Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Andreï Kourkov (Ukraine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Lisia
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Nombre de messages : 1223
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Andreï Kourkov (Ukraine)   Dim 26 Nov - 15:36

Le pingouin

Mi-thriller, mi-fable loufoque, il s'agit d'un roman dans lequel le héros, Micha, est un pingouin dépressif, recueilli par Victor, dans son appartement, lorsque le zoo de Kiev a du se débarrasser des petits animaux qu’il ne pouvait plus nourrir.

Victor est journaliste, il écrit des nécrologies, pour un quotidien de Kiev, sur des personnalités encore en vie. Il ne pose pas de questions à son rédacteur en chef sur l'utilité de ses écrits, même lorsqu’il s’aperçoit que ces personnalités se mettent à mourir, de plus en plus nombreuses, victimes vraisemblablement de règlements de compte dans un pays où désormais domine la mafia.

Le pingouin est une métaphore, censé représenter l’ukrainien de l’après collectivisme, qui a longtemps vécu passif en « troupeau », et s’est trouvé livré à lui-même et déboussolé après l’indépendance.
Interview de Kourkov dans le Magazine Lire : « Un pingouin seul est totalement désorienté. Il ne sait plus quoi faire, ni où aller. Après la chute du communisme, chaque ex-soviétique a dû apprendre l'indépendance, ce qui a été catastrophique pour une grande majorité d'entre eux. »

Un livre trop surréaliste et absurde à mon goût, avec des longueurs. Cependant certaines critiques comparent Kourkov à Boris Vian et Gogol…

Une suite est parue en 2002 : Les pingouins n'ont jamais froid.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzaccio
Pape à la Bolognaise à la Basilic Nota Bene
Pape à la Bolognaise à la Basilic Nota Bene
avatar

Masculin
Verseau Buffle
Nombre de messages : 2279
Age : 32
Localisation : Dans la lune, souvent...
Emploi : compteur de moutons
Loisirs : l'art du socque et du cothurne
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: Andreï Kourkov (Ukraine)   Dim 26 Nov - 15:53

J'aime l'absurde et le surréalisme, et j'adore Boris Vian... et les pingouins.
Je prends note ! je n'ai jamais lu de littérature russe, je vais m'y mettre ! (dès que j'aurai du temps.. et de l'argent.. éhéh !)
_________________
"Les pattes du canard sont courtes, il est vrai ; mais les allonger ne lui apporterait rien." (Tchouang-Tseu)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/mpeloso
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Le Pingouin   Jeu 7 Déc - 14:42



ISBN : 978-2867467677

Je l'ai trouvé extraordinaire, ce livre, Lisia. Un style simple, qui va son petit bonhomme de chemin un peu comme Micha le Pingouin qui, se promenant de ci, delà, dans l'appartement de Viktor Zolotarev, évoque en effet tous ces gens de l'Est qui, du jour au lendemain, se sont retrouvés déboussolés après la chute du Mur.

J'en suis encore à me demander comment cela se fait que le lecteur puisse autant s'attacher au héros et aux autres : Micha d'abord (je veux absolument savoir ce qu'il devient, pauvre petit dépressif à qui on vient de greffer un coeur d'enfant parce que, en plus, il souffrait d'un problème cardio-vasculaire) mais aussi Viktor, Sonia, la fille de Micha ("pas le pingouin, l'autre ..."), Nina ...

Parce que le style, je le répète, est très simple, presque minimaliste. Pourtant, en partant d'une prose et d'événements solidement ancrés dans une réalité qui, pour être le quotidien des Ukrainiens, n'en paraît pas moins avoir basculé dans le chaos, Kourkov parvient à créer un roman d'une poésie extraordinaire. J'en redemande ! :smokingbanana:
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Sam 5 Déc - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
André B.
Trésorier du Grand Ordre de Nota Bene
Trésorier du Grand Ordre de Nota Bene
avatar

Nombre de messages : 4025
Date d'inscription : 10/05/2005

MessageSujet: Re: Andreï Kourkov (Ukraine)   Jeu 7 Déc - 22:56

Lorenzaccio a écrit:
J'aime l'absurde et le surréalisme, et j'adore Boris Vian... et les pingouins.

Ce sont des cousins à toi, canard !
_________________
Je ne suis qu'à moitié idiot et j'ai le vice de la tolérance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Andreï Kourkov (Ukraine)   Mer 27 Déc - 20:35

Ca y est ! On m'a offert la suite du "Pingouin" : "Les Pingouins n'ont jamais froid." drunken
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Andreï Kourkov (Ukraine)   Sam 6 Jan - 18:15



Le lecteur qui avait laissé Viktor (Vitia) Zolotarev s'embarquant pour l'Antarctique à la place de son pingouin Micha - de son manchot, pour être exact - parce qu'il était poursuivi par une bande de malfrats, assiste à son retour à Kiev, muni d'une commission importante et d'une carte de crédit que lui a confiées un banquier rencontré sur le navire polaire.

Quand il téléphone à son appartement, c'est pour apprendre, par l'entremise de la petite Sonia - laquelle voit la chose d'un mauvais oeil - que Nina s'est mise en ménage avec un parfait abruti. Et le médecin qui a opéré Micha a une nouvelle encore plus mauvaise à lui apprendre : suite à l'un de ces concours de circonstances à la fois farfelu et très logique qu'affectionne l'auteur, le pingouin a été emporté par l'un des créanciers du "bienfaiteur" qui avait fourni l'argent pour l'opération.

A partir de là, Viktor n'aura de cesse de récupérer Micha. Pour ce faire, il n'hésitera pas à se vendre comme "esclave" en Tchétchénie et à y affronter le redoutable Khatchaïev. Mais c'est en définitive grâce à l'aide de ce dernier que Viktor comme Micha - mais à quinze jours d'intervalle l'un de l'autre - parviendront à rentrer en Russie.


Cette suite du "Pingouin" n'est pas d'un comique aussi absurde que le premier volume. Sous le sourire et la gaieté dont Kourkov ne se départ jamais, se dévoile une Russie où la pègre s'allie impunément à l'Etat pour remporter les élections et où l'on peut regretter non pas l'URSS mais l'ordre relatif qu'elle avait instauré. La guerre en Tchétchénie est traitée avec pudeur mais sans complaisance et Kourkov renvoie les combattants dos à dos, raillant au passage l'orgueil insensé des rebelles Tchétchènes. Bref, la Russie de Kourkov est une jungle où il faut savoir fermer les yeux si l'on veut survivre.

A la fin du roman, Viktor quitte Kiev, laissant cette fois-ci Nina et Sonia à la charge de son ami Liocha mais dans son appartement. Mais Micha l'accompagne et l'épilogue voit enfin le pauvre manchot rejoindre l'Antarctique. Une fin douce-amère car de Viktor ou du lecteur ayant suivi ses aventures, qui pourra dire qui s'était le plus attaché à ce curieux compagnon, muet certes mais dont les yeux parlaient si bien ? ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Andreï Kourkov (Ukraine)   Jeu 16 Fév - 18:42

23 avril 1961, Boudougochtch - Oblast de Leningrad / Actuelle Saint-Pétersbourg (URSS / Actuelle Russie) : naissance d'Andreï Iouriévitch Kourkov - en ukrainien : Андрій Юрійович Курков et en russe : Андре́й Ю́рьевич Курко́в - dit Andreï Kourkov, romancier.

Fils d'un pilote d'essai et d'un médecin, l'enfant grandit et fait ses études à Kiev, dans l'Ukraine alors annexée à la Russie soviétique. Il commence à écrire à l'âge de sept ans, après la mort de ses trois hamsters. Il leur dédie un poème évoquant la solitude du hamster survivant - il y en avait un quatrième. Résultat d'une bonne éducation soviétique, il rédige aussi un texte sur Lénine.

Particulièrement doué pour les langues, le jeune homme en parle au moins sept, dont le japonais. Du coup, durant son service militaire, le KGB réclame ses services de traducteur. Mais Kourkov fait tout son possible pour obtenir plutôt une mutation au sein de la police militaire. Ce qui lui permet d'ailleurs de bénéficier d'une plus grande liberté durant cette période obligée de son parcours de citoyen soviétique. Il sera notamment gardien dans une prison d'Odessa. Pour éclairer son existence, il écrit alors des textes qui deviendront plus tard des romans pour la jeunesse.

Le premier roman d'Andreï Kourkov sort deux semaines après l'effondrement de l'URSS et c'est dans le climat de grande agitation sociale et politique qui s'ensuit qu'il fait ses premiers pas d'auteur auto-édité. Grâce à l'aide financière de quelques amis, il devient éditeur indépendant et, tout en organisant un circuit de distribution en Ukraine, il vend également des exemplaires sur des étals ambulants.

Il convient de préciser que, comme beaucoup d'écrivains à succès, Kourkov devait rencontrer beaucoup de difficultés dans l'établissement de son premier contrat. Toujours plein d'humour, il affirme imperturbablement avoir été refusé par ... cinq cents éditeurs avant que le cinq-cent-unième, plus clairvoyant sans doute, ne se décide à accepter son manuscrit. Mais, le temps que cela arrive, ajoute l'écrivain, il avait écrit pratiquement huit romans complets.

Aujourd'hui, Andreï Kourkov est l'une des figures incontournables de la littérature ukrainienne et son nom figure souvent sur les listes des succès de librairie. Signalons qu'il écrit en russe.

En Europe, il s'est fait connaître avec "Смерть постороннего / Le Pingouin" dont le héros, un journaliste en mal d'argent, accepte d'écrire la nécrologie de personnes encore vivantes. Viktor Zolotarev - c'est le nom de notre héros - va en outre se retrouver chargé de la garde d'un pingouin qu'il finira par surnommer Micha. Le tout sur fond de mafia et de trafics divers.

Parmi les autres romans de Kourkov, on citera encore "Закон улитки / Les Pingouins n'ont jamais froid", "Милый друг, товарищ покойника / L'Ami du Défunt" dont le héros engage un tueur à gages pour le tuer (!!!) ou encore "Ночной молочник / Laitier de Nuit."
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/



Dernière édition par Masques de Venise le Sam 21 Avr - 14:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 62501
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Laitier de Nuit   Jeu 23 Fév - 12:14



Ночной молочник
Traduction : Paul Lequesne

Extraits

Personnages

Se risquer dans le monde d'Andreï Kourkov, c'est un peu comme si, dans une impulsion similaire à celle d'Alice, on suivait le fameux Lapin blanc s'engouffrant en quatrième vitesse dans son terrier magique. Bien sûr, l'univers dépeint par l'écrivain ukrainien n'a pas, en apparence, grand chose à voir avec celui de Lewis Carroll. Mais ce n'est là, répétons-le, qu'apparence.

Insoucieux d'un monde victorien qu'il n'appréciait pas particulièrement, un monde plein d'interdits et de non-dits, l'Anglais rêveur, qui ne trouvait d'autre exutoire que dans l'absolu des mathématiques, a façonné de toutes pièces un récit hautement onirique et poétique, peuplé de petites filles désobéissantes et aventureuses, d'adultes complètement à la masse ou alors tournés en ridicule et de créatures fantasmagoriques issus des comptines de la nursery ou, tel l'inoubliable Jabberwock, de son propre imaginaire échevelé. Chez Carroll, la Reine de Coeur, devant qui tout le monde tremble et pourtant à qui tout le monde désobéit, ne rêve que de couper les têtes, y compris celle d'une enfant comme Alice, tandis que, derrière le Miroir, les Reines rouge et blanche se révèlent infiniment poseuses et superficielles. Bref, si le rêve est bien là, il peut très vite virer au cauchemar - ce qu'ont très bien compris les créateurs du jeu vidéo "Alice Madness Return" par exemple ou un créateur de génie comme Tim Burton.

Chez Kourkov, né un siècle et près de trente ans plus tard que Carroll, non dans un Empire monarchiste en plein essor mais dans un empire communiste et athée déjà sur le déclin, le choix pour l'écrivain reste le même : ou bien un récit réaliste où la tragédie l'emportera, ou bien un récit louchant fortement vers l'onirisme sans gommer pour autant les ombres du paysage, et usant en outre des ficelles léguées à l'imagination par le développement antérieur de mouvements littéraires et poétiques comme le surréalisme. Les motivations aussi sont les mêmes : échapper à un univers oppressant, le recréer en dénonçant par l'excès tout ce qui, dans ce monde imposé, va de travers.

Si la mélancolie slave affecte - ou rehausse, c'est selon - le binôme du "Pingouin", Kourkov la laisse carrément tomber dans "Laitier de Nuit". Il faut dire qu'il a changé d'animal-héros puisqu'il a choisi pour ce livre un chat de gouttière dénommé Mourik (un clin d'oeil au célébrissime Chat du Cheshire ? ) qu'il pousse même la malice jusqu'à doubler pour les besoins de l'intrigue. Or, le symbolisme du chat est évidemment bien différent de celui du pingouin : plus riche pour nos contrées que la banquise ne recouvre pas encore et aussi plus mystérieux, pour ne pas dire plus occulte.

Pour les amoureux des chats - dont je suis - je précise que, en dépit de ce que le lecteur (et le maître de Mourik lui-même) en pensent à certains moments délicats de l'histoire, il n'arrive absolument rien à Mourik et à son acolyte, que l'on retrouve tous les deux en excellente forme à la fin du roman, en train de se partager de l'esturgeon. Toutes les morts enregistrée dans "Laitier de nuit" ne concernent que cette espèce irrémédiablement vouée au Mal et à l'Incohérence, la seule capable de tuer pour le plaisir ou pour l'argent : la race humaine. Car un doute demeure sur le sort réservé au chien-pisteur du maître-chien Dima, porté disparu corps et bien à un certain moment mais sur l'heureuse survie duquel on peut s'interroger.

Quant à l'histoire elle-même ...

En gros, sachez que Dima et deux bagagistes de l'aéroport de Kiev repèrent une valise contenant sans doute de la drogue. Dans l'espoir de se faire un peu d'argent - les salaires en Ukraine ne sont pas des plus élevés - ils escamotent donc la petite valise noire qui, ouverte, révèle toute une collection d'ampoules recelant non de la poudre mais un liquide. Invité à absorber le contenu de l'une des ampoules, Mourik, le chat bien-aimé de Dima et de son épouse, décède. En tous cas, il ne respire plus et son coeur ne bat plus. Afin de ne pas faire de peine à sa femme, Dima se débarrasse comme il peut du cadavre de son chat. Et, le chagrin de son épouse ne se calmant pas, il se procure même une sorte de jumeau de Mourik. Sa femme, Valia, tombe dans le piège et est toute heureuse d'avoir retrouvé son Mourik. Seulement, au bout de quelques semaines, retour du vrai Mourik à la porte de le maison. Maigre, affamé, pelé et suffisamment plein de courage pour se jeter sur le pittbull que le voisin aime à expédier faire ses besoins dans le jardin de Dima. Pas de doute : c'est bien Mourik, revenu d'entre les morts. Mais est-il vraiment mort ce jour-là, après avoir bu la drogue inconnue ? ...

A cette intrigue centrale déjà plutôt délirante, s'ajoutent les mésaventures d'Irina, fille-mère qui vend son trop-plein de lait maternel à un mystérieux organisme de Kiev, les interrogations perplexes d'un garde du corps convaincu de somnambulisme et les allées et venues très agitées de la veuve d'un pharmacien qui tient à conserver le cadavre de son mari, momifié, dans son salon. (Précisons que le pharmacien travaillait, pour le compte de mystérieux commanditaires, sur toutes sortes d'expériences, dont la création d'une drogue destinée à rendre - peut-être - plus courageux.) Le tout avance, recule, s'entremêle, comme dans une espèce de polka frappée de folie mais le lecteur, bien loin de juger l'ensemble impossible ou lassant, se cramponne et veut à tous prix savoir où et comment tous ces agités finiront par trouver la clef de leurs interrogations et, pour certains, de leurs actes.

L'humour, un humour jubilatoire et chaleureux, domine l'intégralité du récit, même dans ses instants les plus sombres ou les plus périlleux - réponse de Kourkov à la maléfique Reine de Coeur de Carroll. Pour vous glisser plus ou moins timidement dans l'univers d'Andreï Kourkov, "Laitier de Nuit" constitue une porte d'entrée de première qualité. Ce n'est peut-être pas un "grand" roman mais, dans sa folie apparente et avec sa tendresse ironique, il témoigne bien des problèmes rencontrés par la société ukrainienne après l'effondrement de l'URSS et de sa tentative pour survivre, vaille que vaille. Car, sous la loufoquerie de l'histoire, courent toujours des hommes de main capables d'intimider, voire de liquider un tel ou un tel pour de l'argent. A l'ombre du totalitarisme déchu, dont l'énorme statue déboulonnée traîne encore à terre, fleurissent non pas une mais plusieurs organisations mafieuses, auxquelles les politiciens eux-mêmes sont susceptibles d'appartenir ...

"Laitier de Nuit" : un très agréable moment de lecture. A renouveler avec d'autres romans de son auteur, Andreï Kourkov.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron


Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. 
Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. 
Pierre Desproges

https://www.notabeneculturelitteraire.com/

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Andreï Kourkov (Ukraine)   

Revenir en haut Aller en bas

Andreï Kourkov (Ukraine)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: MODESTE PANORAMA DE LA LITTERATURE :: Littérature d'Europe Orientale (sauf Russie) -