Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Eugénie Grandet - Honoré de Balzac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Eugénie Grandet - Honoré de Balzac   Ven 9 Oct - 18:25



Introduction, notes, commentaires et dossier : Martine Reid

ISBN : 9782253003861

Notre Opinion
Personnages



Nous L'Avons Relu


Citation :
[...] ... - "Ce n'est pas un homme de Saumur qui frappe ainsi," dit le notaire.

- Peut-on cogner comme ça," dit Nanon. "Veulent-ils casser notre porte ?

- Quel diable est-ce ?" s'écria Grandet.

Nanon prit une des deux chandelles, et alla ouvrir, accompagnée de Grandet.

- "Grandet, Grandet," s'écria sa femme qui poussée par un vague sentiment de peur s'élança vers la porte.

Tous les joueurs se regardèrent.

- "Si nous y allions," dit M. des Grassins. "Ce coup de marteau me paraît malveillant."

A peine fut-il permis à M. de Grassins d'apercevoir la figure d'un jeune homme accompagné du Facteur des Messageries [= Messageries Royales dont l'Etat gardera le monopole jusqu'en 1826], qui portait des malles énormes et traînait des sacs de nuit [= anciennement, sacs de voyage]. Grandet se retourna brusquement vers sa femme et lui dit : "Madame Grandet, allez à votre loto. Laissez-moi m'entendre avec monsieur." Puis il tira vivement la porte de la salle, où les joueurs agités reprirent leur place, mais sans continuer le jeu.

- "Est-ce quelqu'un de Saumur, M. des Grassins ?" lui dit sa femme.

- Non, c'est un voyageur.

- Il ne peut venir que de Paris. En effet," dit le notaire en tirant sa vieille montre épaisse de deux doigts et qui ressemblait à un vaisseau hollandais, "il est neuffe-s-heures. Peste, la diligence du Grand Bureau n'est jamais en retard.

- Et ce monsieur est-il jeune ?" demanda l'abbé Cruchot.

- Oui," répondit M. des Grassins."Il apporte des paquets qui doivent peser au moins trois cents kilos.

- Nanon ne revient pas," dit Eugénie.

- Ce ne peut être qu'un de vos parents," dit le président.

- Faisons les mises," s'écria doucement madame Grandet. "A sa voix, j'ai vu que monsieur Grandet était contrarié, peut-être ne serait-il pas content de s'apercevoir que nous parlons de ses affaires." (...) ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]


Dernière édition par Masques de Venise le Sam 10 Oct - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Eugénie Grandet - Honoré de Balzac   Ven 9 Oct - 18:57

Citation :
[...] ... M. Bergerin, le plus célèbre médecin de Saumur, arriva bientôt. La consultation finie, il déclara positivement à Grandet que sa femme était bien mal mais qu'un grand calme d'esprit, un régime doux [= régime à basse de laitages] et des soins minutieux pourraient reculer l'époque de sa mort vers la fin de l'automne.

- "Ca coûtera-t-il cher ?" dit le bonhomme, "faut-il des drogues ?

- Peu de drogues mais beaucoup de soins," répondit le médecin qui ne put retenir un sourire.

- Enfin, M. Bergerin," répondit Grandet, "vous êtes un homme d'honneur, pas vrai ? Je me fie à vous. Venez voir ma femme toutes et quantes fois vous le jugerez convenable. Conservez-moi ma bonne femme : je l'aime beaucoup, voyez-vous, sans que ça paraisse parce que, chez moi, tout se passe en dedans et me trifouille l'âme. J'ai du chagrin. Le chagrin est entré chez moi avec la mort de mon frère pour lequel je dépense à Paris des sommes ... les yeux de la tête, enfin ! et ça ne finit point. Adieu, monsieur, si l'on peut sauver ma femme, sauvez-la, quand bien même il faudrait dépenser pour ça cent ou deux-cents francs."


Malgré les soins fervents que Grandet faisait pour la santé de sa femme, dont la succession ouverte était une première mort pour lui : malgré la complaisance qu'il manifestait en toute occasion pour les volontés de la mère et la fille étonnées ; malgré les soins les plus tendres prodigués par Eugénie, madame Grandet marcha rapidement vers la mort. Chaque jour elle s'affaiblissait et dépérissait comme dépérissent la plupart des femmes, atteintes, à cet âge, par la maladie. Elle était frêle autant que les feuilles des arbres en automne. Les rayons du soleil la faisaient resplendir comme ces feuilles que le soleil traverse et dore. Ce fut une mort digne de sa vie, une mort toute chrétienne ; n'est-ce pas dire sublime ? Au mois d'octobre 1822 éclatèrent particulièrement ses vertus, sa patience d'ange et son amour pour sa fille ; elle s'éteignit sans avoir laissé échapper la moindre plainte. Agneau sans tache, elle allait au ciel et ne regrettait ici-bas que la douce compagne de sa froide vie, à laquelle ses derniers regards semblaient prédire mille mots. Elle tremblait de laisser cette brebis, blanche comme elle, seule au milieu d'un monde égoïste qui voulait lui arracher sa toison, ses trésors. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Eugénie Grandet - Honoré de Balzac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -