Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'écriture de soi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7940
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: L'écriture de soi   Jeu 16 Mai - 9:11

J'ai eu récemment sous les yeux (à la médiathèque de Mont de Marsan dans le hall de lecture) un numéro du Magazine Littéraire (que d'ailleurs il m'arrive parfois d'acheter et de conserver)...
Dans ce numéro j'ai lu un article de plusieurs pages intitulé "l'écriture de soi" (autobiographie, autofiction) et j'ai été amené à me poser cette question :
"quelle destination pour l'écriture de soi" ?
Oui, dans le genre "autobiographique" ("se raconter", parler de soi, écrire ses "mémoires", ses souvenirs, l'histoire de sa vie) ou dans le genre "autofiction" (ce qui revient à peu près au même, mais en mettant en scène un personnage principal qui ressemble à l'auteur, ainsi que des personnages fictifs ressemblant à des personnages réels ayant existé ou existant)... A qui, à quel lectorat, à quel public, peut s'adresser cet écrit autobiographique ou d'autofiction?
Je vois deux réponses qui ne me satisfont pas :
-Ecrire "pour soi" (pour se libérer de quelque chose?) Mais dans ce cas, c'est (pour moi) comme "parler tout seul entre 4 murs" et je n'en vois l'intérêt que à condition de croire en un Dieu ou à quelque chose qui ressemble à Dieu... (et je trouve cette entreprise là, d'écrire comme on prierait tout seul en parlant entre 4 murs... "un peu désespérant")...
-Ecrire pour "les autres" mais quels autres, quel autre ? Et dans ce cas, est-ce que ça peut intérésser les autres, ou quel autre? Si c'est pour "dans sa famille", pour transmettre à ses enfants, petits enfants, personnes de sa famille...oui peut-être (et encore...) ?
C'est donc un "problème"... la "destination"... Qu'en pensez vous ?


_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Jérôme Nodenot
Littérophage Nota Beniste Gourmand
Littérophage Nota Beniste Gourmand
avatar

Masculin
Taureau Chat
Nombre de messages : 295
Age : 43
Localisation : Toulouse
Emploi : Restaurateur
Loisirs : Ecriture, lecture, musique
Date d'inscription : 11/06/2012

MessageSujet: Re: L'écriture de soi   Jeu 16 Mai - 13:18

Déjà, je pense que tous les auteurs travaillent, de près ou de loin, l'écriture de soi. Parfois, ils l'insèrent dans un projet plus ample, c'est vrai, mais quand même, à la base, la motivation première est à mon avis toujours très personnelle.

En ce qui concerne les autobiographies "déclarées", l'écriture du "je" sans maquillage, cela reste intéressant pour le lecteur quand il s'agit d'un personnage célèbre (écrivain ou non), mais parfois aussi quand c'est très bien écrit : "Les mémoires d'outre-tombe", par exemple, sont sans conteste le chef-d'oeuvre de Chateaubriand ; la poésie de Victor Hugo, comme "Les contemplations", est très plaisante à lire pour beaucoup d'entre nous.

D'une manière générale, quand on parle de soi, on ne parle jamais QUE de sa petite personne, il y a souvent un élargissement possible, voire une identification, de la part du lecteur. Par contre, à mon avis, le talent dans l'écriture (manière de raconter, style, etc.) prend là une importance encore plus grande, pour éviter le côté gnangnan, mièvre, soporifique.

Enfin, faut-il avoir du vécu pour pouvoir se rendre intéressant auprès des autres quand on se raconte ? Je n'en suis pas sûr. Un auteur peut avoir fait une guerre ou des tonnes de voyages et t'ennuyer quand il en parle, et d'un autre côté un auteur peut se rendre irrésistible en racontant trois fois rien. Tout est une affaire de style, décidément.
_________________
Mon blog : http://legallicanautedesnainesbrunesetnoires.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

L'écriture de soi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LES PETITS MONDES MAL PENSANTS ET POLITIQUEMENT INCORRECTS DE CERTAINS NOTA BENISTES :: Le Coin de Yugcib -