Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Le pestiféré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7725
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Le pestiféré   Ven 1 Mar - 8:59

C'est un pestiféré
Un pestiféré parmi d'autres pestiférés
Qui font jamais un concours de pestiférés
On n'en a rien à foutre du coeur grand comme un cosmos
D'un pestiféré à pourtant belle âme
Puisque c'est un apache
Un pestiféré
Qui a vociféré
Certes avec ses petits mots à lui
Des petits mots pas piqués des hannetons
Qui ont pas plu
Pas plu du tout
Ce fut la bronca
La bronca d'un quarteron d'un quinqueton d'un sexteton
De coincés qu'aiment pas quand c'est pas aseptisé
Et qu'ont cafté au Grand Muphti
Alors alors le très beau le très profond le très émouvant et très applaudi
Enfin le registre beau tableau de peintre
Du pestiféré qu'a quand même une belle âme
N'a plus eu droit de cité
L'on ne retient que sa pestilence
Sa pestilence pétée fesses écartées
Au beau milieu du salon de thé
De ces braves gentes gentiment devisant
Depardieu a fait pire et bien pire mille fois pire à vrai dire
Céline et Fante n'ont pas fait dans la dentelle en leur temps
Mais ce sont quelques uns de ces pestiférés
Par les coups qu'ils portent sur les croûtes de petits coins de terre
Petits coins de terre dont ils sont expulsés
Par les Grands Muphtis
Oui ce sont ces pestiférés
Qui par delà les mers gelées les déserts les montagnes les marais
Portent leurs pas en avant du temps des modes et des supercheries
Et des braves gentes gentiment devisant
Des braves gentes qui grincent des dents au moindre caillou dans les lentilles
Des braves gentes caftant au Grand Muphti à l'occasion
Comme dans ces temps troublés de la dernière guerre mondiale
Où l'on dénonçait son prochain parce qu'il était Juif ou Romanichel ou mauvais voisin
Expulsé banni honni vitupéré
Le pestiféré
Déchiré détruit effacé le petit coin de ciel
Qu'il avait pourtant ouvert
Et qui avait tant plu aux braves gentes gentiment devisant
De littérature de poésie de mille petits riens de cette vie qui court qui bat
Le pestiféré
On lui enlève même la possibilité
De jouer au mort qui voit ce qui se passe après son enterrement
Et entend ce qui se dit dans le petit coin où il n'ira plus


Debout les damnés de la Terre

Debout les damnés les pestiférés de la Terre entière
On l'a toujours été debout
Avec ou sans kalachnikov
Poètes ou écrivains ou écrivaillons
Curés ou guerilleros
Peigne-culs ou même Grands Muphtis de l'art de la poésie de la littérature
Y'en a en effet de ces pestiférés de tous les coins de terre
De tous les sud de tous les nord
De toutes les écoles ou d'aucune école
De tous les déserts de toutes les plaines de toutes les montagnes
Qui ont pas droit de cité ou qui au contraire ont droit mais dans ce cas ce droit
C'est un droit concédé par les Grands Muphtis du Vase Sacré
Pour cause de galette à se foutre dans le gosier et de marchés juteux
En regardant le citoyen lambda se baisser pour ramasser les miettes
Debout les damnés on l'a toujours été on le sera toujours
Ne vous en déplaise braves gentes devisant gentiment ou vociférant ou caftant


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7725
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le pestiféré   Ven 1 Mar - 13:20

... Je ne pense pas que les "pestiférés"... fassent entre eux, pas plus qu'ils n'organisent sur la grande scène publique du monde... des concours dans le genre "à qui sera le plus puant, le plus délirant, le plus déjanté, le plus scandaleux, le plus pestiféré"...
En revanche les "bonnezébraves gentes bien pensantes et bien aseptisées civilisées olive dans le trou de bale bien coincées dans leurs principes... surtout quand elles font de la littérature, de la poésie et des courriers de lecteurs... participent à des concours de printemps des poètes et, pudiquement, font les modestes alors qu'elles aimeraient bien gagner le joli concours qui leur ouvrira les portes de la Postérité littéraire, les portes des grandes maisons d'édition...

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7725
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le pestiféré   Ven 1 Mar - 23:00

... Je pète en levant et écartant la fesse gauche haut et fort et puant sur tous ces concours de poésie, de beaux textes, de belles petites nouvelles du Printemps des Poètes et d'autres manifestations annuelles d'écriture et de littérature de roman et de tout ce qu'on voudra d'écrit avec règlement du concours envoi en six exemplaires par la poste réponse dans six mois jury de personnages charismatiques ou de sommités de la littérature grand public...
Dans tous les cas, on ne verra jamais dans ces concours, élu un type ou une typesse qui fend la mer gelée d'un coup de hache.
Et dire que tant et tant de braves gentes y croient croicroient à ces concours ! A dire vrai, sur les cent meilleurs du lot on n'en prend que trois on se demande sur quels critères ! Trois qui de fait, ne sont pas meilleurs que les autres ! Du chiqué du pipeau oui tous ces concours! Et pendant six mois tu fantasmes tu t'éclates la tête jusququ'au jour où tu reçois la lettre du Grand Comité pour te dire en gros que t'as paumé le concours du printemps des poètes ! Va te faire voir, et bonjour et à l'année prochaine !
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7725
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le pestiféré   Sam 2 Mar - 7:37

... Je pense à cette chanson de Georges Brassens, La mauvaise réputation :
"Les braves gens n'aiment pas que... "
... Et à Coluche, qui en 1985 sur Europe 1, et à la télé parfois, n'était pas "en odeur de sainteté", et que beaucoup de "braves gens" de ce beau pays de France trouvaient "vulgaire"... Mais qui, vingt ans après sa mort, est regretté, loué même, par bon nombre de ces mêmes gens, y compris dans ces "petits coins gentillets et aseptisés" où devisent des quarterons, des quinquetons, des sextetons de coincés et de "correctement pensant" ...
Ah, qu'il en faudrait, en refaudrait, de ces trublions de la scène ou de la littérature, pour secouer les burnous, les jolies mantilles, les costard-cravate ou les jeans de marque troués râpés !

_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7725
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le pestiféré   Jeu 28 Mar - 7:54

... C'est ceci, qui a été découvert, et qui n'a... Pas plu pas plu pas plu mais pas plu du tout... Et qui me valut d'être hué poussé au fossé interdit de séjour :

Je me cite :

Et ce qui me scie, c'est de voir, sur tous ces forums "bon enfant, gentillet, avec du ma chatte mon poutou mon loulou ma machinette adorée et plein de mots sucrés", pulluler comme des légions de fourmis évidemment pas rouges ni piquantes, toutes ces dizaines de petits messages brefs, tous aussi insipides les uns que les autres, pour parler de la pluie et du beau temps, de la dernière émission télé devant laquelle on s'est pâmé, pour s'envoyer à longueur de journée tout un tas de petits potins plus ou moins perso ou en rapport avec des gens, etc. ... Toutes ces mielleries, ces tartes-à-la crème, ces espèces de politesses formulées de la même manière... ! Ah, heureusement, il y a les "smiles" (qui valent mieux que tous ces petits discours à la noix) et y'en a, c'est vrai, de rigolos, de ces smiles ! Non, c'est pas comme ça, que je vois le Net, la communication ! les blogs, les forums !
J'aspire... à une "toute autre dimension" !
Bon sang! Du musclé, de l'épicé, du vrai de vrai, du pas piqué des hannetons, de la vraie poésie, quoi! Du vocabulaire! De la pensée, du vrai débat... Et non pas toute cette marmelade édulcorée de bon aloi à longueur de journée, pire que le désert du Gobi à traverser!
(janvier 2013, dans un fil sur l'homosexualité et l'adoption, sujet aussi d'un fil ouvert dans un autre forum et dans lequel j'étais intervenu pour dire en gros, que "par le trou de bale je trouvais ça dégueulasse"... Ce qui m'avait valu quelque avertissement, et quelques "levées de bouclier" dans le dos)...

Ceci, donc, qui a été découvert, l'a été en fait, parce que sur le forum en question où je ne postais plus depuis un mois, l'un des administrateurs a eu l'idée de parcourir d'abord quelques pages de mon site, et ensuite il s'est rendu sur NB (en lien dans mes liens sur ma page accueil de mon site) et il est tombé sur ce fil "l'homosexualité et l"adoption"... Résultat : un MP "soufflage dans les bronches" pour me dire "qu'on avait été outré de lire ça"... Bien que je ne nommasse point le forum en question (ils s'étaient sentis visés)...

