Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Poltergeist - Tobe Hooper & Steven Spielberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65430
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Poltergeist - Tobe Hooper & Steven Spielberg   Ven 26 Déc - 19:34





Titre original : Poltergeist

Titre français : Poltergeist

Réalisateur  : Tobe Hooper (officiellement) mais il semble que Steven Spielberg ait beaucoup participé

Scénario : Steven Spielberg, Tobe Hooper, Michael Grais & Mark Victor

Photographie : Matthew F. Leonetti

Montage : Michael Kahn & Steven Spielberg

Musique : Jerrry Goldsmith

Genre : Horreur / Fantastique

Studios : Warner Bors

Pays d'Origine : USA - 4 juin 1982

Date de sortie en France : 20 octobre 1982

Durée : 114 mn

Audio : anglais, français, italien

Sous-titres : anglais, allemand, espagnol, français, italien, portugais, néerlandais, roumain, bulgare, arabe

Sous-titres pour malentendants : italien, anglais


Rôles Principaux : Heather O'Rourke (Carol Ann Freeling) - Craig T. Nelson (Steve Freeling) - JoBeth Williams (Diane Freeling) - James Whitmore (Dr Albert Frock) - Zelda Rubinstein (Tangina Barrons) - James Karen (Mr Teague, l'Entrepreneur)



Voici un film qui fut tenu par beaucoup et reste pour certains l'un des films d'horreur les plus effrayants jamais tournés. En ce qui me concerne, comme la première fois que je l'avais regardé (et j'avais alors quinze-seize ans, ça ne nous rajeunit pas ), j'ai été plus amusée qu'autre chose. Sorti en 1982 avec un budget de dix millions et sept-cent-mille dollars, "Poltergeist", le premier, l'original - car il y en eut deux autres, si mes souvenirs sont bons, que je n'ai, ceux-là, jamais vus - reste pour moi un malentendu dont seul le génie de la communication de Steven Spielberg peut expliquer l'extraordinaire succès.  "L'Exorciste", de Friedkin, malgré ses effets spéciaux pourtant si visibles même dans les pires moments, fait peur : "Poltergeist" prête, lui, à rire.

Est-ce dû à une réalisation partagée ? Vous avez ceux qui assurent que Tobe Hooper ("Massacre A La Tronçonneuse", c'est lui ainsi que deux films d'horreur avec des crocodiles) était, durant tout le tournage, dans les vapes. Des vapeurs bien sûr chimiques et hautement dangereuses pour les neurones. Ce qui forçait Steven Spielberg à tout régler lui-même. Et là, franchement, tout ceux qui ont vu l'admirable "Duel", premier téléfilm du même Spielberg, d'après une nouvelle de Richard Matheson, en restent cois. Avec seulement l'un de ces énormes et antiques camions américains piloté par un chauffeur dont on ne voit jamais le visage et une seule fois le bras, un bras doucereux et hypocrite qui fait signe de passer à l'automobiliste qui le suit et qu'il va prendre férocement en chasse, un Dennis Weaver d'abord nerveux, puis de plus en plus angoissé et enfin fou tout à la fois de terreur et de rage froide (c'est sa vie qu'il joue ) et quelques paysages semi-désertiques des USA, Spielberg nous a donné un chef-d'oeuvre qui, encore aujourd'hui (il date tout de même de 1971, mes amis, ce téléfilm ! ), trouve le moyen de faire trembler même celui qui l'a vu quatre ou cinq fois d'affilée. (C'est un peu la même histoire avec "Le Salaire de la Peur", de Clouzot, qui, lui, date de 1953 : de bout en bout, dans ce foutu camion chargé de nitroglycérine, le spectateur est toujours persuadé que tout va sauter dès les premiers des cinq cents kilomètres que l'équipe doit parcourir sur une route pourrie d'ornières. )

Toujours est-il que, si notre sorcier national de Clouzot ajoute un autre chef-d'oeuvre à sa filmographie avec "Le Salaire de la Peur" et si, dix-huit ans plus tard, Spielberg s'en tire excellemment avec son "Duel" entre un inquiétant poids-lourd et un conducteur moyen, "Poltergeist" se révèle, sans aucun jeu de mots détestable, sans âme.

C'est l'histoire classique d'une maison tranquille où, brusquement, se déclenche un effet poltergeist. Contrairement au revenant, nous est-il gravement expliqué par la suite (mais notez bien que le renseignement est exact Wink ), le poltergeist n'exerce en général que quelques mois. C'est, en général, un esprit plus farceur que réellement méchant et il s'attache à une personne en particulier qui lui sert, grosso modo, de "medium." Le revenant, lui, c'est autre chose. Il est beaucoup plus ... euh ! ... terre à terre et tient à hanter la maison ou le lieu dans lequel il a vécu ou est mort tout le reste de son éternité. Il faut ajouter que, très souvent, ce type de revenants refuse de croire qu'il est mort. Que voulez-vous, ce n'est pas parce qu'on se retrouve dans l'Au-delà qu'on devient automatiquement intelligent !

Le medium de notre "Poltergeist", c'est la petite Carol-Ann, cinq ans, toute blonde, toute mignonne, interprétée par une jeune actrice qui aura le malheur de périr, jeune fille, victime de la maladie de Crohn, et qui sera la première à donner au trio des "Poltergeist" la mauvaise réputation qu'il traîne derrière lui, n'importe quel cinéphile amateur de potins vous le dira.  :talkingdevil: Mais, contrairement à ce qu'on pourrait croire, le poltergeist n'est pas un poltergeist : en réalité, c'est ... "la Bête".  affraid  Qui, après s'être fait désirée des plombes (ou presque), nous fait, à la fin de la première partie du film, une apparition tout bonnement calamiteuse : côté effets spéciaux, il y a beaucoup mieux que cette espèce d'énorme sauterelle au crâne humain, croyez-moi. Voyez la même "Bête" dans un épisode de la série "Dr Who" (avec David Tennant et Billie Piper) et là, oui, vous frissonnerez : ça, c'est du solide ! thumleft


Quand je dis "la fin de la première moitié du film", c'est parce que "Poltergeist" donne bien l'impression d'entremêler deux histoires : celle de Satan qui enlève Carol-Ann on ne sait pas trop pourquoi (l'attrait de l'innocence sans doute, ou alors il aime les blondes )et puis celle du cimetière sur lequel fut construit le lotissement où habite les Freelings. En principe, Teague, le constructeur, a fait déplacer le cimetière et les tombes. Mais non, vous pensez bien que, dans le BTP américain, il s'en passe autant, sinon plus, qu'ici, en France ...  Bref, les pierres tombales, oui, ont été déplacées : mais les malheureux cercueils et leurs occupants, eux, ont été laissés sur place. Et, dans la seconde partie, tout se mélange. Après une séance d'"assainissement" qui permet de récupérer Carol-Ann, la maison redevient calme mais ce n'est qu'une feinte : la Bête rumine et attend son heure, ou plutôt celle du rendez-vous de Steve, le père, avec le méchant entrepreneur qui est aussi, plus ou moins, son associé. Rendez-vous tardif, voire nocturne, vous l'avez compris. Et alors, ah ! mes aïeux ! tout se déchaîne : le Diable, qui veut récupérer Carol-Ann, les occupants des cercueils qui en ont marre (mais pourquoi à ce moment-là, on peut s'interroger), la pluie, le vent, l'électricité ...

Bref, le scénario est vraiment bâti de bric et de broc, sans beaucoup de cohérence. Les effets spéciaux sont ... euh ... Bon, d'accord, la fameuse scène où Diane se retrouve dans la piscine, entourée de squelettes, fut tournée, dit-on, avec de vrais squelettes humains. Oui, il paraît qu'un squelette humain véritable, si vous pouvez le récupérer légalement, cela s'entend, vous coûtera moins cher qu'un squelette en plastique ...  :chienos: Les studios étant ceux de la Warner Bros, on peut penser que les mânes des frères Warner, qui étaient si près de leurs dollars de leur vivant, ont tout fait, de l'Au-delà, pour favoriser une économie aussi prodigieuse...  down Mais on raconte aussi que si JoBeth Williams est si crédible dans cette scène, c'est non pas à cause de l'origine bien humaine de ses "partenaires", mais parce qu'elle mourait de peur, cernée également par les spots et les câbles électriques tout en se trouvant enfoncée à mi-corps (et parfois complètement) dans l'eau, de mourir électrocutée ...

Alors, vous m'avez comprise : ne montrez pas "Poltergeist" de Tobe Hooper et Steven Spielberg à des têtes blondes un peu trop jeunes. Mais, franchement, l'interdire aux moins de douze ans ...   :clégal: Avec tout ce qu'on voit sur le Net, entre autres ... A côté de certains "déséquilibrés" actuels - vous saisissez la fine allusion, j'espère - et autres "voitures folles", le Diable de "Poltergeist", les squelettes et les cercueils peuvent aller se rhabiller. Si j'ose dire.

Maintenant, si vous savez à quoi vous attendre, vous pouvez toujours passer un moment agréable en songeant à cette époque bénie où on avait peur d'un rien en regardant sa télévision ou son écran de cinéma. Mieux, repassez-vous "Duel" : ça vous rappellera le temps ou Steven Spielberg était autre chose qu'une machine à engranger des sous.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Poltergeist - Tobe Hooper & Steven Spielberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: CINEMA, DVD, TELEVISION & C° :: Ciné-Club & DVD -