Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Clients d'Avrenos - Georges Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Clients d'Avrenos - Georges Simenon   Dim 16 Aoû - 18:37



ISBN : 9782258093560

Notre Opinion

Personnages



Citation :
[...] ... Oui, quoi ? Qu'est-ce qu'il voulait ? Qu'est-ce qu'il pouvait espérer ? Il n'était pas l'aventurier qu'elle avait imaginé. C'était tout bonnement un petit hobereau qui, n'ayant pas de rentes suffisantes, avait essayé de vivre de sa connaissance des langues. A Berlin, il avait été attaché à une commission d'enquêtes. A Budapest, on l'avait nommé sous-directeur d'une affaire de machines agricoles qui s'était terminée par un désastre ...

Maintenant il était drogman et ...

Nouchi, les deux coudes sur la table, le menton dans les mains jointes, le regardait dans les yeux en souriant. Il perdait de plus en plus contenance. Il ne savait plus ce qu'il voulait dire. Du moins avait-il une certitude : il ne voulait plus être à nouveau seul.

- "Ecoute ..." commença-t-il.

- "Tu vas me faire une scène de jalousie ? Je te préviens tout de suite que j'entends rester libre de mes mouvements comme je te laisse libre des tiens. Par exemple, la jeune fille qui était ici tout à l'heure n'a pas cessé de t'observer ...

- Cela m'est égal.

- D'abord ce n'est pas vrai, puisque tu fais un effort pour ne pas sourire de contentement. Ensuite si c'était vrai, ce serait ridicule car je suis sûre qu'elle appartient à une famille riche.

- Et après ?

- Rien ! Qu'est-ce que tu as à me dire ?

- Je suis allé à la police ..."


Elle fronça le nez, releva les sourcils et ses prunelles se rapprochèrent. Depuis son enfance, n'avait-elle pas toujours eu affaire à la police ?

- "Que veulent-ils encore ?

- Tu n'es pas en règle.

- Je le sais. Ensuite ?

- Il y a un arrêté d'expulsion ..."

Et, soudain volubile, Jonsac prononça des phrases qu'il n'avait pas préparées, prit des décisions qu'il avait à peine prévues.

- "N'aie pas peur ... Voici ce que qui résulte de mon entrevue avec le chef des étrangers ... Si tu épouses quelqu'un qui a le droit de résider en Turquie, tu ..."

Il s'arrêta, tant le visage de Nouchi avait changé. Pour la première fois, il y lisait une émotion véritable.
Ses mains se dénouèrent. Un bras passa par-dessus la table et une main toucha la main de Jonsac.

- "Tais-toi !"


Lui aussi était brusquement ému et peu lui importait le barman qui les regardait.

- "Demain, je commencerai les formalités ... Je ne me suis pas encore renseigné, mais cela doit être facile ..." ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Clients d'Avrenos - Georges Simenon   Dim 16 Aoû - 19:10

Citation :
[...] ... Il se tut, figé, incapable d'articuler une syllabe de plus. Tourné vers le fond du salon, il venait d'apercevoir Nouchi debout devant le rideau vert, dans la pièce même. Ses yeux riaient, d'un rire nerveux, son nez était plus pointu que jamais tandis qu'elle regardait Jonsac avec une intensité telle qu'il baissa la tête.

Elle ne bougeait pas. Il y avait peut-être longtemps qu'elle était à la même place. Des courants d'air pénétraient dans la pièce et gonflaient les rideaux.

Ce fut le silence, sans doute, qui arracha Lélia à son accablement. Une main bougea d'abord, étonnée de se trouver sur un sein nu ; puis la jeune fille ouvrit les yeux et resta un moment à contempler le plafond.

Elle dut deviner quelque chose d'anormal, car elle se dressa tout à coup, regarda Jonsac, découvrit Nouchi, poussa un cri affreux. Jamais Jonsac n'avait entendu un être humain crier de la sorte.

- "Ne vous dérangez pas pour moi," prononça Nouchi en s'avançant vers la table où elle posa son sac à côté de celui de Lélia.

Elle était en tenue de ville, le chapeau sur la tête, et elle le retira comme le fait une femme qui rentre chez elle, en jetant un coup d'oeil au miroir.

- "Il y a un peu plus d'un quart d'heure que je suis ici mais je n'ai pas voulu troubler votre plaisir."

Jonsac se souvint sans le vouloir de ce qu'elle lui avait raconté, des soirs d'hiver à Vienne, alors qu'elle revenait de l'école avec sa soeur qui suivait les hommes derrière les palissades.

Nouchi les regardait alors et aujourd'hui elle avait regardé de même.


- "Vous prendrez bien une tasse de thé maintenant ?"

Jonsac n'osait pas lever les yeux sur Lélia mais elle paraissait quand même, un peu floue, dans le champ de son regard, à droite, devant l'écran glauque de la fenêtre. Elle ne bougeait pas. Il était impossible de savoir ce qu'elle pensait, de deviner ce qu'elle allait faire. Sa robe claire était froissée et le chignon qu'elle portait bas sur la nuque avait roulé dans le dos.

- "Tu as envoyé la bonne chercher des gâteaux ?"

On entendit un bruit étrange. Ce n'était pas un sanglot. Ce n'était pas un râle. Cela sortait pourtant du fond de la gorge, du fond de la poitrine, eût-on dit et, au même instant, Lélia s'arrachait à son immobilité, courait vers le balcon, s'accrochait un instant à la balustrade.

- "Lélia !' cria Jonsac en se précipitant.

Ce fut peut-être son geste qui provoqua ou qui hâta celui de la jeune fille. Prise de panique comme un gibier traqué, elle enjamba le garde-fou, si vite qu'on la vit à peine passer par dessus. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Les Clients d'Avrenos - Georges Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -