Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Quelques Faits Historiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Quelques Faits Historiques   Lun 27 Avr - 18:57

En France, il convient de ne pas l'oublier, surtout aujourd'hui, l'évolution de la langue et de la littérature demeure indissociable de l'histoire politique.

Ainsi, ce n'est pas un quelconque idiome germanique que parle Hugues Capet, lequel fonde, en 987, la dynastie des Capétiens. (Pour ceux qui s'étonneraient de ce rapprochement, rappelons que les Francs sont des Germains.   ) Sa langue à lui, c'est bel et bien le "roman" qui deviendra bien plus tard le "français." L'extension progressive du domaine royal entraîne de toute façon l'essor du "francien", dialecte exclusivement parlé au début en l'Île-de-France. 

Peuple venu du Nord de l'Europe
et qui fait des ravages un peu partout en Europe, notamment en France, avant de se fixer dans une région qui a conservé leur nom, la "Normandie", les Normands envahissent la Sicile en 1053 puis, sous l'impulsion de Guillaume, duc de Normandie, s'installent en 1066 en Angleterre. La langue romane franchit ainsi la Manche - la devise de la Maison royale d'Angleterre n'est-elle pas : "Honi soit qui mal y pense" (avec un seul "n" à "honni") ? - et se mêle au saxon. Sans oublier les mots issus du celte car beaucoup des soldats de Guillaume étaient ... bretons ou, plus précisément, "brittons." Quoi qu'il en soit, une chose demeure indiscutable : le nombre d'oeuvres médiévales célèbres rédigées en ce que l'on nomme l'anglo-normand.

Deux autres événements majeurs vont jouer également sur notre littérature.
D'abord, les Croisades - qui s'étalent à peu près sur deux siècles, de 1096 environ jusqu'à 1270 - et, bien entendu, la Guerre de Cent Ans où l'affrontement entre Anglais et Français, la maladie mentale qui accable le malheureux Charles VI et une guerre civile atroce qui, avec beaucoup de retournements d'alliances, oppose les Bourguignons (partisans des Anglais) et les Armagnacs, vont aboutir au rétablissement de la monarchie française. Plus important encore : grâce à Jeanne d'Arc, comète qui flamboie de manière inoubliable dans la galaxie historique de notre pays, émerge le sentiment national moderne, que certains défaitistes croient, bien à tort   , vaincu à mort par ce "tigre de papier" qu'est l'Union européenne actuelle.

Signalons au passage que le hasard veut que la fin de la Guerre de Cent Ans coïncide plus ou moins avec la prise de Constantinople par l'Empire ottoman, première date mentionnée comme la "fin" du Moyen-Âge.

Pendant toute cette période, la France eut la chance d'avoir de grands monarques dont les programmes d'Histoire actuels tendent à effacer les noms et les actes. Nous nous ferons donc un plaisir d'en rappeler quelques uns :

1) Louis VI, dit "le Gros" mais aussi "le Batailleur" : il n'est encore que "roi des Francs" mais c'est un homme d'Etat, un vrai, qui sait s'entourer. Il a pour conseiller l'abbé Suger et cherche à tous prix à pacifier un pays qui se dispute déjà avec le duché de Normandie et, partant, avec le roi d'Angleterre. Avec Suger, Louis commence à envisager un rôle national pour la monarchie et défend aussi bien qu'il le peut le bon droit, la paix, les faibles ainsi que l'Eglise. Pas grand chose donc à voir avec les quelques scènes des "Visiteurs" où on le voit apparaître, plus en caricature paillarde que comme le roi avisé qu'il fut en réalité  ;

2) Philippe II, mieux connu sous son surnom de Philippe-Auguste : petit-fils du précédent et l'un des plus grands monarques que la France ait connus. Bien entendu, certains ne veulent retenir que sa participation à la croisade contre les Albigeois. Mais l'on ne saurait juger les actes négatifs accomplis par un homme au nom de la raison d'Etat sans évoquer en parallèle ceux, positifs, qu'il fit là aussi pour obéir à cette même raison d'Etat. Philippe-Auguste, c'est aussi le vainqueur de Bouvines, le créateur de l'Université de Paris, le monarque qui favorisa le premier l'extension de cette ville, et l'un des plus longs règnes de notre Histoire. C'est aussi le premier Capétien dont l'héritier - Louis VIII - n'eut nul besoin d'être établi co-régent pour obtenir tranquillement la couronne au décès de son père, tant le charisme de celui-ci avait impressionné et son entourage, et son peuple. Tant aussi ce grand homme d'Etat sut toujours manipuler les autres, il faut bien l'admettre  mais on fait rarement de la bonne politique avec de bons sentiments ;

3) Louis IX, béatifié et canonisé sous le nom de Saint Louis : soutenu dans son enfance par une mère combative, d'origine espagnole mais extrêmement dévouée à la France et au royaume de son fils, Blanche de Castille, Louis IX fut le Roi-Très-Chrétien par excellence. On peut lui reprocher sa persécution des Cathares mais les cathares constituaient une menace pour l'ordre royal : qu'on le veuille ou non, on ne peut pas sortir de là. Son désir forcené de convertir les Juifs et la rouelle de couleur jaune qu'il leur fit porter ne font pas non plus partie des aspects les plus généreux de sa personnalité même si l'on peut être sûr et certain du mépris et de l'horreur qu'eussent inspirés à ce monarque les méthodes national-socialistes. Mais Louis IX fut aussi un mécène qu'on trouve à l'origine notamment de la Sorbonne et de nombre d'abbayes et hospices - les Quinze-Vingt, c'est lui. On lui doit encore la réglementation de l'usure - et de la prostitution. Tourmenté par un sentiment religieux qu'il vécut avec une ferveur propre autant à son tempérament qu'à son époque, Saint Louis devait mourir à Tunis, de la peste. Il était, une fois de plus, reparti en croisade mais non sans avoir relativement pacifié son pays, là encore dans les éternels problèmes opposant la France à la Normandie - et à l'Angleterre ;

4) Philippe IV le Bel : surnommé le "roi de marbre" ou le "roi de fer", Philippe IV demeure une personnalité assez énigmatique. Bien longtemps avant Louis XIV, il s'essaie à gouverner avec des bourgeois, ce qui est fort mal vu de sa noblesse. Même s'il admire très sincèrement son ancêtre, Louis IX, il est certainement bien plus cynique et ne s'en laisse pas compter. Il gouverne d'une main de fer et ses attaques très fermes contre les banquiers lombards, les Juifs pratiquant l'usure, les Templiers (et leur fameux "Trésor") visent toutes à rétablir la stabilité financière du royaume. Il n'hésite pas pour ce faire à dévaluer souvent, voire à altérer la monnaie - d'où la réputation qu'on lui prête de roi "faux-monnayeur." Il centralise au maximum son royaume et il est à ce jour le seul monarque occidental - et chrétien - à avoir osé s'attaquer à la Papauté et à y être parvenu. Quoique Napoléon Ier ...  Philippe IV voyait d'un très mauvais oeil le Pape empiéter sur les prérogatives royales en France et le fameux gallicanisme dont vous avez tant entendu parler - ici, par exemple - c'est lui qui l'a initié. C'est encore sous Philippe le Bel que la Papauté fut contrainte de se transporter à Avignon, en France. Aucune autre puissance n'a jamais pu se targuer d'avoir fait plier le Vatican à un tel degré. Philippe IV était, répétons-le à satiété, un homme d'Etat et, à cheval donné, on ne regarde pas le mors. Qu'on apprécie l'homme ou pas, il fut et reste l'un de nos plus grands rois qui prouve, s'il en est besoin, que diriger un Etat fort n'est ni une sinécure, ni le meilleur moyen pour se faire aimer - et certainement pas une misérable une course de talk-show en talk-show ;

5) Charles V, dit "le Sage" : les Capétiens directs se sont éteints avec Charles IV, le dernier fils de Philippe le Bel. Charles V appartient à la branche des Valois. De santé plutôt fragile, il se passionne pour les études et la culture. Très jeune, il doit faire face à la révolte des marchands de Paris (Cf. Etienne Marcel), ce qu'il n'oubliera jamais, et à d'innombrables jacqueries. Au contraire de Philippe IV, il favorise une forme de décentralisation tout en prenant garde de conserver le pouvoir sur les apanages qu'il délimite. Ce tempérament relativement paisible doit néanmoins courir de guerre en guerre mais réussit une fois encore à mettre fin à l'éternel affrontement avec l'Angleterre. Son seul tort : avoir laissé son fils sous la tutelle de ses frères, lesquels, malheureusement, n'avaient pas sa sagesse et dont les rivalités avec, notamment, leur neveu d'Orléans, allaient déclencher à nouveau la guerre civile ;

6) Louis XI, dit "l'universelle araigne" : un dauphin scandaleux et en rébellion constante, plein de haine envers son père, Charles VII - celui qui avait si bien trahi Jeanne d'Arc - et la maîtresse de celui-ci mais ... un très grand roi. Rusé, retors, peu guerrier dans le fond même s'il n'était pas lâche, préférant de beaucoup étendre son domaine en douceur et en faisant tomber un tel et un tel dans un piège machiavéliquement conçu.  :talkingdevil: Nous lui devons la création de l'ancêtre de ... la poste. C'est dire qu'il avait tout fait pour assainir les routes autant qu'elles pouvaient l'être à son époque . Il revient à une centralisation absolue et lui, qui les avait si bien utilisés du temps qu'il était dauphin de France, s'attaque avec passion aux grands feudataires. Il les vainc l'un après l'autre - la lutte la plus célèbre l'oppose à son cousin, le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire - mais, à sa mort, la France est un pays pacifié où l'on vit relativement bien.

Tous ces rois ont en commun d'avoir voulu et servi l'unité du pays. Chacun à sa manière, ils ont participé à la naissance du sentiment d'unité nationale qui s'incarnera en Jeanne d'Arc sous Charles VII, et aussi à sa croissance et à sa préservation. En outre, sous leur règne, c'est indubitable, fleurirent les arts et les lettres. La Renaissance s'approche à grands pas : ces monarques, sans le savoir et entre deux guerres, les civiles et les autres, lui ont préparé un chemin digne d'elle. Jelisavecplaisir

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quelques Faits Historiques   Lun 27 Avr - 19:06




Hugues Ier Capet, duc des Francs, puis roi des Francs


Le Couronnement de Louis VI le Batailleur


Sceau de Philippe II, dit Philippe-Auguste

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quelques Faits Historiques   Lun 27 Avr - 19:11



Louis IX, alias Saint Louis



Philippe IV le Bel

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Quelques Faits Historiques   Lun 27 Avr - 19:12



Charles V le Sage



Louis XI, "l'Universelle Araigne", pour le plus grand bien de la France

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques Faits Historiques   

Revenir en haut Aller en bas

Quelques Faits Historiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LANGUE ET LITTERATURE FRANÇAISE : HISTOIRE & EVOLUTION :: Histoire de la Littérature Au Moyen-Âge -