... Oh combien je déteste, oh combien "ce n'est pas mon genre", oh combien cela m'horripile, oh combien je trouve cela "cul-cul"... Toutes ces minauderies, ces mots sucrés, ces "ma poupoune adorée", et tant d'autres niaiseries caramélisées qu'on lit dans les forums, sur les réseaux sociaux, entre membres et pseudo-amis parfois!
Ce sont justement ceux et surtout celles qui ont "ce langage là", qui, au moindre pet un peu odorant, "montent sur leurs grands chevaux" ou "en font un fromage" et te fustigent soit directement (mais le plus souvent indirectement en "caftant au Grand Muphti" comme je dis dans "Le Pestiféré")...
J'aime mieux encore, avoir affaire à de vrais salauds, à des gens du genre "toutou féroce" qui aboie pour un oui pour un non au cycliste dépenaillé et inconnu qui passe dans le lotisssement... (au moins, ceux là, on sait à quoi ils ressemblent)...

J'affirme, je décrète :

Que nul, où que ce soit, en quelque espace de communication que ce soit, n'a le droit de me censurer : l'on peut me "rentrer dans le lard", me contester, mais pas me censurer.
Je suis "assez grand" pour me censurer moi-même (à vrai dire -nuance- pour me "gérer" moi-même, gérer ce que j'écris et de la manière dont je l'écris)

J'affirme, je décrète :
Que les plus grands amoureux, sur cette Terre, ne sont pas forcément ceux qui font des poutou-poutou et des tas de mamours.
Que les plus grands amoureux sur cette Terre ne sont pas ceux qui ont et désirent autour d'eux une cour, toute une cour d'adorateurs.
Que les plus grands amoureux sur cette Terre ne sont pas ceux qui "font dans leur culotte" quand ils rencontrent un interlocuteur "un peu difficile", ni ceux qui entrent en pâmoison parce que flattés dans leur sensibilité.
Les plus grands amoureux sur cette Terre sont ceux qui, quand il le faut vraiment, tapent le poing sur la table.
Les plus grands amoureux sur cette Terre passent parfois pour des pestiférés.
Mais ce sont ces "pestiférés" que l'on doit laisser causer, et honte à ceux qui les censurent !


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7725
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Le pestiféré   Jeu 28 Mar - 14:13

... Quand je pense que des gosses en cour de récré d'école primaire, aujourd'hui, peuvent dire tout comme moi "par le trou de bale c'est dégueulasse", à propos des pédés... Aujourd'hui, oui, en 2013... Mais aussi et autant, avec les mêmes mots que moi ils pouvaient dire les mômes, dans les cours de récré des écoles primaires en 1930 ou en 1950... Je me dis que c'est ridicule, vraiment ridicule (et d'une hypocrisie monumentale, d'une morale cathéchismique troudebalesque)... de prétendre "qu'il faut protéger les mineurs" !
Certains mineurs, n'en déplaise à des tas de coincés moralisateurs et bien pensants, sont bien plus adultes que certains adultes ! Au moins les mômes dans les cours de récré, ils appellent un chat un chat, ils font pas dans la dentelle, et ils en auraient en remontrer à tous ces administrateurs de forums du Net qui inscrivent tous dans leurs chartes des règles pour "protéger les mineurs" !
Et les mômes ils ont pas attendu l'arrivée d'internet, des sites où l'on cause de sexe, de facebook, et de toutes ces choses là : déjà en 1930 et en 1950, au temps où y'avait que Mickey, Bibi Fricotin et Les Pieds Nickelés, au temps des colonies et centres de vacances à curés, ils parlaient de trou du cul, des pédés, des gouines, de la baise, et ils savaient que dans des murs de couvents démolis on trouvait des carcasses de bébés ! J'en sais quelquechose de tout ça, pour avoir été môme dans les années 50 dans les écoles que j'ai fréquentées : on n'était pas des enfants de choeur !
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pestiféré   

Revenir en haut Aller en bas

Le pestiféré

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -