Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Marchands de participes d'Yves Sandre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 27 Aoû - 20:52

La famille Sandre.

L’historienne Mona Ouzouf, retrace l’histoire de cette famille d’après quatre cahiers  conservés dans la famille jusqu’à nos jours depuis le XVIII° siècle, dans l’ouvrage   La classe ininterrompue.Cahiers de la famille Sandre, enseignants. 1780-1960. Hachette littérature, 1979, 437 pages.

Du Directoire à la V° République, ces cahiers présentent quatre récits rédigés par quatre personnes unies par la filiation et le métier : celui d’instituteur et d’institutrice  et le plus souvent en milieu rural.

Bertrand Sandre, né en1772, rédige en 1798 Histoire de ma vie. Le récit est à la troisième personne. Issu d’une famille de négociants dans la région de Briançon, plutôt aisée et soucieuse de donner une instruction à ses enfants en les envoyant au couvent ou au séminaire. Bertrand se destine à la prêtrise comme l’ont déjà fait plusieurs membres de sa famille et poursuit des études lui permettant de suivre cette voie. La Révolution de 1789 suivie de la Constitution civile du clergé le décide à renoncer à ce projet car il refuse de prêter serment. La suite des événements le conduit à s’expatrier à Gênes où il devient quincailler. Il revient néanmoins régulièrement en France à Chantemerle dans les Hautes Alpes, où son épouse dirige avec ses domestiques une importante exploitation tout en étant attentive à l’éducation de leurs 14 enfants. Les malheurs de son commerce le contraignent à revenir en France et il songe à ouvrir une école. Il a été un temps précepteur chez un riche marchand de draps à sa sortie du séminaire. Les notables de Chantemerle lui envoient volontiers leurs enfants essentiellement durant l’hiver. Néanmoins, Bertrand, qui a pleuré la mort de Louis XVI, met fin à l’expérience, le jour où un fils de menuisier monte sur la table en criant : «  Vive la République ! »

Baptiste Sandre, son fils, né en 1824, apprend le latin et le service de la messe auprès de son oncle, curé à la cathédrale de Gap. Quelques années plus tard, contraint, par des pères maristes, de redoubler sa rhétorique  au motif de couplets imprudemment exaltés dans un hymne à l’ange gardien, il est dégoûté d’un coup de la prêtrise et décide d’être instituteur public. Il exerce comme instituteur public indépendant dans plusieurs communes de Saône et Loire dans des classes aux effectifs particulièrement chargé allant jusqu’à 90 garçons à Iguerande ou Gilly sur Loire. Chantre à l’église, il compose des hymnes religieux ce qui ne plait pas toujours à la municipalité en place. Il se rend compte que ses études au séminaire ne lui ont pas tout appris. Il peut enseigner à lire et à écrire mais il ne maîtrise pas les quatre opérations. Comme aucun de ses supérieurs ne peut lui transmettre les secrets de la division, il devient son propre instituteur et se met à la tâche pour maîtriser cette opération et l’enseigner. Il s’oppose au Préfet qui limite le nombre maximum d’enfants bénéficiant de la gratuité de l’enseignement primaire et s’il apprend qu’une famille n’envoie pas tous ses enfants à l’école parce que tous ne bénéficient pas de la gratuité, il n’hésite pas un instant à les accueillir pour les instruire. Il met au point un Livret d’écolier permettant de suivre les progrès de l’élève et ouvre un cours d’adultes. En 1861, il participe au Concours entre les instituteurs sur les besoins de l’Instruction primaire dans une commune rurale du point de vue de l’école, et rédige un important mémoire sur le sujet. En 1880, il est mis d’autorité à la retraite par le Préfet de la République pour avoir reçu dans son école la visite d’un curé accompagné du’n père jésuite. Il obtient la gérance d’un magasin d’objets pieux à Paray- le- Monial dont les pères jésuites seront expulsés. L’un de ses fils est ordonné prêtre en 1889.

Sa vie privée est marquée par la mort de 5 de ses enfants et l’une de ses filles demeure invalide à la suite d’une maladie.  Très attaché à sa famille, il est particulièrement affecté par ces épreuves. Son récit, entrepris à la fin de sa vie est rédigé à la première personne.

La commune de Mussy sous Dun où il a exercé de 1864 à 1867  lui rend hommage sur le site non officiel de la commune.

Joseph Sandre, son fils, né en 1850, reçoit une éducation religieuse à laquelle il restera fidèle jusqu’à sa mort. Il entre à l’Ecole Normale de Mâcon en 1867. Il a effectué à pied les 80 km allant de Mussy sous Dun à Mâcon en compagnie de son père qui l’a préparé, lui et un ami, aux épreuves du concours. Pour constituer son trousseau il a dû travailler environ 3 mois comme canut pour le compte d’une importante soierie lyonnaise. Il ressent douloureusement le choc de la guerre de 1870 et prend ses distances avec son père Baptiste auquel il reste néanmoins très attaché. Il se marie en 1871 et tient une comptabilité très serrée. En 1877, avec deux enfants à charge, ses revenus se limitent à son salaire, 800 francs ; le chant à l’église, 100 francs ; le secrétariat de mairie, 60 francs, et divers travaux, 20 francs. Comme il doit rembourser 175 francs d’emprunt, il reste 1,10 franc par personne et par jour. Le couple aura 7 enfants et élèvera la fille de l’un de leur fils veuf à deux reprises. Au cours de sa carrière, Joseph exerce dans plusieurs localités. A Bragny et Saint-Vincent, dépendant du canton de Palinges en Saône et Loire, il n’y a qu’une seule école pour les deux communes qui ont chacune leur maire et leur presbytère. Il a donc 75 élèves garçons dans sa classe et sa collègue institutrice environ autant. Il les divise en 4 niveaux et s’organise au mieux. Il manque des tables et fait appel à la charité publique pour s’en procurer.                                                                              
 En 1889, il est déplacé à Ormes car il a déplu dans la localité précédente, à la femme du sénateur. Il est mal accueilli par le maire, hostile à la religion et est l’objet de plaintes venant d’habitants n’ayant pas d’élèves à son école. Ses compétences et ses résultats lui permettent de s’intégrer mais, victime d’une cabale dont il démasque les instigateurs, il choisit de terminer sa carrière à Vérizet où il restera dix ans et déploiera une activité débordante jusqu’à sa retraite. Se sentant épuisé à la fin de l’année 1905, il sollicite sa retraite.

Au centre de la vie communale, Joseph, curieux de tout et avide de connaissances dans de nombreux domaines, reste néanmoins le dernier des personnages dans la hiérarchie des notables et fréquente plutôt les humbles. Il définit ainsi son choix de vie   «…entièrement à ma tâche et me tenant éloigné des discussions politiques, des rivalités locales et de tous les « potins » de village où l’on ne peut que se brûler les ailes. »  Catholique fervent, il demande à être enterré avec le crucifix qui a été enlevé de sa classe. Néanmoins, confiant dans le progrès en marche le trésor qu’il a toujours conservé précieusement n’est pas une médaille pieuse mais un autographe de Pasteur. Ses mémoires, rédigés à la première personne offrent un témoignage remarquable de la société rurale de son temps et de son évolution.

Marie Sandre,fille aînée de Joseph demeurée célibataire pour se consacrer totalement à son métier, répond en 1961 à une enquête menée par jacques Ozouf aux instituteurs retraités de la III° République. Elle a 80 ans. Formée l’École Normale d’Institutrices de Mâcon, elle obtient son premier poste en 1900 et achève sa carrière comme directrice d’une école à 15 classes au Creusot.

Son neveu Yves Sandre, né en 1913, agrégé de Lettres, a conservé les cahiers de Bertrand, Baptiste et Joseph. Il a enseigné en lycée jusqu’en 1965 et plus particulièrement à Vitry le François de 1936 à 1957, puis est devenu maître de conférences jusqu’en 1975. Il est l’auteur de plusieurs recueils de poésie, de romans pour la jeunesse et a romancé l’histoire de ses ancêtres dans deux ouvrages : Marchands de participes et  Marie des autres publiés aux éditions du Seuil.

  °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Joseph fait le bilan de ses dix dernières années d’exercice à Vérizet.

«  J’ai exercé mes fonctions pendant 10 ans à Vérizet et ces 10 années comptent assurément parmi les plus laborieuses de ma longue carrière.                                        
L’on conçoit quels labeurs je devais m’imposer : à l’amicale, c’était le souci de la bonne marche de la société, les réunions, les conférences populaires avec projections lumineuses, l’organisation de nos fêtes, les répétitions des chants et des saynètes ; à la société des secours mutuels j’avais les assemblées générales, les allocutions du président, les comptes rendus moraux et financiers du trésorier, les toasts de M. Large, ses discours aux funérailles des sociétaires, les comptes rendus des séances, l’établissement deux fois par an du compte des recettes et des dépenses, les statistiques annuelles, la recette des cotisations quand Charles Janaud était empêché ; aux pompiers, à la mutuelle- bétail, je donnais souvent un coup de main pour les diverses écritures ; le syndicat des digues, le bureau de bienfaisance me prenaient encore un certain temps ; à la mairie , la besogne était écrasante : il y avait toujours quelque projet en l’air, de volumineux dossiers à préparer pour l’achèvement de la maison d’école des filles, dont les travaux chevauchèrent sur trois exercices, la construction des lavoirs et d’abreuvoirs publics, l’établissement ou la rectification des chemins,, tout ecla en surplus de la besogne courante ; puis des arpentages ; divers travaux pour les particuliers (…) ; la monographie de Vérizet –Fleurville en quatre volumes, ; divers travaux pour l’académie et pour M. de Quercize ; une correspondance personnelle très chargée…que sais-je encore ? Ma vie à Vérizet , je l’ai dit souvent, était un véritable tourbillon.(…) Mais, comme je l’ai souvent dit aussi, je me délassais d’un travail par un autre travail ; et tout au moins y avait-il quelque variété dans mon surmenage. Tout cela d’ailleurs ne m’empêchait nullement de cultiver mes fleurs et mes légumes et d’avoir le jardin le mieux tenu du pays ; ni non plus de me donner tout entier à mon école et de faire mes cours aux adultes trois mois de l’année. »


Dernière édition par charpentier hélène le Jeu 29 Déc - 10:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 10:27

Les marchands de participes sont les instituteurs du XIX° siècle.

Ce roman d'Yves Sandre, retrace la vie privée et professionnelle de son ancêtre Jean-Baptiste Sandre qui ouvre sa première école indépendante dans une grange de la ferme familiale afin d'instruire les enfants du peuple durant les mois d'hiver, gagner un peu d'argent car la notion de gratuité et d'obligation ne viendra que progressivement , tout en aidant aux travaux des champs de mai à octobre. Il effectue ensuite toute sa carrière dans le département de Saône et Loire dans des conditions matérielles qu'aucun instituteur n'accepterait aujourd'hui et devant affronter selon les villages où il est nommé, soit l'hostilité du maire qui lui reproche d'être catholique, soit l'hostilité du curé qui lui reproche d'être séduit par les idées de Jean Macé, fondateur de la Ligue de l'Enseignement le 25 octobre 1966 et dont l'objectif est de valoriser le métier et lui accorder la considération qui lui revient.
Je découvre à la page 165 de ce roman que la Ligue de l'Enseignement fondée par jean Macé est identique à celle qui existait déjà en Belgique.

Yves Sandre modifie le nom de son ancêtre qui devient Jacques Ranson. Pour le reste, la carrière de Jacques Ranson, relatée à la troisième personne, est calquée sur le récit à la première personne de Jean-Bapiste Sandre, écrivant ses mémoires à la fin de sa vie, récit présenté par Mona Ouzouf dans La classe ininterrompue et dont j'ai déjà parlé. Ce roman très dense, particulièrement bien écrit, analyse finement l'évolution psychologique du personnage central au fil des événements historiques et du paysage mental.
On découvre que Jean-Baptiste Sandre est à l'origine du livret scolaire permettant de suivre les progrès ou les difficultés des élèves et qu'il rédige un mémoire substantiel sur l'importance de l'enseignement primaire dans la société de son temps, mémoire dont s'inspireront en haut lieu quelques réformateurs.

Revanche de l'Histoire, c'est le village de Mussy-sous-Dun, où Jean-baptiste Sandre n'est resté que 3 ans parce qu'il s'opposait à la fois au maire et au curé, qui rend aujourd'hui hommage à cet instituteur qui y a laissé son empreinte.
le site ici

J'envisage de donner une présentation plus complète de ce roman passionnant dont la suite est Marie des autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 13:30

J'ai déjà noté, mais je vais chercher de façon précise, je suis à la recherche d'un gros "pavé" à lire et cela me dit beaucoup de découvrir cet ouvrage;
Je vais voir si c'est cher;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 14:08

Comme les deux livres  ( Marchands de participes et Marie des autres ) étaient à consulter sur place à la médiathèque d'Epernay, j'ai acheté le premier à 1, 65 euro sur Priceminister et le second à 6,50 euros si je ne me trompe pas.
Je réfléchis à une conférence que je pourrais éventuellemnt donner à la section AMOPA-Marne sur la famille Sandre et l'oeuvre d'Yves Sandre qui a enseigné à Vitry le François de 1936 à 1957.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 14:11

Oui, ce n'est pas cher du tout !
Bravo pour ta conférence, Hélène, tu m'impressionnes !
Essaye de te faire filmer et photographier, tu nous enverras les videos et photos ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 20:21

Attention,la conférence sur François Boyer va commencer. J'ai le trac et je suis toute rouge comme à chaque fois.


Dernière édition par charpentier hélène le Dim 15 Sep - 20:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 20:24

C'est parti. Voilà François Boyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 20:35

Continuons. Voici Le petit bougnat, livre découvert par hasard chez un ami. Le visage de cet enfant émergeant d'une niche de chien a retenu mon attention. J'ai lu le revers de la jaquette précisant que François Boyer était originaire de Sézanne et qu'il était l'auteur de Jeux interdits. J'ai voulu en savoir davantage et j'ai fait le tour de l'ensemble de son œuvre littéraire ( 6 romans et une pièce ) et de la plupart des  films dénichés, sur internet en vidéos, auxquels il a participé comme scénariste ou dialoguiste, ou les deux.

Pour Yves Sandre, c'est un peu la même réaction. Je découvre que cet écrivain a séjourné dans la Marne, qu'il a écrit des choses intéressantes, alors je veux en savoir davantage et partager. Sauf que que pour Yves Sandre, je ne fais que commencer... Il faudra attendre.


Dernière édition par charpentier hélène le Dim 15 Sep - 20:43, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Dim 15 Sep - 20:38

Conférence terminée. Tout va mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 16 Sep - 9:34

Merci pour ces photos, Hélène, je trouve trés plaisant de mettre un visage sur ton nom; tu ressembles à l'idée que je me faisais de toi, et -rouge ou pas - je te trouve trés mignonne !!!
Oui, nos meilleurs lectures, nos plus belles découvertes sont dues au hasard, à un coup de coeur pour une photo, ou un titre.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 16 Sep - 9:38

J'ai oublié d'ajouter ceci = dans le "nord", je trouve que vous avez une vie culturelle et associative trés dense, et beaucoup plus riche que chez nous;
Notre "médiathèque" si luxueuse - et chèrement payée par nos impôts locatifs - ne nous offre pas pareils "festins" culturels.....C'est bien dommage !
Maintenant ( hélas) que je suis un peu plus disponible je vais aller voir ça de plus près;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 16 Sep - 14:21

Mignonne ? Oh, j'ai passé l'âge d'onduler des hanches et de laisser deviner une poitrine qui n'a jamais été généreuse et je ne parle pas du nez à piquer des gaufrettes comme dirait quelqu'un qui me connaît bien. Ma facilité à rougir, quand il m'arrivait de me mettre en colère, a toujours amusé mes élèves qui me conseillaient de " ne pas me mettre dans des états pareils ".
Le conférencier dont j'ai retranscrit l'exposé sur les célébrations du centenaire la guerre 14-18 est également très émotif. Rouge et crispé durant son propos très structuré et parfaitement maîtrisé, il ne s'est détendu qu'à la fin et mon mari a été le seul à saisir un sourire.

Voir : le centenaire de la guerre 14-18 dans " A ."bâtons rompus


Dernière édition par charpentier hélène le Lun 16 Sep - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 16 Sep - 14:33

Very Happy Dieu merci, ma conception de "mignonne" n'est pas celle là !
Je voulais dire que tu as un joli visage fin; et je t'imaginais avec un visage de ce genre là;
Je rougis aussi beaucoup ! mais bon, cela donne de la vie à un visage; nous sommes toujours trés sévère à notre égard, je suis trés sévère à l'égard de mon physique, mais je ne dis plus rien, car François me le reproche, donc plus de commentaires sur tel ou tel aspect que j'aimerais bien différent ! et puis, l'âge aidant, on finit par se "traîner" avec son aspect à soi, que l'on trouve "confortable" !!! ainsi;
Le monsieur dont tu parles a un visage également trés sympathique;
Dans le droit fil de ma remarque sur la richesse de votre vie culturelle dans le "Nord" je suis allée sur le site de ma commune, et j'ai cliqué ici et là, mais je n'ai pas trouvé de conférences; il faut que je surveille davantage ce qui se passe alentour;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 16 Sep - 14:52

Il se trouve que dans la Marne l'équipe qui anime la section départementale de l'association AMOPA est active et très soudée pour le moment. Elle accueille les conjoints et sympathisants ce qui fait que nous pouvons avoir des conférences sur des sujets très variés. C'est une bonne période durera ce qu'elle durera.
Les activités ( organisations de conférences, visites et voyages culturelles, distribution des prix aux concours de défense et illustration de la langue française, publication d'un bulletin de liaison, préparation de l'AG, participation au congrès international) sont assurées essentiellement par des retraités qui apportent leur soutien à certains projets des actifs, comme la participation aux concours ou la réhabilitation des tombes abandonnées des poilus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 16 Sep - 15:15

Il se trouve que je suis née dans l'Ariège, de Père Breton et de Mère Paloise ( Pau, P.A.)
Ma famille est donc de culture "étrangère" à celle de Midi Pyrénées; Maman qui était originaire d'une région proche ayant été orpheline a 4 ans, a été élevée en orphelinat avec des religieuses qui n'étaient pas du Midi, et n'a pas non plus "hérité" d'une culture du Midi;
Je trouve donc inintéressants, depuis toujours, et "étrangers" cela ne m'est pas familier, les centres d’intérêt de ma région, dont je ne parle pas le "patois";
Par contre, j'ai planté des racines dans mon village où je vis depuis 1966; là, je connais bien l'histoire du village;
Ceci pour dire que les conférences alentour sont souvent peu intéressantes si elles portent sur la région en général, à laquelle je ne me suis guère acclimatée;
Nous n'avons pas de ( mais c'est une chance ! ) grand événement "fédérateur" tel la guerre, Toulouse a été épargnée; il faut remonter à la Révolution et encore ! en certain sens, c'est dommage; il faut ( je crois que l'on peut le dire) reconnaître que les gens du midi n'ont pas de sens communautaire, hormis la langue d'Oc, il faut la parler, et l'histoire de Toulouse, qui est assez incolore à mon avis; ensuite, il y a le milieu rural auquel je suis étrangère;
Donc beaucoup de "liens" manquent; je suis plus proche d'autres cultures, la bretonne, l'ariégeoise, mais je n'y vis pas; lorsque j'ai accès à des conférences c'est souvent durant l'été, il y a longtemps maintenant;
Là, je connais bien le monsieur qui s'occupe de l'histoire de Bruguières, je regarderai si il y a une petite place où je puisse me rendre utile;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 17 Sep - 9:47

Dans la Marne, en dehors de la section AMOPA, il existe d'autres organismes assez actifs comme l'Université du Temps libre, les Amis du vieux Reims, les Amis de la cathédrale et d'autres associations que je ne connais pas. Les flâneries musicales d'été sont désormais célèbres dans toute la France.

Le Parc Naturel de la Montagne de Reims organise plusieurs sortes d'activités. Avec mon mari, nous avons visité dans les années 2000 les églises romanes du Tardenois, et suivi trois stages de sensibilisation à la fresque médiévale, la mosaïque et la cuisine. Mon mari est correspondant local du Parc mais il lui de plus en plus difficile d'assister aux réunions.

Sur Sézanne, l'un de mes amis a créé le Centre d'Etude du Pays Sézannais qui a déjà publié  13 numéros d'une revue très étoffée. Le dernier en date est consacré à Frère Luc, peintre, religieux et voyageur plus connu au Québec qu'en France. Plusieurs de ses peintures sont conservées dans la chapelle de l'hôpital de Sézanne. D'autres  sont conservées en 17 endroits différents de France sans parler de 7 autres lieux au Canada. Un colloque a eu lieu en 2012 à Sézanne sur ce peintre. Je n'ai pu y assister car je crois que c'était l'AG de l'AMOPA et comme je suis secrétaire, je devais être présente à l'AG.

Sur Châlons en Champagne, la Société d' Agriculture, Commerce, Sciences et Arts de la Marne organise également des conférences sur des sujets très pointus en histoire et archéologie surtout, et les édite.

Sur Epernay, l'ancien proviseur du lycée où j'ai exercé est adjoint aux Affaires culturelles et la Mairie est attentive tant aux concerts de notre ensemble choral, qu'aux expositions de la médiathèque,aux musiques d'été en divers lieux de la ville ou aux échanges avec les villes jumelées.

A Montmirail, une association assez active, exploite le souvenir de la campagne de France de Napoléon. Nous en avons profité dimanche dernier en visitant le château, racheté et en cours de rénovation par la société de cables AXON. Les visiteurs pouvaient participer aux danses de l'époque avec les membres de l'ensemble de danseurs locaux en tenue du temps de Napoléon.Petits et grands se sont bien amusés dans un esprit bon enfant.

La petite ville de Dormans, entretient un musée agricole et viticole où se tiennent diverses expositions sans oublier son vieux château siège de l'office de tourisme, son parc reposant et la chapelle de la Reconnaissance rempart contre l'oubli des batailles de la Marne en 1914 et 1918. Des bénévoles ont créé un e association et un site pour recenser et rechercher les soldats du canton.

Il se trouve que la vice-présidente de l'AMOPA est  aussi membre de l’association rémoise de la Légion d'Honneur et elle a eu l'idée que les membres de trois associations différentes, AMOPA, Légion d'Honneur et Ordre du Mérite soient avisées de leurs manifestations respectives. A ce titre, j'ai reçu un message m'informant d'une conférence sur les vitraux de la basilique Saint-Rémy de
Reims. conférence donnée par un professeur retraité et organisée par la légion d'Honneur de Reims. Notre section AMOPA-Marne s'efforce d'être en contact avec d'autres sections départementales pour organiser des échanges. Ainsi, nous connaissons les sections du Cher, de la Gironde, des Landes, et deux arrondissements de Paris.

Dans les Ardennes, la tradition littéraire se maintient. Une Société d'études ardennaises, en collaboration avec les Archives du département a déjà publié 19 cahiers. Le dernier en date est consacré au curé Meslier avec une préface de Roland Desné, spécialiste du XVIII° siècle et qui avait organisé un colloque sur ce curé dans les années 70 à la fois à l'Université de Reims et au village d'Etrépigny. Un membre de cette société ardennaise est d'ailleurs venu donner une conférence sur le curé Meslier à l'AMOPA-Marne et j'ai mis le compte-rendu sur ce forum.

Dans le cadre de ma carrière professionnelle j'aurais aimé bouger et aller voir ailleurs que dans la Marne mais mon mari étant parvenu après 5 années d'absence au total, en Algérie dans le cadre du service militaire, puis au Val de Grâce et aux Invalides, à se réintégrer dans le monde viticole où il a de nombreux contacts, il a fallu bouger autrement.


Dernière édition par charpentier hélène le Mar 17 Sep - 11:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 17 Sep - 11:05

Je viens de recevoir ce message m'informant de l'existence d'une association rémoise dont j'ignorais l'existence ( comme je l'ai dit, je ne connais pas toutes les associations culturelles rémoises) mais à la chorale nous connaissons bien Benjamin Steens, titulaire des orgues de la basilique saint Rémy de Reims qui nous a déjà accompagnés à plusieurs reprises.


Chers amis,

Le 29 septembre 2013 à 18h nous avons le plaisir de vous convier à la basilique Saint-Rémy pour un moment exceptionnel avec la "Passion selon Saint-Matthieu".
Lors de ce concert nous aurons le plaisir de voir réunis des acteurs importants de la vie musicale de notre région tels que
La Jeune-Maitrise de la Cathédrale et L'Académie Sainte-Cécile.
Mais aussi les Marionnettes du théâtre national tchèque DRAK d’Hradec Kralove.
Ainsi qu'une belle distribution de chanteurs solistes internationaux.
Vous trouverez tous les renseignements dans les documents joints

Au plaisir de vous y rencontrer nombreux,

bien à vous tous
BJ Steens

L'Association "Renaissance des Grandes Orgues de la Basilique Saint Remi" ainsi que moi-même vous serions reconnaissants de bien vouloir faire circuler cette annonce auprès de vos amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8077
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 17 Sep - 12:36

C'est trés intéressant, toutes ces conférences, rencontres, etc dans la Marne;
Là, effectivement, je dois trouver des équivalents en Haute Garonne, il faut que je recherche;
Jusqu'à présent, trés occupée par ma famille et mon travail que j'exerce toujours, j'ai dû faire des choix, et je ne me suis guère renseignée;
Je vais aller davantage au devant de ces manifestations;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 30 Sep - 19:01

Marchands de participes.

Roman d’Yves Sandre publié aux éditions du Seuil en 1962. 255 pages.

Yves Sandre est né en 1913 à Epinac-les- Mines en 1913 en Saône et Loire de parents instituteurs. Professeur de lettres à Vitry le François de 1936 à 1957, puis maître de conférences, il est l’auteur de recueils de poèmes, d’essais satiriques, d’une pièce radiophonique et de plusieurs romans dont certains pour la jeunesse.
Le titre est explicité par l’un des personnages du roman, Jacques Ranson, à la page 29. Ancien séminariste, ayant renoncé à la prêtrise dans la tourmente révolutionnaire, puis échoué dans le commerce d’une quincaillerie à Gênes et ne parvenant à rouvrir une boutique dans la région de Briançon où son épouse dirige une exploitation, il décide de devenir instituteur pour subvenir aux besoins de sa nombreuse famille. Le ministre de l’Instruction publique, François Guizot, a en effet réussi à faire voter le 28 juin 1833 un projet de loi prévoyant une école et une salle d’asile par commune de plus de 500 habitants. L’année suivante Jacques Ranson, déclare : « Puisque je ne peux plus être marchands de casseroles, je serai marchand de participes. (…) Je vendrai des participes, reprit son mari avec exaltation. Et des règles de calcul aussi, et du chant, et de l’Histoire Sainte. Bref, tout ce qu’il faut à un homme pour être honnête. Demain, je me mettrai en quête d’un local ; puis je demanderai au menuisier Pillot de me fabriquer quelques tables et quelques bancs. Je descendrai à Briançon acheter les livres et cahiers nécessaires. Chaque élève me donnera quinze francs pour l’année. Ainsi je contribuerai au budget de la famille et notre fils Jean-Baptiste aura un bon instituteur. »

Ce roman s’appuie sur 3000 pages de mémoires des ancêtres de l’auteur  dont l’historienne Mona Ozouf  donne de larges extraits précédés d’une présentation judicieuse dans La classe ininterrompue. Cahiers de la famille Sandre 1780-1960. Hachette littérature 1979. La fiction romanesque de Marchands de participes est donc solidement ancrée dans la réalité et les deux ouvrages s'éclairent réciproquement.

L’action de Marchands de participes se déroule essentiellement au XIX° au fil des différents régimes politiques - Royauté, Seconde République, Second Empire et Troisième République – en passant par différentes réformes de Victor Duruy à Jules Ferry. Le lecteur découvre l’évolution du métier d’instituteur  en milieu rural et dans des conditions matérielles rudimentaires. La première salle de classe est l’étable familiale où il fait moins froid mais où l’humidité ambiante détrempe le papier et l’encre des cahiers. L’école est d’abord ouverte de la Toussaint à fin avril quand les travaux des champs nécessitent de la main d’œuvre. La maison école n’est pas toujours un lieu accueillant et accessible surtout quand un orage entraîne le délabrement du toit et qu’un conseiller général bloque le dossier de la construction d’une école neuve tant qu’un chemin conduisant à son imposante demeure n’aura pas été mis en état. Le logement de l’instituteur se réduit à deux ou trois pièces quelle que soit le nombre d’enfants mais la présence d’un jardin est néanmoins appréciée. « L’école communale, située à cent mètres de là, était vaste mais délabrée. Les murs éclataient en lézardes noires, les plafonds suaient le moisi ; on pouvait faire la classe au premier étage en des salles hautes à peine de deux mètres mais le rez- de- chaussée était inhabitable. » La nature est largement présente qu’il s’agisse des paysages des Hautes Alpes ou de ceux de la Saône et Loire. Hostile ou apaisante, il faut composer avec les saisons quand les écoliers affrontent la neige.
«  L’hiver fut rude. Comme la couche de neige dépassait un mètre, les enfants, pour faire leurs trois kilomètres, adoptèrent la formation des oiseaux migrateurs : le premier de la file frayait le chemin dans une matière éblouissante et crissante ; ses forces épuisées, il cédait la place à son suivant. »
Inversement, elle peut se révéler bienfaisante : « A deux reprises, il aspira l’air frais qui, parti de la Loire, se chargeait des senteurs plantureuses ramassées au flan des collines. Malgré sa fatigue, l’instituteur se sentit soudain d’aplomb, harmonieux, enraciné dans cette terre parée de fruits et de brouillards subtils. »

Le déroulement au quotidien de l’existence des deux personnages principaux, Jean-Baptiste et Joseph Ranson constitue le fil conducteur du roman. Yves Sandre a modifié le patronyme de ses ancêtres mais a conservé les prénoms. L’un et l’autre doivent affronter les impératifs du corps, les heurts avec les proches, les affronts des nantis, les préjugés divers et les événements politiques.

Jean-Baptiste Ranson, fils de Jacques Ranson doit surmonter de nombreuses épreuves. Il perd 5 de ses 8 enfants. Parmi les survivants, une fille demeure handicapée, un fils devient instituteur et l’autre doué pour la musique devient prêtre. Après avoir débuté comme instituteur dans l’étable familiale, il est nommé en Saône et Loire et exercera dans plusieurs communes de son département. Passionné par son métier, et malgré des classes aux effectifs très chargés allant parfois jusqu’à 90 élèves, il met au point un livret scolaire mesurant les progrès des élèves, et rédige un mémoire sur l’organisation de l’enseignement primaire en tenant compte du contexte économique et social qui inspirera plus tard les réformateurs. Il n’imagine pas une école où l’éducation religieuse serait absente. «  L’école obligatoire et gratuite, je suis d’accord, finit-il par dire à Joseph, en lissant sa barbe blanche, qui se projetait en éventail. L’école laïque, jamais. Où allons-nous si Dieu déserte l’école ? (…) Pour moi, dit le vieil instituteur en frappant sur la table, l’âme compte plus que la science. » Jean-Baptiste, estime que le peuple français ne mérite pas encore la république et espère le retour de la royauté avec Henri V, duc de Chambord.
                                                                                                                                                                                    Joseph Ranson, fils de Jean- Baptiste, demeuré catholique pratiquant, n’y croit pas  et, bien que très attaché à son père, se range à l’avis de son ami républicain Pierre Michelot qui estime que cet enseignement doit être assuré par les curés. « Joseph ne répondit pas, fit un effort pour comprendre son père, durci par les deuils et les vexations, que seule sa foi vivifiait encore comme une source fraîche. Au- devant de quelles déceptions nouvelles n’allait-il pas, à cause de son intransigeance ? »

Les personnages secondaires sont multiples : épouses dévouées et complices, jalouses parfois, frères et sœurs, supérieurs hiérarchiques, hommes politiques influencés par la conjointe pour rendre la vie impossible à l’instituteur et le contraindre à une mutation sans se soucier des obligations familiales, sans oublier les enfants. Ils s’affrontent ou se soutiennent selon les événements. Par exemple Joseph exprime son enthousiasme envers les idées de Jean Macé et les projets de loi de Jules Ferry reconnaissant le métier à sa juste valeur. L’instituteur gagnera sa vie décemment pour faire vivre les siens et exprime son espoir  en des jours meilleurs avec enthousiasme : « Alors, s’écria-t-il avec gaité, est-ce qu’on n’est pas bien chez soi ?... un bon père, de beaux enfants, de quoi manger, une belle maison d’école…où l’on va aménager un logement pour mon adjoint… Tu te rends compte, papa ?...je vais avoir un adjoint ... cinquante élèves au lieu de cent… »  Cependant, quand il apprend que son père est  durement rappelé à l’ordre et mis d’office à la retraite parce qu’il persiste à s’inspirer de l’Évangile et des cantiques pour ses dictées au lieu de faire étudier  Hugo, Balzac ou Michelet comme le fait son fils, instituteur modèle, comme l'affirme l'inspecteur, Joseph est révolté et songe à démissionner, ce dont son père le dissuade. Il est trop attaché à son fils, sa bru et à ses petits enfants pour les laisser s’engager vers des lendemains d’incertitude et de misère, cette misère dont il a tant souffert.

L’évolution du métier d’instituteur tout au long du XIX° siècle est un douloureux combat pour sa pleine reconnaissance dans le cadre d’une véritable laïcité qui finit par triompher.  Ce roman s’inscrit dans une fresque qui se poursuit avec Marie des autres. Marie est la fille aînée de Joseph qui deviendra institutrice à son tour, ne cessera d'aider les siens et renoncera à se marier.  Aux pages sombres et pathétiques succèdent des moments de bonheur simple et partagé sans oublier certaines scènes où se glisse un humour tendre et discret rendant les personnages encore plus attachants dans leurs imperfections profondément humaines.


Dernière édition par charpentier hélène le Ven 4 Oct - 12:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Lun 30 Sep - 19:57

Je déplace ton message dans la bonne rubrique Hélène. Wink
Revenir en haut Aller en bas
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 1 Oct - 8:31

Merci. J'ai rajouté quelques mots sur le personnage de Marie que je suis en train de découvrir. les deux romans d'Yves Sandre, Marchands de participes et Marie des autres sont indissociables de La classe ininterrompue de Mona Ozouf.  La version romancée de la fresque familiale éclaire l'ouvrage de Mona Ouzouf et réciproquement. Les trois ouvrages sont véritablement passionnants. Pour rappel, le complément d'information sur la famille Sandre en page 1.

Dernière édition par charpentier hélène le Mar 1 Oct - 14:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 1 Oct - 13:41

Mais Hélène, tu veux me faire m'arracher les cheveux ? C'est le même message que celui qui se trouve ici, sur la première page !!! J'ai tout fusionné car tu avais ouvert 3 fils différents sur le même sujet. Confirme moi qu'il s'agit bien du même afin que j'en efface un des deux.
Revenir en haut Aller en bas
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 1 Oct - 14:23

Voici l'explication : je me souvenais d'avoir envoyé sur le forum cette présentation de la famille Sandre et je ne la trouvais plus, tout simplement parce que j'étais persuadée être sur la page 1 alors que j'étais sur la page 2. Ce genre de bévue m'arrive de temps en temps. Un jour, j'étais encore étudiante, je cherchais mes lunettes. Impossible de les retrouver. Comme je demandais à la dame chez qui je logeais si elle ne les avait pas vues, elle me répondit en riant qu'elles étaient sur mon nez. Une autre fois, comme je sortais du supermarché avec mon caddie, je me suis dirigée vers une voiture break de couleur rouge. Mon mari et les enfants m'attendaient dans la voiture car je n'avais acheté que quelques bricoles. Arrivée près de cette voiture rouge, je me suis rendue compte que ce n'était pas la voiture familiale achetée quelques semaines plus tôt puisque ce n'était ni la marque, ni la couleur et que surtout il n'y avait personne à l'intérieur. Inutile de préciser que le mari et les enfants m'avaient observée et s'amusaient beaucoup.J'ai eu droit à la question habituelle : " Où étais -tu ? " ou encore " A quoi pensais-tu ? "
Actuellement je suis chez les Sandre. Me voici de retour et je répare mon erreur :le message répété est supprimé.


Dernière édition par charpentier hélène le Mar 1 Oct - 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 1 Oct - 14:27

Bon, tu fais bien de me prévenir Hélène ! (Je garde mes cheveux !)
Revenir en haut Aller en bas
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1658
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   Mar 1 Oct - 15:03

Ce genre d'incident est arrivé un jour à deux choristes de notre ensemble. Nous étions sur le point de donner un concert accompagné par les grandes orgues dans une belle église du département. Le choriste responsable du protocole d'entrée, nous avait indiqué que nous devions entrer discrètement par le côté, nous rassembler au fond, derrière le public dans le chœur, nous mettre en place, puis au signal,nous séparer en deux groupes et avancer de chaque côté de la nef pour nous installer sur les gradins, face au public, devant la grande entrée principale condamnée pour l’occasion.
Deux choristes, habituellement attentives, n'avaient pas entendu la consigne. Elles sont entrées sur le côté mais au lieu de se diriger vers le fond de l'église, elles ont obliqué vers les gradins et ont fait face en souriant au public qui a commencé à applaudir. Quand elles ont constaté que personne ne les suivait, elles ont regardé dans notre direction et ont compris nos signes désespérés. Le public a regardé à son tour sur le côté et cet incident imprévu a finalement détendu l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marchands de participes d'Yves Sandre.   

Revenir en haut Aller en bas

Marchands de participes d'Yves Sandre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -