Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Dim 8 Mai - 14:06



Мастер и Маргарита
Traduction : Claude Ligny
Introduction : Sergueï Ermolinski


ISBN : 9782221116869

Extraits
Personnages


Nous L'Avons Relu

"Le Maître et Marguerite", que Mikhaïl Boulgakov commença à rédiger en 1928, sous le titre de "Le Sabot de l'Ingénieur", ne devait être publié pour la première fois qu'en 1966. Pourtant, cette oeuvre, achevée le 13 février 1940, un peu plus de trois semaines avant le décès de son auteur, est assurément l'un des "romans-phares" de la littérature russe du XXème siècle et c'est elle qui contient, entre autres phrases inoubliables, le fameux "Les manuscrits ne brûlent pas !" que l'on peut considérer comme un symbole de la victoire de la liberté de penser face à l'acharnement totalitaire.

Résumer l'intrigue de ce roman onirique et fiévreux, cynique autant que merveilleux, est chose trop réductrice pour que je m'y essaie. Disons essentiellement qu'il fait alterner deux actions, l'une moderne et qui se déroule dans le Moscou de l'ère stalinienne, l'autre "antique" et ayant pour cadre la Judée pré-chrétienne qu'Hadrien n'a pas encore rebaptisée Palestine.

La deuxième intrigue est la vision gnostique de la rencontre de Jésus de Nazareth, appelé Yeshoua Ha-Nozri par Boulgakov, avec Ponce Pilate, procurateur romain de la région, et aussi de son supplice - Boulgakov délaisse la crucifixion traditionnelle pour le pilori - sur le Mont Chauve - ou Mont du Crâne-Golgotha. Yeshoua y apparaît comme un illuminé mais au sens bouddhique du terme, un homme paisible et doux, capable de deceler la Bonté dans le coeur du plus cruel des centurions et suivi depuis le début de ses errances par un certain Matthieu Lévy qui, selon Yeshoua lui-même, déforme pour les recopier les propos qu'il tient. Juda de Kairoth et Caïphe, le Grand Prêtre du Sanhedrin, sont évidemment de la partie avec un Bar-rabbas qui ne fait que croiser bien fugitivement celui qui deviendra le Christ.

Comme Boulgakov aurait pu éviter d'accepter l'aide que lui fournit Staline pour survivre à l'interdiction de ses oeuvres au début des années 30 , Pilate aurait pu sauver Yeshoua. Mais si l'un n'eut pas le courage d'affronter le goulag ou le procès après tortures si chers au successeur de Lénine, le second, dans un instant de faiblesse, préféra préserver sa carrière en laissant supprimer la vie d'un innocent.

Pour Boulgakov, le prix à payer sera une existence désormais hantée par la conscience de sa veulerie et l'avortement systématique de tous ses essais de publication. En silence cependant, en cachette aussi, inlassablement, il reprend et remanie ce qu'il nomme son "manuscrit sur le Diable" - on ne comptera pas moins de cinq remaniements en douze ans. Tourmenté par ses angoisses, et aussi par un corps qui, peu à peu, l'abandonne, l'écrivain gribouille dès 1931, au bas d'un extrait que vous pourrez lire dans l'édition POCKET du "Maître et Marguerite", ces mots qui émeuvent encore singulièrement le lecteur par delà les
années : "Seigneur, aide-moi à terminer mon roman."

Pour le Pilate qu'il recrée, Boulgakov façonne un châtiment qui perdure au-dela les siècles, une espèce de Purgatoire hors du temps où le puissant fonctionnaire romain, "qu'il fasse sombre ou que luise la lune", ne peut connaître la paix bien qu'il soit mort depuis près de deux mille ans. Invariablement, Pilate rêve qu'il annonce au peuple juif sa décision de laisser la vie sauve à Yeshoua. Invariablement, il se réveille et se rend compte que Yeshoua est mort et que lui, Pilate, n'a pas reçu son pardon.

Et, inlassablement, ce fantôme pose et repose cette question qui dut bien souvent torturer Boulgakov : "La Lâcheté n'est-elle pas le plus grand crime qui soit ?"

A la fin du roman, bien sûr, Pilate sera enfin libéré et, dans une très belle image onirique, rejoindra Yeshoua sur un rayon de lune et s'en ira avec lui vers l'Eternité.

Entretemps, l'intrigue moderne aura laissé le champ libre à un Satan là encore plus proche de l'interprétation gnostique que de l'interprétation traditionnelle, et à qui Boulgakov a donné le nom de Woland.

L'accompagnent et le servent trois démons familiers, l'inénarrable Koroviev, Azazello le courtaud aux vilains crocs jaunes qui nasille sur tous les tons, et le non moins extraordinaire Béhémoth, lequel se présente sous l'aspect d'un énorme chat noir capable de s'habiller comme un homme et de jouer aux échecs.

Les trois compères s'en donnent à coeur joie dans un Moscou diurne et surtout nocturne, règlent au passage les comptes de l'écrivain Boulgakov avec les critiques stalinistes, causent mille et un accidents, acculent plusieurs malheureux à l'asile psychiatrique, décapitent un homme, en poignardent un autre, tranchent, taillent, tourbillonnent ... démontent en un mot l'implacable machine totalitaire avec une vigueur en effet démoniaque et ce sens de l'humour propre à l'âme slave.

Au coeur du cyclone diabolique, le Maître, écrivain enfermé parmi les fous après la dénonciation d'un voisin désireux d'accaparer son appartement (les appartements, la convoitise qu'ils inspirent aux pauvres Moscovites obligés de se contenter des "maisons communautaires", les déboires que Boulgakov lui-même connut avec le sien occupent dans le livre une place bien révélatrice du mode de vie imposé à la majorité par le régime bolchevique) et son hégérie, Marguerite, qui quitte tout pour le rejoindre et le suivre au-delà la Mort. Un couple d'amoureux, par conséquent, où la femme prédomine - elle prend l'initiative de suivre les directives de Woland et d'assister au Grand Bal donné par Satan - mais où c'est elle également qui se montre la plus accessible à la pitié.

Ce livre fascinant, qui n'est pas sans rappeler parfois les meilleurs moments du nonsense d'un Lewis Carroll et qui mêle avec génie le fantastique, la poésie, la religion, l'histoire et la philosophie, est irracontable. Il faut donc le lire et ne pas hésiter à le placer bien haut dans votre Panthéon livresque car, né de la souffrance et de la révolte d'un homme qui désespérait d'écrire, il nous prouve avec panache que, quelque sombres que puissent être les tourmentes de l'Histoire, le Génie survit toujours à leurs ténèbres. Cool


Lisez Boulgakov !  thumleft   Jamais vous ne regretterez d'avoir fait sa connaissance ... :thumright:


Dernière édition par Masques de Venise le Sam 20 Sep - 20:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Lun 11 Fév - 16:58



Zapis'ki junogo vraca/Morfij/Neobyknovennye prikljucenija doktora
Traduction et notes : Paul Lequesne


Ce mince volume, publié sous le titre général de "Récits d'un jeune médecin", regroupe, outre les récits en question, la nouvelle "Morphine" et "Les Aventures Singulières d'un Docteur."Si nous sommes ici très loin de l'ampleur onirique du "Maître et Marguerite", la dernière nouvelle, qui évoque les tribulations pendant la Guerre civile russe d'un médecin qui pourrait fort bien être Boulgakov lui-même, plonge son lecteur dans une curieuse atmosphère de rêve éveillé où le cauchemar le dispute à la comédie absurde.

Mes préférences vont cependant aux deux premiers textes.
Les "Récits - ou Carnets - d'un jeune médecin" relatent l'expérience authentique que fit l'écrivain lorsqu'il exerça la médecine dans un petit hôpital géré par la Croix-Rouge durant l'année 1916-1917. Même s'il donne à son narrateur le nom de Bomgard, c'est bien Boulgakov qui y débarque jeune diplômé et doit faire immédiatement face à la superstition, à l'ignorance ainsi qu'aux difficiles conditions de vie qui sont celles de la campagne russe à l'époque.

Les sept petits tableaux qu'il nous en brosse, en soulignant avec une malice rétrospective l'affolement avec lequel il se réfugiait dans ses livres de médecine, littéralement terrorisé à l'idée de se retrouver face à face avec un cas singulièrement difficile et qu'il n'aurait jamais traité auparavant, croquent allègrement la paysannerie russe qui n'a pas encore été touchée par la tempête révolutionnaire.

Dans "La Serviette brodée d'un coq" qui marque son arrivée dans son nouveau poste, le jeune médecin est confronté à l'amputation d'une jambe qu'il doit pratiquer sur une jeune fille qui est tombée dans une machine agricole. Persuadé à la fois de son incompétence personnelle - c'est sa première opération en solo - et de la gravité de l'état de la malheureuse, il retrouve tout son sang-froid pour procéder à l'amputation ... et la jeune fille survit, bien évidemment. La fiancée du commis, dans "La Tempête de Neige", n'aura pas cette chance.

Humanité, vivacité du trait, humour, tendresse, telles sont les couleurs utilisées par Boulgakov. Jamais il ne porte de jugement sur ceux qu'il croise. Pas plus qu'il n'en porte sur le successeur de Bomgard, le Dr Poliakov, qui, confronté lui aussi aux rudes conditions d'exercice dans le trou perdu de Nikolskoïé, bascule dans la morphine pour tenir bon.

La descente aux enfers du malheureux est brièvement contée mais aussi hallucinante qu'on pouvait s'y attendre. Le pire est peut-être que cet homme de l'Art, qui est en principe mieux placé que quiconque pour appréhender les ravages de la drogue, se laisse prendre à la fameuse certitude qu'il ne deviendra jamais dépendant.

Pour se désintoxiquer, il se rabat sur la cocaïne mais son état empire. Ne lui reste plus alors qu'une seule issue et le narrateur, à qui il a demandé aide et assistance, arrivera trop tard.

Récit au double "Je" - le "Je" de Bomgard, qui nous conte l'histoire, et le "Je" de Poliakov, qui explique sa déchéance dans la lettre adressée à Bomgard - "Morphine" nous donne une vision aussi acérée qu'un scalpel de la dépendance du morphinomane. Court mais d'une rare intensité, ce texte, qui nous renvoie à un phénomène désormais plus ou moins banalisé par notre société, n'a pas pris une ride.

Enfin, les "Aventures singulières d'un docteur" assemblent, de manière volontairement décousue, les fragments de l'existence d'un médecin brutalement mobilisé et qui va se retrouver pris entre les Blancs et les Rouges, et plus encore dans l'absurdité foncière du conflit.

Bref, si vous n'avez jamais lu Boulgakov et que vous répugnez aux romans épais, commencez donc par ces "Récits d'un Jeune Médecin." Nul doute que cela vous donnera envie d'approfondir l'oeuvre de cet auteur atypique et génial.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
gemini
¡ No pasarán !
¡ No pasarán !
gemini

Masculin
Balance Serpent
Nombre de messages : 2388
Age : 53
Localisation : mouais
Emploi : cosmonaute
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Lun 11 Fév - 19:02

Oh oui Boulgakov ! Quel singulier auteur. En tout cas pour moi une grosse découverte. L'impression de pénétrer un autre monde. Son écriture est très particulière et son univers aussi. Dans "Coeur de chien", c'est totalement fantasmagorique mais aussi carrément sombre et réaliste. Faudra que j'y revienne, tes messages m'y font penser MDV.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.liberation.fr/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Jeu 14 Juil - 16:31



Quatrième de couverture:

"Une accoucheuse qui avait appris son art à la maternité de l'Hôtel-Dieu de Paris sous la direction de la fameuse Louise Bourgeois délivra le 13 janvier 1622 la très aimable madame Poquelin, née Cressé, d'un premier enfant prématuré de sexe masculin. Je peux dire sans crainte de me tromper que si j'avais pu expliquer à l'honorable sage-femme qui était celui qu'elle mettait au monde, elle eût pu d'émotion causer quelque dommage au nourrisson, et du même coup à la France."


Mon avis:

Dès le titre, le ton est donné. En effet, il ne s'agit pas là d'une simple biographie. Boulgakov, que je ne connaissais pas (honte à moi ! Oui, oh, ça va, je sais bien que c'est celui qui a écrit Le Maître et Marguerite.... On ne peut pas avoir tout lu non plus, hein ?! ), met en scène la vie du sieur Molière, la romançant pour le plus grand bonheur des lecteurs qui dévorent ce livre à la vitesse de la lumière. Car s'il s'est basé sur des éléments réels - et je puis vous assurer que j'ai appris des choses - il ne pouvait pas rentrer à un tel point dans la peau et les pensées du personnage. Et pour que ce texte soit fluide, rien de tel que d'ajouter de-ci de-là quelques touches personnelles, fictives. Tiens, mais voilà qui me rappelle quelqu'un que j'aime beaucoup: Jean Teulé. Attention, je ne parle pas du style bien sûr, les deux étant radicalement différents. Mais le procédé est bel et bien le même. De ce fait, je suis allée faire des recherches pour démêler le vrai du faux. Et moi qui croyais connaître Molière.... je me trompais lourdement ! Vous découvrirez la vie de cet homme qui, finalement, s'est toujours battu, ou plutôt débattu, tant dans sa vie privée, avec les sœurs Béjart (et l'accusation d'inceste), que dans sa vie professionnelle, notamment avec les comédiens de l'Hôtel de Bourgogne.

Je vous conseille vivement ce livre qui se lit vraiment très facilement. Il permet également une immersion dans ce monde du XVIIe siècle où pouvoir et culture ne faisaient pas forcément bon ménage.

Un extrait ici.


Dernière édition par Lydia le Jeu 14 Juil - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Jeu 14 Juil - 16:34

Boulgakov ... Un de mes auteurs préférés ... Dont je suis loin d'avoir tout lu, hélas ! ... En tous cas, je suivrai ton conseil, Lydia.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Jeu 14 Juil - 16:39

Oui, je sais que c'est un de tes auteurs préférés. Je pense que tu ne seras pas déçue. J'ai vraiment appris beaucoup de choses de la vie de Molière, qui s'avèrent, après recherches, être vraies.
Bon, je n'ai toujours pas lu Le Maître et Marguerite.... Je cours me flageller !
Revenir en haut Aller en bas
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Jeu 14 Juil - 19:40

Lydia a écrit:
Boulgakov […] met en scène la vie du sieur Molière, la romançant pour le plus grand bonheur des lecteurs […]
Est-ce que tu dirais que le livre est aussi prenant que le film d'Ariane Mnouchkine sur la vie de Molière, par exemple ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Ven 15 Juil - 7:50

Je ne sais pas Giles, je ne l'ai pas vu. Mais bon, généralement, je préfère toujours un livre à un film.
Revenir en haut Aller en bas
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Sam 16 Juil - 7:14

Lydia a écrit:
Mais bon, généralement, je préfère toujours un livre à un film.
Le film de Mnouchkine n'est pas l'adaptation d'un livre mais une œuvre originale. Quoi qu'il en soit, assister à une pièce de Molière donnée avec la musique de Lully jouée par des musiciens — par exemple Le Bourgeois gentilhomme — est une expérience incomparable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Sam 16 Juil - 13:08

J'avais bien compris Giles, d'où le fait que j'ai noté que je préférais un livre et non pas le livre. Il n'en est pas de même pour le théâtre. Bien joué (mais tout est subjectif), j'aimerai autant le spectacle qui se déroule devant mes yeux (surtout si c'est avec la musique de Lulli, que j'aime beaucoup) que la lecture de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Giles
Membre étranger


Masculin
Nombre de messages : 2238
Localisation :  
Emploi :  
Loisirs :  
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Sam 16 Juil - 20:34

Lydia a écrit:
[…] j'aimerai autant le spectacle qui se déroule devant mes yeux […] que la lecture de la pièce.
Je t'envie cette capacité à reconstituer les mouvements des personnages, les intonations de la voix, le décor, car je suis incapable de lire une pièce de théâtre… à la lecture seule, trop d'éléments sont absents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9238
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Sam 25 Mai - 20:33

"Le Maître et Marguerite" est l'un de mes romans préférés; à lire d'urgence, Lydia, si je peux me permettre......
J'ai fait lire "le roman de Monsieur de Molière" à mes élèves, au lieu de leur infliger un cours de biographie, ils ont adoré......
Je crois que "le Maître" a été à l'agreg une année.......

ON OBSERVERA QUE CA N'AJOUTE RIEN A L'UNE ET N'ENLEVE RIEN A L'AUTRE........!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Dim 26 Mai - 14:12

Eh bien, j'ai tenté Le Maître et Marguerite depuis car ce sujet date un peu (oui, le problème c'est qu'il n'y a pas l'année sur les posts)... Je n'ai pas réussi. J'ai abandonné ! Je m'ennuyais.
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9238
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Lun 27 Mai - 17:09

Tu as très bien fait d'abandonner, c'est aussi mon principe de lecture = où je suis captivée, ou vraiment, c'est inerte, ou pire il y a un mauvais feeling, urgent de ne rien faire ! je referme !
Ceci dit, pour Boulgakov, je ne suis pas surprise c'est assez curieux, bizarre, ça passe ou ça casse, quoi; et, en fait, je ne me souviens plus si c'est à la toute 1ère lecture que j'ai aimé, ou si c'est un jour de pluie, en le relisant que j'ai pu "entrer" dans cet univers très particulier......J'avoue aussi être "restée à la porte" de "Cœur de chien" !!! triste, triste, triste !
Les Russes, c'est spécial ( à mon avis) = leurs œuvres possèdent toujours un climat de déréliction, comme une sorte d'errance intérieure, Pasternak, Gogol, Tolstoï, Tchekhov, même Soljenitsyne; j'avais assisté à une conférence d'une prof de russe à la fac, qui tentait justement de définir cette vision du monde slave, entre, disait-elle le fatalisme et le déterminisme, comme si tout était préfiguré à l'avance, pour que tout aille mal et que ce soit sans recours;
Si je peux te consoler, je suis absolument "allergique" à "Guerre et Paix" même en film.....

Elisabeth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Mar 28 Mai - 8:56

En fait, j'ai toujours beaucoup de mal avec la littérature étrangère, hormis la littérature anglo-saxonne. Pour le reste, je dois toujours me préparer psychologiquement. Je ne sais pas pourquoi, peut-être est-ce une question de culture tout simplement. Alors la littérature russe, je ne t'explique même pas !
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Elisabeth

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 9238
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Mar 28 Mai - 9:25

Oui, tu as raison, là; en fait, je ne m'étais pas posé la question en ces termes, il faut que je réfléchisse sous cet angle = est-ce la littérature étrangère qui possède quelque chose de particulier qui fait que l'on a du mal à "entrer" dans ces univers;
Là, la seule oeuvre étrangère qui me vient à l'esprit en dehors de la littérature anglo-saxonne, c'est "Le Guépard" de Lampedusa; j'ai aimé; est-ce ce que ce sera vrai pour d'autres oeuvres ? je vais y réfléchir ......

Bonne journée, Lydia, je file bosser


Elisabeth
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Mar 28 Mai - 9:27

Bonne journée Hélène. Je ne vais pas tarder à y aller. Je commence un peu plus tard aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
Sabaka



Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9
Age : 70
Localisation : savoie
Emploi : retraité
Loisirs : piano
Date d'inscription : 17/02/2016

MessageSujet: AA   Jeu 18 Fév - 14:38

]b]Petits détails; [/b]


1) Ivan Biezdomny est un mauvais poète et qui plus est sans racines véritables donc, sa poésie ne peut être qu'artificielle;  "Biezdomny" pouvant signifier "SDF" en équivalent Français

2) Pilate est au delà de l'officier; c'est le procurateur de Rome pour la Judée et le détenu (arestant en russe) Yeshoua (Jesus) doit l'appeler 'Hégémon"  donc "Absolu".

3) A noter aussi que de nombreux personnages portent le nom de compositeurs célèbres: Berlioz, mais aussi Stravinsky (Directeur du centre psychiatrique où est enfermé le Maître); Rimsky, Directeur financier du théâtre des Variétés où Woland va donner une représentation proprement scandaleuse.

4) Ce n'est pas le manque de vitesse qui fait glisser Berlioz sur l'huile de tournesol répandue par Anouchka, mais le fait qu'il revienne en arrière pour s'éloigner du tramway qui s'approche.

5) Dans l'équipe de Woland, Koroviev appelé aussi "Fagot" (ce qui signifie le Basson aussi bien en Allemand qu'en Russe)  est essentiel. Comme un basson, il mesure près de deux mètres et il est incroyablement maigre.  Il apparaît dès le début en tant que  vision pour Berlioz chapitre 1, donne à celui-ci une (petite) chance d'échapper à son destin chapitre 3; Donne la réplique à Woland au théâtre des Variétés et embrouille Nicanor Ivanovitch Bossoi, gérant de l'association des locataires du 50 rue Sadovaïa. Sans compter ses mauvais coups avec son compère Béhémoth au restaurant Griboïedov et au Torgsin, magasin de luxe pour étrangers.

6) Staline en fait avait aimé "la Journée des Tourbine" pièce que Boulgakov avait créée à partir de "la Garde Blanche" et qui avait été donnée avec un vif succès au théâtre d'Art de Moscou à partir du 5 octobre 1926 et interdite en Janvier 1927.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Jeu 18 Fév - 19:22

Eh ! bien, merci pour cette intervention, Sabaka. Merci aussi de nous en donner d'autres au gré de votre inspiration Merci aussi de bien vouloir vous présenter dans notre rubrique "Règles de Courtoisie et Bienvenue". Tout particulièrement s'il vous vient l'idée de participer à notre "Concours d'Ecriture Février 2016", ce qui nous ferait immensément plaisir.

Si cela ne vous dérange pas, cependant, je déplace votre message dans la fiche originale, qu'elle me semble compléter mieux que ce "Nous L'Avons Relu" qui se veut surtout un retour sur la critique du système stalinien rédigée par un génie qui se méfiait de Staline mais qui savait parfaitement que, effectivement, celui-ci s'intéressait à lui et à son oeuvre, en particulier à "La Garde Blanche."
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Sabaka



Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9
Age : 70
Localisation : savoie
Emploi : retraité
Loisirs : piano
Date d'inscription : 17/02/2016

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Ven 19 Fév - 10:37

Bonjour à tous

Sabaka :Nouveau venu sur ce forum. (Effectivement, j'ai omis de me présenter et de saluer la communauté des internautes participant à ce forum.)
Sakaba (le chien en russe transcrit en caractères latins). 67 ans habitant les montagnes de Savoie
Il n'est pas difficile de deviner que je m'intéresse à la Russie et à sa littérature. Je suis à la retraite et j'ai donc le temps d'approfondir certains points qui relèvent peut-être de l'anecdotique mais le Diable ne se cache-t-il pas dans les détails ?

A bientôt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Ven 19 Fév - 14:51

Il se cache partout - et il faut bien avouer que certains auteurs, dont Boulgakov, ont su lui donner une sacrée stature.

Soixante-sept habitants seulement, au moins, vous êtes tranquilles.

En tous cas, nous sommes très heureux de faire votre connaissance, Sabaka. Et nous vous relirons avec plaisir, soyez-en sûr. A très bientôt ! Very Happy
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Sabaka



Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9
Age : 70
Localisation : savoie
Emploi : retraité
Loisirs : piano
Date d'inscription : 17/02/2016

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Ven 19 Fév - 20:14

Merci de votre accueil.  


Je vous réponds rapidement car j'ai quelques loisirs en ce moment, mais je ne pourrais soutenir ce rythme longtemps, ayant des expertises techniques à faire dans les prochaines semaines.

Les détails, du moins quelques uns:
Boulgakov n'est pas toujours bien traité dans l'édition française. Dans la préface au roman "Le roman théâtral" édition Robert Laffont 2005, pourtant signée Claude Ligny qui est un des grands traducteurs Russe-Français, la biographie de Boulgakov situe sa mort en 1938 et non le 10 mars 1940 comme en atteste tous les documents officiels. Détail certes, mais quand on sait le nombre de corrections apportées entre 1938 et 1940 au "Maître et Marguerite", c'est faire "preuve" ? d'une certaine désinvolture vis-à vis des lecteurs. A moins que le poste de correcteur ait été supprimé. Et pourtant Maksoudov, le héros du "Roman Théâtral" est correcteur au magazine "La Navigation". J'ai poliment signalé ce fait aux éditions Robert Laffont, j'attends toujours la réponse.

Ceci dit, le monde de l'édition va mal partout. Dans une  publication datant de 2012  de "ϺΑϹТЀР И ϺАРГАРЍТА" par la maison "AZBOUKA" de Saint Pétersbourg, la dernière page qui contient les mentions légales indique que l'auteur est "Mikhaïl Alexandrovitch Boulgakov". Cette erreur de patronyme (celui de Boulgakov est "Afannasievitch") peut paraître anodine, sauf qu'en Russie la patronyme est fondamental. Il est utilisé pour manifester le respect vis-a vis d'une personne que vous connaissez, par exemple un étudiant pour son professeur, ou un ingénieur pour le directeur de l'usine. Le patronyme est un élément constitutif de l'identité d'une personne au même titre que le prénom et le nom de famille

Bref tout fout le camp et déjà du temps des bolcheviks, la vodka à 30 ° ne valait plus rien par rapport à la vraie vodka (cf "Coeur de chien")
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox
Sabaka



Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9
Age : 70
Localisation : savoie
Emploi : retraité
Loisirs : piano
Date d'inscription : 17/02/2016

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Lun 22 Fév - 11:20

Bonjour à tous

Ce qui me réjouis, c'est la promenade des internautes à travers l'oeuvre de Boulgakov. Certains ont apprécié la richesse des informations sur Molière !!!; d'autres l'authenticité des" récits d'un jeune médecin".

Je voudrais vous faire découvrir  les fulgurances prémonitoires de Boulgakov dans "les oeufs fatidiques" écrit en 1925/1926. D'autant qu'il existe une version bilingue obtenable dans une librairie de Paris spécialisée dans la littérature slave  
En 1928, l'agent du Guépéou est équipé d'un pistolet électrique français (c'est donc un ancêtre du taser).
Des oeufs sont soumis à un rayon qui permet la multiplication et le gigantisme des embryons; c'est pas le début des OGM ?
La  progression des serpents monstrueux est définitivement stoppée (et les serpents exterminés) par un gel inattendu (tiens, tiens,  la Wermacht à l'hiver 1941)
Bien évidemment on retrouve aussi des personnages dont le profil est récurrent dans toute l'oeuvre de Boulgakov:
le gardien de l'immeuble  dans ce cas précis le pauvre y laissera la vie
le bolchevik mêlant l'arrogance à l'incompétence; son épouse sera d'ailleurs dévorée par les serpents que sa bêtise a permis d'engendrer
et plus étonnant ; des agents du Guépéou plutôt respectables; ce qui va avec la description des enquêteurs dans "Le Maître et Marguerite"
Donc si vous trouvez "РОККОБВЍЀ  ЯЍЦА" c'est plutôt réjouissant


A bientôt pour les nouvelles de Mikhaïl Afanassievitch
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Masques de Venise

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65651
Age : 59
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Lun 22 Fév - 19:44

Mais j'espère que vous nous direz aussi ce que vous pensez de Gontcharov et surtout de son "Oblomov." Nous avons un membre qui va le lire et je l'ai lu moi-même. Un livre qui m'a un peu "dérangée"  mais qui ne laisse pas indifférent.

En tous cas, votre fougue pour Boulgakov et son oeuvre me fait vraiment plaisir. Et merci pour les renseignements pour "Les Oeufs Fatidiques" en version bilingue. Je ne parle pas le russe, hélas mais je me dis que, aujourd'hui, on devrait tous s'y mettre ... Belle langue, au demeurant ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Sabaka



Masculin
Vierge Rat
Nombre de messages : 9
Age : 70
Localisation : savoie
Emploi : retraité
Loisirs : piano
Date d'inscription : 17/02/2016

MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   Jeu 25 Fév - 11:57

Bonjour à tous.

A l'attention de "Masques de Venise" plus particulièrement.

Je  vais vous décevoir car vous me faites beaucoup d'honneur en sollicitant mon avis sur un ouvrage (Oblomov) de Gontcharov, que je n'ai pas lu à ce jour mais que je place dans la liste de mes futures lectures. (En Russie, Gontcharov est considéré comme le Balzac russe et l'égal de Dovtoievsky)

De manière plus générale je n'ai aucune compétence en matière de littérature, ayant travaillé  dans le monde industriel exclusivement. Ce sont les hasards (je devrais dire déplacements) professionnels qui m'ont conduit à porter de l'intérêt à la Russie et à certains de ses écrivains. Pour autant j'essaye d'élargir mes choix mais, comme tous les retraités, mon emploi du temps est serré.
Donc la question qui reste est : ai-je ma place dans ce forum au vu de la qualification très "professionnels de la littérature" de la plupart des intervenants ?

Merci d'avance pour votre réponse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://mail.google.com/mail/u/0/#inbox
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov   

Revenir en haut Aller en bas

Mikhaïl Afanassievitch Boulgakov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2 Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature Russe -