Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Réécriture de la Bibliothèque Rose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59595
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Jeu 8 Juin - 11:12

Et probablement Verte, hélas !

Mardi dernier, j'ai accompagné mon fils chez son médecin et, alors que nous attentions dans la salle d'attente, j'ai feuilleté un Figaro-Madame assez récent où je suis tombée sur un article évoquant les fameuses collections Hachette pour enfants.

J'ai donc appris que, dans le but de "faciliter la compréhension" des enfants (!), un travail de réécriture des ouvrages d'Enid Blyton et autres auteurs fétiches dont Georges Chaulet (père de Fantomette) avait été entrepris. Le passé simple est supprimé : on le remplace par le passé composé. Les mots trop compliqués sont exclus (à partir de quand un mot est-il "compliqué" ? Ce n'est pas précisé.) Enfin, le caractère des enfants est "actualisé" - comme une garde-robes, en fait.

Raison de plus pour continuer à traquer tous ces ouvrages chez les bouquinistes, dans les vieilles éditions de jadis qui ont fait notre bonheur. Mais il y a de quoi s'indigner du double jeu effarant mené ici : d'un côté une école sournoisement élitiste et, de l'autre, un nivellement par le bas qui ne peut que limiter les enfants dans leur vocabulaire et leurs connaissances générales mais qu'on présente comme une attention particulière à leur égard.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Coraline
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Balance Chèvre
Nombre de messages : 1623
Age : 74
Localisation : Hors du temps
Emploi : m'efforcer d'esquiver les contraintes
Loisirs : Lecture, écriture, internet, voyages...
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Ven 5 Mar - 13:56

On m'a offert mon premier livre lorsque j'avais cinq ans ; c'était "le petit chaperon rouge" en version animée. Quel bonheur lorsque je l'ai ouvert à la première page ! Ce livre, ainsi que les autres (il y en a plusieurs centaines) que j'ai achetés ou reçus en cadeau tout au long de ma vie, se trouve à l'abri dans une malle en fer dans mon sous-sol.
Je possède une collection de "fillette", "semaines de suzette", "lisette", j'ai des ouvrages de la bibliothèque rose, de la verte, des "rouge et or", etc... J'y tient comme à la prunelle de mes yeux.

Je trouve absolument abbérant que certains livres soient réécrits soit disant pour en faciliter la lecture à la génération actuelle. Après on s'étonne qu'elle ne sache plus s'exprimer ni écrire correctement, qu'elle manque de vocabulaire et surtout du sens et du goût de l'effort intellectuel.

On va dire que je suis une vieille râleuse, mais je suis indignée par ce nivellement par la base qui sévit depuis des années déjà.

Depuis que je participe à des forums (5 ans environ), j'ai été obligée de modifier mon vocabulaire parce qu'on ne comprenait pas ce que j'écrivais. A la fin j'en ai eu marre et je me suis remise à utiliser "mes" mots (ceux qu'on m'a appris à l'école) en prenant la peine de mettre la signifiaction entre parenthèse.

Depuis que je suis sur ce forum, je me sens mieux même si je dois me relire avant de poster car il m'arrive, plus souvent que dans mes jeunes années, de faire des fautes d'orthographe à force d'en voir tous les jours. C'est un comble !

Ce qui me met également hors de moi, c'est lorsque j'entends les journalistes à la télévision. Ils ne connaissent même pas le sens de certains mots, ils font des liaisons mal à propos et j'en passe. Et quand je pense qu'ils sont payés !

_________________
"Ce que tu penses de toi-même est plus important que ce que les autres en pensent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59595
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Ven 5 Mar - 15:34

Nous sommes bien du même avis, Coraline. L'autre jour, j'écoutais je ne sais plus quel reportage et cela m'a effarée de constater que le journaliste utilisait des mots en leur prêtant (visiblement de bonne foi) un sens qu'ils n'ont jamais eu.

"Le Journal de Suzette" ... J'ai quelques vieux numéros que je garde précieusement. "Lisette", j'avais un vieil album (mais de la fin des années soixante), hélas ! perdu dans les déménagements. Et puis, bien sûr, les "vieux" volumes de "La Bibliothèque Rose", de "La Bibliothèque Verte", ou encore les "Rouge & Or", dans les illustrations qui ont marqué notre enfance. Pour moi, il y a Jeanne Hives et Albert Chazelle, essentiellement.

Connais-tu le site de Serge ? C'est ici. Celui-ci n'est pas mal non plus.

En ce qui concerne "Le Club des Cinq", depuis peu, une série animée est diffusée sur FR. 5, dans "Ludo", entre 12 et 13h. Les intrigues se sont infantilisées et, désormais, ce sont les enfants des anciens protagonistes qui sont en lice. Pour le chien Dagobert, je suppose qu'il s'agit aussi d'un descendant.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Coraline
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Balance Chèvre
Nombre de messages : 1623
Age : 74
Localisation : Hors du temps
Emploi : m'efforcer d'esquiver les contraintes
Loisirs : Lecture, écriture, internet, voyages...
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Ven 5 Mar - 17:18

Je ne sais pas si à ton époque, il y avait encore ça :





J'arrête car là, je suis complètement hors sujet. Nostalgie quand tu nous tiens !
_________________
"Ce que tu penses de toi-même est plus important que ce que les autres en pensent."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://notabene.forumactif.com
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Lun 7 Juin - 17:19

C'est triste... est-il bien nécessaire que les enfants comprennent tout ce qu'ils lisent? C'est dit-on suite aux erreurs d'interprétation des jeunes lecteurs que certaines pantoufles de vair sont devenues de verre. Et on les priverait de la possibilité de se tromper si bien?

Je suis, comme beaucoup, tombée à 7 ans dans la comtesse de Ségur, édition intégrale sans coupures et sans notes (mais avec les images de Castelli et Bayard et Gustave Doré, bien entendu), que mes grands-parents m'avaient offerte bien avant que je sache lire. Ma mère, voyant que je dévorais un Minirose à l'heure (je boulottais pas mal aussi), en eut assez et descendit de leur rayon Les Malheurs de Sophie, Les Mémoires d'un âne, et Un bon petit diable. La manœuvre fut efficace puisque je me haussai moi-même vers Les Petites filles modèles et Les Vacances (je lisais à cette époque avec une rapidité qui me fait envie aujourd'hui). Je ne savais pas ce qu'étaient la "percale" dont est faite la robe de Sophie, la chaux vive où elle brûle ses bas, la "calèche" où se déplacent les demoiselles et dames Fleurville et Rosbourg, mais étant capable de comprendre le sens global d'une phrase et madame de Ségur étant fort apte à décrire un événement et ses conséquences, j'arrivais à deviner (et il y avait les images!) qu'il s'agissait d'un tissu dont on fait les robes des petites filles, d'un matière blanche qui brûle sans flamber (ce qui m'impressionnait beaucoup) et d'une voiture tirée par des chevaux "comme il y en avait dans le temps" (je n'étais pas encore à "dans le Temps"). Évidemment les fameux imparfaits du subjonctif me déconcertèrent un peu. Mais que Sophie volant le contenu de la boîte à ouvrage ait craint "que quelqu'un entrât" ne traumatisa pas mes facultés de compréhension. "Le bon Dieu a permis que tu oubliasses ta pauvre poupée" de Madame de Rosbourg me surprit et, peut-être par paronomase avec "dégueulasse", je crus qu'il y avait là une connotation familière, mais je compris que c'était une forme d'oublier (le solide athéisme familial avait depuis longtemps réglé la question du bon dieu : y en a qui y croient mais il existe pas). Quant aux morts violentes, aux flagellations de l'horrible Mme Fichini, aux animaux torturés, je me disais que c'était comme ça en ce temps-là, et puis que ce n'était que des histoires même pas vraies, que c'était pour nous montrer combien Mme Fichini était méchante; alors que je ne supportais pas qu'on maltraite un animal "pour de vrai" (j'ai encore pleuré comme une madeleine sur les pélicans mazoutés en Louisiane). J'étais certes une bonne élève, mais sans rien d'exceptionnel, et je pense qu'à sept ans on commence à savoir certaines choses sur la vie et la fiction. Lire ce que d'abord on ne comprend pas, c'est pourtant bien une forme de ce qu'on appelle apprendre? :Lecteur:

Je lus par la suite les Fantômette qui me firent souvent mourir de rire (la grande Ficelle!) mais ne me posèrent pas de problème quant au style, encore que Georges Chaulet écrivît fort bien. Quant au passé simple... c'était le temps de la narration, nous disaient nos instituteurs et institutrices laïcs, qui n'étaient pourtant pas forcément de vieux réacs (je me souviens encore de la mine épanouie de l'adorable M. Hervé, mon maître de CM2, le 11 mai 1981... M. Hervé qui pourtant fronçait le sourcil quand on lui disait "m'sieu, j'peux vous faire montrer mon cahier?"). L'institutrice de CE2 ne nous jugea pas trop jeunes ou trop fragiles pour entendre, un jour d'hiver où nous avions été très sages, "L'Enfant de la haute mer" qui me laissa une impression si vive que je fus surprise, le lisant vers l'âge de vingt-cinq ans, d'en avoir retenu presque chaque mot (et j'entends encore la voix de Mme Sénéchal prononcer : "quels maçons, avec l'aide de quels architectes", et "une femme osseuse et endimanchée").

Décidément avec ce genre de sujet on n'y échappe pas, à la nostalgie.

Veut-on faire oublier aux enfants l'existence et l'utilité des dictionnaires, alors même que le TLF, jadis si coûteux, est désormais disponible gratuitement en ligne? Ou qu'ils peuvent demander à leurs parents ou à leurs grands frères et soeurs? Ou sauter les passages trop ardus ou ennuyeux, quitte à y revenir plus tard? Les pages ne sont-elles pas conçues pour être tournées de façon relativement facile?

Le niveau baisse-t-il? je ne sais pas. J'ai échangé la semaine dernière avec une collègue, de 15 ans plus jeune que moi, de longues citations de cette chère comtesse. En revanche j'entends souvent des gens de mon âge dire, y compris devant une caméra de télévision "ils croivent"; des journalistes écrivent "tâche" pour "tache", et disent "pécunier" pour "pécuniaire", "grelon" pour "grêlon". Je reçois des courriels d'usagers de cinquante ans, pas spécialement illettrés et ayant échappé à l'influence paraît-il délétère de mai 68, mais qui n'en semblent pas moins incapables de savoir quand on doit user d'un imparfait ou d'un infinitif. Tout cela n'a pas l'air d'émouvoir grand-monde, et personne ne semble trouver que ce soit plus néfaste pour les enfants qu'un passé simple. Quant à notre président (de la République!), avec ses discours aussi flasques qu'un œuf tombé du sixième étage il ne prêche guère l'exemple.

Donc on va réécrire les livres pour enfants en les mettant au niveau de ceux qui trouvent ça trop dur, tout simplement parce qu'ils n'aiment pas lire, et ceux-là n'en liront pas davantage. On devrait aussi faire sauter les diverses allusions et jeux de mots qui font la richesse d'Astérix, parce que ça doit offenser la bêtise de ceux qui croient les enfants encore plus bêtes qu'eux. Hein, tant qu'on y est? Et puis on envisagera de faire quelque chose concernant les fables de La Fontaine, qu'on fait apprendre aux enfants alors qu'elles sont écrites en vers et pleines de mots comme "coche", "escarbot", "ramage", "serpolet"...

Quant à moi je propose qu'on simplifie les règles du football (c'est la saison!), notamment en éliminant la notion de hors-jeu, que jamais une femme n'a comprise (demandez aux hommes). La complexité de cette notion est extrêmement douloureuse pour cette moitié de la population, quand bien même elle ne s'intéresse que fort médiocrement au foot. Ah mais!
_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.


Dernière édition par Eustrabirbéonne le Lun 7 Juin - 21:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Lun 7 Juin - 19:49

Citation :
J’ai lu La Guerre et la Paix, pour la première fois à douze ou treize ans. Depuis le début des vacances, les grandes, je voyais mon frère s’enfoncer dans cet énorme roman, et son œil devenait aussi lointain que celui de l’explorateur qui a depuis belle lurette perdu le souci de la terre natale.

– C’est si chouette que ça ?

– Formidable !

– Qu’est-ce que ça raconte ?

– C’est l’histoire d’une fille qui aime un type et qui en épouse un troisième.

Mon frère a toujours eu le don des résumés.

– Tu me le prêtes ?

– Je te le donne.

J’étais pensionnaire, c’était un cadeau inestimable. Deux gros volumes qui me tiendraient chaud pendant tout le trimestre. De cinq ans mon aîné, mon frère n’était pas complètement idiot et savait que La Guerre et la Paix ne saurait être réduite à une histoire d’amour. Seulement il connaissait mon goût pour les incendies du sentiment, et savait titiller ma curiosité par la formulation énigmatique de ses résumés. (Un « pédagogue » selon mon cœur). Je crois bien que c’est le mystère arithmétique de sa phrase qui me fit jeter dans ce roman. « Une fille qui aime un type et qui en épouse un troisième » ... je ne vois pas qui aurait pu résister. De fait, je n’ai pas été déçu, bien qu’il se fût trompé dans ses comptes. En réalité , nous étions quatre à aimer Natacha : le prince André, ce voyou d’Anatole, Pierre Bézoukhov et moi. Comme je n’avais aucune chance, force me fut de m’« identifier » aux autres . (Mais pas à Anatole, un vrai salopard, celui-là !)
[...]
J’ai sauté des pages, quoi.
Et tous les enfants devraient en faire autant.
[...]
Un grand danger les guette s'ils ne décident pas par eux-mêmes de ce qui est à leur portée en sautant les pages de leur choix : d'autres le feront à leur place. Ils s'armeront des gros ciseaux l'imbécillité et tailleront tout ce qu'ils jugent trop "difficile" pour eux. Ça donne des résultats effroyables. Moby Dick ou Les Misérables réduits à des résumés de 150 pages, mutilés, bousillés, rabougris, momifiés, réécrits [c'est Pennac qui souligne] pour eux dans une langue famélique qu'on suppose être la leur!"

Daniel Pennac, Comme un roman, 1993.


Comme quoi ce n'est pas nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Lun 7 Juin - 20:29

Je comprends que cela t'énerve. Je trouve moi aussi qu'il est anormal que l'on tienne à abaisser le niveau et donc à réécrire les livres pour que ces chers petits comprennent (et deviennent ainsi de plus en plus assistés). Tout comme toi, lorsque j'étais enfant, il y avait bien des termes que je ne comprenais pas. Mais j'essayais alors de les replacer dans leur contexte ou mieux, j'allais vérifier le sens dans le dictionnaire. Maintenant, les gamins ne cherchent même plus à comprendre. Ils lisent deux lignes et avec des yeux de merlans frits, ils vous balancent un "j'comprends pas (sic)" qui a le don de m'énerver au plus haut point.
Revenir en haut Aller en bas
MC
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Verseau Chat
Nombre de messages : 1826
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Emploi : étudiante
Loisirs : cinéma, lecture, écriture
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Lun 7 Juin - 21:01

Otez moi d'un doute, c'est précisé sur la couverture que ce n'est pas l'original des histoires ? Parce que sinon ça va être compliqué de savoir ce qu'on lit vraiment..une œuvre authentique ou, comme vous le dites, une version simplifiée et donc à mon sens erronée.
_________________
Noirs et Blancs et sa nouvelle version à suivre Mots et Merveilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noirsetblancs.blogspot.com
MC
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Verseau Chat
Nombre de messages : 1826
Age : 29
Localisation : Strasbourg
Emploi : étudiante
Loisirs : cinéma, lecture, écriture
Date d'inscription : 30/03/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Lun 7 Juin - 21:06

En fait, je voudrai ajouter que je ne comprends pas comment on peut dénaturer l'esprit initial d'un livre comme ça...
A quoi bon changer des mots, quel en est l'intérêt (outre éviter le "j'comprends pô")? L'auteur les a choisit pour une bonne raison!
_________________
Noirs et Blancs et sa nouvelle version à suivre Mots et Merveilles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noirsetblancs.blogspot.com
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Lun 7 Juin - 22:01

En effet il y a aussi les coupes (évoquées également par Pennac) :

Citation :
Les Quatre filles du Dr. March de Louisa May Alcott

traduction d'Anne Joba (1980), Le Livre de poche jeunesse, texte intégral (sic)

Les Quatre filles du Dr. March est la trahison de Little Women (1868) de Louisa May Alcott.

[...]

Le « texte intégral » de la version du Livre de poche jeunesse représente un peu moins de la moitié du roman, les coupes allant d'une demi-phrase à des pages entières. Trois chapitres sautent dans leur totalité, celui où Amy fait des bêtises à l'école et est sévèrement punie, celui où Meg, la coquette, est invitée chez des gens riches qui la snobent et la ridiculisent, enfin, un chapitre « littéraire » consacré au petit journal manuscrit que publient les sœurs March et Laurie, sous les auspices du Pickwick Club.

Toutes ces coupes s'expliquent par un double souci pédagogique. La traductrice a fait de son mieux pour ôter ce qui, selon elle, n'était plus compréhensible pour des fillettes de la fin du 20e siècle et, à ce titre, elle a supprimé premièrement toute référence à la religion, en second lieu toute référence à la littérature. Dans la traduction, les March n'ont plus de religion particulière. Toute allusion à une quelconque lecture pieuse ou une quelconque pratique religieuse est supprimée (Amy ne se fait plus installer un oratoire chez la tante March par la gouvernante française et catholique). Le Pilgrim's Progress disparaît en entier et le roman n'est plus structuré par rien. On ne comprend d'ailleurs plus, dans la version française, que les quatre petits livres reliés de quatre couleurs différentes que reçoivent les filles March pour le premier Noël sont quatre petits évangiles. Toujours dans le souci de déchristianiser le roman, la traductrice supprime fréquemment les fins de chapitres, souvent si émouvantes, parce que les personnages y tirent une leçon morale.

Pour plus de développement, cet excellent article est disponible ici : http://theadamantine.free.fr/littlewomen.htm. "Des jeunes filles règlent leur conduite sur une norme religieuse qui constitue à la fois une morale pratique et une forme d'hygiène mentale ; l'une de ces jeunes filles ne vit que pour les livres, ceux qu'elle lit et ceux qu'elle écrit ; la même jeune fille est mal dans son sexe et panache les attitudes sociales des deux sexes. Si de pareilles énormités étaient publiables en 1868, elles ne le sont plus en 1980", déplore encore l'auteur. Il est vrai qu'à ma première lecture des Quatre Filles du Dr March (docteur et non révérend) j'ai d'abord cru que la famille était "libre penseuse". C'est plus tard, ayant entrepris des études d'anglais et appris l'existence du Pilgrim's Progress de l'auteur puritain Bunyan (qui sert de modèle aux quatre sœurs pour leur Jeu du pèlerin et apparaît aussi dans Les Raisins de la colère) que je m'interrogeai sur une aussi curieuse absence de religion chez un auteur de la Nouvelle-Angleterre et entrepris de relire cette œuvre délicieuse en anglais et en entier (car outre que des passages ont sauté, l'histoire originelle ne s'arrête pas avec le mariage de Meg, comme nous l'apprit à nous Français le beau film de Gillian Armstrong). Les choses se sont peut-être un peu améliorées depuis lors : http://www.amazon.fr/quatre-filles-docteur-March/dp/2070628167/ref=sr_1_6?ie=UTF8&s=books&qid=1275940162&sr=1-6.

Mais le texte amputé de plus de la moitié dont il est question plus haut est bien paru au Livre de poche jeunesse avec la mention "Texte intégral", je m'en souviens. Il est donc improbable, MC, que les éditeurs prennent davantage de gants avec Fantômette ou le Club des cinq.

Il y a eu Perrault, Andersen, Ségur, Aymé, Goscinny, Ungerer pour penser et prouver le contraire mais rien à faire : il reste des gens pour croire que les enfants sont des cons, et qu'il est souhaitable qu'ils le restent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Dahud
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Cancer Singe
Nombre de messages : 775
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Emploi : agent administratif
Loisirs : Littérature, écriture, cinéma
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Mar 8 Juin - 10:12

Ca m'afflige. J'ai appris plus de vocabulaire grâce aux livres qu'à l'école. Comme tout le monde, je passais sur le sens de certains mots quand je comprenais le sens global de la phrase mais il y avait aussi les mots qui me titillaient, m'intriguaient et là, je saisissais le dictionnaire et j'en ai retenu bien plus ainsi avec ces auteurs d'une autre époque. Au primaire, on récitait La Fontaine ou Rimbaud et je me souviens pas que c'était un traumatisme pour personne. L'instit nous expliquait ce qu'on comprenait pas, que le petit soldat du "Dormeur du Val" ne dormait pas par exemple, c'était un choque puis on était triste pour lui puis ça amenait d'autres questions, pourquoi y avait-il la guerre ?....
Tout l'apprentissage de la lecture fonctionne ainsi et si on saute des étapes, il faut pas s'étonner que l'illettrisme augmente en France (parce que les chiffres sont là pour le prouver quoiqu'on en dise)
L'apprentissage de la lecture c'est long et plus douloureux pour certains mais on ne réglera certainement pas le problème en prenant ceux qui ont des difficultés pour des imbéciles. Des mots, on en apprend toute notre vie et plus qu'une barrière, ça devrait être un moteur car maîtriser la langue française, c'est un pouvoir incroyable. Bien plus tard, j'ai lu une partie de Dostoïevski, L'Idiot (n'ayant pas de dictionnaire à ma portée sur mon lieu de vacances) en pensant qu'"idiosyncrasie", c'était un terme qu'il avait inventé en fonction du titre. Ca m'a pas empêché de comprendre le livre et en rentrant chez moi, j'ai regardé dans le dictionnaire, j'ai saisi le sens de ce mot et quand je l'ai retrouvé ailleurs, il ne m'a plus gêné.
Mais bon, on est dans une époque contradictoire où l'apprentissage du français est de plus en plus considéré comme mineur ,n'étant pas considéré comme une compétence et à côté de ça, les employeurs se plaignent que les fautes se multiplient et donnent des cours de français aux cadres. La formation continue prend le pas sur la formation initiale et la formation continue est une extraordinaire avancée sociale, seulement, il ne faut pas oublier qu'il est beaucoup plus facile à un enfant d'intégrer les apprentissages de base qu'à un adulte, c'est un fait. Donc il faudrait peut-être penser à régler les problèmes à la base tant qu'il est encore temps plutôt qu'à essayer tant bien que mal de réparer les dégâts avec des formations éclaires de 3 semaines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/dahud33
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Mar 8 Juin - 11:46

Ah oui, "Le dormeur du Val" c'était quelque chose. M. Hervé, dont j'ai déjà parlé, était féru d'histoire et l'avait intégré à une "séquence pédagogique" sur la guerre de 70 (il y avait aussi "La dernière classe" de Daudet, qui paraît un peu mièvre aujourd'hui mais qui m'avait fait pleurer à l'époque).

Finalement je ne me souviens pas d'avoir à l'école primaire appris beaucoup de poèmes "pour enfants" mais des oeuvres de "vrais" poètes, dont certains il est vrai ont écrit pour les enfants, comme Prévert et Desnos (je fus fort surprise d'apprendre que l'auteur du "Tamanoir" était surréaliste, bien que le poème le soit effectivement!).

Je n'en reviens pas qu'on nous ait fait apprendre ça en CE2 :

Citation :
Soir de bataille

Le choc avait été très rude. Les tribuns
Et les centurions, ralliant les cohortes,
Humaient encor, dans l'air où vibraient leurs voix fortes,
La chaleur du carnage et ses âcres parfums.

D'un oeil morne, comptant leurs compagnons défunts,
Les soldats regardaient, comme des feuilles mortes,
Tourbillonner au loin les archers des Phraortes,
Et la sueur coulait de leurs visages bruns.

C'est alors qu'apparut, tout hérissé de flèches,
Rouge du flux vermeil de ses blessures fraîches,
Sous la pourpre flottante et l'airain rutilant,

Au fracas des buccins qui sonnaient leur fanfare,
Superbe, maîtrisant son cheval qui s'effare,
Sur le ciel enflammé, l'Imperator sanglant.

José Maria de Hérédia

J'avoue n'en avoir retenu que le dernier tercet grâce auquel je l'ai retrouvé. "Dormeur du val", "Soir de bataille", ça rigolait pas, dites donc. Ajoutons à ça "La mort du petit cheval" de Paul Fort, qui a traumatisé pas mal de gosses, mais pas moi, parce qu'il était associé à la voix si rassurante de Brassens (il servait aussi de support au cours de chant).

Tiens, le premier poème que j'ai appris, au CP, étai aussi de Paul Fort : "Le bonheur est dans le pré".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Dahud
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Cancer Singe
Nombre de messages : 775
Age : 37
Localisation : Bordeaux
Emploi : agent administratif
Loisirs : Littérature, écriture, cinéma
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Mar 8 Juin - 12:37

Pour ma part, j'ai lu les bibliothèques vertes et roses de ma grand-mère, elle avait gardé ceux de ses fils et ça ne m'a pas géné du tout, elle les a toujours d'ailleurs. Y a que les "Alice " que j'avais en neuf. Ah et puis les Jules Verne de Mamie avec toutes les gravures, quel bonheur !
A l'école, Prévert, Rimbaud, Jack London (j'ai été traumatisée par L'appel de la forêt ! Laughing )
J'étais une enfant dyslexique et les apprentissages de base, ça n'a pas été toujours facile pour moi mais je suis bien heureuse qu'on m'ait pas traité comme une débile à ce point là. :bof:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/dahud33
Eustrabirbéonne
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Scorpion Chien
Nombre de messages : 1191
Age : 47
Localisation : Hauts-de-Seine
Emploi : Contrôleur du travail
Loisirs : Thé, sieste et ronronthérapie
Date d'inscription : 13/10/2009

MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   Mer 14 Déc - 11:53

Un prof de lettres carrollien (son blog est pas mal) s'est penché d'un peu plus près sur cette triste métamorphose : http://celeblog.over-blog.com/article-le-club-des-5-et-la-baisse-du-niveau-85677083.html

Hier pendant que je flânais au Relay de la Défense je suis tombée sur La révolte de l'étalon noir relouqué. La série chérie des ados cavaliers (qui nous apprend tant de chose sur le comportement des chevaux et la façon de s'y prendre avec eux) a été rétrogradée de la bibliothèque verte à la bibliothèque rose et réécrite au présent elle aussi! :Pas content:


_________________
"Let the blow fall soon or late,
Let what will be o'er me;
Give the face of earth around,
And the road before me.
Wealth I ask not, hope, nor love,
Nor a friend to know me.
All I ask, the heaven above
And the road below me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.librarything.fr/home/Eustrabirbeonne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réécriture de la Bibliothèque Rose.   

Revenir en haut Aller en bas

Réécriture de la Bibliothèque Rose.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -