Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Buster
Spécialistes ès aéroports
Spécialistes ès aéroports
avatar

Taureau Tigre
Nombre de messages : 544
Age : 32
Localisation : Finistère
Emploi : Etude de langues, très intéressant!
Loisirs : dessin, lecture, cinéma, sorties, musées, voyages, et bien sûr aller de l'avant!
Date d'inscription : 06/04/2006

MessageSujet: L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.   Sam 2 Avr - 13:27

Je souhaiterais parler d'une culture insolite, les Amish, car je viens de lire un livre très intéressant qui s'intitule "L'Enigme Amish, vivre au XXIème Siècle tout en vivant comme au XVIIème Siècle" de Jacques Légeret, qui est un journaliste suisse.

Les communautés Amish sont nées au XVIème siècle. ils trouvenet leurs racines dans des communautés anabaptistes installées dans le canton de Berne en Suisse. Mais comme l'anabaptisme pose problème aux autorités, en pensant que les enfants non baptisées peuvent être sauvés, le 4 Janvier 1528, l'Edit de Spire l'interdit. les anabaptistes continuent cependant de vivre dans des régions rurales dans lesquels ils entretiennent non seulement des relations de bon voisinage, mais aussi y sont renforcés par des abus du patriarcat bernois. Cela provoque un exode de certains paysans mécontents de l'Eglise réformée officielle vers ses groupes dissidents pratiquant les valeurs évangélisuqes et menant une vie simple.

La violence de la répression menée par les autorités bernoises, qui écrasent deux révoltes paysannes au cours du XVIIème siècle conduit divers groupes à émigrer notamment vers Montbéliard et l'Alsace. A commencer par les territoires qui accueillent volontiers les migrants à des fins de repeuplement après la tragédie de la guerre de Trente Ans. Certains ne sont pas sélectifs sur les affiliations religieuses et les mennonite s'y regroupent en petites communautés; c'est le cas notamment du Palatinat et des territoires appartenant au seigneur de Ribeaupierre, où se trouve une partie de Sainte-Marie-aux Mines. La présence des anabaptistes en Alsace est attestée notamment par le « synode » d'Ohnenheim du 4 février 1660; dans ce petit village alsacien, les représentants de toutes les communautés anabaptistes d'Alsace, dont de nombreux Suisses récemment immigrés ratifient, sous la présidence de Jean-Paul Oser la Convention de foi commune à tous les Anabaptistes. Cette confession de foi, dont le texte remonte à 1632, est toujours en vigueur actuellement dans les communautés Amish américaines.

Le schisme amish se déclenche à partir de 1693, soit un siècle et demie plus tard. Le pasteur anabaptiste de Sainte-marie-aux Mines, nommé Jacob Amman (1645-1730) provoque un débat avec l'ensemble des communautés y compris celles restées implantées dans des régions reculées de l'Oberland bernois et de la vallée de l'Emmental. Il a plusieurs inquiétudes sur le relâchement doctrinal, ainsi que sur le manque de rigueur dans la discipline qu'il croit notamment observer dans les communautés suisses. Il faut dire que celles-ci vivent toujours sous la persécution, ne devant leur survie dans ces régions isolées qu'à la bienveillance et au respect de leurs voisins, alors que les Alsaciens bénéficient d'une tolérance totale. Les six points d'opposition sont :
                        -la fréquence de la cène, que jacob Amman voudrait faire passer d'une à deux fois par an;
                        -la généralisation de la pratique du lavement des pieds;
                        -le salut des âmes des non-anabaptistes, que les Suisses reconnaissaient aux "sincères" parmi leurs voisins non anabaptistes/

Puis, les trois points sur la discipline :
                        -les péchés qui devaient donner lieu à l'admonestation voire à l'excommunication;
                        -la procédure disciplinaire;
                        -enfin, la rigueur de l’excommunication, les Amish insistant pour que l'excommunié ne soit pas seulement exclu de la table de communion, mais tout simplement privé de tout contact ou relation sociale avec tout membre de la communauté.

Faute d'accord, le schisme divise la communauté anabaptiste. Sur 69 pasteurs, 27 seulement furent en faveur de Jacob Amman, dont 20 en provenance d'Alsace et 5 du Palatinat. La grande majorité des anabaptistes alsaciens devient donc amish. Vers 1700, Jacob Amman, ainsi que plusieurs de ses partisans regrettant la division proposent de s'excommunier eux-mêmes temporairement jusqu'à ce que l'unité soit retrouvée mais ils ont été très vigoureux dans le débat et leur proposition est reçue avec méfiance. La notion d'exclusion totale mise en avant par les Amish est ce qui va donner à leur communauté la capacité de résister à toute intégration et à toute influence, particulièrement lorsqu'elle est regroupée dans une région isolée.

En 1712, Louis XIV prend un édit d'expulsion des anabaptistes d'Alsace. La trace de Jakob Amman, qui serait décédé avant 1730 à Zellviller dans le Bas-Rhein, se perd. Nombreux sont les mennonites et les Amish qui passent dans des territoires non soumis au roi de France comme la Principauté de Montbéliard ou le Duché de Lorraine. Dans certains cas, le manque à gagner des seigneurs, qui sont privés des revenus des fermes mennonites, les pousse à intervenir pour modérer la sévérité des ordres du roi afin de conserver leurs excellents fermiers mennonites. Nombreux sont ceux aussi qui émigrent vers Les Pays-Bas, où se trouve une importante et prospère communauté mennonite, puis, de là pour l'Amérique de Nord.
À partir de 1681 en effet, Willial Penn, membre de la Societé religieuse des Amis Quakers et fondateur de la Pennsylvanie, y accueille tous les réprouvés, à la seule condition qu'ils tolèrent les autres. Les mennonites puis les Amish s'installent donc à partir de ce moment dans l'Etat de Pennsylvanie aux Etats Unis. Regroupées fortement sous l'autorité de leur conseil presbytéral, dit "conseil des Anciens", sous une très forte discipline appuyée sur l'arme suprême de l'excommunication et de l'exclusion sociale (en allemand Meidung, en anglais shunning), ces communautés rejettent tout ce qui peut pousser la communauté à se couper de l’Évangile ou à se diviser, en particulier l'orgueil (en allemand Hochmut). Les "conseils des anciens" de chaque communauté ont statué graduellement sur toutes les innovations techniques et sociales, interdisant le plus souvent d'y avoir recours, ce qui a conduit les Amish à refuser d'entrer dans le progrès technique et dans la société de consommation, et à conserver un mode de vie devenu aujourd'hui marginal, avec parfois quelques différences entre communautés. Si les communautés amish ont disparu en France, ce n'est pas le cas pour les Etats Unis.

Les Amish sont très rétrogrades sur de nombreux points, tandis que sur d'autres, ils sont très en avance sur nous, notamment par rapport à la France.
Les Amish sont très rétrogrades surtout sur:
                  -la condition de la femme, qui doit s'occuper de la maison. Elle peut maintenant vendre des quilts qu'elle confectionne mais dans une boutique, elle se trouve à l'arrière du magasin afin de ne pas être en contact avec les touristes;
                  -Les Amish ne font que huit ans de scolarité et l'avenir des jeunes Amish est décidé pour eux: les garçons doivent travailler comme leur père dans les champs et dans la ferme, tandis que les filles doivent apprendre à gérer la maison et le jardin;
                  -les jeune hommes doivent se laisser pousser la barbe, mais ne doivent pas, pour des raisons d'hygiène garder leurs moustaches, portent des pantalons noirs à bretelles, des chemises blanches, des vestes noirs, sans boutons, car ceux-ci sont "mondains" pour eux, ainsi qu'un chapeau de paille qu'ils ôtent aux enterrements, et dans les lieux couverts;
                  -les femmes portent des robes très austère dans les tons bleus, mauves, noirs. Les couleurs s'assombrissent avec l'âge; Ces robes sont ornées de tabliers attachés par des épingles, doivent porter, y compris dans la maison une coiffe en organdi blanc sans couper leurs cheveux;
                  -ils vivent sans électricité, ne doivent pas posséder de voiture, mais roulent en carriole, n'utilisent pas d'outils modernes, comme le tracteur, ou la machine à courdre;
                  -les moyens de transports comme l'avion sont prohibés;
                  -ils refusent la compétition. Si des enfants jouent au football dans un jardin, ils ne comptent pas les buts;
                  -les études supérieurs ne sont pas admises, car elles sont jugées mondaines et aussi compétitives;
-ils refusent d'être photographiés;
                  -les jeunes Amish, vers l'âge de 16 ans, ont une période de Risprenga, où il peuvent goûter aux joies du monde modernes (mais dans les communautés les plus strictes,, il s'agit surtout d'un délai pour trouver un prétendant). Dans les communautés les moins dures, l'adolescent doit choisir entre revenir dans la communauté pour toujours avec un mode de vie rugueux ou la quitter définitivement et dans ce cas, il n'a plus (ou très peu) de contacts avec sa famille. Il est excommunié. Il y a d'ailleurs plus de femmes que d'hommes à quitter la comunauté Amish, ce qui peut se comprendre.

Cependant, ils sont très en avance sur de nombreux points:
                   -un enfant handicapé est gardé à la maison, car pour eux, l'abandonner dans une institution comme beaucoup de français le feraient, est un enfant "exceptionnel", un "cadeau du ciel";
                   -de même une personne qui est gravement malade est soignée normalement (par chirurgie, chimio, etc...)
                   -ils ne sont pas non plus réticents aux prises de sang; D'ailleurs, ils donnent régulièrement leur sang dans des centres,
                   -si une personne est malade, il préfèrent la garder à domicile, et dans ce cas, cette personne peut utiliser l'électricité, mais dans ce cas, tous les appareils doivent rester dans une pièce qui est aménagée pour cette personne;
                   -il utilisent la voiture ou l'avion que dans des situations d'urgence, comme par exemple pour aller voir un parent qui est gravement malade;
                   -ils gardent aussi les personnes âgées dans leurs maison, les fermes sont agrandies de manière à pouvoir abriter quatre génération sous un même toit. Et chaque génération a un petit appartement reliés aux autres par des portes coulissantes;
                   -ils lisent "Heidi" et "la Petite Maison dans la Prairie". mais là encore, ils ne lisent que des ouvrages qui parlent de valeurs religieuses.

Par ailleurs, jacques Légeret ne parle pas de la période de Risprenga.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.   Sam 2 Avr - 17:18

Lorsque tu dis qu'ils sont très en avance, je ne comprends pas bien. En avance par rapport à qui ? A nous ? Je comprends ce que tu veux dire par rapport à un enfant handicapé ou à une personne âgée mais pour le reste ?
Revenir en haut Aller en bas
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64504
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.   Sam 2 Avr - 18:50

Je vais le placer dans les documents inclassables ...
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Buster
Spécialistes ès aéroports
Spécialistes ès aéroports
avatar

Taureau Tigre
Nombre de messages : 544
Age : 32
Localisation : Finistère
Emploi : Etude de langues, très intéressant!
Loisirs : dessin, lecture, cinéma, sorties, musées, voyages, et bien sûr aller de l'avant!
Date d'inscription : 06/04/2006

MessageSujet: Re: L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.   Dim 3 Avr - 23:12

Lydia a écrit:
Lorsque tu dis qu'ils sont très en avance, je ne comprends pas bien. En avance par rapport à qui ? A nous ? Je comprends ce que tu veux dire par rapport à un enfant handicapé ou à une personne âgée mais pour le reste ?

Oui, pour ce qui est d'une personne handicapée ou une personne âgée, si nous faisons allusion à la France, au lieu de mettre la personne dans une institution ou une maison de retraite dans lesquelles elle serait cachetonnée et ghéttoïsée, les Amish préfèrent garder cette personne avec eux et lui apporter les meilleurs soins, qui seraient plus efficaces que ceux d'une institution. Ceci-dit, tous les français ne laissent pas non plus un enfant handicapé ou une personne âgée aux mains de la société. D'autre part, dans d'autres pays, il y a surment des instittions. mais j'ai pris l'exemple de la France qui est le mieux connu dans ce domaine. Autrefois, on gardait la personne dans la famille quand ces centres n'existaient pas. Il se trouve que de ce côté là, nous avons beaucoup régressé, en ce sens que nous avons perdus des valeurs humaines. mais les Amish qui habitent depuis quatre siècle dans un pays à la pointe du progrès dans le domaine médical et de la recherche concernant de nombreuses pathologies, durent aussi en tenir compte. La France de ce côté là, en est très à la traîne par rapport à de nombreux pays européens.

Autrement, pour ce qui est du don ou des prises de sang et soins médicaux, ils sont beaucoup plus avancés que les Témoins de Jéovah ou autres sectes qui eux sont contre tous ces soins.

J'espère avoir répondu au mieux à ta question Lydia.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.   Lun 4 Avr - 18:24

Buster a écrit:


Autrement, pour ce qui est du don ou des prises de sang et soins médicaux, ils sont beaucoup plus avancés que les Témoins de Jéovah ou autres sectes qui eux sont contre tous ces soins.

Ah, voilà, c'est ce que je me disais.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.   

Revenir en haut Aller en bas

L'Enigme Amish Vivre au XXIème SIècle tout en Vivant comme au XVIIème siècle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: HISTOIRE & LITTERATURE :: Document ou biographie inclassable ? C'est ici ... -