Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Reinaldo Arenas - (Cuba).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Séraphine
Grande & Sulfureuse Prêtresse de Nota Bene
Grande & Sulfureuse Prêtresse de Nota Bene
avatar

Féminin
Taureau Chien
Nombre de messages : 3311
Age : 48
Localisation : Autres dimensions...
Emploi : Ecolière...
Loisirs : Le rêve...
Date d'inscription : 02/04/2006

MessageSujet: Reinaldo Arenas - (Cuba).   Mer 19 Avr - 21:33

Ecrivain cubain, mort en 1990. Un des écrivains majeurs de l’Amérique latine.

Ici, l’auteur reprend un classique de son pays. Un roman de Cecilia Valdés, de 1882, anti esclavagiste. Sauf qu’il le métamorphose en complainte contemporaine. Celle des miséreux, des « petits », des soumis, des métisses…
C’est une galerie de personnages.
1er tableau : une femme (« fille de mulâtresse et d’un homme inconnu blanc ») à qui on retire son nouveau né pour le porter aux « enfants trouvés » car le père, un riche, un blanc, refuse d’assumer la paternité. Répudie ce bébé coloré. La scène, en 2 pages, se termine sur l’image de la jeune mère qui en devient…folle. « Elle a compris maintenant qu’elle n’a été qu’un objet de plaisir pour l’homme qui emmène son enfant ; que la misère, le mépris et la détresse sont les seuls biens qu’elle possède ».

C’est beau, dépouillé, pas plus cruel que la réalité. La réalité des basanés cubains englués dans leur indigence... Eternelle dichotomie du fric : maîtres, esclaves…

« Etre moral consiste à faire en sorte que les autres ne se rendent pas compte que nous sommes aussi immoraux qu’eux. »

Je vous conseille tous ses autres livres, pamphlets métaphoriques contre la dictature. Il a été censuré et viré de Cuba (tant pour ses écrits que pour sa vie homosexuelle) et a fini sa vie prof aux USA… A lire : « Le portier » : histoire d’un exilé cubain (Juan, « un homme qui se mourait de peine »…), portier aux USA et qui voit défiler tous les nantis arrogants de ce pays impitoyable…


Immense écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Reinaldo Arenas - (Cuba).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature d'Amérique Centrale & d'Amérique du Sud -