Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

John Gould Fletcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: John Gould Fletcher   Mer 2 Jan - 18:43

3 janvier 1886, Little Rock - Arkansas (USA) : naissance de John Gould Fletcher, poète & écrivain.

Après la Guerre de Sécession, son père et un autre vétéran, Peter Hotze, avaient fondé une société de courtage de coton qui avait vite prospéré et leur avaient apporté richesse et respectabilité. Sa mère avait par contre renoncé à une carrière musicale pour se consacrer à son mari et à ses enfants. Elle reporta toutes ses ambitions artistiques sur son fils unique.

Avec ses soeurs, Adolphine et Mary, le petit John reçut des cours particuliers à domicile et se mit à lire ce qui lui tombait sous la mains, avec un faible pour la poésie. En 1903, après une année à l'Académie Phillips d'Andover, dans le Massachusetts, il s'inscrit à Harvard, où il doit étudier les affaires et le Droit. Mais ces matières l'attirent beaucoup moins que des domaines plus créatifs. Sa mère l'a d'ailleurs convaincu que l'accomplissement artistique est plus important que le succès commercial.

En 1905, un voyage en train dans les magnifiques paysages de l'Ouest américain lui inspire son premier poème. Peu après, le décès de son père lui permet d'abandonner Harvard sans avoir obtenu aucun diplôme et de s'embarquer pour l'Italie. La fortune familiale lui garantit des revenus indépendants et la liberté d'écrire à plein temps même si les chèques réguliers de son fonds de placements n'apaisent en rien ses angoisses issues de l'enfance. De nos jours, on pense qu'il souffrait de troubles bi-polaires caractérisés par des périodes de profonde anxiété et des crises soudaines de violence.

En 1913, notre poète s'installe à Londres, où il se lie avec Ezra Pound, qu'il avait déjà rencontré à Paris. Pound montre les vers libres de son protégé à Harriet Monroe, la fondatrice du magazine Poetry et invite le jeune homme à rejoindre le groupe de poètes qu'il vient de créer, les Imagistes. Fletcher n'est pas tout à fait d'accord et refuse de revoir ses poèmes. Ce ne sera que lorsque Amy Lowell, imagiste elle aussi mais de tempérament moins dogmatique et moins rigide que Pound, supplantera celui-ci comme chef de file du mouvement que Fletcher acceptera de voir ses textes apparaître dans des anthologies imagistes.

En 1914, Fletcher regagne l'Amérique. Il écrit durant tout le voyage, se réjouissant de l'attention que les critiques ont accordée à son recueil "Irradiations : Sand & Spray". Courant 1916, il revient en Angleterre pour y reprendre sa liaison avec Florence "Daisy" Arbuthnot, épouse désormais divorcée du peintre et photographe Malcolm Arburthnot. Fletcher et la jeune femme se marient à leur tour le 5 juin 1916. Ils n'auront pas l'enfant mais les enfants Arburthnot vivront avec eux.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: John Gould Fletcher   Mer 2 Jan - 20:06

A la fin de la Grande guerre, Amy Lowell et les Imagistes sont très surpris de la nouvelle orientation littéraire affichée par Fletcher. En effet, ses poèmes du début, rassemblés dans le recueil "Irradiations" mais aussi dans "Goblins et Pagodas", tentaient, plus à travers la sonorité des mots que par leur sens, de faire naître chez le lecteur des émotions très fortes. Mais à partir de 1920, ses poèmes entendent secouer les lecteurs, les arracher à leur sentiment d'auto-satisfaction et les faire enfin se confronter à une société sinistre, que corrompent les excès de l'industrialisation et de la politique.

Ces textes-là de Fletcher doivent beaucoup au Romantisme du XIXème siècle et le placent maintenant à contre-courant des modernistes influents comme T. S. Eliot et Pound, lesquels estiment que la poésie ne devrait pas refléter le monde contemporain. Parmi ses poèmes les plus importants de cette époque, citons "Branches of Adam", qui sort en 1926 comme un écho de William Blake.

Au printemps 1927, durant un autre séjour aux USA, Fletcher rencontre John Crowe Ransom, Donald Davidson et Allen Tate. Ces jeunes Sudistes viennent de former le groupe des Poètes fugitifs et se sentent vraiment mal dans la société surindustrialisée qui les entoure. Ils décident alors de créer le mouvement des Agrariens afin de hisser la hiérarchie traditionnelle du Vieux Sud au rang de modèle - le meilleur selon eux - pour la société. Fletcher s'enthousiasme pour leur projet mais son essai sur l'éducation, grinçant, bourré d'idées qui s'opposent à la démocratie - qu'il présente au Congrès des Agrariens en 1930, est le signal d'une nouvelle crise dans sa dépression. Plus tard, en 1932, il fait une tentative de suicide et doit être interné au Royal Bethlehem Hospital. Il abandonne alors sa famille, en Angleterre, et part pour Little Rock.

Il espère qu'un retour dans un lieu si éloigné des centres de son ambition littéraire l'aidera à stabiliser son état.
Il commence à travailler avec le folkloriste Vance Randolph. Il sera l'un des premiers à attirer l'attention du public sur la grande chanteuse folk, Emma Dusunbury. Malgré tout, il ne va pas mieux.

Sa soeur aînée, Adolphine Fletcher Terry, qui milite activement pour les droits civiques, l'accueille chez elle pour une courte période. Mais c'est avec l'écrivain pour la jeunesse Charlie May Simon que le poète va enfin trouver une certaine forme de stabilité. Il l'épouse le 18 janvier 1936, tout juste après son divorce avec sa première épouse. Le couple voyage beaucoup, séjournant à New-York, Santa Fe, etc ... Cette bougeotte se calme un peu après 1941, lorsqu'ils emménagent sur la rive occidentale de Little Rock, dans une propriété qu'ils baptisent Johnswood.

Maintenant que les éditeurs s'intéressent moins aux textes de Fletcher, ce sont les droits d'auteur de sa femme qui assurent leurs revenus. John Netherland Heiskell, de l'Arkansas Gazette, commande alors au poète un poème épique destiné à commémorer le centenaire de l'Etat. Une version révisée de "The Story of Arkansas" paraîtra en 1941 dans le recueil "South Star." On notera que si le poème sur l'Arkansas marque le très récent retour de son auteur dans sa région natale, ses mémoires, qu'il publie en 1937 sous le titre "Life is my Song", sont surtout axés sur sa période imagiste.

En mai 1939, Fletcher reçoit le Prix Pulitzer de Poésie pour ses "Selected Poems", parus un an plus tôt. Il est le premier poète né dans le Sud à recevoir ce prix. Malgré cela, il peine à retrouver un lectorat valable. Son recueil "The Burning Mountain" sort, en 1946, dans une quasi indifférence. De même, "Arkansas", qui date de l'année suivante et raconte l'histoire de l'Etat, ne retient pas l'attention, et ceci en dépit de réelles qualités.

Comprenant que son nom sombre dans l'obscurité, le poète, accablé également par l'arthrite, devient de plus en plus dépressif. Le 10 mai 1950, John Gould Fletcher se suicide en se noyant dans un petit étang proche de Johnswood. Il est inhumé à Little Rock. (Merci à l'Encyclopédie de l'Arkansas sans qui cette microbiographie serait squelettique.)
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Mer 2 Jan - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: John Gould Fletcher   Mer 2 Jan - 20:07


_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: John Gould Fletcher   

Revenir en haut Aller en bas

John Gould Fletcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: INTERMEDE ARTISTIQUE, MUSICAL ... SAUPOUDRE DE POESIE :: Le Cercle des Poètes -