Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

La relation amoureuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7736
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: La relation amoureuse   Ven 24 Aoû - 8:02

Si l'un est plus amoureux, plus "mordu", plus "accro" que l'autre, ça ne marche jamais très longtemps : ça tient ce que ça peut, et que ce soit au bout de trois mois ou de trois ans, ça casse...
Le "shéma" habituel est presque toujours le suivant :
L'un, très "accroché", fait tout ce qu'il peut pour séduire l'autre, par tout ce qu'il a en lui qui a "des chances de marcher"... Et effectivement "ça marche", et l'autre donc, se laisse aimer... Parce qu'il faut bien dire que c'est tout de même bon, de se faire aimer... Une relation s'intalle, et semble suffisamment forte, et a l'apparence de réciprocité... Voilà le "cas" le plus fréquent (et qui débouche soit devant Monsieur le Maire et devant Monsieur le Curé, soit par un "Pacs" ou par ce que l'on appelle purement et simplement un "concubinage")...
Tout le problème (le très gros problème en vérité) réside dans le fait que l'autre, celui qui s'est laissé aimer (et qui finalement, "aime" sans avoir vraiment comme l'autre "le feu sacré")... N'est pas "aussi accroché" et... n'a pas, un besoin fondamental ou absolu, de l'autre... Et dans une relation qui, dans le meilleur des cas, en fonctionnant "merveilleusement bien", demeure toujours aléatoire et fragile, une "certaine différence" de sentiment réel entre les deux, rend la relation forcément encore plus aléatoire et fragile...
Autrement dit la relation est toujours -à la base- quel que soit le "cas de figure", (même le meilleur ou le plus favorable ou le plus réciproque qui soit)... Aléatoire et fragile... et ne peut durer, vraiment durer (jusqu'à une vie entière) que si elle est entretenue, pérennisée, réinventée, renouvellée, exactement comme jadis aux temps préhistoriques quand on conservait le feu en petites braises dans une outre...
Il en est ainsi, même dans la réciprocité du sentiment, de la relation... Car la réciprocité n'est pas "quelquechose d'acquis pour toujours et à jamais comme par miracle" ! ... Alors, vous pensez, quand dès le départ, il n'y a pas vraiment cette réciprocité ou cette équivalence dans le fait d'être "accro" de l'autre... ça me semble "bien précaire"!
Peut-être, peut-être... (c'est une hypothèse que j'avance)... Lorsque "quelque chose d'indéfinissable" (mais cependant "d'assez fort") rapproche deux êtres, deux êtres qui au départ, n'ont ni l'un ni l'autre le "feu sacré" ... et fait que, peu à peu le "feu sacré" vient et s'installe de part et d'autre... Alors "ce serait la meilleure des choses qui puisse arriver" ...

... Je ne sais pas si ce que je vais dire maintenant, a vraiment un rapport avec ce que j'ai dit ci desssus, mais voici :

Ma grand mère (la mère de ma mère et donc l'épouse de Papé) ... avec laquelle je n'ai pourtant que rarement eu des "conversations philosophiques" (et qui tenait pour quantité négligeable les cahiers de pensées que j'écrivais dans ma jeunesse) me fit un jour cette confidence :
"quand une femme veut garder un homme, (sous entendu parce qu'elle l'aime "de tout son coeur et de toute son âme" sans pour autant "avoir le feu sacré)... elle doit lui faire, accepter et même jusqu'à aimer lui faire tout ce qu'il a envie qu'on lui fasse, et c'est ce que j'ai fait, mon petit"... Il faut dire que d'après ce que je sais et que j'ai vu de la vie de mes grands parents ensemble, la "méthode" de ma grand mère fut "d'une efficacité absolue" (mais il faut dire aussi que Papé, depuis le premier jour où il a connu Mamy, a été "amoureux fou" et que si en plus elle lui faisait ce qu'il voulait, alors "c'était le pied" !)

Mon père me disait à propos des femmes "en général" :
"Lorsqu'une femme, avant que je ne connaisse ta mère, me parlait d'argent ou de quelquechose en rapport avec l'argent, et que cette question de l'argent venait dans les premières conversations, alors vite fait bien fait je tournais les talons et elle ne me revoyait plus"...
C'est sûr, ma mère, elle, ne parlait pas d'argent... comme si l'argent n'existait pas... Mais ma mère c'était ma mère ! ... Et finalement, pour mon père, ça s'est révélé pire que si elle avait parlé d'argent dans les premières conversations...


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7736
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: La relation amoureuse   Ven 24 Aoû - 18:01

... Le coeur peut être fragile, la peau peut être électrisée, mais la tête doit rester solide... Si elle l'est...
Il y a une nécessité, à mon sens, à ce que la réflexion prenne du pouvoir, voire fasse autorité sur le ressenti... mais sans toutefois mettre le ressenti sous boisseau, de force, de toute force... Car le ressenti ne peut être éclipsé, sa réalité ne peut être niée...
La réflexion alors, lorsque le ressenti est douloureux ou fâcheux, rend le ressenti "un peu plus gérable" que sans la réflexion. Et cela peut être, à l'extrême, une question de vie ou de mort. Et sans doute pire encore que de mourir, "foutre sa vie en l'air" en la vivant dans l'illusion qu'il suffit d'aimer pour être aimé, qu'il suffit de faire, de plaire, de se décarcasser pour que ça marche, de sans cesse faire le premier pas en se disant que cela finira par payer à la longue...
Ce qui ne vient pas ne vient jamais parce qu'on le veut à tout prix... Et s'il vient quand même, c'est un leurre... parfois, oui, un très beau leurre mais un leurre tout de même...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7736
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: La relation amoureuse   Ven 24 Aoû - 18:53

... Ce qui peut faire la grandeur (dans le sens du talent, de la force du verbe, de la force de l'écrit, de la force de ce qui est exprimé par l'art, n'importe quel art) d'un artiste, d'un écrivain... C'est la difficulté qu'il y a, entre autres difficultés, d'arriver à être compris, vraiment compris et donc aidé, secondé, magnifié, par la personne avec laquelle il vit sa vie entière, une personne qui cependant le chérit et l'aime autant que lui, il l'aime et ne peut se passer d'elle...
Un écrivain ou un artiste, par exemple (ou un homme ou une femme d'entreprise) , qui est épaulé, magnifié, secondé, sans cesse soutenu et mis en valeur par son épouse, son époux... N'aura jamais ou presque jamais ce défi à surmonter qui est celui de devoir parvenir à "convaincre vraiment" la personne qu'il aime et dont il est aimé...
Et c'est bien, je crois, la faculté qu'il y a à surmonter ce défi -sans qu'il n'y ait jamais de drame, d'incompréhension voire de rejet ou d'indifférence plus ou moins marqué de la part de l'autre... qui fait la grandeur d'un écrivain, d'un artiste, d'une homme ou d'une femme d'entreprise... Car c'est bien la difficulté qui "affûte" le talent... Et plus grande est la difficulté, et plus est alors "affûté", le talent...
Heureux donc, l'artiste, l'écrivain, l'être d'entreprise, qui à ses côtés, a une femme ou un homme qui n'est point lui ou elle aussi, un artiste, un écrivain, un être d'entreprise... Car il y a dans la "différence" entre deux êtres, - je dirais en fait une "complémentarité"- qui engendre une plus grande intelligence encore à réaliser une oeuvre...
Certes, la "différence" peut aussi "déconstruire" (et c'est bien là un risque)...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La relation amoureuse   

Revenir en haut Aller en bas

La relation amoureuse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -