Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Au-Delà - Clint Eastwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Au-Delà - Clint Eastwood   Mar 21 Avr - 21:29



Titre original : Hereafter

Titre français : Au-Delà

Réalisateur : Clint Eastwood

Scénario : Peter Morgan

Direction artistique : Tom Brown & Dean Clegg

Direction de la photographie : Tom Stern

Montage : Joel Cox & Gary Roach

Décors : James J. Murakami

Costumes : Deborah Hopper

Musique : Clint Eastwood

Genre : Thriller fantastique

Production : Clint Eastwood, Kathleen Kennedy & Robert Lorentz avec Frank Marshall, Tim Moore, Peter Morgan et Steven Spielberg en qualité de producteurs délégués

Société de Production :The Kennedy/Marshall Company, Malpaso Productions et Amblin Entertainment

[b]Studios : Warner Bros

Pays d'Origine : USA - 10 octobre 2010 (Festival de New-York)


Sortie en France : 19 janvier 2011

Durée : 129 mn

Audio : anglais, français

Sous-titres : français, néerlandais

Sous-titres pour malentendants : anglais

Distribution : Matt Damon (George Lonegan) - Cécile de France (Marie Lelay) - Frankie & George McLaren (Marcus & Jason, les jumeaux) -[b]Bryce Dallas Howard (Melanie) - Thierry Neuvic (Didier, le compagnon de Marie) - Jay Mohr (Billy Lonegan) - Lindsay Marshal (Jackie, la mère des jumeaux) - Jean-Yves Berteloot (Michel, l'éditeur) - Marthe Keller (Dr Rousseau) - Rebekah Staton (Clare, la travailleuse sociale) - Declan Conlon (Le travailleur social) - Stéphane Freiss (Le grand patron interviewé) - Sir Derek Jacobi (Lui-même) - Tom Beard (Le prêtre) - Selina Cadell (Le medium en représentation) - Claire Price (L'institutrice de Marcus)
- Mylène Jampanoï (Jasmine)[/b] - Jenifer Lewis (La voisine du Grec) - Jack Bence (Ricky)  - Charlie Creed-Miles (Le photographe londonien)[/b] - Lisa Griffiths (La vendeuse sur l'île) - Jessica Griffiths (Sa fille) - Ferguson Reid (L'un des sauveteurs de Marie) - Derek Sakakura (Le deuxième sauveteur) - Laurent Bateau (Le producteur TV français)



Jadis valeur sûre du cinéma américain en qualité de comédien, Eastwood s'est imposé peu à peu comme un réalisateur non négligeable. Néanmoins, en dépit de l'apaisement qu'il procure et d'une réalisation impeccable, "Hereafter" ne me semble pas l'un de ses meilleurs opus. A la base, le tsunami qui ravagea la Thaïlande il y a quelques années. Une touriste française, qui se trouve en vacances avec son amant, est prise sous le flot et fait l'expérience de sa vie, si l'on peut dire, en "mourant" quelques minutes avant d'être rejetée parmi les vivants. A la même époque, nous assistons au dilemme qui oppose deux frères, George et Bill Lonegan, le premier possédant un don mediumnique aussi certain que déstabilisant, le premier cherchant à convaincre son frère de tirer un maximum d'argent de son "pouvoir." Enfin, en Grande-Bretagne, un couple de jumeaux, fils d'une héroïnomane, se trouve séparé par la mort accidentelle de l'un d'entre eux. Marcus, le survivant, ne parvient pas à s'habituer à l'absence de son frère, d'autant que, sa mère ayant attaqué une cure de désintoxication, il se retrouve en famille d'accueil.

Le but final, vous vous en doutez, est d'amener ces trois personnages à se rencontrer afin que, pour chacun d'eux, la situation s'éclaircisse : la jeune Française, journaliste à France-Télévision, se transforme en auteur de best-seller en racontant son expérience et, à l'occasion d'une Foire Du Livre à Londres, rencontre enfin un homme digne d'elle ; George comprend, face à la détresse de Marcus et plus encore en rencontrant Marie Lelay, qui, elle, a "connu" la mort, qu'il doit à tout prix faire usage de son don ; et Marcus comprend de son côté qu'il doit laisser "partir" son frère, qui le protégeait tant de son vivant, et s'assumer pleinement.

Les images sont belles et léchées, la reconstitution du tsunami impressionnante de qualité, les comédiens jouent avec un grand naturel, guidés par un réalisateur qui possède bien sa technique, sinon son sujet (Eastwood n'est jamais aussi bon que dans les récits vraiment noirs et celui-ci ne l'est pas tant que cela), les décors sont réalistes à souhait (on a tourné sur place sauf pour le tsunami, qui fut reproduit à Hawaï), le scénario est plat mais ingénieux, les dialogues sont corrects, le milieu télévisuel français, une certaine "intelligentsia" tournant autour ainsi que le monde des charlatans du paranormal sur commande se retrouvent égratignés à plaisir (enfin, ça m'a fait plaisir ), l'intrigue menée par étapes soigneusement planifiées mais ...

... disons que, de suspens véritable, il n'y en a pas. Dès le départ, le spectateur sait où Eastwood veut l'emmener. Mais Eastwood paraît ici bien éteint : un bon artisan, sans plus. Il a tout simplement accepté la casquette du guide qui fait visiter le Musée de Ceux-Qui-Ont-Vu-La-Mort-En-Face-Mais-En-Ont-Réchappé. Forcément, un guide qui fait son petit discours tous les jours a du mal à convaincre à chaque fois de manière efficace ...

On ne saurait cependant nier la vertu apaisante du film. C'est un film bourré de bons sentiments et non exempt d'une certaine logique en matière de parapsychologie. Ce genre de productions, il en faut, bien sûr. Mais peut-être n'est-ce plus vraiment ce que je recherche aujourd'hui dans un film sur pareil sujet. En tous cas, il me faut un traitement plus original, plus anticonformiste, je pense - traitement que je n'ai pas trouvé ici. Pour autant, loin de moi l'idée de vous déconseiller ce DVD qui vaut, à mon sens, plus par le jeu des acteurs principaux que par l'histoire qu'il raconte. L'interprète du jeune Marcus en particulier est impressionnant de sagesse, de tristesse et de concentration.

Demain, si nous en trouvons le temps, on évoquera un film bien plus lent, bien plus étrange mais singulièrement plus poétique, "La Balade Sauvage" de Terrence Malik. Un film des années soixante-dix : une autre époque, une autre façon de voir les choses, signé par un cinéaste qui, jusqu'au bout, a su préserver son originalité. Bonne nuit à toutes et à tous et à demain, sur Nota Bene !

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Au-Delà - Clint Eastwood

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: CINEMA, DVD, TELEVISION & C° :: Ciné-Club & DVD -