Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman   Lun 23 Mar - 19:57



Titre original : Exorcist II : The Heretic

Titre français : L'Exorciste II : L'Hérétique

Réalisateur : John Boorman

Scénario : William Goodhart seul crédité. Il y eu quatre réécritures. John Boorman et Rospo Pallenberg ne sont pas crédités. Le scénario s'inspire bien entendu du roman de William Peter Blatty

Direction de la photographie : William A. Fraker

Montage : Tom Priestley

Décors : Richard McDonald

Costumes : Robert de Mora

Musique : Ennio Morricone

Genre : Horreur

Production : John Boorman, Richard Lederer & Charles Orme

Studios : Warner Bros

Pays d'Origine : USA - 17 juin 1977


Sortie en France : 25 janvier 1978 - Interdit aux moins de 12 ans

Durée : 118 mn

Audio : anglais, français, italien

Sous-titres : français, italien, allemand, bulgare, espagnol, néerlandais, roumain, arabe

Sous-titres pour malentendants : italien, anglais

Distribution : Linda Blair (Regan MacNeil) - Richard Burton (le Père Philip Lamont) - Louise Fletcher (le docteur Gene Tuskin) - Max Von Sydow (le Père Merrin) - Kitty Winn (Sharon Spencer) - Paul Henreid (le Cardinal) - James Earle Jones (Kokumo âgé) - Ned Beatty (Edwards) - Belinda Beatty (Liz) - Rose Portillo (La fille espagnole) - Barbara Cason (Mrs Phalor) - Tiffany Kinney (La fille sourde) - Joey Green (Kokumo enfant) - Fiseha Dimetros (Le jeune moine) - Ken Renard (Abbot)



Voici un film bien difficile à évaluer.  scratch Disons-le tout net : il est bancal. Mais rappelons que le scénario initial n'est pas le scénario tourné : il y eut en fait cinq scénarios de "L'Exorciste II", dont quatre réécritures. Ensuite, le réalisateur John Boorman, dont nul ne saurait nier l'incontestable talent, fait souvent preuve, dans ses films, d'un mysticisme que je n'hésiterai pas à qualifier de celte, d'où, sans doute, quelques problèmes avec un Pazuzu résolument moyen-oriental à l'origine et transporté ici en Afrique. Boorman a, de surcroît, refusé de jouer la carte de l'horreur pure, atout-maître du premier "Exorciste"

Le résultat donne un film bizarre, à la fois gnangnan et audacieux, rehaussé par une merveilleuse bande musicale due à Ennio Morricone, dominée certes par des harmonies de type africain mais où l'on sent bien, en filigrane, l'universalité du Mal. Plus qu'un affrontement entre le Mal et le Bien d'ailleurs, ce qui était le cas dans "L'Exorciste", nous nous trouvons ici face à une espèce de dialogue, le Mal réclamant son droit à l'existence parce qu'il établit une sorte d'équilibre. Que Boorman l'ait souhaité ou pas, c'est en tous cas l'impression que donne son film. Le Mal est nécessaire. S'il s'attaque aux "guérisseurs" comme Kokumo (et la jeune Regan), c'est tout simplement parce qu'il lui est essentiel de les détourner de la Voie "positive" afin de récupérer leurs pouvoirs ou alors de les contraindre à les utiliser dans la Voie "négative."

Contrairement avec ce qu'il se passe dans la vision catholique du Bien et du Mal, mais qui est certainement plus proche des traditions païennes celte ou d'ailleurs nordique et scandinave, le dialogue entre les deux entités ou leurs représentants n'est pas tabou. Il est même naturel et, même si les démons de basse classe aiment bien se livrer à tout un cinéma avant d'accepter de parler, l'exorciste doit arriver à dialoguer avec eux, comme un ambassadeur d'une puissance étrangère le ferait avec un autre. Pour les Celtes comme pour les Scandinaves - pour autant que je sache de la mythologie de ces derniers - le Mal ne peut s'emparer ainsi du premier venu. Certes, il est puissant mais il doit obéir à des codes sur lesquels n'insiste pas la tradition catholique. Il va de soi que, le plus souvent, le Mal contourne ces codes et s'abat sur des victimes qui sont soit trop naïves, soit carrément athées, soit au contraire douées d'un certain pouvoir psychique, ce pouvoir étant toujours à double-tranchant. Mais si l'on n'accepte le dialogue qu'en exigeant le respect des codes, celui-ci peut et doit même s'instaurer.

C'est, comme on le voit, une vision très secondarisée du Démon - très intellectualisée, très mystique. Le même pouvoir qui permet les invasions de sauterelles peut guérir un malade gravement atteint. Les chamans mogols ou amérindiens pensent de même. La vision de Boorman est aussi plus en lien avec Lucifer (= celui qui forge la Lumière) qu'avec un démon de dernière catégorie qui donne son nom tout de suite après quelques petites gouttes d'eau bénite. Or, nous l'avons déjà dit sur ce forum, le spectateur reste toujours étonné de la formidable sottise dont sont capables certains démons, pourtant "importants", tel que le Baal du "Rite" par exemple. C'est que l'entité est passée, hélas pour elle ! par le tiroir-caisse des producteurs et que ceux-ci n'ont absolument aucune idée de la complexité immense qui est celle tant du Bien que du Mal. Logiquement, le démon nommé Baal ne saurait livrer son identité aussi facilement. Les textes mystiques soulignent d'ailleurs souvent la profonde intelligence des démons supérieurs. Et c'est bien cette intelligence, on est même tenté de parler de rationalité, qu'évoque "L'Exorciste II".

Après les grognements, scènes de masturbation avec un crucifix et autres joyeusetés du premier "Exorciste", on se doute que les spectateurs du film de Boorman ne se sont guère montrés sensibles à la qualité pourtant bien réelle du projet et de son traitement, à cette façon si particulière qu'il a de concevoir le Bien et le Mal comme deux entités équivalentes, voire carrément soeurs. D'ailleurs, par l'intermédiaire de Regan et du fameux appareil à hypnotiser, c'est l'âme du père Lamont qui entre en contact avec celle de Pazuzu. Le Diable a une âme ? Quelle idiotie ! Out Et, en plus de cette idée stupide, comment voulez-vous attirer le chaland si vous étiquetez "film d'horreur" une production où l'actrice principale elle-même refusa catégoriquement de se faire maquiller comme elle l'avait été dans les scènes de possession du film précédent, quatre ans plus tôt ?

Il fallait ce qu'on n'appelait pas encore du gore et il n'y avait rien. Richard Burton, en outre, ne semble pas s'impliquer beaucoup. Il a toujours l'air absent - rappelons pourtant qu'il était gallois mais le souffle mystique de Boorman s'est probablement perdu entre ses déboires conjugaux et sa regrettable appétence pour l'alcool. Je l'avoue, son interprétation me déçoit particulièrement car le père Lamont aurait dû avoir - sans jeu de mots stupides - plus de flamme.

Mais peut-être Burton n'appréciait-il pas non plus le scénario final. Linda Blair ne s'est jamais gênée pour soutenir que, de son côté, elle n'avait pas non plus aimé cette énième réécriture d'un texte qui, dès sa première mouture, lui avait paru excellent.


Alors, si vous voulez un film d'horreur épouvantable, comme "L'Exorciste de Friedkin", s'il vous faut des démons qui aboient et font baver ceux qu'ils possèdent, passez votre chemin. Si vous aimez l'action, idem. Par contre, si vous avez un faible pour les films lents et intellectualisés, qui ne sont pas tous des chefs-d'oeuvre mais qui n'en constituent pas moins une étape honorable dans la carrière d'un cinéaste non pas marginal mais très mystique, très intellectuel, qui veut et cherche autre chose que le blockbuster ou le premier degré, si l'idée d'entendre le Malin exiger son droit à l'existence sous prétexte que le Bien existe de son côté ne vous choque pas, si vous acceptez l'exorcisme classique des catholiques (ou des juifs) aussi bien qu'une vision un peu plus ouverte du rapport avec l'Esprit, positif ou négatif, "L'Exorciste II" devrait retenir votre attention. Sur le coup, le lecteur DVD fermé et le disque rangé, peut-être pas. Mais après un peu de réflexion ...

Certes, le résultat eût pu se révéler infiniment supérieur mais, tel quel, cet opus qui demeure à part, tant dans la série de films que dans l'oeuvre de Boorman, est susceptible d'intriguer par les pistes qu'il suit et les réflexions qu'il induit.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman   Sam 4 Avr - 16:16

Très bonne analyse de cette "suite" de l'Exorciste, MDV ;).
Personnellement je n'en garde pas beaucoup de souvenirs et cela doit faire une bonne dizaine d'années voire plus que je ne l'ai pas vu.
Rien à voir avec l'Exorciste de Friedkin, film que j'ai mis plusieurs année à voir en entier tant il est violent et impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman   Sam 4 Avr - 18:57

Merci, a200tq.:kimoussbanane: En fait, j'ai attendu un peu pour l'écrire. Au début, c'est vrai que le film paraît gnangnan. Et puis, on se met à douter ...

Heureuse de voir que, pour les hommes aussi, ce fut dur de regarder d'un seul coup le premier "Exorciste" ! Je ne dis pas ça par méchanceté ou sexisme mais c'est l'un des rares films qui m'ont vraiment fait peur dans ma vie.

Enfin, quand j'étais jeune. Maintenant ... Je le regarde avec nostalgie et sans un seul frisson. C'est un peu triste. Crying or Very sad
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman   Sam 4 Avr - 19:47

Je n'ai pu voir en entier l'Exorciste qu'à l'âge de 18 ans  affraid
Et pourtant, la première fois que j'ai commencé à le voir j'étais bien plus jeune... :oops:
Mais je n'ai pas pu visionner plus de quelques minutes alors que j'avais à mon actif La Nuit des Morts Vivants et Zombie de G. Romero
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman   

Revenir en haut Aller en bas

L'Exorciste II : L'Hérétique - John Boorman

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: CINEMA, DVD, TELEVISION & C° :: Ciné-Club & DVD -