Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Mauthausen (Album Mémorial) - Paul Le Caër / Bob Sheppard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité



MessageSujet: Mauthausen (Album Mémorial) - Paul Le Caër / Bob Sheppard)   Sam 23 Fév - 10:08



En me replongeant dans cet album que j'ai depuis quelques années maintenant, je fais un retour en arrière... Un retour dans les années 90 où je suis allée visiter Mauthausen. Plusieurs choses m'avaient alors frappée, hormis, bien sûr, la cruauté intrinsèque à la teneur même de l'infrastructure. Le village tout d'abord : petit village paisible où rien ne transparaît de la barbarie ayant eu lieu à quelques mètres de là. La route ensuite, qui grimpe à travers la forêt... une route qui n'en finissait plus. J'imaginais déjà à quel point il avait dû être difficile pour ces pauvres prisonniers de s'échapper, surtout dans leur état. Rien ne leur facilitait la fuite. Tout avait été étudié pour que cette forteresse morbide soit leur dernier lieu. Un silence pesait, lourd, comme une chape. Pourtant, nous étions en avril / mai : les oiseaux auraient pu chanter. Mais d'êtres vivants, hormis les visiteurs, point. L'atmosphère devenait étouffante. Et là, l'entrée : entrée pour ces pauvres victimes d'un côté, piscine pour les officiers de l'autre... paradoxe renforçant d'autant plus l'incongruité de la chose, l'horreur absolue. Après avoir tout visité, petit tour du côté de la carrière : les fameuses 186 marches ! Des marches inégales qu'il devait être très difficile de remonter, surtout après une journée de dur labeur. Quand on pense que tout un chacun devait monter les lourds blocs qu'il venait de tailler, cela fait froid dans le dos.

Cet album est un des plus complets que j'ai pu lire car il associe textes (français-anglais et photos. Bien évidemment, je ne peux pas le lire de la même façon qu'un lecteur lambda ne connaissant pas le camp (enfin, les camps, car il y a des annexes). Et encore, il ne reste que quelques baraquements... rien de comparable avec ce qu'il existait réellement. Pour le compléter, il faut lire les romans de Christian Bernadac. Cela permet de ne pas oublier et de conserver le devoir de mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mauthausen (Album Mémorial) - Paul Le Caër / Bob Sheppard)   Sam 23 Fév - 10:09

Extrait :



La carrière Wiener Graben



Le chemin



C'est par un long chemin mal empierré qu'au départ du camp les détenus descendaient vers l'escalier des 186 marches. C'est sur ce passage que la tuerie commençait.



L'escalier



L'escalier de la carrière compte 186 marches. Construit par les détenus et plusieurs fois remis en chantier, il représente une accumulation de souffrances et de meurtres qui font que chaque marche a été arrosée de sang humain.



La carrière



La carrière "Wiener Graben" (carrière de Vienne), d'où sont sorties les pierres de la forteresse, faisait partie des camps et lui était rattachée par une enceinte extérieure.

Les 186 marches descendues, une longue journée de travail commençait après l'appel. Les détenus devenaient alors des forçats et la carrière un bagne. Soumis à l'encadrement de gardes-chiourme qui, à chaque instant, détenaient le pouvoir de battre et de tuer, ils étaient condamnés à porter sans relâche des pierres, à les charger, les percer, les tailler ou les arracher à mains nues au bas des éboulis.

La carrière vivait en permanence dans le tumulte de tous les bruits confondus : trépidation des marteaux-piqueurs, halètement des compresseurs, chocs des wagonnets, hurlements des kapos. Ce bagne où nul n'avait le droit de rester immobile ressemblait à une fourmilière humaine. Selon le temps ou la saison, les détenus y peinaient dans la boue ou dans le nuage transparent d'une poussière grise.
Revenir en haut Aller en bas

Mauthausen (Album Mémorial) - Paul Le Caër / Bob Sheppard)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -