Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Maléfices - Boileau-Narcejac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Maléfices - Boileau-Narcejac   Mer 19 Aoû - 19:24



ISBN : ?

Notre Opinion
Personnages


Citation :
[...] ... - "Le voilà !"

Je plantai là ma voiture. Ensuite, tout devint confus. Je me rappelle seulement ma surprise et ma frayeur quand quelqu'un me dit :

- "Elle est en bas, dans votre cabinet de consultation."


Il y avait des gens sur le perron et dans le vestibule. Je les écartai et découvris Mallet penché sur Eliane. Il se releva lourdement, s'essuya le front.

- "Elle est tombée dans le puits," fit-il. Et il recommença ses mouvements de réanimation. Il ajouta sans se retourner :

- "Elle revient, mais il s'en est fallu de peu !"


Une femme pleurait. Je reconnus la mère Capitaine. Tom aussi gémissait et le bruit des conversations emplissait l'entrée. Je n'étais pas du tout paralysé par la stupeur. J'avais trop l'habitude des situations bizarres. Je poussait doucement dehors la mère Capitaine et fermai la porte. Puis je relayai le docteur. En apparence, j'étais plein de sang-froid, mais, au fond de ma tête, comme une cloche dans le brouillard, j'entendais sans répit : "Le puits ... Le puits ..." Eliane n'avait pas encore repris connaissance. Elle était maculée de terre, livide, spongieuse, misérable avec ses cheveux qui pendaient et des lentilles d'eau collées sur le front. Jamais je n'avais été aussi sûr de l'aimer. Jamais je n'avais senti mes mains plus intelligentes, plus fraternelles. Mallet, épuisé, alluma une cigarette.

- "Maintenant, nous la tenons," dit-il, "mais j'ai bien cru qu'elle allait me filer entre les doigts. Trois minutes plus tard, ça y était ! ... Pour la sortir, ça n'a pas été une petite affaire, paraît-il. C'est Gahéry, le maçon, qui est descendu ... On l'a attaché. Quand je suis arrivé, il venait juste de la remonter ... Et pendant quarante minutes, elle n'a pas donné signe de vie. J'étais découragé ...

- Mais comment a-t-elle pu faire son coup ?" demandai-je. (Cette question m'obsédait.)

- "Je n'en sais rien. C'est votre chien qui a donné l'alarme. Il hurlait si fort que la voisine est venue. Le chien tournait autour de la margelle en aboyant. Alors elle s'est penchée, elle a vu votre femme qui se débattait encore ...
Elle vous expliquera tout ça mieux que moi, d'ailleurs. Elle ne savait pas se servir du téléphone. Elle était affolée. Elle a couru chez les Paillusseau ... Le fils a sauté sur sa moto, est venu me prévenir. Et le temps passait. Vous vous rendez compte. Moi, j'avais un malade que je ne pouvais pas lâcher immédiatement. Tout était contre nous. Heureusement, au tabac, le petit Paillusseau a trouvé de l'aide."

Mallet
revint auprès d'Eliane et nous la retournâmes sur le ventre.

- "Ca va marcher," reprit-il. "Elle a rendu toute son eau ..." ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Maléfices - Boileau-Narcejac   Mer 19 Aoû - 19:43

Citation :
[...] ... Instantanément, je pensai au mari de Myriam et je sentis que j'avais redouté, obscurément, le retour de ce souvenir. J'allumai ma pipe. Soit. Le mari de Myriam avait fait une chute et s'était tué. Quel rapport avec Eliane ? Aucun. Myriam était veuve. J'avais bien failli être veuf. Est-ce que j'aurais épousé Myriam ? ... Peut-être ... Sans doute ... sûrement ! Ma méditation tournait court. Il y avait quelque chose que je n'osais pas m'avouer et, maintenant, seul avec moi-même, je voulais vider l'abcès. Le mari de Myriam était mort et personne n'avait su comment. Il avait suivi un chemin qu'il n'avait pas l'habitude de prendre ... Avait-il glissé ? ... Avait-il été victime d'un malaise ? ... L'avait-on poussé ? ... Mais on ne l'avait pas poussé, Vial me l'avait affirmé. Restait l'accident. Chute là-bas, chute ici. Pure coïncidence. Qu'est-ce que j'allais m'imaginer ? ... Je regardais l'île, au fond de la nuit. J'avais coutume de raisonner, que diable ! J'étais un esprit positif. Mon métier m'avait appris à observer, à réfléchir, à interpréter méthodiquement les apparences. Il m'arrivait quelque chose de classique : je m'étais interdit pendant longtemps de penser à Myriam et, pour tourner cette censure, j'étais en train de cultiver des inquiétudes d'une autre sorte. Je transposais le problème sur le plan d'une enquête. Mais il n'y avait pas de problème. Il n'y avait qu'un homme repris par la passion. Etait-ce bien cela ? J'étais contraint, en conscience, de reconnaître que c'était bien cela : j'avais envie de revoir Myriam et je me forgeais des prétextes fallacieux. Mais pourquoi m'interdirais-je de revoir Myriam ? La revoir ne signifiait pas forcément succomber ! ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Maléfices - Boileau-Narcejac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -