Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Suicidés - Georges Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58295
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Suicidés - Georges Simenon   Mar 28 Juil - 18:12



ISBN : 9782258093560

Notre Opinion
Personnages



Citation :
[...] ... M. Grandvalet, dans la maison voisine où il avait été recueilli, allait et venait, les mains derrière le dos, un pardessus noir boutonné sur son pyjama. Sa femme était couchée dans un lit qui n'était pas le sien. Juliette ne pleurait plus. Elle avait tant pleuré que ses yeux étaient vides, ses paupières rouges comme de la chair à vif.

On avait retrouvé près du seuil, déformés par les flammes, deux bidons d'essence. A neuf heures, le garagiste de la rue de Paris vint les reconnaître.

- "Je les ai vendus, vers minuit, à un jeune homme en imperméable clair."

A onze heures, on savait tout. Juliette, docile comme une enfant battue et rebattue, avait raconté son dernier rendez-vous. M. Grandvalet, roide de dignité, avait avoué l'histoire du fusil de chasse. Et le garçon du Café de la Paix avait déposé que, lors de son départ, vers onze heures, Bachelin était surexcité.

On pouvait reconstituer les détails de l'attentat. De onze heures à minuit, Emile Bachelin errait seul dans les rues et ne faisait qu'une courte apparition dans la maison close située à cent mètres de la mairie pour y boire un nouveau grog.

A minuit, il achetait les bidons d'essence. Que faisait-il jusqu'à deux heures ?
A ce moment seulement, la porte de la maison commençait à flamber mais on ne s'en apercevait que quand la fumée pénétrait dans les chambres du premier étage.

C'était alors le désordre, la fuite des Grandvalet par la fenêtre, l'arrivée des pompiers qui inondaient l'immeuble.

L'attentat créait un sentiment de stupeur et de gêne. On osait à peine en parler. On usait de périphrases. On avait lu dans le journal :

Il paraît certain que Bachelin n'a pas quitté la ville.


Si bien que dans les rues on cherchait malgré soi le jeune homme en imperméable. (...) ...

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58295
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Suicidés - Georges Simenon   Mar 28 Juil - 18:33

Citation :
[...] ... Et comme elle ne bougeait toujours pas, il lui saisit le bras, le tordit méchamment. Elle se dressa, le regarda avec épouvante.

- "Lâche !" cria-t-elle.

Il ne savait plus que faire.
Il pouvait aussi bien la frapper que se mettre à genoux ou se jeter la tête au mur.

- "C'est comme ça que tu essaies de me remonter ?" hurla-t-il à son tour. "Avoue que j'avais raison tout à l'heure ! Tu attends le moment où tu seras libre de retourner chez toi ..."

Il s'assit à côté d'elle, au bord du lit, haleta :

- "Ne fais pas attention. J'ai trop mal. Il y a des jours, des semaines que cela couve. Je croyais que, quand tu serais là, tout changerait ..."

Elle aurait bien voulu le consoler, mais elle ne le pouvait pas, elle le regardait avec une curiosité mêlée d'effroi.

- "C'est comme une malédiction. Tout ce que je fais tourne mal. Tout ce que je touche est sali ..."

Elle écarquillait les yeux, épouvantée de ce qu'elle découvrait. Ce n'était qu'une impression mais elle s'imposait avec force : Bachelin, à ce moment, jouait une comédie, peut-être seulement pour elle, peutè-être pour eux deux ! La preuve, c'est que parfois, quand il ne se croyait pas observé, son regard devenait plus calme, plus raisonnable.

- "Je ne t'ennuierai plus longtemps. Ecoute ! ... Cela ne nous sert à rien de partir cette nuit ..."

Il s'impatientait de sentir ce regard lucide posé sur lui et il jouait plus mal son rôle.


- "Il vaut mieux que je crève ... Cela serait quand même arrivé un jour ou l'autre ...
Toi, tu ...

- Tais-toi," prononça-t-elle simplement.

Que pouvait-il encore lui dire ? Que pouvait-il faire ? Et pourtant il avait raison. Ils avaient tout raté ! Ils avaient en vain essayé de faire quelque chose et, à deux, ils avaient été impuissants. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Les Suicidés - Georges Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -