Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Une lacune dans la littérature de tueurs en série

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
yugcib
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
Littérophage Nota Beniste Yugcibien - Specimen Unique
avatar

Masculin
Capricorne Cochon
Nombre de messages : 7106
Age : 69
Localisation : 186 route d'audon, 40400 TARTAS
Emploi : Sans activité
Loisirs : Vélo, promenade, littérature, écriture
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Une lacune dans la littérature de tueurs en série   Mer 27 Nov - 14:33

Comme c'est curieux : dans la littérature (aussi bien française qu' anglosaxonne qu'autre) dans la littérature du genre thriller policier, où l'histoire, le thème, tourne autour d'un tueur en série ; le tueur en série dans le roman, dans le récit, dans l'histoire racontée... Est toujours un criminel sexuel, violeur, qui assassine des femmes, plusieurs femmes...
Jamais, ou presque jamais le tueur en série est un terroriste  qui poursuit, s'attaque et assassine par exemple, des PDG de grands groupes ou de multinationales qui cessent leur activité en touchant une retraite chapeau de vingt millions d'euros (ou de quelques millions d'euros)...
Jamais ou presque jamais l'on ne lit un livre qui parle d'un tueur en série assassin de grands financiers, de grands banquiers, de grands magnats de l'industrie et de l'économie, de grands caïds de la mafia, de milliardaires et de gros actionnaires...
Jamais, jamais... Comme si ce "thème" était un thème "inabordable", "proscrit", "hors de propos" et jugé "dangereux" à porter sur la scène littéraire...
Et à noter aussi qu'au cinéma, c'est exactement la même chose !
Comme si le fait d'écrire un roman sur un tel thème, pouvait "donner des idées" (soit dit en passant "pourquoi pas"...) à des groupes clandestins de terroristes ou d'anarchistes qui s'organiseraient et constitueraient des réseaux, en se donnant les moyens d'agir...
Bon sang, déjà, avec tout ce que produit la littérature de tueurs en série violeurs, détraqués sexuels, assassins de femmes... Il y en a bien, de toute évidence, de quoi "donner des idées" ! Et aussi, avec tout ce que produit la littérature porno ! ... Que l'on n'interdit pas, que je sache! Et "qui fait un tabac" question ventes et profits aux éditeurs !
Alors pourquoi la littérature de tueurs en série assassins de PDG retraites chapeau et de gros porcs de milliardaires prédateurs et de grands caïds, serait-elle, devrait-elle demeurer absente ?
A ma connaissance (je dis bien "à ma connaissance") il n'existe aujourd'hui dans la littérature française, qu'un seul écrivain qui, dans au moins l'un de ses livres, s'approche du thème du terrorisme organisé s'attaquant à des gros caïds, des salauds du monde de la banque et de la finance et des affaires... Et c'est Gérard Mordillat, dans "Notre part des ténèbres".
Lire ICI le résumé du livre...
_________________
"Nous ne pouvons savoir! Nous sommes accablés d'un manteau d'ignorance et d'étroites chimères! [Arthur Rimbaud]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yugcib.e-monsite.com

Une lacune dans la littérature de tueurs en série

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -