniformité de leurs produits et gadgets)...
Quand je suis allé en Norvège ou même en Allemagne, ou encore en Espagne, il n'y avait pas, entre les "grandes surfaces" et ailleurs, ces différences de prix pour l'essence... (c'était plus simple et donc, moins "casse-tête")...
Et qu'est-ce qu'il y a, au bout de ces EIFFAGE, de ces VINCI et autres "gros culs" ? Des actionnaires qui se gobergent avec des dividendes pharaoniques, des riches retraités américains, des milliardaires Russes, Chinois, des émirs et toute une putain de mafia qui est aussi dans la drogue, le crime organisé, la prostitution et l'orpaillage !
Je chie de toute mon âme et de toutes mes tripes sur ces salauds de EIFFAGE, de VINCI et autres gros prédateurs nuisibles à la planète et au genre humain !
REVOLUTION, REVOLUTION, pour abattre ces salauds ! Il faut leur faire à tous, la peau et le coffre !
Ah j'oubliais... Il y a aussi VEOLIA (les bus, les transports, l'eau, certains grands services) ! VINCI, c'est dans les stations d'auroute, le BTP, les parkings de ville souterrains...
Et on va ajouter à tout ça, les grands opérateurs de téléphonie et d'internet !

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Jérôme Nodenot
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand
avatar

Masculin
Taureau Chat
Nombre de messages : 295
Age : 43
Localisation : Toulouse
Emploi : Restaurateur
Loisirs : Ecriture, lecture, musique
Date d'inscription : 11/06/2012

MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Mar 10 Juil - 14:17

Ce retour des Vosges, qui pour toi n'a pas dû être drôle du tout, t'auras au moins donné l'occasion de nous écrire un compte rendu hilarant pour nous (je t'imagine assez bien dans toutes ses situations que tu nous racontes là). Yugcib confronté à la médiocrité contemporaine, c'est quelque chose !

Tu mesures aussi ta chance, de n'être confronté à ce monde que dans quelques occasions. Moi, à la pizzeria, ce monde que tu racontes dans ce texte, je le subis tous les jours, et je peux te dire qu'il faut se le fader : entre les jeunes abrutis de rap et de facebook, les riches radins qui te font ch... pour 1 euro, le mec qui t'appelle pour passer une commande tout en travaillant sur son ordi (en t'écoutant à moitié parce qu'il est concentré sur son dossier, en demandant à sa femme quelles pizzas ils prennent parce qu'il a pris le téléphone machinalement sans avoir réfléchi à sa commande, qui te parle à mi-voix en te considérant comme une sorte de distributeur automatique de pizzas) ; le râleur à qui sa pizza ne va jamais mais qui revient toujours (je me souviens notamment d'un qui me parlait de son problème avec sa pizza comme d'une chose d'une importance capitale, alors que c'était ce fameux jour de la tuerie de Toulouse avec ses pauvres enfants juifs, j'ai eu envie de lui balancer à la figure sa pizza) ; le compositeur, qui ne se satisfait pas des 40 pizzas au choix et qui prend une heure à imaginer sa propre pizza genre subtil mélange "anchois-magret". Bref, tu as de la chance, tu as de la chance, Guy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7738
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Mar 10 Juil - 17:33

Ce que tu me dis là, Jérôme, à propos de ton travail à la pizzéria et du genre de "client" auquel tu dois faire face, me rappelle étrangement ce que je devais subir moi-même en tant que guichetier dans un bureau de poste lors des dernières années que j'ai passées en "Landes Océanes" de 2002 à 2004. (J'ai arrêté mon activité professionnelle – brigadier EAR remplaçant dans les bureaux de la Côte Landaise- le 14 janvier 2005)...
"En ce temps là" (je ris de cette "formule")... Je "naviguais" si je puis dire, entre Mimizan, Lit et Mixe, Linxe (où d'ailleurs je suis né le 9 janvier 1948 et où mon grand père maternel avait été receveur des postes de 1946 à octobre 1948), Lesperon, Lévignacq, Castets, Pontonx, Vieu Boucau, Magesq... entre autres...
Assez souvent – mais je préférais de toute évidence les services "arrière" du courrier- l'on m'affectait à un guichet...
Et je ne te dis pas, Jérôme, les "tordus", les "givrés", les "impossibles" et la plupart du temps les "emmerdeurs de première pour un oui pour un non," les "fanas de la réclamation"... sans compter en juillet août un certain nombre de touristes ou vacanciers "hyper agressifs", égoïstes, "moi-je/c'est moi/c'est moi/je vais vous apprendre votre boulot", impolis, "passe devant", aux tenues vestimentaires parfois ahurissantes, et avec de "petits ou gros toutous" aussi "cons" que leurs maîtres, accompagnés de gosses braillards et capricieux au possible, fanas du timbre "spécial" (impossible à trouver dans les stocs du bureau), et les "qui gueulent comme des veaux" parce que tel virement n'est pas arrivé, qu'une lettre n'a pas été distribuée comme il se devait, etc. ... et j'en passe et j'en passe... de quoi faire un roman comme un livre de La Pléiade !
Tu ne peux pas t'imaginer, Jérôme, le nombre d'anecdotes que je pourrais raconter à ce sujet !
Je peux te dire qu'au bout de la vacation de trois heures de guichet, j'étais "sur les genoux" et "complètement vidé" ! (avec les engueulades, en plus, de mon "chef" local, qui souvent était "un fana du Système" question productivité, vendre ceci/cela, efficacité et rendement)...
Par chance, du fait que je m'étais révélé "un révolutionnaire ingérable et poète et diffuseur de "documents et textes pirate" et "un "anti-système avéré"... Lors de la toute dernière année de mon activité (au bureau de poste de St Julien en Born) en 2004, l'on cessa enfin, de me mettre derrière un guichet, et je finis donc, aux services du courrier (arrivée le matin et départ du soir, avec six heures de libre milieu journée)... Mais là aussi, "je leur en ai fait voir des ronds de chapeau" aux "chefs"... Et j'avais acquis alors une "popularité relativement exceptionnelle" en tant que "trublion-écrivaillon" (je squattai les ordinateurs de la Poste pour diffuser ma "prose incendiaire charlie-hebdique pour ne pas dire harakiriesque")... J'étais entre autre, une sorte de "vedette" aux yeux de mes copains remplaçants brigadiers comme moi, et nous nous réunissions le midi au restaurant de Lévignacq, et je te dis pas le "cirque" que c'était alors (il aurait fallu un magnéto pour enregistrer tout ce qui fut exprimé)!
Ces brigadiers EAR m'aimaient beaucoup parce que je les avais soutenus lors de la grande grève qu'ils firent et des manifs qu'ils organisèrent devant la direction départementale de Mont de Marsan...
A la fin, même le "Grand Directeur", avec moi, il a déclaré forfait-j'en peux plus avec lui- (il me lisait dans le "courrier des lecteurs" de Sud Ouest Dimanche)... Et un jour il est même venu "discuter avec moi" (il en a pris "plein la patate")!
Bon dieu, quelle époque, que ces années à la Poste des Landes de 2002 à 2005 !
... Mais pour terminer je voudrais dire "quelque chose d'essentiel" : il n'y eut point QUE ces "givrés", ces "tordus", ces "impossibles", ces "emmerdeurs"... parmi les "clients" aussi bien locaux que vacanciers... J'en ai rencontré des gentils, des vraiment très chic, des hyper compréhensifs, des émouvants, des "très bien-très-au-dessus-du-commun-des-mortels"... qui m'ont tiré des larmes des yeux... et dont je garde dans ma mémoire un "souvenir impérissable"
... J'ai encore dans mes "archives" (en feuilles A4) quelque part dans un tiroir (avec de la poussière dessus) un exemplaire de ce fameux "document pirate" qui fit le tour de tous les bureaux de la Côte Landaise, et que des dizaines de postiers ont lu en se pliant de rire... Mais ce document là ne figure pas (pas encore) dans mes fichiers textes (disque dur externe, windows live, site d'archivage, blog, site etc.)...
C'est trop de "souvenirs spéciaux" (nous sommes aujourd'hui dans une époque "différente", ces "temps" me semblent "éloignés"... Et moi, vous savez, le "piège de la nostalgie... " (autrement dit, il faut que je "réactualise"... C'est comme pour le récit de mon enfance et de mon adolescence en Tunisie et en Algérie (Visages)...
Excusez moi de dire ça... Mais je trouve que "dans ce registre là"... il faut assurément "une sacrée dimension d'écrivain" – pour "tenter l'aventure" du "récit autobiographique"- ... Et non pas avoir tout simplement -et tout ordinairement et sans réelle portée ou intérêt à susciter pour un lecteur- "une dimension facebookienne" !
Eh oui, nous en sommes bien là, dans ce monde présent et si hétéroclite, si drôle, si tragique parfois, si "convenu", si "troudebalesque" oserais-je dire : "dans une dimension facebookienne et tweetesque en laquelle tu entres ton regard comme en tournant le cylindre d'un kaléidoscope et bonjour les effets spéciaux en espèce de feu d'artifice et pour finir quand t'en a assez de zieuter tu jettes le kaléidoscope sur le trottoir et celui qui passe derrière y marche dessus et basta!"

... Pardon, pardon... J'ai été "un peu long"...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Mar 10 Juil - 18:14

J'ai vu les mêmes chieurs lorsque je travaillais dans un camping l'été. J'étais employée comme femme de ménage le matin (on commençait à 4h du matin par les sanitaires, puis il fallait nettoyer les mobils-homes ou les caravanes qui étaient reloués) et j'étais à l'accueil l'après-midi. Certains nous tapaient des scandales énoooooooormissimes parce qu'ils n'avaient que 5 fourchettes sur les 6 qu'ils devaient avoir (alors qu'ils n'étaient que deux). On devait cavaler dans tout le camping, d'urgence, pour aller rajouter la maudite fourchette. Et après, ils te laissaient le mobil-home dans un état !!! Je n'ai jamais vu des gens aussi sales que les campeurs. Il faut le voir pour le croire. Et le pire du pire, ce ne sont pas les ouvriers. Oh, non, ce sont les professions médicales ! Eh oui, ça aussi, c'est aberrant !

Et à l'accueil, j'ai dû subir les colères des uns et des autres à qui on n'avait pas donné l'emplacement habituel alors que "ça fait 30 ans qu'ils viennent là". Je vous assure que le film "Camping", qui vaut ce qu'il vaut, n'est pas une caricature !
Revenir en haut Aller en bas
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7738
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Mar 10 Juil - 20:27

Heureusement, et c'est ce qui fait "le charme de la vie", c'est que l'on rencontre AUSSI, des gens vraiment "bien", et ça, ça fait un bien fou!

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   Mar 10 Juil - 20:33

Oui, heureusement !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un épuisant retour dans les Landes...   

Revenir en haut Aller en bas

Un épuisant retour dans les Landes...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -