Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Révisions estivales pour seniors.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1457
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 10:24

Ayant reçu les annales des épreuves de français au brevet de 1961- je cherche toujours celles de 1962- voici les sujets donnés en 1961 dans les académies de Montpellier et de Paris. Si mes souvenirs sont bons, l'académie de Reims n'existait pas encore et le collège que je fréquentais dépendait de l'académie de Paris.

Le texte de Duhamel est extrait de La nuit d'orage. Devenue adulte, je l'apprécie en raison de mon expérience de choriste ayant répété de nombreuses fois avec orchestre mais le constat demeure valable même si l'on chante sans orchestre.
On peut observer le piège de l'accord de l'adjectif seul au singulier pourtant attribut du sujet nous au pluriel, appelé pluriel de modestie ou de majesté selon le contexte,  et je connais au moins un grammairien qui aurait contesté cette question d'accord.

Il me semble qu'à titre d'entraînement, notre professeur nous a donné la dictée Jean-Christophe magicien puisqu'il nous préparait au brevet de 1962 et le collège ayant ouvert ses portes à la rentrée 1958, nous étions les premiers élèves à nous présenter à cet examen.

Notre manuel de français comportait plusieurs textes de Georges Duhamel, dont La chronique des Pasquier et de Romain Rolland, essentiellement Jean-Christophe. Notre professeur nous lisait des extraits de ce long roman et il donna ce prénom à son fils.

Mon mari a conservé tous ses cahiers et manuels de ses études en école de viticulture. En première année il étudia Jean-Christophe en lecture suivie.

Voici donc les deux dictées suivies de leurs questions et le sujet de composition franaçaise.

Musique d'ensemble.

Pour ceux qui voudraient apprendre à vivre en société, je ne connais pas de meilleure école que la musique d'ensemble. Je m'étonne encore de voir que les citoyens qui prétendent à régler le concert des peuples, les diplomates, les hommes d’État, bref tous les politiques, ne soient pas soumis par la prévoyance des lois, à quelque enseignement musical, et aux disciplines de l'orchestre. L'orchestre ne soufre pas les séditieux ; il exclut les parasites et les oisifs ; il réclame de celui qui prétend à le diriger des vertus techniques peu discutables, car l'exercice les éprouve sévèrement. L'orchestre nous enseigne une obéissance éclairée, mais immédiate. Savoir nous taire, mesurer notre silence, prendre la parole à point nommé, chanter seul quand il le faut, user opportunément de la force, la maîtriser au moindre signe, compter, respecter ses voisins...voilà sans doute la plus sage des études.
Et que d'expériences ! Que d'aventures ! Parfois nous cheminons au milieu de la foule, goûtant l'anonymat, souhaitant l'impunité ; soudain, ce flot qui nous soulevait s'apaise, s'évanouit, se retire, et nous avançons seul, ébloui, dans un silence angoissant.
                                                                                                                                            Georges Duhamel.

Questions.

1° Quelles sont les idées exprimées par Duhamel dans ce texte ?
2° Expliquez dans le texte les mots ou expressions : parasites : obéissance éclairée ; impunité.
3° Analysez les mots : prévoyance ; nous ( enseigne ) ; que (d' expériences ) ; seul ( nous avançons seul )

Composition française.

" Employer son loisir est une chose difficile."
Qu'en pensez-vous ? Avez-vous eu l'occasion de le constater personnellement ? Comment avez-vous résolu cette difficulté ?

Académie de Montpellier.











Jean-Christophe magicien.

Il était aussi magicien. Il marchait à grands pas dans les champs, en regardant le ciel et en agitant les bras. Il commandait aux nuages : – « Je veux que vous alliez à droite. » – Mais ils allaient à gauche. Alors il les injuriait, et réitérait l’ordre. Il les guettait du coin de l’œil, avec un battement de cœur, observant s’il n’y en aurait pas au moins un petit qui lui obéirait ; mais ils continuaient de courir tranquillement vers la gauche. Alors il tapait du pied, il les menaçait de son bâton, et il leur ordonnait avec colère de s’en aller à gauche : et en effet, cette fois, ils obéissaient parfaitement. Il était heureux et fier de son pouvoir. Il touchait les fleurs, en leur enjoignant de se changer en carrosses dorés, comme on lui avait dit qu’elles faisaient dans les contes ; et bien que cela n’arrivât jamais, il était persuadé que cela ne manquerait pas d’arriver, avec un peu de patience. Il cherchait un grillon pour en faire un cheval : il lui mettait doucement sa baguette sur le dos, et disait une formule. L’insecte se sauvait : il lui barrait le chemin. Après quelques instants, il était couché à plat ventre, près de lui, et il le regardait. Il avait oublié son rôle de magicien, et s’amusait à retourner sur le dos la pauvre bête, en riant de ses contorsions.

Questions.

1° Pourquoi Jean-Christophe s'imagine -t-il être un magicien ?
     Quels échecs subit-il ? En est-il découragé ? Pourquoi ?
2° Expliquez : réitérer ; enjoindre ; contorsions .
3°  Nombre, nature et fonction des propositions de la phrase : Il touchait les fleurs ... un peu de patience.

Composition française.

Il vous est arrivé au crépuscule de voir s'allumer une à une les diverses lumières de votre village ou de votre ville. Décrivez la scène et essayer de dégager les sentiments que ce tableau vous inspire.

Académie de Paris.


Dernière édition par charpentier hélène le Sam 26 Juil - 11:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1457
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 10:35

Par contre j'ai déniché les annales de mathématiques du Brevet de 1962 et je n'ai rien compris à l'épreuve d'algèbre qui m'avait été proposée. Tout ou presque est oublié. Il faut dire que je n'aimais pas vraiment l'algèbre, mais bon, j'y mettais de la bonne volonté pour limiter les dégâts. Par contre en géométrie ça va, je m'y retrouve assez bien mais j'aimais bien la géométrie.

En dictée, nous attendions souvent l' imparfait du subjonctif troisième personne du singulier au détour d'une phrase, se différenciant du passé simple par le sens bien sûr ( il suffisait de mettre la phrase au présent et on s'y retrouvait )mais surtout par l'accent circonflexe sur le i, le a, le u... C'était la même chose au certificat d'études primaires et dès le CM2 nous étions dressés à déjouer le piège et même parfois plus tôt. Dans les classes des écoles rurales comprenant plusieurs niveaux, certains élèves du CM1, pourtant plongés dans un exercice ou un problème se laissaient parfois aller à écouter ce que le maître expliquait aux plus grands.

Il vint, je voudrais qu'il vînt, le vin, en vain, je fus, qu'il fût, le vin en fût de chêne, et le cellier fermé avec un cadenas et une chaîne ... A l'occasion mon père qui avait obtenu le certificat d'études primaires en 1907 vérifiait avec malice si je maîtrisais ces difficultés et je garde de ces échanges le souvenir d'une savoureuse complicité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 11:04

Tiens, Hélène, ce site devrait t'intéresser je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 11:12

Il y a une annale de 1962 en vente ici.
Revenir en haut Aller en bas
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1457
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 15:56

Merci Lydia. Ce site est agréable et intéressant.

J'ai retrouvé un jour sur une brocante les annales du certificat d'études de 1960, comportant les épreuves de l'arrondissement auquel appartenait à l'époque le Cours complémentaire où j'étais scolarisée et qui devint collège l'année suivante.
Née en 1946,  j'avais dû attendre un an pour entrer en sixième à la rentrée scolaire 1958 car aucun établissement secondaire n'existait dans le canton de Dormans.J'aurais pu aller dans un établissement secondaire à Epernay ce qui supposait des frais de pension que mes parents ne pouvaient payer et surtout une rupture avec la vie familiale que que l'instituteur, me connaissant bien, déconseillait. J'attendis donc l'âge de 12 ans pour entrer en sixième dans ce Cours complémentaire qui fut créé à la rentrée 1958 à environ 3 km de la commune avec trois autres filles de l'école communale. Nous effectuions ensemble les trajets à bicyclette quatre fois par jour et les jours de mauvais temps, neige ou froid excessif, nous nous arrangions pour emporter la gamelle et manger chez des amis domiciliés au chef- lieu de canton car nos parents hésitaient à payer la cantine.
La municipalité du chef-lieu de canton prêtait les manuels scolaires aux enfants de ses contribuables. Les familles des communes du canton devaient se débrouiller. Heureusement, un oncle parisien, chauffeur livreur en triporteur et connaissant bien la capitale me procura les manuels chez un libraire qui les vendait d'occasion. Ces manuels servirent peu après à mon frère cadet et nous les avons presque tous conservés. Autant dire que nous ne connaissions pas le gaspillage dans de nombreux domaines à cette époque mais tout compte fait nous étions toutes et tous, ou presque, dans ce cas et nous nous en accommodions plutôt bien car nous étions heureux de fréquenter un établissement secondaire dont nos aînés et nos parents n'avaient pas bénéficié et nous comprenions que c'était important et qu'il ne fallait pas les décevoir.
 En classe de cinquième, année 1959-60, j'étais donc dans ma quatorzième année, comme d'autres d'élèves nés en 1946 comme moi et ayant attendu l'ouverture du Cours complémentaire. Le directeur décida de nous inscrire au certificat d'études primaires au cas ou deux ans plus tard, nous n'obtiendrions pas le brevet ( B.E.P.C à l'époque) et pour nous faire découvrir les conditions d'un examen. Cette décision fut accompagnée d'heures de cours supplémentaires que nos deux professeurs, un le matin et l'autre l'après-midi les autres jours de la semaine y compris le samedi toute la journée,, se partagèrent dans la bonne humeur et avec beaucoup de sérieux, le jeudi matin, jour de congé. Tout le monde a obtenu le certificat d'études primaires. Mission accomplie.
La dictée était un texte d'Albert Camus, décédé en janvier de la même année. C'était le début du roman La chute. Bien entendu, un imparfait du subjonctif, troisième personne du singulier nous attendait mais nous nous y attendions. Il me semble que j'ai dû poster les épreuves de ce certificat sur le forum.

En ce qui concerne les annales du B.E.P.C 1962, je n'ai pas encore trouvé celles de français mais j'ai celles de maths et en algèbre j'ai presque tout oublié. Par contre, en français j'ai reçu celles de 1961 et celles de 1979 vendues ensemble. Les annales de 1979 proposent des sujets intéressants et les les dictées sont toujours aussi longues.

Je possède un certain nombre de manuels scolaires anciens dont le niveau exigé dans certaines matières est solide mais il faut avoir les yeux ouverts sur le monde actuel et j'apprécie également des ouvrages bien présentés et bien conçus comme Dokéo ou Mondes rebelles junior. J'apprécie également les manuels expliquant clairement et sainement aux jeunes la sexualité, la grossesse et la naissance car ce sujet tabou associé à la culpabilité, voire la honte, a été au cours de mon enfance source de moments d'angoisse qu'il a fallu évacuer.


Dernière édition par charpentier hélène le Sam 26 Juil - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
charpentier hélène
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Cancer Chien
Nombre de messages : 1457
Age : 71
Localisation : BINSON-ORQUIGNY 51700
Emploi : retraitée
Loisirs : lecture,écriture,chant choral, secrétariat association culturelle.
Date d'inscription : 11/07/2011

MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 16:11

Voici les épreuves du certificat d'études primaires de 1960, secteur d’Épernay.



Texte de la dictée.

« Le soir dont je vous parle, je peux même dire que je m’ennuyais moins que jamais. Non, vraiment, je ne désirais pas que quelque chose arrivât. Et pourtant … Voyez- vous, cher monsieur, c’était un beau soir d’automne, encore tiède sur la ville, déjà humide sur la Seine. La nuit venait, le ciel était encore clair à l’ouest, mais s’assombrissait, les lampadaires brillaient faiblement. Je remontais les quais de la rive gauche vers le pont des Arts. On voyait luire le fleuve, entre les boîtes fermées des bouquinistes. Il y avait peu de monde sur les quais : Paris mangeait déjà. Je foulais les feuilles jaunes et poussiéreuses qui rappelaient encore l’été. Le ciel se remplissait peu à peu d’étoiles qu’on apercevait fugitivement en s’éloignant d’un lampadaire vers un autre. Je goûtais le silence revenu, la douceur du soir. Paris vide. J’étais content. »
                                                                     Albert Camus.

Questions.

1. Donnez un titre à la dictée.
2. Sens des mots et expressions : lampadaire ; bouquinistes ; Paris vide ; qui rappelaient encore l’été.
3. Analyse des mots : clair ; fleuve (luire le fleuve) ; qu’ (qu’on apercevait) ; étoiles.

Rédaction. Choisir l’un des deux sujets.

1. On vous a donné une petite somme d’argent pour votre anniversaire en vous disant : « Tu en feras ce que tu voudras. » Comment l’avez-vous employée ?
2. Votre maman vous demande d’écrire à votre grand-frère au service militaire pour lui donner des nouvelles de la famille, du village, des travaux, de votre vie scolaire…Rédigez la lettre.

Calcul.

I. Premier problème noté sur 8 points.

Une personne assure contre l’incendie sa maison qu’elle estime 38 000 NF (nouveaux francs), son mobilier et son linge estimés ensemble 12 500 NF. Elle s’est adressée à une compagnie d’assurance qui lui fait payer les tarifs suivants :
-assurance bâtiments : 0,60°/°°, mobilier et linge : 1°/°° (pour mille)
Quel sera le montant de la prime nette ?
A cette prime s’ajoutent les impôts qui s’élèvent à 45% de la prime nette. Quel sera le montant de la prime totale à payer, impôts compris.

II. Second problème noté sur 12 points.

Trois vignerons achètent en commun un tracteur enjambeur qui leur revient, net, à 14 400 NF. Chacun paiera une partie de la valeur du tracteur proportionnellement à la superficie qu’il exploite. Le premier exploite 2,55 ha, le second 19 500 m2, le troisième 270 ares.
1. Quelle est la somme due par chacun ?
2. Pour se procurer l’argent nécessaire au versement de sa part, le premier envisage de vendre du vin. Quelle quantité de vin devra-t-il vendre à raison de 300 NF l’hl ?
3. Le second dispose d’un terrain triangulaire de 130 m de base et de 100 m de hauteur. Il a pour ce terrain, un acheteur. Combien devra-t-il vendre l’ha de ce terrain pour réunir les fonds nécessaires ?
4. Le troisième décide de recourir à l’emprunt. Il trouve un prêteur qui lui consent un taux de 6%. La moitié du capital emprunté sera remboursée au bout d’un an, avec les intérêts dus à la fin de cette première année. Le reste sera remboursé à la fin de la seconde année, au même taux.
Quel sera le montant de chaque versement ?

Sciences.

- Question commune. Croquis de l’œil. Quels sont les principaux défauts de la vue ? Comment y remédie-t-on ?
- Garçons en école urbaine. Comment procédez-vous pour évaluer la sensibilité d’une balance ? Contrôler sa justesse ? Sa fidélité ? Décrivez les opérations de la double pesée en joignant les croquis.
- Garçons en école rurale. Qu’est-ce qu’amender une terre ? Comment effectue-t-on un marnage ? Un chaulage ?
- Filles en école rurale ou urbaine. Quelles sont les précautions à prendre pour se servir d’un biberon et d’une tétine ? Comment feriez-vous pour préparer un biberon au lait en poudre pour un bébé de huit Jours ?

Histoire.

Quels souvenirs précis d’inventions ou de découvertes utiles à l’humanité vous permettent d’évoquer chacun des noms suivants : Claude Bernard, Louis Pasteur, Pierre et Marie Curie.

Géographie.

Croquis du département de la Marne. Tracez : la Marne, la Seine, l’Aisne, la Vesle, la Suippe. Indiquez les trois « Côtes » (leur nom) et les grandes régions naturelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 7016
Age : 64
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   Sam 26 Juil - 18:18

Hélène, voici la dictée de 2013 ( je ne trouve pas 2014, je vais chercher encore);

DICTEE
Tous les émigrants n’étaient pas obligés de passer par Ellis Island. Ceux qui avaient suffisamment
d’argent pour voyager en première ou en deuxième classe étaient rapidement inspectés à bord par
un médecin et un officier d’état civil et débarquaient sans problèmes. Le gouvernement fédéral
estimait que ces émigrants auraient de quoi subvenir à leurs besoins et ne risqueraient pas d’être à
la charge de l’État. Les émigrants qui devaient passer par Ellis étaient ceux qui voyageaient en
troisième classe [...] dans de grands dortoirs non seulement sans fenêtres mais pratiquement sans
aération et sans lumière, où deux mille passagers s’entassaient sur des paillasses superposées.

Georges PEREC, Ellis Island, 1980

Les questions = VOICI LE TEXTE QUI FAIT L'OBJET DES QUESTIONS

Dans le sud de l’Italie, une vieille femme évoque son enfance, au cours de laquelle sa famille a tenté de fuir le pays pour s’installer à New York. Elle s’adresse à un personnage nommé don Salvatore. L’action se déroule dans la première moitié du XXe siècle.

Don Giorgio nous a menés jusqu’au port et nous avons embarqué sur un de ces paquebots construits pour emmener les crève-la-faim d’un point à un autre du globe, dans de grands soupirs de fioul1. Nous avons pris place sur le pont au milieu de nos semblables. Miséreux d’Europe au regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés. Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n’avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses2 ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. Comme tous les autres, nous avons pleuré lorsque l’immense bateau a quitté la baie de Naples. « La vie commence », a murmuré Domenico. L’Italie disparaissait à vue d’œil. Comme tous les autres, nous nous sommes tournés vers l’Amérique, attendant le jour où les côtes seraient en vue, espérant, dans des rêves étranges, que tout là-bas soit différent, les couleurs, les odeurs, les lois, les hommes. Tout. Plus grand. Plus doux. Durant la traversée, nous restions agrippés des heures au parapet3, rêvant à ce que pouvait bien être ce continent où les crasseux comme nous étaient les bienvenus. Les jours étaient longs, mais cela importait peu, car les rêves que nous faisions avaient besoin d’heures entières pour se développer dans nos esprits. Les jours étaient longs mais nous les avons laissés couler avec bonheur puisque le monde commençait.

Un jour enfin, nous sommes entrés dans la baie de New York. Le paquebot se dirigeait lentement vers la petite île d’Ellis Island. La joie de ce jour, don Salvatore, je ne l’oublierai jamais. Nous dansions et criions. Une agitation frénétique avait pris possession du pont. Tout le monde voulait voir la terre nouvelle. Nous acclamions chaque chalutier de pêcheur que nous dépassions. Tous montraient du doigt les immeubles de Manhattan. Nous dévorions des yeux chaque détail de la côte.
Lorsque enfin le bateau fut à quai, nous descendîmes dans un brouhaha de joie et d’impatience. La foule emplit le grand hall de la petite île. Le monde entier était là. Nous entendions parler des langues que nous prîmes d’abord pour du milanais ou du romain4, mais nous dûmes ensuite convenir que ce qui se passait ici était bien plus vaste. Le monde entier nous entourait. Nous aurions pu nous sentir perdus. Nous étions étrangers. Nous ne comprenions rien. Mais un sentiment étrange nous envahit, don Salvatore. Nous avions la conviction que nous étions ici à notre place.

Laurent Gaudé, Le Soleil des Scorta, 2004.

Notes
1 « Fioul » : carburant, dérivé du pétrole, qu’utilisent les bateaux.
2 « Mains vicieuses » : mains de voleur.
3 « Parapet » : barrière placée sur le bord du pont pour empêcher les passagers de tomber à l’eau.
4 « Du milanais ou du romain » : dialectes italiens.

Toutes vos réponses devront être rédigées.

Questions (15 points)
« […] ce continent où les crasseux comme nous étaient les bienvenus. »
De quel continent s’agit-il ? (0,5 point)
Qui est désigné par l’expression « les crasseux » ? Que pensez-vous de cette formulation ? (1 point)
En vous appuyant précisément sur le texte, expliquez ce que les personnages attendent de ce nouveau pays. (2 points)
Par quels sentiments successifs passent les personnages aux différentes étapes du voyage ? Illustrez votre réponse par des éléments précis du texte. (3 points)
Pourquoi le « sentiment » évoqué à la ligne 29 est-il qualifié d’« étrange » ? (1,5 point)
« Le paquebot se dirigeait lentement vers la petite île d’Ellis Island. La joie de ce jour, don Salvatore, je ne l’oublierai jamais. Nous dansions et criions. »
Identifiez les deux temps utilisés et justifiez l’emploi de chacun. (2 points)
« Miséreux d’Europe au regard affamé. Familles entières ou gamins esseulés. » :
Quelle remarque grammaticale pouvez-vous faire sur la construction de ces deux phrases ? (1 point)
Quel effet produisent-elles sur le lecteur ? (1 point)
Pensez-vous que Domenico a raison en murmurant « La vie commence. » ? Développez votre réponse en quelques lignes. Vous prendrez appui sur le texte et éventuellement votre culture personnelle. (3 points)

Voici la "rédaction" devenue "ré-écriture" =

Réécriture (4 points)
Réécrivez les phrases suivantes, en remplaçant les pronoms de la première personne du pluriel (nous) par la troisième personne du pluriel (ils).
Vous ferez toutes les modifications nécessaires.
« Comme tous les autres, nous nous sommes tenus par la main pour ne pas nous perdre dans la foule. Comme tous les autres, la première nuit, nous n’avons pu trouver le sommeil, craignant que des mains vicieuses ne nous dérobent la couverture que nous nous partagions. »


Voilà, ce n'est pas si simple;
Il y aurait des commentaires à faire ( notamment le thème ou sujet retenu = l'immigration; )



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Révisions estivales pour seniors.   

Revenir en haut Aller en bas

Révisions estivales pour seniors.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -