Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Ven 28 Sep - 19:06



Los Detectives Salvajes
Traduction : Robert Amutio


ISBN : 9782070416769


Notre Opinion
Extraits




Personnages Principaux :

Arturo Belano :

Poète. Appartient à l'école dite "réal-viscéraliste" - clin d'oeil amusé et nostalgique au mouvement "infra-réaliste" fondé par Roberto Bolaño. Vagabond et iconoclaste né. Seules comptent pour lui la poésie et l'écriture - la vie. Le reste est accessoire même si Belano sait comme pas un se glisser dans l'existence de toute une foule de gens qu'il observe, détaille et stocke quelque part dans sa prodigieuse mémoire. Il représente ici l'auteur, comme il le fera dans d'autres textes.

Mal habillé, les cheveux longs - jusqu'aux épaules en général - plus que maigre, la voix douce et les gestes posés, exprimant à ses heures une parenté certaine et inquiétante avec un zombie sous héroïne, Belano se fâche rarement. Consomme - ou a consommé - des drogues plus dangereuses que la marijuana que, avec son ami et complice Ulises Lima, il deale ici et là pour se faire de l'argent - la poésie, malheureusement, nourrit mal ses adorateurs, la chose est bien connue.

Caractère entier, excentrique, avec une part d'ombre prononcée. Capable de tuer - mais ne le sommes-nous pas tous, dans le fond, si un danger se présente ? Personnage fier, agressif mais qui semble perdre ses dernières illusions après l'aventure du Sonora - comme si sa quête de Cesárea Tinajero s'était muée en quête de la Mort. "Disparaît" dans les années quatre-vingt-dix, au Libéria alors en pleine guerre civile, en accompagnant "le suicide" d'un photographe de renom. Toutefois, sa mort, quoique probable, n'est pas prouvée.

Ulises Lima (de son vrai nom, paraît-il, Alfredo Martinez) :

Nom de plume ou pas, c'est le "frère en poésie" de Belano, le deuxième poète réal-viscéraliste de Mexico et de toute l'Amérique latine. Capable de suivre son ami dans ses pires excès, il possède autant que lui le sens de l'aventure et du danger. A certains moments, on se prend à se demander s'il ne serait pas un autre double de l'auteur - un double moins sombre, moins marqué par le destin et moins auto-destructeur. Et puis, bien sûr, il y a le prénom du personnage : on se dit que, grand lecteur comme il l'était, il est impossible que Bolaño n'ait pas songé à Joyce et à son oeuvre. En outre, le personnage homérique est célèbre pour son solide bon sens, une qualité que Lima, tout poète qu'il est, possède à un degré bien plus élevé que Belano - et qui les aide en maintes circonstances.

De toutes façons, s'il n'y a pas "réécriture" de "L'Odyssée" - en tous cas, cela ne nous a pas frappé mais il faut bien admettre que cela ne nous frappe guère non plus dans l'"Ulysse" de l'Irlandais - il y a bien quête, une quête commune à Lima et à son ami : celle de Cesárea Tinajero et de ses autres poèmes. Il semble hélas ! que, après l'aventure du Sonora, peu à peu, les liens se soient distendus entre les deux hommes, chacun étant parti de son côté. Mais l'initiative en reviendrait à Belano et Ulises en souffre.

Cesárea Tinajero (et parfois Tinaja) :

Mythe ? Clef du roman ? Ou seulement l'une des clefs du comportement autodestructeur de Belano ? Ou alors énigme, énigme tout simplement indéchiffrable ?

Mythe, certainement pas. Cesárea Tinajero a bel et bien existé. Même que nos deux compères finissent par la retrouver, bien vivante mais évidemment vieillie et changée. Or, à peine l'ont-ils retrouvée qu'elle meurt, d'une balle qui ne lui était pas destinée. Derrière elle, demeurent inchangées toutes les questions que l'on n'a cessé de se poser sur elle depuis le début du roman.

Clef du roman ? L'une des clefs, en tous cas. Cesárea Tinajero, qu'on n'entendra jamais s'exprimer en style direct, symbolise la Poésie et ses mystères. Belano et Lima la poursuivent pour s'apercevoir tout d'abord, à la lecture du seul poème qu'elle a publié dans sa revue Caborca, qu'elle a saisi l'esprit même de la Poésie et ensuite, lorsqu'elle leur "échappe" bien malgré elle, que leur propre soif de vivre et d'écrire ne s'apaisera jamais et que c'est folie que de le croire.

Clef du comportement de Belano ? La mort violente de la "mère du réal-viscéralisme" et le meurtre qu'il a commis dans la foulée ont, c'est incontestable, une influence durable sur l'avenir de Belano - comme, mais d'une autre façon, sur celui de Lima. Assurément, Cesárea lui a révélé quelque chose mais cette chose, chaque lecteur la percevra à sa manière car elle est multiple. La crise du Sonora a aussi agrandi la fêlure dans l'âme du poète chilien exilé au Mexique.

Enigme indéchiffrable ? Difficile de répondre. On peut "interpréter" le personnage de maintes façons, lui trouver toutes sortes de signification. Mais la vision qu'on a de Cesárea Tinajero, quelle qu'elle soit, est toujours incomplète, voire un peu floue.

Au début, c'est une jeune femme des années vingt, passionnée de poésie, proche du mouvement stridentiste fondé, en 1921, par le poète Manuel Maples Arce. Elle prend très vite ses distances et songe à un mouvement personnel, qui anticipe le réal-viscéralisme que, près d'un demi-siècle plus tard, ressuscitent Belano et Lima.

Après avoir publié un seul poème dans la revue qu'elle avait fondée, Cesárea s'évanouit dans la nature. Quand nos deux héros la retrouvent, la jeune fille élancée et jolie, compagne un temps d'un torero dont elle a payé la pierre tombale, est devenue une vieille femme massive, obèse, enterrée dans un tout petit village où elle cueille des plantes pour les vendre au marché. Plus rien ne rappelle en elle son passé sauf la masse de carnets sur lesquels elle a continué à écrire et qui échoueront en fin de compte au jeune Juan García Madero.

Pourquoi cette disparition soudaine ? Pourquoi ce silence ? Pourquoi et comment ? Y avait-il un but d'ailleurs - un but conscient ? La Muse s'est-elle lassée de chuchoter à l'oreille de Cesárea comme, jadis, elle cessa du jour au lendemain de courtiser Rimbaud ? Ou bien toute cette histoire n'a-t-elle existé que pour donner un sens à la vie poétique d'Arturo Belano, d'Ulises Lima - et d'une poignée de fidèles ?

Personnage protéiforme, à la fois omniprésent et invisible, à la limite de la non-existence et pourtant incarnée sur la fin en une réalité si puissante qu'elle parvient, en se jetant sur le tireur, à détourner la balle de son objectif véritable, Ulises Lima, Cesárea Tinajero révèle la profondeur de la réflexion artistique de celui qui l'imagina ainsi que, en grande partie, sa conception personnelle de la Poésie et de son action sur les êtres et les choses.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Mar 2 Oct - 13:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Sam 29 Sep - 18:45

Les Témoins du Sonora :

Juan García Madero :

Jeune poète de dix-sept ans et narrateur des première et troisième parties, il est le filtre par lequel on aperçoit pour la première fois Arturo Belano, Ulises Lima et une partie de ceux qui deviendront les "détectives sauvages." C'est dire l'importance du personnage.


Au début, poète en devenir, il ne sait trop à quel mouvement se lier mais il ne tarde pas à être fasciné par un poème lu dans l'atelier littéraire de Julio César Álamo par un certain Ulises Lima. Du coup, le voilà qui se joint à la poignée de réal-viscéralistes de Mexico et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'investit avec zèle dans leurs tribulations. Aussi porté sur le sexe qu'on peut l'être à cet âge, il a de nombreuses aventures, dont aucune ne tient bien longtemps.

Et puis, le destin finit par l'assortir avec Lupe, la jeune prostituée qui, en fuyant son mac, va accompagner elle aussi Belano et Lima aux fins fonds du Sonora. Personnage sympathique et non dénué d'humour, considéré avec indulgence par les deux héros qui sont heureux de le voir participer à leur quête, "le poète García Madero" est promis à un avenir étrange. Son nom sera omis dans une anthologie de poésie incluant le groupe réal-viscéraliste, sortie dans les années quatre-vingt-dix. Lui qui aura été l'un des rares témoins de la mort de la "mère du réal-viscéralisme" ne sera jamais répertorié comme ayant fait partie du mouvement.

Son journal qui s'achève achève aussi le roman par trois dessins énigmatiques que le lecteur ne peut s'empêcher de rattacher au seul poème jamais publié de Cesárea Tinajero - comme si l'esprit de la morte et sa conception de la poésie imprégnaient désormais le jeune homme - lequel a d'ailleurs en sa possession un ou deux carnets de Cesárea. Qu'advient-il du jeune homme par la suite ? Où a-t-il disparu ? Lupe est-elle demeurée à ses côtés ? S'est-il vraiment volatilisé ? A-t-il péri sur la route du retour à Mexico ? Et, si oui, de quelle manière, si non, pourquoi, par la suite, ne s'est-il plus jamais manifesté ? ...

A l'instar du Trésor de la Sierra Madre, la Poésie ne serait-elle que poussière qui se disperse au vent du désert en réduisant à néant ceux qui veulent la servir sans compromission aucune ? Une énigme de plus posée par ces "Détectives Sauvages" - et beaucoup d'interprétations possibles, là encore, pour le lecteur.

Lupe :

Jeune prostituée au caractère plutôt bien trempé qui prend des cours dans une école de danse. C'est là qu'elle fait la connaissance de María Font, très liée, comme on le verra, avec les poètes réal-viscéralistes. Les deux jeunes femmes sympathisent. Par la suite, on comprendra que Joaquin Font, le père de María, a une relation plus ou moins suivie avec Lupe. Lorsque celle-ci décide de fuir son souteneur, c'est donc tout naturellement chez les Font qu'elle trouve refuge - et qu'elle retrouve García Madero. Ils deviennent amants avant le brusque départ vers le Sonora.

Lupe n'a pas reçu grande instruction. La poésie, les livres, l'art - sauf peut-être la danse - tout ça lui passe au-dessus de la tête et ça ne la trouble pas. C'est un personnage instinctif, sensuel, qui possède une intelligence pratique et une sensibilité bien plus développée qu'elle ne veut le laisser voir. Trop de sensibilité dans la vie, cela équivaut à beaucoup d'ennuis, et Lupe a mené une vie suffisamment dure pour l'avoir compris très tôt.

A la fin du roman, après la mort de Cesárea, elle part avec García Madero et tous deux décident de rentrer à Mexico. Et puis, comme García Madero, Lupe s'efface et disparaît totalement. Que devient-elle ? Est-elle morte ? Est-elle vivante ? A-t-elle persévéré dans la prostitution ou s'est-elle rangée des voitures ? On ne le saura jamais. La "malédiction" du réal-viscéralisme a sévi. Une fois de plus. (Ou alors il n'y a pas de malédiction du tout et Lupe est devenue une ménagère mexicaine de la classe moyenne, avec un nombre de kilos conséquent en plus et - enfin ! - un compte en banque stabilisé. Seulement, il n'y avait aucune raison pour que Roberto Bolaño nous inflige cette vision d'horreur. )
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Sam 6 Oct - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mar 2 Oct - 14:59

Les Détectives Sauvages (par ordre d'entrée en scène) ( I ) :

Amadeo Salvatierra :

Poète lui aussi, il s'est reconverti comme écrivain public et gagne ainsi sa vie depuis des années. Il est surtout l'un des rares à avoir rencontré Cesárea Tinajero lorsque celle-ci était jeune femme, dans les années vingt. Avec elle, il a participé à des réunions de poésie et il est l'heureux détenteur du seul exemplaire encore existant de la revue Caborca, fondée par Cesárea pour y accueillir entre autres les poètes qui la suivaient (mais qui ne s'appelaient pas encore réal-viscéralistes) et dans laquelle elle a publié son seul poème connu, "Sión."

Il sympathise avec Belano et Lima autour d'une ou deux bouteilles de mezcal Los Suicidas, spécialité de Chihuahua. Evidemment, pour les deux hommes, Salvatierra constitue une mine de renseignements des plus pittoresques sur Cesárea Tinajero. Il intervient à plusieurs reprises dans le corps du récit et c'est sur ses paroles que s'ouvre et se ferme la partie du roman intitulée "Les Détectives Sauvages".

Perla Avilés :

Ancienne petite amie d'Arturo Belano qu'elle a connu au lycée Porvenir, à Talismán. Elle l'évoque déjà comme un personnage étrange, instable, agité, aux idées poétiques, nébuleuses et surprenantes. On sent à la fois de la colère en elle - pour s'être laissée charmer mais il est vrai qu'elle était jeune - et beaucoup de nostalgie.

Laura Jáuregui :

D'abord amoureuse du poète César Arriaga, elle rencontre Arturo Belano, alors tout jeune poète, avec qui elle vit quelques mois avant de retourner vivre chez ses parents. Elle assiste à la naissance - ou plutôt au baptême - du réal-viscéralisme mais trouve très vite la chose stupide et dépourvue de toute raison. Elle finira par penser que cette "création" n'est qu'une façon pour Belano de tenter de la retenir auprès de lui. Affirme par la suite le considérer comme une crapule intégrale et l'on sent bien qu'elle lui garde de la rancoeur, même si on ne sait pas trop pourquoi. (Parce qu'il l'a déçu dans ses espérances ?)

Fabio Ernesto Logiacomo :

Jeune poète argentin vainqueur du prix de poésie Casa de las Américas en 1975, ce qui lui permet de quitter Panamá pour le Mexique. Rencontre Belano et Lima venus lui demander de participer à un entretien qui serait par la suite publié dans une revue mexicaine. Pour le jeune homme hypersensible, cette expérience est aussi intéressante qu'éprouvante.

Luis Sebastián Rosado :

Poète lui aussi qui résume ainsi le réal-viscéralisme : "Personne ne faisait attention à eux et ils ont opté pour l'injure aveugle." En décembre 1975, rencontre Ulises Lima, Moctezuma Rodriguez et un certain Peau Divine au bar-brasserie "La Rama Dorada". Tandis qu'il attend tranquillement deux amis à lui, Alberto et Julia Moore, il est quasiment contraint de discuter poésie avec les trois compères. Tout cela se termine, à l'instigation de Julia Moore, dans une discothèque "douteuse" (Rosado dixit), "El Priapo's", où Rosado laisse parler ses tendances homosexuelles en dansant avec le bisexuel Peau Divine. Une liaison appelée à durer.

Alberto Moore :

Loin du point de vue exaspéré de son ami Rosado sur les réal-viscéralistes, Alberto Moore rappelle les indéniables connaissances historiques d'Ulises Lima, connaissances dont il a pu pleinement profiter lorsque ce dernier lui a conté une anecdote militaire sur l'affrontement des troupes révolutionnaires avec celles de l'éphémère empereur Maximilien, au XIXème siècle.

Carlos Monsiváis :

De son vrai nom Carlos Monsiváis Aceves, il s'agit là de l'un des personnages ayant réellement existé que fait intervenir dans son livre Roberto Bolaño.

Essayiste, écrivain, journaliste, scénariste, acteur et enfin critique de cinéma influent, il était l'un des personnages les plus en vue de Mexico où on le croisait facilement dans les rues. Dans la première partie, Juan García Madero lui-même le rencontre dans une librairie et essaie - en vain - de déchiffrer le titre du livre qu'il tient à la main. Dans la seconde partie, Monsiváis raconte que les deux inséparables, Belano et Lima, ont lié conversation avec lui, qu'il a accepté de discuter avec eux et leur a même payé un grand nombre de cafés.

Considère visiblement nos deux compères avec la plus vive condescendance tout en leur faisant la grâce d'évoquer à leur sujet une vague ressemblance - mais le talent en moins, bien sûr - avec l'écrivain et réalisateur José Agustín et le romancier Gustavo Sainz.

Peau Divine :

Marginal et poète occasionnel dont on ignore le véritable état-civil, Peau Divine apparaît dès la première partie en tant que familier de la famille Rodriguez. Bisexuel, il a des aventures aussi bien avec les femmes - María Font pour ne citer qu'elle - et les hommes. Luis Sebastián Rosado aura avec lui bien plus qu'une passion physique. Peau Divine finit assassiné soit par un fournisseur, soit par un client car il améliorait son ordinaire en dealant.

Selon Peau Divine, Ulises Lima avait pour lui de la sympathie alors qu'Arturo Belano, qui lui en voulait pour son aventure avec Ernesto San Epifanio - Arturo et Ernesto étaient amis d'enfance - comme pour sa liaison avec la fille aînée des Font, le voyait "d'un sale oeil." Pourtant, toujours selon Peau Divine, Belano "n'était pas un vrai dur."

Angélica Font :

Fille cadette de Quim et Maria-Cristina Font. Poète lauréate de l'éphémère prix Laura Damián. A une courte liaision avec Pancho Rodríguez. Il faut dire qu'il la fait fuir immédiatement en la pressant de l'épouser ...

Se détache peu à peu du groupe des poètes réal-viscéralistes. N'en gardera comme ami qu'Ernesto San Epifanio.


Manuel Maples Arce :

Encore un personnage ayant existé.

Poète, avocat, diplomate et écrivain, il fonde, en 1921, le mouvement du Stridentisme auquel s'intéresse à ses débuts Cesárea Tinajero. Arturo Belano obtient de pouvoir l'interviewer chez lui. C'est-à-dire que Maples Arce accepte de remplir une sorte de questionnaire que Belano passe reprendre trois jours plus tard. Bolaño fait dire au vieux poète que, si Belano revient un jour le voir pour écouter ses vieilles histoires et soumettre ses propres poèmes au jugement de son aîné, lui, l'aîné, sera "légitimé."

Mais Arturo Belano ne revint jamais.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Sam 6 Oct - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 3 Oct - 18:08

Les Détectives Sauvages (par ordre d'entrée en scène) ( II ) :

Barbara Patterson :

Cette citoyenne des Etats-Unis d'Amérique, qui a obtenu un visa pour le Mexique parce qu'elle voulait y compléter une thèse sur l'écrivain, scénariste et photographe Juan Rulfo, possède un langage des plus imagés. Elle est la compagne de Rafael Barrios, l'un des membres du groupe réal-viscéraliste. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a un caractère passionné. D'aucuns la suspecteront de déséquilibre, notamment affectif. N'a que deux rêves : vivre chaque minute, chaque seconde auprès de Rafael et voir le susnommé se comporter en homme - c'est-à-dire engager le combat avec tout individu qui lui manquerait de respect à elle, Barbara. Et comme elle a une forte tendance paranoïaque, on peut comprendre le peu d'empressement qu'apporte Barrios à cette relation ...

Joaquin Font, couramment surnommé Quim :

L'un des personnages les plus intéressants - en tous cas à nos yeux. Sa dépression profonde, dont on ne peut que supputer les raisons -liées à sa famille peut-être ou en partie - fait parfois sombrer cet architecte de formation dans une démence tranquille mais désespérée qui le conduira à l'institution psychiatrique. Il n'en reste pas moins redoutablement lucide lorsqu'il est question de s'exprimer sur la poésie, la littérature et le Mexique. Il est l'époux de María-Christina, qui divorcera après son internement définitif, et le père de María, d'Angélica et de Jorge Font.

Jacinto Requena :

Un autre fidèle du groupe réal-viscéraliste. Pour lui, Ulises Lima est "une âme soeur, un vrai poète, un poète des pieds à la tête." En revanche, il qualifie Belano - et non sans justesse - de "somnambule." Sans doute lui en veut-il toujours d'avoir voulu séduire sa compagne, Xóchitl, dont il a un enfant, le petit Franz. Mais il faut mentionner que Requena, bien qu'attiré par la poésie, veut avant tout trouver un travail qui nourrisse sa famille. Le départ soudain de Belano et Lima pour le Sonora lui cause d'ailleurs plus de plaisir que de regret bien qu'il y devine lla fin du mouvement réal-viscéraliste.

Signalons que Requena est particulièrement sensible quant à la question de son physique : il lui manque en effet deux ou trois dents et, malheureusement, cela se voit un peu trop.

María Font :

Fille aînée de l'architecte et de son épouse. Poète elle aussi. Elle mène une vie très libre tout en la cachant - en principe - à ses parents. On ne compte plus le nombre de ses amants. Citons dans le désordre Juan García Madero, Arturo Belano, Peau Divine, ce trio se perdant lui-même dans une foule de noms et de visages.

Lors de l'éclatement de sa famille, elle prend une chambre dans l'immeuble où habitent également Requena - avec qui elle a une brève aventure - Xóchitl et leur fils. Bien qu'elle ne veuille pas le laisser paraître, on sent, dès le départ, qu'elle s'étourdit pour oublier le malaise qui règne dans sa famille et plus encore la maladie mentale de son père. Personnage attachant quoique déconcertant.

Auxilio Lacouture :

S'affirme "la mère de la poésie mexicaine." Elle est pourtant uruguayenne mais pour elle, ce n'est là qu'un détail. C'est un personnage "hénaurme", incroyable, fascinant. Le passage où elle prend la parole - pages 284 à 299 - vaut son pesant d'or et représente l'un des morceaux de bravoure du roman, aussi inoubliable, mais dans un tout autre style, que le flot de pensées final de Molly Bloom, dans l'"Ulysse" de Joyce.

On ne s'étonnera pas d'apprendre qu'elle est l'héroïne à part entière d'un autre roman de Bolaño : "Amulette."

Joaquín Vázquez Amaral :

Traducteur d'un recueil de poèmes d'Ezra Pound. Maniéré mais cultivé, il rencontre les réal-viscéralistes à la présentation de sa traduction et en garde une excellente impression. La culture de Belano l'a profondément impressionné. Il précise que le jeune homme ne s'est pas montré agressif et comprend mal qu'on accole si souvent cet adjectif à ses comportements.

Lisandro Morales :

Editeur de l'anthologie de poésie latino-américaine d'Arturo Belano. C'est le romancier équatorien Vargas Pardo, l'un de ses adjoints, qui lui présente et le livre, et l'auteur. La vision qu'a Morales d'un Belano il est vrai plus proche à ce moment-là du zombie sous héroïne que de l'anthologiste sérieux et pondéré achève d'accabler le malheureux. Le passage entier déborde d'un humour féroce qui n'épargne absolument personne.

Rafael Barrios :

L'un des piliers du groupe réal-viscéraliste. Après le départ de Lima et de Belano pour l'Europe, il tente de le faire survivre en utilisant à peu près tous les moyens possibles et imaginables - y compris la mail-poetry et les cadavres exquis - mais rien n'y fait. Ce dont il n'a pas l'air de s'être consolé.

Amant - bien fatigué et souvent effrayé par ses revendications passionnées - de Barbara Patterson.

Felipe Müller :

Poète chilien, ami d'Arturo Belano et de sa famille. Après un séjour à Mexico, repasse en Espagne. Veille alors sur la mère et la soeur de Belano, qui vivent à Barcelone tandis qu'Arturo est au Mexique.

C'est lui qui accompagne Mme Belano au domicile du romancier et nouvelliste barcelonais Juan Marsé - personnage là encore bien réel. Mme Belano est porteuse d'une lettre de son fils dans laquelle celui-ci demande en toute simplicité à Marsé - qu'il ne connaît pourtant que par ses livres - d'aider sa mère à trouver du travail. Müller, évidemment, n'est pas très chaud à l'idée de cette démarche mais les choses se passent fort bien et Juan Marsé se met en quatre pour sa visiteuse.

Simone Darrieux :

Jeune fille, elle part pour le Mexique afin d'y faire des études d'anthropologie. Elle s'y amuse aussi beaucoup et fait la connaissance de Belano dont elle devient la maîtresse. (A ce propos, on se rappellera que Simone a un faible pour le Divin Marquis et se présente comme masochiste.)

Lorsque Ulises Lima débarque à Paris, il vient frapper chez Simone en se réclamant d'Arturo Belano. Lui et Simone deviennent amis mais non amants. La Française définit le caractère de Lima comme doux, serein, réservé, respectueux, prenant les gens comme ils sont, alors que, pour elle, Belano était surtout exalté et "semblait parfois haïr tout le monde."
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 3 Oct - 19:17

Les Détectives Sauvages (par ordre d'entrée en scène) ( III ) :

Hipólito Garcés :

Se prétend, avec un aplomb geignard, l'ami d'Ulises Lima. En réalité, parasite intégral qui cherche à exploiter Ulises lorsque celui-ci débarque à Paris. Garcés lui trouve par exemple, à prix d'or, la pire chambre de bonne de la capitale, rue des Eaux. Il lui propose également de partager ses repas et rafle sans état d'âme l'argent de Lima tout en ne lui cuisinant que des plats infâmes tels que pois chiches, lentilles, riz blanc à la portion congrue et cuits à l'eau.

Le plus extraordinaire, c'est que Lima ne se fâche pas - ce qui en dit long sur son caractère.

Roberto Rosales :

Poète & écrivain. Fait partie de la colonie latino-américaine vivant sous les toits de Paris, dans les chambres de bonne de l'immeuble où habite provisoirement Ulises Lima. Dès que ses membres se sont rendus compte de la nature exacte de Garcés, le groupe l'a expulsé. L'exclu revient de temps à autre, en visite, et, en l'une de ses occasions, leur présente Ulises Lima.

Sofía Pellegrini :

Faisait partie de la petite bande latino-américaine. Appréciait Lima et enrageait du surnom que certains, devant la douceur qu'il conservait face aux traîtrises de Garcés, lui avait donné : "Le Christ de la rue des Eaux."

Michel Bulteau :

Poète bien réel. Lima, qui l'admire, lui téléphone et le rencontre une nuit, à Paris. L'entretien tourne vite court : comme Bolaño le fait dire à Bulteau, il "ne savait plus quoi dire."

Mary Watson :

Jeune auto-stoppeuse et étudiante anglaise. Elle sera, elle aussi, la maîtresse de Belano, qu'elle rencontre alors qu'il est veilleur de nuit dans un camping du sud de la France. Le passage où elle intervient est l'un des gros morceaux de cette seconde partie et évoque un mini-road movie dans une atmosphère inquiétante et onirique, avec des personnages étranges, voire carrément glauques comme Hans.

Alain Lebert :

Jeune marginal plus ou moins paumé qui lit Libération et, l'été, vit dans une grotte, près du petit port de pêche où finissent par se retrouver Lima et Belano, avec lesquels il sympathise. A l'arrivée de l'hiver, il leur procure d'ailleurs du travail sur un bateau de pêche, l'Isobel.

Norman Bolzman :

Juif mexicain installé à Tel Aviv. C'est lui qui accueille Ulises Lima lorsque celui-ci débarque dans l'appartement qu'il partage avec Claudia et Daniel. A la différence de ceux-ci, il ne connaissait pas Lima.

Heimito Künst :

Marginal souffrant d'un trouble mental mal déterminé, qui partage certaines des tribulations d'Ulises Lima en Israël. Le passage qu'il y consacre est l'un des plus pénibles à lire en raison de l'incohérence et des répétitions - évidemment voulues par l'auteur. Ce sont les seules pages - de la 460 à la 481 - où l'on se sent - parfois - gagné par un doux sommeil. Pauvre Heimito ! Il est pourtant loin d'être antipathique ou sot.

Heimito désigne toujours Lima comme "le brave Ulises" sans qu'on puisse savoir si l'adjectif fait référence à la bonté ou au courage du personnage.

José "Zopilote" Colina :

Journaliste et critique qui croise les Inséparables, flanqués de Felipe Müller, dans la salle de rédaction de El Nacional. Admet lui-même s'"être attendri" sur leur fraîcheur, sur leur différence ... chose pourtant dont il n'était et n'est toujours pas coutumier.

Verónica Volkow :

Poète mexicaine et petite-fille de Léon Trotski. Ici aussi un personnage non-fictif. Bolano, Lima et Müller discutent avec elle au Nacional et elle les revoit en une autre occasion, près d'un an plus tard. L'un d'eux - Belano, en tous cas, elle pense que c'était lui - était sous l'emprise d'une drogue. Au premier regard, elle les prend pour des mendiants.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 10 Oct - 18:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Ven 5 Oct - 13:00

Les Détectives Sauvages (par ordre d'entrée en scène) ( IV ) :

Alfonso Pérez Camarga :

Rencontre les deux Inséparables chez Quim Font. Ne les tient ni pour des révolutionnaires, ni pour des écrivains - et encore moins des poètes. Ne voit en eux que des dealers. Affirme pour terminer que, sur le plan sexuel, on ne pouvait rien attendre d'eux, et moins encore, si possible, d'Arturo Belano. Les qualifie tous deux fort aimablement de "verges mortes."

Hugo Montero :

Poète et ami d'Ulises Lima. Il appartient cependant au groupe de Julio César Álamo - lequel est à l'origine de l'atelier de poésie où, pour la première fois, Juan García Madero a rencontré Lima. Ignorant de la mésentente profonde existant entre les réal-viscéralistes et Álamo, il réserve une place à Lima dans l'avion devant transporter le groupe d'Álamo - des poètes conformistes, en somme - au Nicaragua pour y faire des conférences soutenant la révolution. Lima ne se fait pas trop remarquer mais, à la fin du séjour, il semble s'être évaporé dans la nature et les Mexicains sont bien obligés de repartir sans lui.

Xóchitl García :

Poète associée au mouvement réal-viscéraliste et compagne de Jacinto Raquena dont elle a un petit garçon, Franz. Amie de María Font, qu'elle incite à reprendre l'écriture. Caractère solide, qui ne se laisse pas abattre et qui va de l'avant. Personnage très sympathique et lumineux.

Andrés Ramirez :

Chilien qui émigre clandestinement en Espagne.
Atterrit à Barcelone où, suite à un trouble bizarre de la conscience, il parvient à deviner les numéros gagnants de la Loterie. Devenu riche, achète un bar-restaurant. C'est là qu'arrive un jour Arturo Belano, que Ramirez engage comme plongeur et avec qui il sympathise.

Abel Romero :

Chilien exilé à Paris où, à l'occasion de la célébration du tristement célèbre 11 septembre 1973 qui vit la chute d'Allende, il croise Belano et sympathise avec lui dans un bar. Les deux hommes, qui ont beaucoup bu, s'interrogent sur la nature de Dieu - et sur celle du Mal.

Edith Oster :

Juive mexicaine. Gère une galerie d'art à Mexico. Amie de Daniel Grossmann et de Claudia. Fait la connaissance de Belano à Mexico. Le retrouve, des années plus tard, à Barcelone et, après maintes tribulations, devient sa maîtresse. Elle finit par rompre avec lui. Personnage malheureusement très instable, probablement en raison de sa profonde hypersensibilité.

Xosé Lendoiro :

Avocat qui parsème son texte de tant de citations latines qu'il finirait par dégoûter n'importe quel latiniste de cette noble langue. "Mécène, éditeur, directeur et poète vedette" d'une revue qu'il finance. Rencontre Arturo Belano alors que celui-ci est le gardien d'un camping. Belano seul ayant eu le courage de descendre dans une sorte de puits naturel où un jeune enfant était tombé par accident, l'avocat s'enflamme pour le personnage et, de fil en aiguille, lui dit de passer le voir à Barcelone. Mais, à froid, Lendoiro n'accepte de lui confier que des chroniques dans une revue parlant de droit et non dans sa revue littéraire. Le Chilien accepte et s'arrange pour devenir, à l'insu du père, l'amant de la fille de l'avocat.

Daniel Grossmann :

Juif mexicain, ami du peintre Norman Bolzman.
Quand ils se revoient, évoquent les aventures d'Ulises Lima à Tel-Aviv.

Susanna Puig :

Infirmière et amie, puis maîtresse éphémère de Belano. Celui-ci la "convie" à venir assister au duel l'opposant sur une plage au critique Iñaki Echavarne - un alter ego du critique littéraire, ami et exécuteur testamentaire de Bolaño, Ignacio Echevarría.

Guillem Piña :

Peintre et ami de Belano. Il lui sert de témoin dans le fameux duel.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Ven 5 Oct - 19:09

Les Détectives Sauvages (par ordre d'entrée en scène) ( V & dernier ) :

Jaume Planells :

Critique littéraire et ami d'Iñaki Echavarne. L'assiste lors du duel avec Belano.

Iñaki Echavarne :

Critique littéraire. Il ne semble pas avoir fait de critique négative sur Belano mais celui-ci estime qu'il est susceptible d'en faire et telle est la raison de leur duel. Ce personnage correspond, nous l'avons dit, à celui qui fut le critique, l'ami et l'exécuteur testamentaire de Roberto Bolaño : le critique littéraire espagnol Ignacio Echeverría.

Dans le chapitre qui est consacré à ce thème, est le premier à exprimer son avis sur la Littérature et l'Oeuvre. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie s'achève en tragédie."

Aurelio Baca :

Ecrivain, présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Mais c'est aussi parce qu'Echavarne a critiqué Baca que Belano provoque ce dernier en duel. La chose est d'autant plus étonnante que Belano lui-même ne s'est pas privé de mettre Baca en boîte dans l'un de ses livres. Baca rencontre un certain succès. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie s'achève en tragi-comédie."

Pere Ordoñez :

Ecrivain présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Très virulent à l'encontre du conformisme des écrivains espagnols et latino-américains. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie s'achève indéfectiblement en comédie."

Julio Martínez Morales :

Ecrivain présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Parle de l'honneur des poètes. Sa conclusion est aussi pessimiste que celle du précédent intervenant. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie s'achève en exercice cryptographique."

Pablo del Valle :

De son vrai nom, Pablo García Fernandez. Ecrivain présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Donne sa version amère et pessimiste de l'honneur des poètes. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie finit en film de terreur."

Marco Antonio Palacios :

Ecrivain de vingt-quatre ans présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Son discours est celui d'un arriviste satisfait. Pour lui, "ce qui commence en comédie s'achève en marche triomphale, non ?"

Hernando García León :

Ecrivain présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Ecrivain à succès - grenouille de bénitier et fumiste. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie indéfectiblement s'achève en mystère."

A noter que, dans un aéroport, il croise un certain Hermann Künst qui pourrait être apparenté à Heimito.

Pelayo Barrendoáin :

Ecrivain présent à la Foire du Livre de Madrid en 1994. Dopé aux antidépresseurs comme il est le premier à la dire, c'est un personnage lucide et amer, qui n'a plus d'illusions. Pour lui, "tout ce qui commence en comédie s'achève comme un répons dans le vide."

Clara Cabeza :

Ancienne secrétaire d'Octavio Paz. Ce qui lui a permis d'assister à la rencontre de celui-ci avec Ulises Lima au Parque Hundido de México.

María Teresa Solsona Ribot :

Culturiste et la seule amie femme de Belano à qui elle loue un temps une chambre. Avec Xóchitl, elle partage une luminosité dont on ne trouve pas la pareille chez les autres personnages, femmes ou hommes.

Jacobo Urenda :

Journaliste. Fait la connaissance d'Arturo Belano en Angola et le retrouve un peu plus tard au Liberia, en pleine guerre civile. C'est là qu'il le voit partir avec un photographe célèbre sur une route qui ne peut que les mener à la Mort l'un et l'autre.

Ernesto García Grajales :

Le seul spécialiste mexicain des réal-viscéralistes. En tous cas, c'est ce qu'il assure "en toute humilité". N'a connu ni Lima, ni Belano, ni beaucoup d'autres mais prépare une monographie sur le sujet. C'est par lui que le lecteur apprend ce que sont devenus quelques uns de ces poètes.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 17 Oct - 18:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Sam 6 Oct - 18:00

Personnages Secondaires & Silhouettes ( I ) :

Julio César Álamo :

C'est pour ainsi dire par lui que tout commence puisque son atelier de poésie permet à Juan García Madero de lier connaissance avec Ulises Lima et le réal-viscéralisme. Álamo réapparaît dans le voyage des poètes au Nicaragua pour y soutenir la révolution. Il est, inutile de le préciser, fort peu satisfait de découvrir Ulises Lima dans le même avion que lui.

Brígida :

Serveuse dans le bar où aiment à se réunir les réal-viscéralistes. D'un certain âge, elle semble plus ou moins en ménage avec le propriétaire. Le jeune García Madero paraît lui plaire et elle pousse le flirt assez loin avec lui.

Rosario :

Autre serveuse. Plus jeune que Brígida, elle tombe amoureuse de García Madero et se met même en ménage avec lui. Ce qui n'empêche pas le jeune homme de la tromper allègrement avec María Font et quelques autres dont Lupe.

Catalina O'Hara :

Peintre et poète. Amie des réal-viscéralistes. Mère célibataire. Vit avec son jeune fils, Davy.

Ernesto San-Epifanio :

Poète réal-viscéraliste & homosexuel. Fondateur du premier Parti Communiste Homosexuel Mexicain ainsi que la première Commune Prolétaire Homosexuelle Mexicaine. A la fin du roman, doit subir une opération pour une tumeur au cerveau mais, pour diverses raisons, l'opération ne réussit pas à cent pour cent et le prive de tout ce qui faisait sa personnalité. Meurt sans s'être retrouvé. Le dernier ami appartenant au groupe réal-viscéraliste qu'ait conservé Angélica Font.

Billy :

Fils de l'Ambassadeur du Mexique au Honduras. Ami de San-Epifanio.

Pancho Rodríguez :

Marginal & poète réal-viscéraliste. Vit avec sa mère, doña Panchita et ses deux frères, Moctezuma & Norberto. Amant d'Angélica Font qui rompt avec lui parce qu'il lui propose presque immédiatement de l'épouser.

Laura Damián :

Jeune poétesse morte avant ses vingt ans - renversée par un chauffard - après quelques poèmes parus. Ses parents ont décidé de créer un prix à sa mémoire mais, pour des raisons financières, ce prix fera long feu. Laura était une amie proche d'Ulises Lima.

Marcelo Robles :

Poète. Gravite lui aussi à l'ombre des réal-viscéralistes.

Moctezuma Rodríguez :

Frère de Pancho et de Norberto. Poète & syndicaliste. Dix-neuf ans. Grand et costaud, est assez lié avec Peau Divine.

Jorge Font :

Frère cadet de María et Angélica Font. Couramment surnommé "Jorgetito".

María Cristina Font :

Epouse de Quim Font et mère de María, Angélica et Jorge. Divorce lorsque s'aggrave la maladie de son mari. Passionnée de spiritisme.

Carmen :

Prostituée amie de Lupe.

Gloria :

Prostituée amie de Lupe et de Carmen. Assassinée par des policiers ripoux.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 10 Oct - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Sam 6 Oct - 18:59

Personnages Secondaires & Silhouettes ( II ) :

Paco Duarte :

Ancien professeur de danse de María Font.

Alberto :

Souteneur de Lupe et père supposé de l'enfant qu'elle a eu et qui est mort. Joue le rôle que l'on sait dans la fuite vers le Sonora.

Silvia Morelli :

Poète gravitant dans l'orbite des réal-viscéralistes.

La Tante Martita & son mari :

Oncle et tante de Juan García Madero. Ils l'hébergent depuis son arrivée à México, où il est tout de même censé faire son Droit.

Norberto Rodríguez :

Frère de Pancho et Moctezuma. Quinze ans. Va encore au lycée.

Sofia Galvez :

Ancienne petite amie d'Ulises Lima.

Octavio Paz :

Poète, essayiste et diplomate mexicain, Prix Nobel de Littérature 1990.
Il est aussi la tête de turc des deux Inséparables - et de Roberto Bolaño. A l'extrême fin de la seconde partie, il rencontre Ulises Lima dans un parc de México.

Rebecca Nodier :

Libraire de quatre-vingts ans, aveugle, qui sympathise avec le jeune García Madero.

Crispín Zamora :

Propriétaire de la librairie "Batalla del Ebro".
Espagnol. Homosexuel, il croit un moment que telle est aussi l'identité sexuelle de García Madero, ce qui donne lieu à une petite scène amusante.

Le Chauffeur de Taxi :

Exprime son opinion sur la façon dont Pancho envisage sa liaison avec Angélica. Là encore, scène pleine d'humour.

Alvaro Damián :

Père de Laura et ami de Quim Font. Va voir ce dernier à l'institution psychiatrique pour lui annoncer qu'il ne peut plus assurer le financement du prix fondé à la mémoire de Laura. Se suicide peu après.

Julio :

Poète "paysan." Assiste à la fête de Nouvel An chez les Font, alors bloqués chez eux par Alberto et ses sbires dans leur Camaro.

La Soeur de Mme Font :

Ne fait que passer pour le Nouvel An.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 10 Oct - 15:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 10 Oct - 12:15

Personnages Secondaires & Silhouettes ( III ) :

La Cousine de Quim :

Assez âgée. Participe au repas du Nouvel An chez les Font.

L'Architecte :

Ami de Quim Font. Très maigre. Invité lui aussi au repas de Nouvel An.

Peintre I & Peintre II :

Participent au repas du Nouvel An. Probablement invités par l'une des soeurs Font.

Le Père de Perla Avilés :

Ne fait que passer dans la seconde partie.

Aníbal :

Poète. Amoureux de María Font.

Gonzalo Müller :

Frère de Felipe. Gagne lui aussi l'Espagne.

Don Néstor Pesqueira :

Patron de "La Rama Dorada", le bar-restaurant où Rosado rencontre Belano et Lima. On ne le voit jamais mais Rosado est toujours prêt à le prendre à témoin.

Julia (ou Julita) Moore :

Soeur d'Alberto. Aime faire la fête. C'est elle qui a l'idée baroque d'entraîner son frère, Rosado et le groupe de poètes au "Priapo's."

Le Cinéaste :

Arturo Belano s'est fâché avec lui au sujet, entre autres, de Pablo Neruda.

Hugo Gutiérrez Vega :

Directeur de "La Casa del Lago"
, à qui Peau Divine dérobe une sculpture, pour la plus grande colère d'Arturo Belano, renseigné sur la question par Ulises Lima.

Emilio Laguna :

Peintre & ami de Rosado. Lui laisse souvent les clefs de son atelier.

Le Boîteux :

Poète avec qui María Font aurait eu une relation.

M. García :

Père de Xóchitl. Personnage très original dont on dit qu'il aurait des accointances avec la pègre.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 10 Oct - 16:19

Personnages Secondaires & Silhouettes ( IV ) :

Lupita :

Secrétaire du professeur Fombona, à l'Université de Mexico.

Le professeur Rius :

L'un des responsables de l'Université.

Vargas Pardo :

Romancier équatorien et directeur de publication chez Lisandro Morales.
Admirateur inconditionnel d'Arturo Belano. Personnage jovial.

Martita :

Secrétaire de Lisandro Morales.

Mme Belano :

Mère du poète. Souffre à un certain moment d'hyperthyroïdie. Vit en Espagne.

Carmen Belano :

Soeur d'Arturo. Jadis trotskyste comme son frère, cela ne l'empêche pas de sortir un temps avec un Andalou, membre du PC espagnol et "brejnévien bon teint."

Jimmy Cetina :

Photographe qui réalise de temps à autre des nus et même des films pornos. Connaissance de Simone Darrieux.

Elliot Murphie :

Ami du poète français Michel Bulteau.

Hugh Marks :

Compagnon de voyage de Mary Watson.

Hans :

Allemand qui descend vers le Sud et prend Mary et Hugh en auto-stop.

Monique :

Epouse de Hans.
Elle est française et son oncle a besoin de personnel pour les vendanges.

Rudy :

Très jeune enfant de Hans et Monique.

Steve & John :

Deux autres auto-stoppeurs. Le premier est originaire de Leicester, le second de Londres.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 10 Oct - 18:10

Personnages Secondaires & Silhouettes ( V ) :

Erica :

Autre auto-stoppeuse. Vient de Paris.

Trois ouvriers agricoles :

Présents chez l'oncle de Monique durant les vendanges. Ils sont espagnols.

Marie-Josée & Marie-France :

Françaises. Elles aussi participent à la récolte du raisin.

Le Pirate & Mahmoud :

Compagnons d'Alain Lebert.

Marguerite :

Jeune femme qui lit des poèmes de Desnos à la terrasse du café où Alain Lebert rencontre Belano.

François :

Vraisemblablement petit ami de Marguerite.

Rudolph :

Client allemand du café. De passage pour les vacances.

Encarnación Guzmán :

Poète elle aussi qui fut éditée dans la revue Caborca. Amie de jeunesse de Cesárea Tinajero, qui assiste d'ailleurs à son mariage. De l'avis général, n'avait guère la fibre poétique mais y croyait dur comme fer.

Pablo Lezcano :

Poète. Ami de jeunesse lui aussi de Cesárea.

Ismael Humberto Zarco :

Prépare une anthologie poétique dans laquelle Rosado cherche à faire inclure un ou deux poèmes de Peau Divine.

Pepín Morado & Adolfo Olmo :

Poètes. Amis de Rosado. Peut-être homosexuels.

Juanito Davilo, dit Johnny :

Dernier amour d'Ernesto San-Epifanio.

M. & Mme San-Epifanio :

Parents d'Ernesto. Tous deux refusent son homosexualité et sa mère l'assimile même à un trouble mental.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 10 Oct - 18:44

Personnages Secondaires & Silhouettes ( VI ) :

Francisco Segura :

Cinéaste. Surnommé "la Vieille Segura." Amant éphémère d'Angélica Font. De vingt ans son aîné.

Claudia :

Maîtresse de Norman Bolzman. Elle aura une aventure avec Ulises Lima.

Udo Möller :

Personnage louche. Se met à suivre Heimito et Lima lorsque ceux-ci sont à Vienne.

Rudi :

Garagiste. Relation d'Heimito.

Gunther & Peter :

Deux des amis indésirables d'Heimito. Se déplacent en compagnie d'un troisième individu qui reste anonyme.

Julius :

Relation des trois indésirables. Serait policier - ou l'a été.

Le Professeur de Mathématiques :

Anonyme. Mais marié et a aussi un enfant. C'est l'amant de María Font lorsque celle-ci emménage dans le même immeuble que Xóchitl García. La relation ne dure pas.

Don Juan Rejano :

L'un des responsables du supplément littéraire du journal El Nacional.

Don Pancracio Montesol :

Fait partie de la délégation de poètes se rendant au Nicaragua.

Aurelio Pradera :

Poète.
Fin styliste, dit-on. Lui aussi fait partie de la délégation.

Julio Labarca :

Assume la direction de la délégation après la disparition d'Ulises Lima.

Efrén Hernández :

Jeune poète réal-viscéraliste et ami d'Ulises Lima.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 17 Oct - 17:35

Personnages Secondaires & Silhouettes ( VII ) :

Général Diego Carvajal :

Employeur de Cesárea Tinajero.

Equitativo :

Indien yaqui au service du général Don Diego Carvajal.

Rosario Contreras :

Prostituée de luxe, maîtresse occasionnelle de don Diego Carvajal.

Jesús :

Pensionnaire de l'asile psychiatrique "La Fortaleza." C'est lui qui apprend à Quim Font la disparition d'Ulises Lima.

Sergío García Fuentes :

Avocat d'Alberto et Julia Moore.

Lola :

Ulises Lima semble l'avoir ramenée du Nicaragua. Il s'est mis en ménage avec elle. Mexicaine issue des provinces du Nord ou guatémaltèque, Lola a un enfant et aime à s'habiller en punk.

Fernando López Tapia :

Directeur de la revue Tamal dans laquelle Xóchitl publie son premier poème.

Juan Arenas :

Architecte avec lequel Quim Font, à sa sortie de l'institution pour malades mentaux, se lie d'amitié.

M. & Mme Oster :

Les parents d'Edith.

Abraham Manzur :

Fiancé d'Edith.

Nora Castro Bilenfeld :

Liaison éphémère d'Abraham Manzur.

Sainte Thérèse :

C'est ainsi qu'Edith surnomme une ancienne maîtresse de Belano.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 17 Oct - 18:28

Personnages Secondaires & Silhouettes ( VIII ) :

Le Docteur Kalb :

Médecin qui soigne Edith à Los Angeles, pour son anorexie mentale.

Cabrera :

Second mari de la mère d'Edith. Ingénieur.

M. & Mme Schwartz :

Couple de voisins de la famille Oster, aux Etats-Unis.

John :

Plombier de son état. Edith le prend pour un temps comme amant.

Rosario Alvarez :

Infirmière présente à l'hôpital où a été hospitalisée Mme Schwartz.

Perry :

Autre relation éphémère d'Edith.

Elifaz :

Le petit garçon qui, tombé dans la faille du Diable, en Galice, est repêché miraculeusement par Arturo Belano.

Melle Lendoiro :

Fille de l'avocat et maîtresse de Belano.

Quima Monistrol :

Journaliste & amie de Jaume Planells qui lui demande de l'accompagner au duel.

Herman Künst :

Homme d'affaires croisé par Hernando García León.

María José Paz :

Epouse du célèbre poète.

Don Nagahiro :

Traduit certains textes du chinois pour Octavio Paz.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 17 Oct - 18:48

Personnages Secondaires & Silhouettes ( IX ) :

Pepe :

Ami en titre de María Teresa Solsona Ribot.

Rosa :

Serveuse du pub "La Sirena" et collègue de travail de María Teresa Solsona Ribot.

Christina :

Autre serveuse de "La Sirena."

Mme Arturo Belano :

Séparée de son mari, on ne la voit jamais mais on parle beaucoup d'elle. Belano semble très attaché au fils qu'ils ont eu ensemble.

Juan Pacheco :

Culturiste et videur. Liaison d'un soir de María Teresa Solsona Ribot.

João Alves :

Noir gigantesque qui tient un bordel à Luanda, en Angola.

Simone :

Epouse française de Jacobo Urenda.

Joe Rademacher :

Journaliste
nord-américain.

Jimmy :

Barman, mercenaire et concierge
au Centre où se retrouvent tous les journalistes occidentaux à Monrovia, au Libéria.

Linke :

Journaliste allemand.

Luigi :

Photographe italien abattu sous les yeux d'Urenda et de Belano.

Jean-Pierre :

Reporter de Paris-Match.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 56752
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   Mer 17 Oct - 19:31

Personnages Secondaires & Silhouettes ( X ) :

Le chauffeur & le cuisinier du Centre :

Le cuisinier veut à tous prix retrouver sa femme et leur fils, coincés en zone occupée par l'ennemi. C'est ainsi qu'il part avec le chauffeur et les journalistes.

La femme et le fils du cuisinier:

Leur époux et père parvient à les ramener en lieu sûr.

Emilio López Lobo :

Reporter pour l'Agence Magnum. C'est avec lui que Belano "disparaîtra."

Deux policiers :

Ils vérifient les papiers de l'Impala dans le désert du Sonora.

Pepe Avellaneda :

Torero qui aurait été l'amant de Cesárea Tinajero - et qui était peut-être son cousin. Cesárea supporte d'ailleurs l'intégralité des frais de son enterrement.

Jesús Pintado :

Vieil homme qui aconte à nos fugitifs ce qu'il se rappelle sur Pepe Avellaneda et Cesárea.

Ortiz Pacheco :

Ancien torero.

Andrés Gonzáles Ahumeda :

Fossoyeur du village où est enterré Pepe Avellaneda.

Flora Castañeda :

Institutrice à El Cubo. Permet à Bolano et Lima de prendre contact avec ...

... une vieille Indienne pápago :

qui a bien connu Cesárea Tinajero lorsque celle-ci était institutrice au village.

Le Policier Corrompu :

Abattu en compagnie d'Alberto, le souteneur de Lupe.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño   

Revenir en haut Aller en bas

Les Détectives Sauvages - Roberto Bolaño

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Petit Répertoire des Personnages Dans Les Oeuvres Lues -