Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilPortailCalendrierÉvènementsGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

 

Léopold Courouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Léopold Courouble Vide
MessageSujet: Léopold Courouble   Léopold Courouble Icon_minitimeSam 2 Fév - 12:02

3 février 1861, Bruxelles (Belgique) : naissance de Léopold Courouble, nouvelliste & romancier d'expression francophone.

Né dans une famille de commerçants aisés, dans la belle demeure familiale qu'il décrira en 1904 dans son recueil de souvenirs, "La Maison Espagnole", les premières années de l'enfant sont marquées par le vaste jardin que borde la Senne, les histoires que lui raconte, à l'heure du coucher, la servante Bertine, lectrice passionnée de l"Iliade"et de récits mythologiques, la fréquentation quotidienne du quartier Saint-Géry et de ses autochtones au parler hybride et savoureux et enfin, en 1870, l'apparition des blessés français internés en Belgique.

Depuis 1868, le petit Léopold était pensionnaire à Vanves, en France, au lycée du Prince Impérial - actuel lycée Michelet. Renvoyé chez lui lorsqu'éclate la guerre franco-prussienne, il vit ce retour comme une fuite qui lui permet d'échapper à un lieu qu'il considère plus ou moins comme un pénitencier : à neuf ans, comment se complaire si loin de chez soi et dans les raides obligations du pensionnat ?

Après la guerre, Courouble passe au lycée Louis-le-Grand, à Paris. Nouvelle prison dont il ne sort qu'en 1877, pour aller achever ses humanités à l'Athénée de Bruxelles. Là, beaucoup de ses condisciples se moquent de son accent pointu et l'accusent de "fransquillonner". Mais il n'en prend guère ombrage : parler un français pur de tout accent lui plaît et même si ses romans, notamment le cycle des Kaekebroek, sont hantés par des personnages radicalement bruxellisants, il ne tient pas à en faire partie. Son éducation est strictement française et, en dépit de tout ce qu'il a pu souffrir dans les pensionnats de l'exil, il y tient.

En 1884, il sort de l'Université libre de Bruxelles avec un titre de docteur en Droit. Sa famille s'étant considérablement appauvrie, il doit travailler et s'inscrit donc au barreau. Mais le métier d'avocat ne l'attire pas autant qu'il l'imaginait et, un beau jour, il s'embarque comme simple matelot à bord d'un navire en partance pour l'Amérique. Il évoquera cette aventure sans lendemain dans "Idylle Atlantique" qui date de 1895. Le même cadre se retrouvera dans son dernier roman, "A Bord du Jacques Van Artevelde."

Il s'oriente alors vers le journalisme et signe du pseudonyme de "Maître Chamaillac" les chroniques judiciaires qu'il donne à La Réforme. En 1904, il réunira certains de ces billets dans "Mes Pandectes." En 1889, on lui propose un poste de magistrat au Congo belge. Il accepte mais le climat africain ne lui vaut rien et il doit regagner la métropole. Cette étape africaine aura sur lui une influence si forte qu'il en tirera trois livres : "En Plein Soleil", paru en 1900, "Profils Blancs & Frimousses Noires" en 1901 et "Images d'Outre-Mer" en 1903.

Le premier livre de Léopold Courouble, publié en 1893, s'intitule "Contes & Souvenirs" et constitue un assemblage assez hétéroclite. On y trouve deux histoires "bruxelloises", "Le Châtiment de Mme Keurerings" et "La Fin de Trullemans", où le parler de la capitale belge est encore assez édulcoré. Il n'en est pas de même avec "Les Fiançailles de Joseph Kaekebrouch" et "Ferdinand Mosselman." Du coup, Courouble obtient des effets drolatiques incontestables.

Curieusement, cet auteur qu'on tient pour l'inventeur du "roman bruxellois", n'aime guère ce parler, comme il s'en explique dans "Notre Langue", un opuscule paru en 1898. Et pourtant, en 1901, il sort "La Famille Kaekebroek", où s'affirme, dans toute sa gloire, le parler bruxellois. Mieux : il l'utilise encore dans les romans suivants, "Pauline Platbrood" et "Les Noces d'Or de Monsieur et Madame Van Poppel" en 1902, "Les Cadets du Brabant" en 1903, "Le Mariage d'Hermance" en 1905, "Mme Kaekebroek à Paris" en 1910 et, après une longue interruption il est vrai, "Le Roman d'Hyppolyte", en 1927. Bien qu'il n'appartienne pas au même cycle, "Le Peit Poels", qui date de 1913, est de la même veine.

Le public réserve un accueil enthousiaste à ces romans d'un type nouveau de roman régional, pour ces intrigues simples, que piment anecdotes et personnages pris sur le vif. Le style y est allègre et imagé et forme un contraste comique avec le français complètement dénaturé des protagonistes.

Hélas ! Le 23 avril 1915, la mort du fils de Courouble, Robert, qui se battait sur le front de l'Yser, provoque un tel choc chez l'écrivain que, dès la guerre terminée, il quitte la Belgique et s'installe à Toulon. Il envoie quelques articles à La Gazette et correspond avec l'Académie royale, dont il est devenu membre en 1921. Mais, en 1927, l'appel de l'écriture est le plus fort et il revient à ses anciennes amours avec, donc, le fameux "Roman d'Hyppolyte", dont l'action se situe durant la Grande guerre et qui clôt, de façon assez tragique, le cycle des Kaekebroek. Suivent "Prosper Claes" en 1929 et "L'Etoile de Prosper Claes", un ans plus tard.

Léopold Courouble décède à Bruxelles, le 17 mars 1937.

On peut se procurer assez facilement nombre de ses ouvrages.

(Merci au site de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, sans qui cette minibiographie eût été bien plus maigre.)Léopold Courouble Chapeau2
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65658
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

Léopold Courouble Vide
MessageSujet: Re: Léopold Courouble   Léopold Courouble Icon_minitimeSam 2 Fév - 12:03

Léopold Courouble Courou10

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Léopold Courouble

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: L'Anniversaire du Jour -