Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Chansons de Geste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Chansons de Geste   Lun 1 Juin - 17:43

Jusqu'à la fin du XIème siècle à peu près, ce qui nous sert de littérature ressemble assez à une cavale étique et brode en général sur un thème unique : les vies des saints et des saintes. On se rappellera "La Cantilène de Sainte Eulalie" , la plus vénérable sans doute puisqu'elle date du IXème siècle, la "Vie de Saint-Léger" et la "Passion du Christ" qui éclosent doucement au siècle suivant et enfin une "Vie de Saint Alexis" qui se situe bel et bien au XIème.

Ce XIème siècle va donner pour ainsi dire le "top-départ" à une production épique fabuleuse, qui règnera sans partage sur les trois siècles suivants. Et, les vieilles recettes ayant la vie dure, à l'image de celle de l'Antiquité, la littérature française fait ses vrais débuts en trébuchant avec plus ou moins de bonheur sur la voie de l'épopée. A cela, deux grandes raisons :

1) Tout d'abord, un système féodal qui fonctionne relativement bien et exalte à la fois l'amour de la prouesse guerrière et le sentiment de l'honneur, basé essentiellement sur cette loyauté sans faille que tout vassal doit à son suzerain ;

2) Ensuite, la Première croisade, qui entraîne dans l'enthousiasme de sa foi patriotique et religieuse aussi bien les seigneurs les plus arrogants que les masses plus modestes.

Ainsi réunis, ces deux facteurs orientent le goût général vers les récits héroïques et aussi vers ceux qui mettent en présence croisés et infidèles. Et c'est, pense-t-on, au début du XIème siècle, que trouvères et troubadours commencent à rédiger les premières chansons de geste - le mot vient du latin "gesta", qui signifie "actions" - un genre entièrement consacré aux exploits guerriers et à leur célébration sur tous les tons.

Pourtant, les aléas du Destin ont fait que les chansons de geste qui nous ont été conservées datent toutes de la fin du siècle, voire carrément du début du XIIème.
On citera : "La Chanson de Roland", "La Chanson de Guillaume", "Gormont & Isembart" et le "Pèlerinage de Charlemagne." Ces poèmes contant des événements qui se sont déroulés bien plus tôt, au VIIIème et au IXème siècle, puisent, c'est indéniable, à des sources historiques. Mais en parallèle, les caractères des personnages et les faits eux-mêmes subissent de très amples modifications. Ce qui fait que l'on se retrouve avec des héros carolingiens ressemblant comme des frères aux seigneurs du XIIème siècle et n'évoquant que très faiblement les compagnons de l'Empereur à la Barbe fleurie. Cette "mutation" constitue un sujet assez délicat et complexe qui mérite qu'on le traite sur un autre fil, par exemple quand nous en arriverons à la "Chanson de Roland."

Techniquement, la chanson de geste est divisée en strophes, appelées "laisses." Leur longueur varie et l'on remarquera qu'elles se bâtissent non sur la rime mais sur une même assonance. (L'assonance, rappelons-le, est la répétition de la dernière voyelle accentuée du mot comme dans "visage" et "face.") A ceux qui s'étonneront, il faut rappeler que le public de l'époque, y compris parmi les plus fortunés, ne lisait pas le poème mais se contentait de l'entendre déclamer : l'assonance suffisait donc à établir l'unité de la laisse. La tradition voulait en effet que les chansons de geste et les poèmes, quels qu'ils fussent, fussent en effet récités, dans les châteaux aussi bien que sur la place des villages ou les champs de foire, par des jongleurs qui amélioraient souvent leur performance par un accompagnement musical sur une vielle, sorte de violon à trois cordes.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges


Dernière édition par Masques de Venise le Lun 1 Juin - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Chansons de Geste   Lun 1 Juin - 17:56


Modèle de vielle à roue, sur un manuscrit de York Psalter, avec sa forme en 8 qui rappelle la guitare - Elle nécessitait, comme on le voit, deux exécutants, l'un qui tournait la roue et l'autre qui actionnait les sillets mobiles (tangentes) - Sources : Pdzbro.com



Deux musiciens, censés jouer pour le Roi David - Conservée au musée de Rouen, la gravure date du XIVème siècle

Si notre ami Joachim passe par ici, il pourra peut-être nous donner quelques éclaircissements ... Wink
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Chansons de Geste   Lun 1 Juin - 19:11

Il nous est difficile de nous l'imaginer aujourd'hui mais le succès des chansons de geste, dont il nous reste en tout et pour tout une centaine, fut énorme . Seul problème : le public en réclamait de plus en plus et il fallait que tout cela fût à chaque fois encore plus neuf, encore plus étonnant, encore plus extraordinaire. En bref, si l'on peut risquer cette comparaison, il se passe un peu alors, toutes proportions gardées, ce qu'il arrive de nos jours avec les "séries" littéraires ou les "sagas" filmiques. Et, comme pour ces produits de notre consommation modernes, si le succès se maintient pour certains, d'autres, au contraire, échouent lamentablement. Dans l'épopée de la littérature médiévale, on ne saurait nier que certains remaniements de la forme furent les bienvenus. En revanche, et ils sont les plus nombreux, d'autres ont gravement compliqué, appauvri, et même compromis le genre. Evil or Very Mad

Cette tendance apparaît dès le XIIIème siècleon lit de plus en plus au lieu de se laisser déclamer les poèmes et d'applaudir bêtement, sans aucune autre curiosité intellectuelle. De ce fait, ce qui est compréhensible et même légitime, une plus grande recherche est exigée des auteurs et c'est à cette époque que l'assonance, un peu trop simple, cède le pas à la rime. :poingordi: Mais si la rime saute tout de suite aux yeux du lecteur et le satisfait en conséquence, elle entraîne parfois aussi le poète dans des expériences, subtiles certes, mais souvent inutiles . Le décasyllabe, devenu à l'époque une quasi tradition, fait place à l'alexandrin (12 syllabes) et même à l'octosyllabe (8 syllabes).

Les premières chansons de geste étaient brèves et, côté composition, on ne pouvait faire ni plus simple, ni plus net . Mais, peu à peu, les auteurs compliquent la donne : ils laissent aller leur imagination et multiplient les épisodes qui présentent en outre l'avantage d'allonger à plaisir l'épopée. Certains, peu scrupuleux ou en mal d'inspiration, n'hésitent pas à fouiller dans les vieilles chansons pour les remanier à leur façon, c'est-à-dire qu'ils y ajoutent des parties de leur cru qui enrichissent ou appauvrissent l'original. Exemple fameux : la "Chanson de Roland" qui, au XIème siècle, racontait la mort de la Belle Aude en trente-trois vers. Certains diront que c'était un peu court. Soit. Mais, dès le siècle suivant, ce décès, aussi tragique qu'émouvant, enfle jusqu'à atteindre la masse de ... huit-cents vers. Ni plus, ni moins. :non:

Au XVème siècle, les chansons de geste ne sont pratiquement plus destinées qu'à la lecture. Délayées, tripatouillées dans tous les sens, les voilà même qui, du vers, un peu contraignant si on y réfléchit, passent à la prose et se transforment en "romans." La société aristocratique et bourgeoise, tous ceux qui ont pignon sur rue, en raffolent. Le roman devra cependant attendre deux bons siècles pour aboutir à la démocratisation de la "Bibliothèque Bleue" mais il y parviendra : le roman est né têtu. Jelisavecplaisir Mieux : c'est lui qui lèguera tout ce passé aux Romantiques du XIXème, lesquels, à leur tour, par réaction contre le Classicisme, remettront à l'honneur la littérature médiévale.

Ainsi va la Vie. Y compris en Littérature.

Le terme de "roman" est d'ailleurs d'autant mieux trouvé que, de plus en plus, le romanesque envahit l'épopée française. Dès la seconde moitié du XIIème siècle, la littérature courtoise fait son entrée triomphale sur les planches du Moyen-Âge. Au siècle suivant, alors que les principes d'honneur et de foi, bases mêmes de la société féodale, sont en perte de vitesse, le genre, lui, gagne du terrain. Adieu, simplicité rude et naïve de nos premières Chansons ! Et bienvenue à l'extravagance, au merveilleux et aux héros bien éberlués par des magiciennes et des enchanteurs époustouflants qui, selon une habitude immémoriale, sortent de partout et surtout du néant . Ajoutez à cela des monstres qui laisseraient rêveurs nos spécialistes des effets spéciaux modernes et des voyages très agités au sein de continents féeriques drunken drunken . Pendant ce temps-là, à côté du Lâche, du Traître - du "Méchant" - déjà sans complexes, il faut le préciser  les Amoureux se jurent un amour éternel - et éternellement contrarié : c'est qu'il y a beaucoup de lectrices au Moyen-Âge et elles adorent ça ! (Sûr et certain que, avec elle, "Autant En Emporte Le Vent" eût connu des ventes formidables à l'époque ! Sniffsniff Bouquet )  De son côté, la ruse peut être désormais aussi bien l'apanage du félon que celui du héros - Renart est-il un héros ou un félon ou encore les deux ? A moins qu'il ne soit le prototype du anti-héros joyeusement sympathique en débit de ses moments de cruauté ? Enfin, auprès des déclamations exaltées et des beaux et nobles sentiments, l'héroïsme burlesque s'installe comme "Ma Pomme", "en douce, il s'pousse", et provoque les rires de tous sauf des culs-pincés.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Chansons de Geste   Lun 1 Juin - 19:44

En dépit de toutes les différences qui existaient entre les antiques chansons de geste et les épopées, non pas dégénérées mais nettement mutantes, du Moyen-Âge, trouvères et troubadours parvinrent, au XIIIème et au XIVème siècle, à regrouper tout ça en Cycles, appelés aussi d'ailleurs Gestes (mais on dit une "geste").

Comment réussirent-ils ce véritable tour de passe-passe littéraire ? 

Eh ! bien, ils ciblèrent d'abord le héros et les membres de sa famille (souvent imaginaires, soit-dit en passant mais peu importait Wink ). Aïeux chenus, parents, cousins, oncles, neveux, tout le monde fit cause commune avec le héros au sein d'un même Cycle et cela incita les lecteurs à s'intéresser aux différentes Chansons du même Cycle. C'était, ma foi, plutôt logique et, en dépit des déceptions que l'on pouvait ressentir à la lecture de telle ou telle chanson, ça permettait au moins de s'y retrouver un peu.

On a l'habitude de distinguer, grosso modo, trois grands Cycles :

1) La "Geste du Roi" est dominée par la personnalité de Charlemagne, empereur bien réel et en même temps mythique.

Pour la période dite de "la Jeunesse", on compte "Mainet", qui date du XIIème siècle et où l'on voit "le petit Charlemagne" (étrange formule sur le plan étymologique ! ) reconquérir son trône, et "Berte au Grand Pied", rédigé un siècle plus tard et où la mère du futur empereur triomphe d'une sombre machination dirigée contre son fils.

Pour la période concernant l'Empire et les Croisades, "Le Pèlerinage de Charlemagne", bien qu'écrit au XIème siècle, s'attache surtout à des épisodes comiques et merveilleux. A côté de cela, on ne saurait oublier, bien sûr, de mentionner sa contemporaine, qu'on cite toujours, la fameuse "Chanson de Roland" ; au XIIème siècle, "Les Saisnes" raconte la lutte de l'Empereur contre les Saxons, "Aspremont" et "Fiérabas" se concentrant pour leur part sur ses nombreux combats contre les Sarrasins ; les Maures réapparaissent encore dans "Otinel" et "Guy de Bourgogne", au XIIIème siècle.

Enfin, pour le déclin de l'Empire, nous avons droit au "Couronnement de Louis", qui date du XIème et évoque la succession difficile de l'Empereur, et puis Huon de Bordeaux qui, lui, date du siècle suivant.

2) La "Geste de Garin de Monglane", qui se déroule essentiellement dans le Languedoc et en Provence et met en scène l'arrière-petit-fils de Garin : Guillaume d'Orange.

3) La "Geste de Doon de Mayence" enfin, qui offre la particularité de s'unifier non autour d'un personnage principal mais d'un thème bien précis : les luttes féodales des seigneurs entre eux ou encore avec le Roi. Jelisavecplaisir

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Chansons de Geste   Mar 2 Juin - 17:27

Vous pouvez compléter en allant voir "La Chanson de Geste" et "Décors & Personnages Dans La Chanson de Geste" sans oublier "Evolution de La Chanson de Geste."

Ces fils sont largement antérieurs à l'opération que nous entreprenons aujourd'hui. Vous y trouverez donc également des répétitions, ce pour quoi nous vous présentons nos excuses.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les Chansons de Geste   Mar 2 Juin - 20:55

Texte retiré à la demande de son auteur. Merci de votre compréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Chansons de Geste   

Revenir en haut Aller en bas

Les Chansons de Geste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LANGUE ET LITTERATURE FRANÇAISE : HISTOIRE & EVOLUTION :: Histoire de la Littérature Au Moyen-Âge -