Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Elisabeth Badinter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
rotko
Invité



MessageSujet: Elisabeth Badinter   Mar 14 Juin - 11:40

Elisabeth Badinter, XY de l'identité masculine, Odile Jacob 1992

Etre un homme authentique !

Devant les assauts des féministes et l'évolution de la société, l'identité masculine, bousculée, nécessite l'examen. E.Badinter commence avec ce livre une interrogation qu'elle poursuit avec d'autres ouvrages, autant dire une lecture enrichissante.
Traditionnellement on définit le garçon par des qualités négatives, comme le refus d'être un bébé, la séparation d'avec le monde féminin, et des critères sexuels bien sûr : il faut "en avoir" pour "être" un homme, un "vrai de vrai".
Mention des données biologiques et de l'évolution des chromosomes X et Y, étude des rites initiatiques de passage à l'âge adulte, brefs exposés des théories en vigueur sur les rôles respectifs du père et de la mère dans l'éducation, la philosophe examine ces domaines avec précision et clarté.
En résulte un livre qui permet à chacun de faire le point, sur lui-même et son héritage culturel. Les écrivains et les oeuvres sont vus sous un nouvel éclairage : on parle aussi bien de Philip Roth et d'Henry James que de films comme Terminator ! on apprend aussi que "La promenade au phare" étudiée par Bourdieu réserve des surprises.
Voilà donc un livre stimulant pour la réflexion ! il s'adresse aux esprits curieux comme aux mères et aux pères (!) soucieux d'assurer le bonheur de leur progéniture, et la sérénité de leur couple. Des enjeux importants, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8829
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter   Mar 2 Juil - 20:23

D'Elisabeth Badinter j'ai lu, "l'amour en plus" un livre qui pose la question de l'amour maternel inné ? acquis ? au fil des siècles;
Autant dire qu'à l'époque, le livre n'était pas passé inaperçu et avait soulevé des controverses .....
Elisabeth Badinter soutient ( en examinant les modes d'éducation des enfants, les coûtumes à leur sujet au fil des siècles) que l'amour maternel n'est peut-être pas si absolu et si inné que ça, et qu'il est le reflet des mentalités collectives de l'époque où l'on vit = il y a les époques, où, même les moins riches mettent leur enfant en nourrice, l'époque, où on se préoccupe de l'enfant comme un futur adulte, etc;
Et finalement, on découvre ( avec un certain scandale) que les enfants n'ont pas toujours eu la place privilégiée qui est le leur aujourd'hui;
C'est un livre intéressant, qui se lit avec plus de profit si l'on peut mettre en confrontation avec les exemples qu'elle prend d'autres "témoignages involontaires" dans par exemple, la littérature;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Elisabeth
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
Ecrivain Néophyte de Polars Bizarres
avatar

Féminin
Vierge Dragon
Nombre de messages : 8829
Age : 66
Localisation : BRUGUIERES
Emploi : Professeur
Loisirs : lecture cinéma peinture cuisine jardinage déco home
Date d'inscription : 05/05/2013

MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter   Mer 15 Jan - 15:32

"L"amour en plus" s'est beaucoup inspiré de Philippe Ariès " L'enfant sous la révolution" ; alors que le propos d'Ariès était plutôt historique, l'histoire des mentalités collectives, Badinter qui est philosophe de formation, pose en problématique plus "philosophique" celle de l'inné et de l'acquis";
Sa thèse penche vers l'acquis; ce qui semble excessif;
Elle multiplie les exemples, puisés dans les biographies et les travaux d'historiens, pour suivre le comportement collectif envers les enfants;
Ce qui, en creux pose évidemment d'autres questions;
Dans quelle mesure peut-on juger un comportement individuel influencé - sans s'en rendre compte- par un comportement collectif; ou, si l'on préfère, comment des sociétés où la vie était si différente de la nôtre, peuvent-elles être jugées sur leur comportement à l'égard des enfants ?
Car, il y a, malgré tout, au long des siècles un "amour de l'enfant" indéniable, surtout de la part des mères; et le "sentiment maternel" ne peut être historiquement circonscrit à la période moderne; ce n'est pas parce que l'on place l'enfant en nourrice que l'on ne l'aime pas; on l'aime différemment, c'est tout; d'abord; ensuite, nous avons d'innombrables témoignages involontaire de cet "amour maternel" différent, peut-être, mais réel;
La différence suit l'évolution des connaissances en pédiatrie et psychologie pédiatrique, et ne doit pas condamner les mères;
Enfin, on ne doit pas se contenter d'une analyse comparative "diachronique" ( à travers les siècles) mais procéder aussi à des comparaisons synchroniques = de nos jours, les mères ont aussi, de l'une a l'autre des "amours maternels" très différents;
Donc un livre intéressant, mais par moments un peu sujet à caution;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elisabeth Badinter   

Revenir en haut Aller en bas

Elisabeth Badinter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -