Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Mon histoire des femmes - Michelle Perrot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 37
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Mon histoire des femmes - Michelle Perrot   Lun 19 Juin - 17:31

Michelle Perrot est une historienne reconnue, spécialiste de l'histoire des femmes. Elle a participé à un ensemble de plusieurs volumes consacrés à L'histoire de la vie privée (collection Points Seuil) et a présenté une série d'émissions sur France-Culture au sujet de l'histoire des femmes. Ce sont ces émissions qui forment le socle du livre intitulé Mon histoire des femmes, qui est accompagné d'un CD où on les retrouve.

Le livre est court - 230 pages - et forme un aperçu complet, bien que subjectif comme l'annonce le titre, de l'histoire des femmes présentée sous divers aspects - d'abord, le problème qui s'est posé aux premiers historiens qui ont traité ce sujet : la société et la religion (catholique, puisque M. Perrot nous parle surtout de l'Occident) apprenaient aux femmes dès l'enfance qu'elles étaient des êtres mineurs, sans intérêt, et du coup on manque de documents historiques émanant d'elles : les femmes ont toujours été de grandes rédactrices de journaux intimes et de lettres, mais, puisqu'elles se croyaient inintéressantes, en général elles brûlaient tout lorsqu'elles sentaient que la fin de leur vie était proche. D'où un extraordinaire gâchis, un grand vide pour les historiens, et l'aspect providentiel d'un livre comme Histoire de ma vie, l'autobiographie de George Sand, qui comprend un des très rares récits d'enfance au féminin qu'on puisse trouver avant le XXe siècle.

Après avoir exposé ces difficultés à trouver des sources, et retracé la genèse de l'étude de l'histoire des femmes, qui est à relier à l'émergence des mouvements féministes dans la seconde moitié du XXe siècle, Michelle Perrot se lance dans son étude elle-même : d'abord, "Le corps" retrace les spécificités physiques des femmes sur lesquelles l'histoire s'est attardée dans la représentation qu'elle en a fait : âges de la vie, apparences (notamment les cheveux et tous les fantasmes qu'ils ont entraînés, pensons par exemple à La chevelure de Baudelaire. Mais aussi les interdits religieux - le catholicisme a, comme l'Islam, recommandé le port du voile à une certaine époque -, et l'audace qui a été celles de "garçonnes" des années 30 lorsqu'elles se sont coupé les cheveux, ce qui constituait un véritable geste de rébellion et un désir d'égalité avec les hommes bien plus qu'un simple effet de mode), sexualité (des peurs ancestrales qu'inspire la sexualité féminine prétendûment "insatiable" en passant par l'hystérie, la virginité glorifiée et la frigidité), maternité (où l'on apprend que l'instinct maternel n'est pas un trait de notre espèce mais une invention du XVIIe siècle pour essayer d'enrayer la vague d'abandons d'enfants ou de recours systématique à des nourrices qui s'occupaient mal des bébés), soumission physique des femmes (notamment par la prostitution).

Ensuite, vient "l'âme" : le rapport des femmes à la religion et vice versa, les sorcières et les hérétiques, l'accès au savoir (la Réforme fait de la lecture de la Bible une obligation pour tous, hommes et femmes, ce qui constitue une vraie révolution à une époque où on juge que le savoir n'est pas une affaire de femmes), l'activité artistique des femmes, notamment en littérature (Sand, Colette, Séverine, ...) et en peinture (Berthe Morisot, Frida Kahlo - clin d'oeil à MDV -) : loin de l'image du bas-bleu qui écrit ou peint des niaiseries, on se rend compte que mener une vie d'artiste était bien plus épineux pour une femme que pour un homme, qu'on la jugeait alors déshonorée et surtout abandonnant son rôle traditionnel de femme (s'occuper de son mari, de religion, faire des enfants et se tenir tranquille), ce qui était inacceptable. A tel point que les filles virtuoses étaient mal considérées par leur famille...

"Le travail des femmes" est abordé à la suite de ce chapitre : on y parle des paysannes, du travail domestique, des ouvrières, de métiers du tertiaire largement féminins à certaines époques ou toujours : employées, institutrices, infirmières, et des comédiennes et danseuses qui sont passées du statut douteux d'êtres interlopes, assimilables à des prostituées, à celui de "stars" (Merci Sarah Bernhardt !).

"Femmes dans la cité" évoque aussi bien les femmes voyageuses et exploratrices, comme Alexandra David-Néel, et les premières femmes journalistes et reporters qui étaient vraiment des héroïnes des temps modernes (encore une fois parce qu'elles venaient empiéter sur le terrain des hommes et se détournaient de leurs devoirs domestiques), que les femmes dans l'histoire (d'Olympe de Gouges qui a voulu proclamer les "Droits de la femme et de la citoyenne" après la Révolution aux "munitionnettes" qui faisaient tourner la France des années 1914-1918 pendant que les hommes se faisaient trucider sur les champs de bataille et aux suffragettes qui, à partir de la Grande-Bretagne, allaient générer des mouvements en faveur du vote des femmes dans le monde entier). Il est aussi question des mouvements collectifs de femmes (grèves des ouvrières au XIXe siècle, révolte des femmes qui vont à Versailles réclamer à manger à Louis XVI et Marie-Antoinette), du féminisme dont les racines remontent au XVIIIe et même au XVe siècle avec Christine de Pisan, et dont Perrot décrit l'apogée dans les années soixante et soixante-dix.

Une brève conclusion, "Et maintenant ?", montre que selon Perrot la "révolution sexuelle" continue, qu'elle est par définition interminable, et qu'elle est du ressort de tous, hommes et femmes.

Un livre passionnant, touffu mais qui donne une bonne vision d'ensemble de la question sans partir dans des pinaillages de spécialiste. Il incite à la réflexion, loin de l'hystérie et des excès de certaines féministes qui considèrent l'homme comme l'ennemi suprême et se fixent des objectifs irréalisables. Il montre notamment que des choses qui nous paraissent anecdotiques maintenant ont dû être conquises à certaines époques (par exemple le droit d'écrire ! Merci George Sand !). A lire, qu'on soit homme ou femme, quand on s'intéresse aux femmes et à leur histoire.

Michelle Perrot
Mon histoire des femmes
Seuil/France Culture
(Avec un CD)

_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/


Dernière édition par le Mer 21 Juin - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65430
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Mon histoire des femmes - Michelle Perrot   Mar 20 Juin - 17:06

En tous cas, c'est tentant, Julie. Surtout si tu nous assures que le style en est abordable par tous. J'ai le premier volume de l'histoire des Femmes par Georges Duby, très intéressant mais il y a des moments de jargonnage terrible ...

La révolution sexuelle perpétuelle ? Certainement. Car le peu que nous croyions acquis, on cherche actuellement à nous le retirer. Quant aux pays dits du tiers-monde, c'est encore pire !
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Mon histoire des femmes - Michelle Perrot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -