Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Pauvres Gens - Fedor Dostoievski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Pauvres Gens - Fedor Dostoievski   Jeu 31 Déc - 12:29



Бедные люди
Traduction : Sylvie Luneau
Préface : Richard Millet


ISBN : 9782070428816

Notre Opinion
Personnages


L'incipit :

Citation :
[...] ... 8 avril

Inestimable Varvara Alexieievna,

Hier, j'ai été heureux, excessivement heureux, on ne peut plus heureux ! Vous m'aurez écoutée au moins une fois dans votre vie, entêtée. Vers huit heures du soir, je me réveille (vous savez, mon amie, que j'aime faire un somme une petite couple d'heures après mon travail), je prends ma bougie, dispose mes papiers, taille ma plume ; soudain, par hasard, je lève les yeux : vrai, mon coeur n'a fait qu'un bond ! Vous avez donc compris ce que mon coeur voulait, ce que mon coeur désirait ! Je vois le coin de votre rideau replié et attaché au pot de balsamines exactement de la façon que je vous avais suggérée l'autre jour ; aussitôt, il m'a semblé que votre visage se montrait à la fenêtre, que vous me regardiez, de votre chambrette, que vous pensiez à moi. Et combien j'ai regretté, ma chère, de n'avoir pu distinguer nettement votre gracieux minois ! Il fut un temps où nous avions de bons yeux. Vieillesse n'est pas liesse, mon amie. Maintenant, sans cesse, je vois trouble ; il suffit que je travaille un peu le soir, que j'écrive quelques lignes, le matin, j'ai les yeux rouges, je pleure, au point que j'en ai honte devant des étrangers. Malgré cela, mon imagination a été illuminée par votre sourire, mon ange, par votre bon, votre aimable sourire ; et mon coeur a ressenti la même émotion que le jour où je vous ai embrassée, Varinka [= diminutif de Varvara], vous en souvenez-vous, mon petit ange ? Savez-vous que j'ai même cru vous voir me menacer du doigt ? N'est-ce pas, gamine ? Racontez-moi tout cela sans faute en détail dans votre lettre.

Bon, et notre petite idée pour votre rideau, Varinka ? Exquise, n'est-il pas vrai ? Je m'assois pour travailler, je me couche, je me réveille et je sais tout de suite que là-bas vous pensez à moi, gardez mon souvenir, que vous êtes gaie, bien portante. Baissez-vous votre rideau, cela signifie : "Bonsoir, Macaire Alexeïevitch, il est temps de dormir !" Le relevez-vous ? "Bonjour, Macaire Alexeievitch, avez-vous passé une bonne nuit ?" ou bien : "Comment vous portez-vous, Macaire Alexeievitch ? Pour moi, grâce au Créateur, je suis à l'aise et en bonne santé !" Voyez-vous, mon âme, combien l'invention est commode ; il n'est même plus besoin d'écrire ! Ingénieux, n'est-ce pas ? Et c'est de mon cru ! Ne suis-je pas à la hauteur dans ces situations-là ? ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 59664
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Les Pauvres Gens - Fedor Dostoievski   Jeu 31 Déc - 13:02

Citation :
[...] ... 4 août

Cher Macaire Alexeievitch,

Pour l'amour de Dieu, empruntez un peu d'argent aussi vite que vous le pourrez ; pour rien au monde je ne vous aurais demandé votre aide dans les circonstances actuelles, mais si vous saviez dans quelle situation je me trouve ! Il nous est absolument impossible de rester dans cet appartement. J'ai eu de très graves ennuis, si vous saviez dans quel désarroi et quel trouble je suis ! Figurez-vous, mon ami, que ce matin entre chez nous un monsieur inconnu, d'un certain âge, presque un vieillard, portant des décorations. J'étais stupéfaite, ne comprenant pas ce qu'il nous voulait. Fedora était sortie faire une course. Il s'est mis à me poser des questions sur la façon dont je vivais, sur ce que je faisais, et sans attendre la réponse, il m'a dit qu'il était l'oncle de cet officier ; qu'il en voulait beaucoup à son neveu de sa mauvaise conduite et parce qu'il nous avait diffamés dans toutes la maison ; il a dit que son neveu était un gamin et un hurluberlu et qu'il était disposé à me prendre sous sa protection ; il m'a conseillé de ne pas écouter les jeunes gens, ajoutant qu'il compatissait à mon sort comme un père, qu'il nourrissait à mon égard des sentiments paternels et qu'il était prêt à m'aider à tout point de vue. Je suis devenue toute rouge et je ne savais que penser, mais je ne me suis pas dépêchée de le remercier. Il m'a pris la main malgré moi, m'a donné de petites tapes sur la joue, a dit que j'étais très jolie et qu'il était enchantée que j'aie des fossettes aux joues (Dieu sait ce qu'il disait !) Enfin, il a voulu m'embrasser, en disant qu'il était déjà un vieillard (il était tellement dégoûtant !) A ce moment-là, Fedora est rentrée. Il a été un peu confus et a recommencé à dire qu'il m'estimait pour ma modestie et mes bonnes moeurs et qu'il désirait beaucoup que je ne le fuie pas. Ensuite il a appelé Fedora à l'écart et a voulu sous un prétexte quelconque lui donner de l'argent. Bien entendu, Fedora a refusé. Enfin, au moment de s'en retourner, il a renouvelé encore ses protestations en disant qu'il reviendrait me porter des boucles d'oreilles (il semblait lui-même fort gêné) ; il m'a conseillé un joli petit appartement qu'il avait en vue et qui ne me coûterait rien ; il a assuré qu'il s'était pris d'une grande affection pour moi parce que j'étais une jeune fille honnête et raisonnable, il m'a dit de me défier de la jeunesse débauchée et finalement il m'a annoncé qu'il connaissait Anna Fedorovna [= la logeuse] et que celle-ci l'avait chargé de me dire qu'elle viendrait elle-même me rendre visite. Alors. j'ai tout compris. Je ne sais ce qui m'a pris, c'était la première fois de ma vie que je me trouvais dans une pareille situation. Fedora m'a prêté main forte et l'a presque expulsé de l'appartement. Nous en avons conclu que tout cela était l'oeuvre d'Anna Fedorovna : autrement, comment aurait-il appris notre existence ?" ... [,,,]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Les Pauvres Gens - Fedor Dostoievski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -