Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'affaire Marie Besnard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8440
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: L'affaire Marie Besnard    Jeu 21 Nov - 14:40

Il s'agit d'une affaire non élucidée à ce jour, quoique l'accusée, Marie Besnard ait été acquittée en appel par la cour de Bordeaux en 1961;
Marie Besnard, de son nom de jeune fille Marie Joséphine Philippine Davaillaud (15 août 1896 - 14 février 1980), surnommée la « Bonne Dame de Loudun », est soupçonnée d'être une tueuse en série et reste au centre d'une des énigmes judiciaires françaises du xxe siècle.
C'est le 21 juillet 1949 que Marie Besnard est inculpée pour le meurtre par empoisonnement de douze personnes empoisonnées, dont son propre mari.
L'histoire se passe dans la ville de Loudun (8 000 habitants à l'époque des faits).
Après trois procès qui durèrent plus de dix ans (le premier eut lieu à Poitiers), Besnard, accusée et menacée de la peine capitale, fut libérée en 1954 puis acquittée par la cour d'assises de Gironde le 12 décembre 1961.

L'affaire Besnard débute à la mort de Léon Besnard, le 25 octobre 1947 à Loudun ; son décès fut attribué à une crise d'urémie.

Quelques jours après l'enterrement, Mme Pintou, employée des postes, amie et ex-locataire des époux Besnard, qui fut expulsée de son logement par Marie Besnard parce que celle-ci avait la fâcheuse habitude d'écouter les conversations téléphoniques dans l'exercice de ses fonctions, confia à un proche, Auguste Massip, propriétaire du château de Montpensier sur la commune de Vézières, et maniaque de la délation, que Léon Besnard, avant de mourir, lui avait confié : « que sa femme lui avait servi de la soupe dans une assiette où se trouvait déjà un liquide ».
Le mystérieux incendie du château de Montpensier (situé à une centaine de kilomètres de Loudun), propriété d'Auguste Massip, le 17 octobre 1948, suivi de l'étrange « cambriolage » du domicile de Mme Pintou (où rien ne fut volé), trois mois plus tard, persuadèrent les deux accusateurs que Marie Besnard était une « sorcière », à l'origine de ces deux autres faits et s'empressèrent de la dénoncer.
Les détails de ce témoignage furent donc portés à la connaissance de la gendarmerie puis à un juge d'instruction qui diligenta l'exhumation du corps de Léon Besnard, le 11 mai 1949.
Les prélèvements furent expédiés à un médecin légiste marseillais, le docteur Béroud, qui découvrit dans les viscères de Léon Besnard 19,45 mg d'arsenic pur.
On le voit, c'est la rumeur qui en fait, déclenche l'affaire;
Dés lors, les accusations se multiplient =
Une enquête de police, suite notamment au cambriolage survenu chez Mme Pintou, ainsi que le témoignage de nombreux habitants de Loudun, attira l'attention des magistrats et de la population sur les nombreux décès survenus dans l'entourage de Marie Besnard, à savoir pas moins de 12 décès de 1927 à 1949, le 1er décès étant celui du 1er mari de Marie Besnard;
Les décès suivants concernent tous des proches famille ou amis, dont le père et la mère de Marie Besnard; et, directement ou indirectement, elle hérite d'eux;
On procède alors à des exhumations et dans chaque corps les analyses trouvent un taux élevé d'arsenic;
Consignés en détail dans l'acte d'accusation, tous ces éléments conduisirent à l'inculpation de Marie Besnard pour empoisonnement, avec la circonstance aggravante de parricide et de matricide.

Les analyses toxicologiques se succèdent jusqu'en 1954;
Cependant, la science évolue et des témoignages à décharge se font entendre = Une enquête au cimetière de Loudun permit de démontrer que le sulfatage des fleurs, le zinc des ornements funéraires pouvaient avoir saturé la terre du cimetière d'arsenic.
La longueur du procès, le dépérissement des preuves (le dernier procès ayant lieu en 1961), le retournement de l'opinion publique, lassée, conduisirent à l'acquittement par défaut de Marie Besnard.

Quoiqu'il en soit, l'enquête originelle ne connut jamais de conclusion satisfaisante;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7739
Age : 70
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: L'affaire Marie Besnard    Sam 23 Nov - 8:56

... Je me suis toujours posé la question de "la conviction intime", dans un procès d'assises, lorsqu'il n'y a pas de preuves irréfutables (scientifiques, précises, formelles) mais seulement "de très fortes présomptions", présomptions accompagnées d'ailleurs, de témoignages pouvant paraître à juste titre fiables (et pouvant être vérifiés)...
Dans une telle conjoncture, personnellement en tant que juré (si cela devait m'arriver), je ne pourrai pas me prononcer pour la culpabilité (le fait de ne pas avoir la certitude me poserait problème, en dépit de l'horreur même du crime ou de l'attentat commis par la personne mise en accusation...
Et je me dirais : "si cet homme, si cette femme a réellement commis ce crime, cet attentat, il lui reste sa vie durant pour penser à ce qu'il, à ce qu'elle a fait" ... Reste, et c'est là que cela "complique les choses", l'éventualité que la personne accusée soit vraiment formellement coupable de ce de quoi on l'accuse, et que, acquittée, libérée, elle recommence (un autre crime, un autre attentat du même genre)...
Il y a là, une gravité extrême, dans l'état actuel de la justice, de la science en investigations, dans un procès d'assises, dans le fait de devoir ou de vouloir témoigner de ce que l'on sait, de ce que l'on a vu...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8440
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: L'affaire Marie Besnard    Sam 23 Nov - 11:43

Yugcib a écrit:
... Je me suis toujours posé la question de "la conviction intime", dans un procès d'assises, lorsqu'il n'y a pas de preuves irréfutables (scientifiques, précises, formelles) mais seulement "de très fortes présomptions",
Oui, c'est effectivement LA question, lorsqu'on lit ces affaires;
Pareil pour l'affaire Dominici, que je suis en train de résumer;
Mon père avait été pressenti pour être juré; on a le droit de refuser, ce qu'il a fait ( pour des raisons liées au système judiciaire);
Face à ces affaires complexes, dans lesquelles les diverses enquêtes se superposent, les analyses scientifiques sont contestées, les témoins à charge et à décharge changent de camp, c'est un cas de conscience;
Je ne pourrai pas être juré ( audition trop faible) ;
J'avoue, que, dans une affaire très récente, située à Toulouse, où l'accusé a été acquitté en appel, je m'y serais opposée; j'ai "l'intime conviction" qu'il est - en partie au moins- impliqué et coupable de coups et blessures, si ce n'est plus; mais.....???? va savoir !
Personnellement, je ne fais pas totalement confiance à la justice pour ce que j'en connais ; il y a trop de "subjectivité" qui peut fausser les choses = la façon dont les affaires sont engagées, qui porte plainte en premier, les "regards" personnels des avocats, des juges; ce ne peut pas être impartial; pas totalement; il vaut mieux, un mauvais accord amiable qu'un bon procès; sans compter les prix, hélas, la justice est aussi une affaire d'argent, ce qu'elle ne devrait pas être;

Dans le cas de Marie Besnard, je reste perplexe; à l'évidence, "la rumeur" y a joué un rôle de catalyseur; y a-t-il eu, au moins pour certaines "victimes" empoisonnement ? c'est très difficile à dire;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'affaire Marie Besnard    Sam 23 Nov - 18:18

Je ne sais pas si cela a changé depuis ton père Elisabeth mais on ne peut plus refuser que pour des raisons spéciales. Va voir là.
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8440
Age : 65
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: L'affaire Marie Besnard    Sam 23 Nov - 18:20

Ah, tu me l'apprends ! je te dis en MP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'affaire Marie Besnard    Sam 23 Nov - 18:22

OK !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'affaire Marie Besnard    

Revenir en haut Aller en bas

L'affaire Marie Besnard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LE PETIT ENFER DE NOTA BENE CULTURE LITTERAIRE :: Grandes Affaires Criminelles -