Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

(Dans le cadre de notre TM 2016) - Alejo Carpentier - Cuba

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Invité
Invité



MessageSujet: (Dans le cadre de notre TM 2016) - Alejo Carpentier - Cuba   Lun 5 Oct - 16:50

Je me demandais comment aborder le commentaire de ce livre, quand, en me promenant dans la campagne environnante j'ai croisé un renard.
Je l'ai regardé traverser le sentier puis se glisser dans les fourrés remplie d'admiration pour sa beauté, sa grâce, sa ruse ? et je me suis fait la réflexion, tout à coup, que ce renard, je le voyais avec les yeux de Jean de Lafontaine, à travers le regard des différents auteurs du Roman de Renart...Ce renard, je ne pouvais le voir qu'à travers le filtre de ma culture et soudain j'ai pensé à mon livre, à l'histoire de ce musicien qui quitte une grande ville pour se perdre dans la forêt amazonienne à la recherche d'instruments de musique primitifs, cet homme qui quitte une civilisation qu'il ne supporte plus, qui est devenue pour lui synonyme de matérialisme, d'artifice et d'hypocrisie (surtout en ce qui concerne les femmes d'ailleurs !) pour faire le choix de vivre au milieu d'un peuple qui, pour lui, a gardé son innocence originelle mais qu'il est incapable, en fait, de voir autrement qu'à travers le filtre de sa propre culture (comme moi avec mon renard...) qu'il plaque de façon quasiment systématique sur les êtres et les situations qu'il rencontre, le tout à l'aide de références culturelles nombreuses et variées qui m'ont souvent échappé je l'avoue (Alejo Carpentier est un écrivain érudit).

J'ai eu le sentiment que cet homme qui était passé à côté de sa femme et de sa maîtresse était également passé à côté de sa compagne rencontrée dans la jungle, de même que lui échappe ce nouveau monde dans lequel il pensait avoir trouvé un Eldorado. Son voyage totalement dénué d'intériorité ne peut pas aboutir : il est inutile de changer de lieu ou de personne si notre propre regard reste inchangé.

Après avoir eu quelques difficultés à entrer dans le livre, j'ai été happée par une écriture magnifique, d'une très grande poésie. C'est une lecture que je recommande et je vais lire d'autres livres de cet écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: (Dans le cadre de notre TM 2016) - Alejo Carpentier - Cuba   Lun 5 Oct - 17:34

C'est un écrivain dont je connais le nom mais sur lequel je ne me suis jamais penchée. En tous cas, ta fiche me fait ajouter un "pense-bête" à ma Piles de livres à lire - mais quand ... ?

Merci, Majeanne. Bouquet
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: (Dans le cadre de notre TM 2016) - Alejo Carpentier - Cuba   Mar 10 Mai - 18:26



El Reino de Este Mundo
Traduction : René L.-F. Durand


ISBN : 9782070372485

Extraits
Personnages


Paru en 1954, ce court roman d'Alejo Carpentier (qui avait du sang breton par son père) se lit sans aucune difficulté et ravirait sans nul doute les Sopo et CRAN de notre triste époque si l'auteur ne gardait pas ses distances par rapport à l'influence du sang blanc dans les veines des indigènes de Saint-Domingue et de Haïti.

Car le thème du roman, c'est bien sûr l'exploitation coloniale, par les Français, de l'île d'Hispaniola, découverte par Colomb et ses Espagnols. Au début, mis à part les natifs, l'île, qui ne formait alors qu'un seul territoire, constituait un excellent repaire pour les flibustiers et frères de la côte, qui y venaient aussi chasser le boeuf sauvage et se ravitailler. Tout cela dura à peu près jusqu'en 1700, date à laquelle les colons français obtinrent de désarmer les pirates. Leur rêve : développer une économie de plantation de canne à sucre et, en 1720, Saint-Domingue (ou Hispaniola, comme on voudra), francisation du nom espagnol de l'île, devient bel et bien le premier producteur de canne à sucre. Malheureusement, elle va devenir aussi, en très peu de temps, l'une des plaques tournantes de la traite occidentale des Noirs et de l'esclavage.

De nos jours, Hispaniola se compose de Saint-Domingue, à l'ouest de l'île, et de Haïti, à l'est. Deux républiques indépendantes et aussi tourmentées l'une que l'autre.

Carpentier en donne une image de la fin du XVIIIème siècle, alors que la tonitruante Révolution française pointe le bout de son nez  - révolution à laquelle d'ailleurs participera l'île. Ce sont des scènes, des images-choc (enfin, c'est ainsi que je l'ai perçu), sans véritable intrigue classique, le point important rejoignant le grand problème actuel qui agite Tahiti à chaque changement de gouvernement : celui des métis.

Maintenant que les Blancs se sont retirés, Haïti-St Domingue ont retrouvé leurs propriétaires légitimes : les Noirs. Seulement voilà, dès le XVIIIème siècle, les métis avaient commencé à prendre le dessus. Et nul n'ignore que l'on reproche suffisamment à une certaine "élite" métisse de confisquer tous les postes et de créer les dictatures comme celle de Duvalier.

Il eût été facile pour Carpentier d'accuser le sang blanc, mêlé au sang noir, d'être seul responsable des malheurs de St-Domingue et d'Haïti. Mais l'homme, qui n'était pas encore ministre plénipotentiaire de Cuba, était fin et, surtout, cherchait une explication qui fût à la fois le plus exacte possible et tînt compte de la réalité humaine, au-delà de la couleur de peau. S'il déplore le métissage, il en arrive très vite à la conclusion qu'une société multiculturelle est impossible sans celui-ci. Si c'est pour donner de tels résultats, autant rester avec des colons esclavagistes - et pourtant Dieu sait si ceux-ci n'étaient pas tendres avec leurs bétail humain.

Bref, c'est le serpent qui se mord la queue ...

Et quand la Révolution débarque à Hispaniola, eh ! bien, les métis se glissent tout simplement à la place des Blancs et ne sont guère plus miséricordieux envers les véritables autochtones. Dictature (déjà), émeutes, bains de sang ... et effondrement de la dictature qui sera remplacée par une autre ou par un autre régime guère plus mirobolant. Bref, les métis imitent en toute tranquillité les colons français (et anglais) et méprisent leurs frères dont un sang uniquement noir coule dans les veines.

Curieux, non ? ...

Mais, dans le fond, très humain. La fièvre du pouvoir, celle de l'or et celle de la corruption ne possèdent, pour leur part, aucune couleur de peau bien précise : elles sont universelles.

Prétendre que la corruption s'installe avec le Blanc ? C'est risqué et Carpentier n'a pas cette sottise. Les Blancs n'étaient pas tous des brutes et Carpentier le sait. Comme il sait que le maître du "Royaume de ce monde" - il faut lire l'exergue - n'est autre qu'un démiurge, génial sans doute mais que nous appelons aussi Satan. Le Seigneur de la Matière gouverne le Royaume de ce Monde : le Christ Lui-même l'a dit. Et le Diable peut se glisser sous n'importe quelle peau ...

"Le Royaume de Ce Monde" en est une preuve brillante, solidement argumentée, un peu trop fragmentée à mon goût, mais qui révèle un penseur et un écrivain sincères, qui fait son métier d'écrivain : chercher la Vérité sans céder à la facilité.

Signalons pour finir que viennent ensuite "Le Partage des Eaux" et enfin "Le Siècle des Lumières." Nous en reparlerons. Pour l'instant, jetez toujours un coup d'oeil sur "Le Royaume de Ce Monde" et, si vous en avez le temps, venez nous dire ce que vous en aurez pensé.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: (Dans le cadre de notre TM 2016) - Alejo Carpentier - Cuba   

Revenir en haut Aller en bas

(Dans le cadre de notre TM 2016) - Alejo Carpentier - Cuba

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature d'Amérique Centrale & d'Amérique du Sud -