Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Renaud Séchan, le chanteur énervant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Mathieu G.
Cuistre en Chef.
avatar

Masculin
Vierge Tigre
Nombre de messages : 405
Age : 31
Localisation : Pays des Merveilles
Emploi : Etudiant - Auteur
Loisirs : Ceci et cela...
Date d'inscription : 07/08/2005

MessageSujet: Renaud Séchan, le chanteur énervant   Sam 24 Juin - 14:33

Je viens ici vous livrer une partie du mausolée de mon âme en évoquant le chanteur que j'admire entre tous, le premier que j'ai appris à aimer et à écouter. Mon frère est fan et m'a fait connaître; et le premier poème que j'ai su par coeur cela n'a pas été quelques contemplations ou alcools, mais "La chanson du Loubard"...

"Le jour se lève sur ma banlieue,
J'ai froid c'est pourtant pas l'hiver;
Qu'est-ce que je pourrai foutre nom de Dieu,
J'ai pas un rond et j'ai pas l'air
Sérieux...
Sérieux..."

Renaud est né le 11 Mai 1952, d'un père ch'timi et d'une mère du Sud; mariage des extrèmes qui le berceront au cours d'une enfance "douce et sucrée comme du miel" (sic). La famille est nombreuse: six dans la famille, Renaud a un frère jumeau ("mais de nous deux, c'est lui le plus ressemblant" [sic]) nommé David qui a une jolie plume tout également. A 16 ans, il monte sur les barricades de Mai 1968 et apprend la révolte, et le pouvoir des mots. Sur les bancs de la Sorbonne occupée, il met au propre les chansons révolutionnaires et se décide à en écrire une lui-même; "Crève Salope", chanson violente et désabusée lui vaudra une claque de la part de son père.

Mais Renaud en veut, et saura progresser... du loubard pur et dur ("C'est mon dernier bal", "Laisse béton") au loubard amoureux ("Ma gonzesse", "Manu") en passant par le père et le marin, Renaud a rythmé les trente dernière années de la chanson populaire francophone. Frédéric Dard dira de lui qu'il fait le boulot de Verlaine avec les mots du bistrot; et il reste plus abordable que Brassens, sa grande idole avec Jonhhy Hallyday et Bruce Springsteen, autrement plus littéraire. Après un retour triomphal en 2002 et une Romane qui vient remplir le vide laissé par Dominique, il enregistre un double album qui devrait sortir le 2 Octobre prochain.

Ce que j'aime chez Renaud, c'est ce mariage des extrèmes, de textes formidablement bien tournés mêlant amour, humour et tendresse, sur un vocabulaire nouveau, argot détourné ou expression formidable ("épais comme un sandwich SNCF", "énervé par la colère" et son fameux "Tatatsin !", le cri de guerre de l'homme blanc), c'est à sa popularité que l'on doit la formalisation du mot "poteau", tout comme Coluche a amené son "enfoiré". Amoureux, honnête, Renaud chante sa vie dans ses chansons: de la naissance de sa fille à sa rupture, son concert avec Johhny Clegg ou le vol de son nain de jardin, il n'a rien à cacher et se livre régulièrement à nu: Rousseau et ses confessions n'auront pas fait mieux.

Le personnage est tendre, subtil, sensible: passionné, engagé, droit, aimant l'amitié, "la vie et les coquillettes" (sic), il reste mon idole privilégié... et si je connais tous ses textes par coeur ce n'est pas par fanatisme aveugle, mais par admiration sans bornes.
_________________
Indépendance toujours, neutralité jamais

http://blog.bebook.fr/mathieu/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gouxmathieu.over-blog.fr/
Lorenzaccio
Pape à la Bolognaise à la Basilic Nota Bene
Pape à la Bolognaise à la Basilic Nota Bene
avatar

Masculin
Verseau Buffle
Nombre de messages : 2279
Age : 32
Localisation : Dans la lune, souvent...
Emploi : compteur de moutons
Loisirs : l'art du socque et du cothurne
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Renaud Séchan, le chanteur énervant   Sam 24 Juin - 16:18

Tu as tout dit. J'adore Renaud (un peu moins que Brassens, que j'idolâtre, mais un peu plus que les autres). Du "p'tit bal du samedi soir" et autres reprises de Fréhel & co, jusqu'à son "bistrot préfré", en passant par le Pépette et la jeune fille du métro... Son engagement pour Ingrid Bétancourt (entre autres) me plaît beaucoup aussi !
Je n'savais pas que son père était Ch'ti ! C'est donc pour ça qu'il a repris les chansons.. d'min coin... (j'aime pas trop ma région, mais il y a quelques chansons rigolotes.)
_________________
"Les pattes du canard sont courtes, il est vrai ; mais les allonger ne lui apporterait rien." (Tchouang-Tseu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mpeloso
Zarathoustra

avatar

Féminin
Vierge Cheval
Nombre de messages : 5
Age : 27
Localisation : Quelque part en France...
Emploi : Glandeuse Professionelle
Loisirs : Pleins de choses...
Date d'inscription : 21/05/2007

MessageSujet: Re: Renaud Séchan, le chanteur énervant   Ven 25 Mai - 20:00

J'aime également Renaud, je le trouve virulent, féroce, poète désabusé quelque part...
Mes préférés de lui sont Hexagone, Manu, Où c'est que j'ai mis mon flingue ?, Dans mon H.L.M, Société, tu m'auras pas !, Fatigué, Les charognards, et pleins d'autres ! Very Happy

Vive Renaud !

Allez je ne peux m'empêcher de mettre les paroles de Haxgone:

Ils s'embrassent au mois de Janvier,
car une nouvelle année commence,
mais depuis des éternités
l'a pas tell'ment changé la France.
Passent les jours et les semaines,
y a qu'le décor qui évolue,
la mentalité est la même :
tous des tocards, tous des faux culs.

Ils sont pas lourds, en février,
à se souvenir de Charonne,
des matraqueurs assermentés
qui fignolèrent leur besogne,
la France est un pays de flics,
à tous les coins d'rue y'en a 100,
pour faire règner l'ordre public
ils assassinent impunément.

Quand on exécute au mois d'mars,
de l'autr' côté des Pyrénées,
un arnachiste du Pays basque,
pour lui apprendre à s'révolter,
ils crient, ils pleurent et ils s'indignent
de cette immonde mise à mort,
mais ils oublient qu'la guillotine
chez nous aussi fonctionne encore.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
c'est pas c'qu'on fait d'mieux en c'moment,
et le roi des cons, sur son trône,
j'parierai pas qu'il est all'mand.

On leur a dit, au mois d'avril,
à la télé, dans les journaux,
de pas se découvrir d'un fil,
que l'printemps c'était pour bientôt,
les vieux principes du seizième siècle,
et les vieilles traditions débiles,
ils les appliquent tous à la lettre,
y m'font pitié ces imbéciles.

Ils se souviennent, au mois de mai,
d'un sang qui coula rouge et noir,
d'une révolution manquée
qui faillit renverser l'Histoire,
j'me souviens surtout d'ces moutons,
effrayés par la Liberté,
s'en allant voter par millions
pour l'ordre et la sécurité.

Ils commémorent au mois de juin
un débarquement d'Normandie,
ils pensent au brave soldat ricain
qu'est v'nu se faire tuer loin d'chez lui,
ils oublient qu'à l'abri des bombes,
les Francais criaient "Vive Pétain",
qu'ils étaient bien planqués à Londres,
qu'y avait pas beaucoup d'Jean Moulin.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
c'est pas la gloire, en vérité,
et le roi des cons, sur son trône,
me dites pas qu'il est portugais.

Ils font la fête au mois d'juillet,
en souv'nir d'une révolution,
qui n'a jamais éliminé
la misère et l'exploitation,
ils s'abreuvent de bals populaires,
d'feux d'artifice et de flonflons,
ils pensent oublier dans la bière
qu'ils sont gourvernés comme des pions.

Au mois d'août c'est la liberté,
après une longue année d'usine,
ils crient : "Vive les congés payés",
ils oublient un peu la machine,
en Espagne, en Grèce ou en France,
ils vont polluer toutes les plages,
et par leur unique présence,
abîmer tous les paysages.

Lorsqu'en septembre on assassine,
un peuple et une liberté,
au cœur de l'Amérique latine,
ils sont pas nombreux à gueuler,
un ambassadeur se ramène,
bras ouverts il est accueilli,
le fascisme c'est la gangrène
à Santiago comme à Paris.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
c'est vraiment pas une sinécure,
et le roi des cons, sur son trône,
il est français, ça j'en suis sûr.

Finies les vendanges en octobre,
le raisin fermente en tonneaux,
ils sont très fiers de leurs vignobles,
leurs "Côtes-du-Rhône" et leurs "Bordeaux",
ils exportent le sang de la terre
un peu partout à l'étranger,
leur pinard et leur camenbert
c'est leur seule gloire à ces tarrés.

En Novembre, au salon d'l'auto,
ils vont admirer par milliers
l'dernier modèle de chez Peugeot,
qu'ils pourront jamais se payer,
la bagnole, la télé, l'tiercé,
c'est l'opium du peuple de France,
lui supprimer c'est le tuer,
c'est une drogue à accoutumance.

En décembre c'est l'apothéose,
la grande bouffe et les p'tits cadeaux,
ils sont toujours aussi moroses,
mais y a d'la joie dans les ghettos,
la Terre peut s'arrêter d'tourner,
ils rat'ront pas leur réveillon;
moi j'voudrais tous les voir crever,
étouffés de dinde aux marrons.

Etre né sous l'signe de l'hexagone,
on peut pas dire qu'ca soit bandant
si l'roi des cons perdait son trône,
y aurait 50 millions de prétendants.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Renaud Séchan, le chanteur énervant   Dim 27 Mai - 12:48

Personnellement, je préfère "Elle était socialiste" ... (titre non garanti) ... Mais j'ai un mauvais fond droitiste ...

Dans un style très différent, il y a aussi "L'Opportuniste" de Dutronc ... J'aime aussi beaucoup ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Lorenzaccio
Pape à la Bolognaise à la Basilic Nota Bene
Pape à la Bolognaise à la Basilic Nota Bene
avatar

Masculin
Verseau Buffle
Nombre de messages : 2279
Age : 32
Localisation : Dans la lune, souvent...
Emploi : compteur de moutons
Loisirs : l'art du socque et du cothurne
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Renaud Séchan, le chanteur énervant   Dim 27 Mai - 13:07

La jeune fille du métro
(chanson populaire reprise par Renaud il y a quelque vingt ans...)

C'était une jeune fille simple et bonne
Qui demandait rien à personne
Un soir dans l'métro, y avait presse
Un jeune homme osa, je l'confesse
Lui passer la main... Sur les ch'veux
Comme elle était gentille, elle s'approcha un peu.

Mais comme a craignait pour ses robes
A ses attaques elle se dérobe
Sentant quelqu'chose qui la chatouille
Derrière son dos elle tripatouille
Et tombe sur une belle paire... De gants
Que l'jeune homme, à la main, tenait négligemment.

En voyant l'émoi d'la d'moiselle
Il s'approcha un p'tit peu d'elle
Et comme en chaque homme, tout de suite
S'éveille le démon qui l'habite
Le jeune lui sorti... Sa carte
Et lui dit "j'm'appelle Jules, et j'habite rue Descartes."

L'métro continue son voyage
Elle se dit "c'jeune homme n'est pas sage
Je sens quelque chose de pointu
Qui d'un air ferme et convaincu
Cherche à pénétrer... Dans mon cœur
Ah qu'il est doux d'aimer, quel frisson de bonheur."

Ainsi à Paris, quand on s'aime
On peut se le dire sans problème
Peu importe le véhicule
N'ayons pas peur du ridicule
Dites lui simplement... "Je t'en prie
Viens donc à la maison manger des spaghetti."
Very Happy
_________________
"Les pattes du canard sont courtes, il est vrai ; mais les allonger ne lui apporterait rien." (Tchouang-Tseu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mpeloso
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renaud Séchan, le chanteur énervant   

Revenir en haut Aller en bas

Renaud Séchan, le chanteur énervant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: INTERMEDE ARTISTIQUE, MUSICAL ... SAUPOUDRE DE POESIE :: Jazz, Rock, Pop & Toute Cette Sorte de Choses ... -