Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Anne Ancelin Schûtzenberger, Aïe, mes aieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
rotko
Invité



MessageSujet: Anne Ancelin Schûtzenberger, Aïe, mes aieux   Mer 11 Mai - 18:05

Anne Ancelin Schûtzenberger, Aîe, mes aieux, La méridienne, Desclée de Brouwer.
2904299106
Le poids des ancêtres.
Portons-nous nos ancêtres sur notre dos
? A la lumière de la psychanalyse, l'auteure se penche sur la transmission "transgénérationnelle", sur un héritage dont nous ne sommes pas toujours conscients et qui pourtant affecte notre vie.
Authentique Candide :-), j'ai lu cet ouvrage et mon bilan est "globalement positif".
Certes les références aux différents courants de la psychanalyse sont au début pesantes pour le néophyte, mais l'auteure se situe et s'implique dans ce contexte, si bien que ses expériences personnelles, tant privées que professionnelles, - elle est psychothérapeute, groupe-analyste, enseignante à l'université de Nice, renseignent sur les racines de sa pensée. On découvre "les comportements hérités", et l'impact du regard de la famille, de la société, et de l'équilibre familial sur le développement et la santé d'une personne .
Qu'est-ce que notre identité
? "Je est un autre", disait Rimbaud qui confondait sa ville de naissance avec celle de son grand-père (Dole) et se croyait déserteur du 47é régiment d'infanterie - régiment de son père. Certains s'identifient à un frère aîné décédé en bas-âge. Ces identifications sont facilitées par de nombreux facteurs dont le choix des prénoms, les dits et les non-dits, voire les secrets de famille.
Les "loyautés familiales" : les mythes familiaux exercent leur emprise sur l'individu, lui donnent des obligations, un rôle à jouer, mais aussi des dettes à solder.
Il faut donc connaître l'histoire (publique et privée, dite et non-dite) de notre famille pour se situer et s'assumer : ce sera le rôle du "génosociogramme" dont la méthode d'établissement est détaillée.
Un point largement développé est le "syndrome d'anniversaire" (1): comment se fait-il qu'une date précise joue un rôle si important pour plusieurs générations ? les exemple donnés par l'auteure n'ont rien à voir avec la numérologie ! ils sont proposés, soumis à la réflexion, objets de constats et d'hypothèses, enjeux de nouveaux terrains de recherche.
Par moments, on est tenté de balayer d'un revers de main ce qui apparait comme des hasards, des coincidences, notions bien étrangères à la psychanalyse... Convaincu ou non, on cogite, et de cette lecture naissent, non des réponses, mais des interrogations fructueuses. Comme toujours, on pense à certains comportements d'autrui, puis on en vient à notre propre cas, ce qui peut meubler "agréablement" nos insomnies !

(1) Dans le "Carnet rouge", Paul Auster raconte qu'un de ses amis C recherche inopinément sur le minitel, l'adresse de son père qui avait quitté le domicile familial quand C avait trois ans et demi. Or il fait cette recherche quand sa fille a trois ans et demi. L'initiative de C transforme sa vie. Anecdote de 7 pages.
Revenir en haut Aller en bas

Anne Ancelin Schûtzenberger, Aïe, mes aieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -