Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Chromosome 3 - David Cronenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60648
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Chromosome 3 - David Cronenberg   Jeu 12 Fév - 19:31



Titre original : The Brood

Titre français : Chromosome 3

Réalisateur : David Cronenberg

Scénario :  David Cronenberg

Photographie : Mark Irwin

Montage : Allan Collins

Décors : Carol Spier

Musique : Howard Shore

Genre : Horreur

Studios : New World Pictures

Pays d'Origine : Canada - 1er juin 1979

Date de Sortie En France : 10 octobre 1979

Durée : 92 mn

Audio : anglais, français

Sous-titres : français

Sous-titres pour malentendants : néant

Rôles Principaux : Art Hindle (Frank Carveth) - Cindy Hinds (Candice Carveth, sa fille) - Samantha Eggar (Nola Carveth, son épouse) - Oliver Reed (Dr Hal Raglan) - Henry Beckman (Barton Kelly) - Nuala Fitzgerald (Juliana Kelly) - Susan Hogan (Ruth Mayer) - Gary McKeehan (Mike Trellan) - Michael Magee (L'inspecteur) - Robert A. Silverman (Jan Hartog) - Joseph Shaw (Coroner) - Larry Solway (L'avocat) - Reiner Schwartz (Dr Birkin) - Felix Silla & John Ferguson (Deux des "créatures")


"Chromosome 3" est le troisième film de Cronenberg, après les deux films d'horreur underground par lesquels il avait commencé sa carrière. On y retrouve immédiatement son obsession du rapport entre l'esprit et le corps, le premier pouvant infliger au second à  peu près tout ce qu'il veut - avant tout et surtout les pires mutations. Chose curieuse, je ne me rappelais pas avoir déjà assisté à la projection du film : cela ne m'est revenu que dans les scènes finales, lorsqu'un Oliver Reed toujours aussi impérial que d'habitude se voit assailli par les étranges "créatures" engendrées par la fureur de Nola. Et l'on réinterprète la scène d'une toute autre façon lorsqu'on apprend, par les bonus, qu'Oliver Reed, comédien très professionnel sur le plateau, en tous cas de 8 h du matin à 18 h, ayant dû tourner un peu plus tard, avait mis à profit le repas offert aux "créatures" - qui sont toutes de petits gymnastes portant des masques de cire - pour s'en aller boire un peu de scotch. Enfin, plus précisément, sa dose. Revenu sur le plateau, il se laissa alors aller à ses excès de langage habituels devant des enfants qui, eux, ne comprenaient pas ce changement brutal d'humeur. Par conséquent, les parents furent requis pour soutenir le moral en baisse des "créatures" qui avaient peur des effets de gueule de Reed, alors que, en bonne logique, c'était à celui-ci de jouer l'homme terrorisé. J'avoue qu'il me sera désormais impossible de revoir la scène - post-synchronisée plus tard, cela va sans dire - autrement que le sourire aux lèvres. Le cinéma, c'est beau, tout de même ...  

"Des créatures" nées de la fureur de quelqu'un ? Est-ce possible ? Ma foi, consultez déjà votre propre Inconscient entre quat'z'yeux et il vous grognera sans doute que, si vous lui donnez le feu vert, il va aller régler son compte à un certain nombre de personnes qui ont passé leur vie à empoisonner la vôtre. Pour Nola Carveth, interprétée avec une remarquable plasticité par Samantha Eggar - elle est tout : tantôt l'épouse apeurée qui veut sa fille, tantôt la séductrice devant son médecin, tantôt la petite fille pleine de haine devant sa mère et de mépris, devant son père, tantôt la Très-Haute et Très-Puissante Mère qui, grâce au traitement de Raglan et par un phénomène de parthénogénèse pour le moins curieux, donne en effet naissance à de petites créatures au physique anormal et qui, toutes, sont les fruits de sa colère et de sa frustration - c'est possible. Au début, elle ne contrôlait pas le phénomène. Et puis, peu à peu ...

Face à elle, deux hommes fascinés, non tant par la femme que par ce pouvoir surhumain de donner la vie qui est son apanage jusque dans l'anormalité.
Son mari, Frank, qui veut divorcer et surtout avoir la garde de leur fille, la petite Candy, et son thérapeute, le Dr Raglan, complètement dépassé par le résultat de son traitement et qui ne commence à s'affoler que lorsque la petite Candy se trouve menacée par les "créatures." Si Eggar est exceptionnelle dans son rôle protéiforme, Art Hindle, que je ne connaissais pas, le joue tout en finesse, puis en effroi devant ce qu'est devenue sa femme tandis qu'Oliver Reed, fidèle à lui-même, capable de tout jouer et aussi démesuré dans son art que pouvait se montrer un Richard Burton par exemple, se contente d'ETRE tout simplement son personnage. Reed avait cette particularité : il était Reed, il avait un physique très reconnaissable et pourtant, à chaque personnage, il mutait comme la plus rusée et la plus infernale des créatures jamais imaginées par Cronenberg. C'était un grand, un très grand acteur, qui n'eut pas toujours les rôles qui lui revenaient et on peut le regretter.

Dans "Chromosome 3", la "mécanique" Cronenberg s'enclenche définitivement mais avec une sorte de douceur, de lenteur, et même parfois d'hésitation qui étonneront des cinéphiles plus habitués à ses dernières productions. Mais les obsessions personnelles sur les mutations et sur la puissance de l'esprit, capable de maltraiter le corps tout en lui procurant une forme de plaisir pervers, capable aussi d'horrifier le spectateur, sont bel et bien là. Et elles ne quitteront plus sa pellicule.

Violent, "Chromosome 3" ? Sanguinolent ? Horrifique ? Impressionnant ? Impressionnant sûrement, avec une bonne dose de violence larvée. Mais horrifique, non. Ou alors, c'est de l'horreur "soft" - si je puis dire. Et aussi une horreur intellectuelle - et non "intello", rappelez-vous la différence.  Elle est de taille. D'ailleurs, une horreur "intello" fait toujours glousser de joie le spectateur bien né. Wink

Si l'on voulait résumer, on pourrait dire que tout Cronenberg se trouve dans ce troisième film, bien visible pour certaines particularités, en filigrane pour d'autres. On aime ou on déteste "Chromosome 3" mais il ne vous laisse pas indifférent. C'est le premier film à vous rendre vraiment "accro" au style, de la technique et de l'univers de son auteur. Ensuite, viendra "Scanners" et là, vous serez complètement envoûté, sous le charme. Mais en principe, c'est pour plus tard, même si je vous ai déjà parlé de ce film-là ...

Bon visionnage de "Chromosome 3" en tous cas. N'oubliez pas cependant qu'il faut avoir le coeur bien accroché - et l'estomac avec - pour regarder sans faiblir la scène de l'"accouchement." Et ma remarque est plutôt pour les messieurs ... 

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Chromosome 3 - David Cronenberg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: CINEMA, DVD, TELEVISION & C° :: Ciné-Club & DVD -