Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Dolores Redondo (Espagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 55808
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Dolores Redondo (Espagne)   Dim 26 Avr - 19:23



El Guardián Invisible
Traduction : Marianne Millon


ISBN : 9782070461691

Extraits
Personnages



En principe, nous nous trouvons ici devant un roman policier, le premier volume d'une trilogie, celle des "Enquêtes de l'Inspectrice Amaia Salazar." Mais ce "Gardien Invisible" va, à mon sens, bien plus loin qu'un roman policier classique même s'il y est question de meurtres (de très jeunes filles), d'un tueur en série qui se serait "arrêté" pendant vingt ans et de policiers sur le pied de guerre. Car, à tort ou à raison, le lecteur a très vite l'impression que l'intrigue policière, si réelle qu'elle soit, n'est ici qu'un prétexte pour permettre au personnage principal de régler ses comptes avec ses vieux démons. C'est un peu, voyez-vous, comme avec Harry Hole en Norvège : les romans qui le mettent en scène sont des polars, très noirs d'ailleurs, mais ils vont au-delà du genre même si l'on se doute que, à ses débuts, le personnage ne devait être qu'un simple policier déglingué de plus.

Déglinguée, Amaia Salazar ne l'est pas. Au contraire, elle a la tête solidement ancrée sur les deux épaules et ne s'en laisse pas compter par une hiérarchie machiste dans un pays qui passe, lui aussi, pour être le royaume des mâles. Il faut dire qu'Amaia est d'origine basque et que ses racines, qui prennent vie dans une société plus matriarcale qu'on ne pourrait imaginer (un peu comme chez nous avec, par exemple, la Bretagne), sont mises en valeur par un auteur qui, lui aussi, appartient au sexe féminin et partage les mêmes caractéristiques ethniques que son héroïne.

Oui, Amaia Salazar est une jeune femme solide, assez estimée par sa hiérarchie pour avoir fait un stage à Quantico, au FBI et donc l'élément rêvé pour traiter cette histoire de meurtres étranges de très jeunes filles dans le petit village d'Elizondo où elle est née et conserve à peu près tous les membres de sa famille. Pourtant, tout au fond de son coeur et de sa tête, Amaia cache une fêlure profonde : celle d'avoir été l'enfant haïe par une mère atteinte de troubles mentaux qui la poussaient, paraît-il, à focaliser sur un membre de son entourage proche toutes ses frustrations et toutes ses colères les plus terribles. La ressemblance physique d'Amaia avec sa grand-mère maternelle semble aussi avoir joué mais, dans ce volume, l'auteur n'évoque que très brièvement ce détail.

Cette enfance sinistre - car sa mère a réellement tenté de la tuer en lui fracassant le crâne avant de chercher à l'étouffer dans le pétrin de l'usine de gâteaux familiale - se rehausse de l'art très sûr avec lequel Dolores Redondo nous invite à pénétrer dans l'univers du Pays basque espagnol, avec ses superstitions, ses légendes, ses mythes, comme celui du basajaun, équivalent local du Yéti népalais ou du Big Foot américain. Le lien mystique de l'auteur avec la Nature, cette "foi" plus païenne que chrétienne mais habilement récupérée par la Très-Catholique Espagne, vous éclatent aussi au visage dès les premières pages dans lesquelles Amaia rejoint sa région natale. "Le Gardien Invisible" n'est donc pas un roman policier qui plaira à tout le monde. C'est, je le répète, un policier qui va bien au-delà, en tous cas dans ce premier tome de ce qui est aussi connu comme "la Trilogie du Baztán", du nom de la région navarraise bien connue, située à pas même soixante kilomètres de Pampelune.

Attention ! Je ne veux pas dire pour autant que l'assassin est un extra-terrestre ou que la fin relève du fantastique.  Loin de là. Nous sommes bien en prise avec le réel. Mais la Nature et ses forces puissantes, le plus souvent protectrices, jouent ici un rôle certain. En outre, on peut, en un certain sens et même si la personne qui la symbolise fait partie des victimes du tueur, y apercevoir une incarnation du Mal.

Atmosphère sombre, lourde ; petits gâteaux, spécialités du lieu, que le tueur laisse sur le pubis rasé de ses victimes ; jeu de Tarot (le Tarot de Marseille, le Tarot Sacré par excellence) soigneusement rangé, après chaque tirage, dans un foulard de soie noire noué aux quatre coins ; pluie et vent déchaînés ; trois soeurs qui, toutes, cachent au moins un lourd secret ; l'aînée, Flora, qui n'aura de cesse, on le sent bien, de venger son ama - sa mère - désormais internée dans un Centre psychiatrique ; la cadette, Ros, qui semble avoir trouvé la force de se révolter ; et Amaia, bien sûr, dont les souvenirs jusque là soigneusement plus ou moins refoulés, surgissent en foule sous la pression trop grande de cette enquête qui la rejette dans un univers où, malgré elle, elle sent renaître en elle la petite fille triste et martyre à plus d'un titre qu'elle fut ; un basajaun qui se promène, bienveillant ; tout comme la déesse Mari, qui apparaît à Amaia sans que celle-ci d'ailleurs l'admette ; et le Mal, aussi éternel que le Bien, qui rôde par les plaines de ce Pays basque que "Le Gardien Invisible" vous donne une irrépressible envie de visiter : voilà l'essentiel de ce que vous découvrirez dans ce roman policier si vous le lisez. Pour les amateurs de policiers classiques ou, au contraire, assez gore, la recette ne devrait pas fonctionner.

"Ben, justement, et les crimes, là-dedans ?" me direz-vous. Il y en a et il y en a eu plus qu'on ne croit mais il vous faudra être attentif à tous les détails car certains sont importants, on le sent bien, pour la suite de la trilogie dont j'espère que les volumes deux et trois seront à la hauteur de ce premier opus, tout à la fois mystérieux et mystique, réaliste et débordant de poésie. Bonne lecture à vous !

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 6866
Age : 64
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   Jeu 18 Aoû - 13:43





LE GARDIEN INVISIBLE Dolores Redondo

C'est grâce à une amie ( qui a finement choisi) que je suis entrée dans l'univers de Dolores Redondo;
Un univers "qui rappelle un peu celui de Fred Vargas" m'a-t-elle écrit;
C'est vrai, moins ce "matelas protecteur" de rire déjanté, d'humour décalé de rêve éveillé que l'on trouve chez Fred Vargas et qui isole le lecteur de la vraie peur.........

Amaïa Salazar est une femme heureuse; une femme flic, qui s'est battue pour décrocher son grade actuel de commissaire, qui a été se former jusqu'aux USA, auprès des célèbres "profileurs" qui dominent les enquêtes complexes, déroutantes sur les meurtriers en série;
Lorsque le téléphone sonne chez elle ce matin là, elle laisse endormi son mari Américain, James, sculpteur de talent, dans sa belle maison ancienne restaurée de Pampelune;
L'affaire est déjà claire, une très jeune fille assassinée, une mise en scène macabre, symbolique à l'évidence et énigmatique; pas du déjà vu, mais du "classique"; et, en tous cas certainement pas cette spirale étouffante et tragique qui va happer Amaïa, la replonger dans son passé le plus secret, au point d'être enfoui au plus profond d'elle dans l'inconscient du déni; certainement pas non plus, cette hantise qui va la conduire à dévisager les membres de sa famille, à les fuir, les interroger, les redouter;
Amaïa de recherches en démarches, de questions en réponses ambigües, s'enchevêtre de plus en plus dans les contes et les peurs de son enfance, dans ses sensations qui la conduisent à se sentir comme l'une des victimes du tueur;
Récit magistral qui restitue le décor fascinant, obscur, sauvage, d'eau, de montagnes, de forêts, du haut pays Basque Espagnol, ses rites, ses tics de langage, ses peurs ses mythes;
On ne peut laisser le livre jusqu'à sa conclusion, au prix de quelques haltes pour souffler;
Une fin heureuse, jusqu'au prochain opus, puis au suivant, ( trois enquêtes d'Amaïa Salazar) durant lesquels, la quête terrible du commissaire Salazar n'a de cesse;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 6866
Age : 64
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   Mar 1 Nov - 9:39



Dolores Redondo, née le 1969 à Saint-Sébastien, dans la province de Guipuscoa, au Pays basque, est une romancière espagnole, auteur de romans historiques et policiers.
Après des études de droit, elle travaille dans le commerce pendant plusieurs années.

En 2009, elle publie un premier roman historique nommé Los privilegios del ángel. En 2013, elle écrit le roman policier El guardián invisible qui est le premier volume de la trilogie de la vallée du Baztan, commune où se déroule l'intrigue. Le roman débute par la découverte d'un corps sur les rives supérieures du fleuve Bidassoa, nommé Baztan à sa naissance en Navarre. L'histoire revisite également le mythe du Basajaun. Elle publie, la même année, le second volume de la série, Legado en los huesos, puis la clôt en 2014 avec Ofrenda a la tormenta.

En France, le premier tome est publié sous le titre Le Gardien invisible dans la jeune collection La Cosmopolite noire de l'éditeur Stock, avant d'être réédité par Gallimard dans sa collection Folio policier en 2015.

À la suite du succès du roman au Pays basque, une adaptation en bandes dessinées est réalisée.

Trilogie de la vallée du Baztan
El guardián invisible (2013)
Publié en français sous le titre Le Gardien invisible, traduit par Marianne Millon, Paris, Stock, coll. « La Cosmopolite noire », 2013 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 752, 2015
Legado en los huesos (2013)
Publié en français sous le titre De chair et d'os, traduit par Anne Plantagenet, Paris, Mercure de France, coll. « Mercure noir », 2015 ; réédition, Paris, Gallimard, coll. « Folio policier » no 785, 2016
Ofrenda a la tormenta (2014)
Publié en français sous le titre Une offrande à la tempête, traduit par Judith Vernant, Paris, Mercure de France, coll. « Mercure noir », 2016

Dolores Redondo est incontestablement ma grande "trouvaille" de ces derniers mois;
Elle fait désormais partie de mon univers romanesque, et je garde ses livres sous le coude dans une petite bibliothèque spéciale réservée aux livres que je relis sans cesse et dont je ne me lasse pas, en compagnie de Fred Vargas, oui, bien sûr, mais aussi de Proust, de la Comtesse de Ségur, de Marie de Sévigné, d'Anatole Le Braz.......Livres enchantés qui ont le pouvoir de ne jamais être "relus" mais toujours lus comme si c'était la première fois; la liste est hétéroclite, surprenante, parfois pathétique......Elisabeth Goudge y côtoie certains Balzac, certains Zola, une nouvelle d'Alphonse Daudet, un recueil de "Légendes de Noël" de Gosselin Lenotre.......Je peux passer des heures, voire des jours à bouleverser des cartons et des étagères de livres lorsque la nostalgie me prend de retrouver ces climats créés par des mots qui ont su me toucher;



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 6866
Age : 64
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   Mer 2 Nov - 10:57



De chair et d'os Dolores Redondo

Amaïa, désormais attend son premier enfant, et loin des maléfices du passé, détruits = la preuve, elle a pu enfin tomber enceinte, elle savoure l'attente de la naissance;
Revenue en ville dans son bel appartement ancien, elle subit avec patience les parents américains et richissimes de son mari, James;
Bien sûr, au commissariat, la routine continue et lui change les idées de l'autoritarisme euphorique de sa belle-mère qui régente à l'avance la vie du futur bébé, impose qu'il ait une chambre qu'elle créée et meuble elle-même ( en rose, ce sera une fille);
Mais le Destin veille, et la venue du bébé est inopinée, et surprenante = un garçon !
Fort déçus, les beaux-parents lèvent le camp, et le jeune couple part se réfugier à Elizondo chez la Tia maternelle qui seule sait donner à Amaïa bonheur et sécurité;
Et puis, de nouveau, les griffes de la malédiction ancestrale viennent se refermer sur ce bonheur......
L'église est vandalisée d'étrange façon, un suspect se suicide, laissant à Amaïa un dernier message = " Tarttalo" ......
Avec un art consommé, Dolres Redondo renoue patiemment les fils de cette toile d'araignée mythique, plongeant des les souvenirs personnels et collectifs; les victimes tombent les unes après les autres, les coupables ont un comportement tel qu'ils semblent eux aussi être d'autres victimes.....Dans ce mois de Janvier où soleil brume, neige, créent des atmosphères surréelles, l'enquête reprend;
Le lecteur comprend vite que rien n'est achevé et qu'Amaïa est menacée au plus profond d'elle-même, par celle qui devrait être sa plus profonde confiance, sa propre mère;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 55808
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   Mer 2 Nov - 12:01

C'est vrai que cette série est bien. Parfois, on se dit que l'écrivain n'a pas du avoir une mère très "jojo" comme dirait notre Carpette nationale.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 6866
Age : 64
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   Mer 2 Nov - 14:52

Ah, je me suis régalée.... d'autant que je connais ce pays ( versant Français, débouchant, dans mon cas, vers l'Ariège ) qui a vu mon père s'échapper d'un camp de concentration espagnol durant la guerre.....Cette série me touche, je m' y sens chez moi; par contre, j'ignorais ces mythes, c'est fascinant !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 6866
Age : 64
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   Mer 9 Nov - 13:16





Une offrande à la tempête Dolores Redondo

La fin du second tome de cette trilogie nous a amené aux confins de l'horreur; désormais Amaïa sait que l'ombre maudite de sa mère disparue plane au dessus de sa tête et bien pire, de celle de son fils;
Mère disparue, emportée par la rivière en furie, par la mer démontée, par l'onde vengeresse et purificatrice......
MAIS alors que le constat du décès est officiel, alors que ses soeurs vont faire célébrer une messe de funérailles, Amaïa guidée par son intuition, ou plus précisément par ce fil conducteur qui lui a été donné dans le tragique des révélations successives, sait qu'elle n'en a pas fini avec la maudite, contre toute preuve "réaliste";
S'engage alors, de crimes apparemment dépourvu de sens, de nouvelles victimes et nouveaux coupables une traque sans répit;
Autour d'elle dans son couple, la "réalité" quotidienne s'effrite, son mari, James la voit absente lors d'événements importants pour lui, et de plus en plus il est seul à s'occuper de leur enfant; la compréhension s'épuise et connait des manques;
Lorsqu'enfin, les vrais coupables seront démasqués, et le Mal vaincu, il y aura des choses à reconstruire, si elles peuvent l'être;
Ce qui nous fait espérer, un peu, qui sait, une suite ? nous verrons......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dolores Redondo (Espagne)   

Revenir en haut Aller en bas

Dolores Redondo (Espagne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: Modeste Panorama de la Littérature :: Littérature d'Europe Méridionale -