Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les grands ancêtres : le latin vulgaire et le roman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les grands ancêtres : le latin vulgaire et le roman.   Dim 17 Déc - 18:45

Ce n'est un secret pour personne : le français vient avant tout du latin ou plutôt des différentes formes du latin qui se répandirent sur le territoire gaulois dans le sillage des troupes romaines. A cette époque, on distinguait en effet essentiellement trois manières de parler et d'écrire la langue de Cicéron : le "sermo quotidianus" ou latin littéraire et officiel et une branche un peu bâtarde et beaucoup plus populaire de cette langue : celle que parlaient militaires et marchands.

Non seulement le latin allait survivre à la dislocation de l'Empire romain, survenue au Vème siècle de notre ère mais il allait aussi tenir la dragée si haute aux dialectes germaniques des Francs que ceux-ci finirent par se laisser absorber.

Pourtant, en 813, au Concile de Tours, ce n'est pas à la naissance du français que l'on assiste. Après avoir assimilé des tournures celtiques et germaniques, le latin vulgaire change tout simplement de nom et devient le "roman" ou langue romane. Wink
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Les grands ancêtres : le latin vulgaire et le roman.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LANGUE ET LITTERATURE FRANÇAISE : HISTOIRE & EVOLUTION :: Histoire de la Littérature Au Moyen-Âge -