Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Ceux de la Soif - Georges Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58295
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Ceux de la Soif - Georges Simenon   Lun 2 Mai - 18:57



ISBN : 9782258093577

Notre Opinion
Personnages



Citation :
[...] ... - "Professeur Müller ?"

Sans doute l'humble Herrmann ne fut-il  jamais si gêné, ni si fier de sa vie. Les cinq habitant de l'île étaient réunis sur la plage à regarder la baleinière s'approcher. L'inconnue se dressait à l'avant, toujours dans une attitude de figure de proue et, au moment où le canot raclait le sable noir, elle bondissait, étreignait les deux mains d'Herrmann.

- "Ce n'est pas moi ..." balbutia-t-il en désignant Müller qui tournait exprès le dos avec un air grognon.


- Oh ! pardon ... professeur ... Il faut que je vous dise ma joie de vous embrasser ... J'ai lu tous vos ouvrages ... Je suis l'une de vos disciples passionnées comme vous en avez dans toutes les parties du monde ..."

Müller faisait de tout petits yeux et la femme, apercevant les seins nus de Rita, s'exclamait avec un faux entrain, comme une femme du monde qui entre dans un salon :

- "C'est là votre charmante compagne ?"

Elle embrassait Rita à son tour. Rien ne pouvait l'arrêter. Seule elle parlait, seule elle s'agitait dans le soleil et des demi-cercles de sueur se dessinaient sous ses bras.

- "Pardon, mais j'oublie de me présenter ! ... Comtesse von Kleber. Nic ! ... Approchez, que je vous présente ... Nic Arenson, un de mes maris et mon aide de camp ... A votre tour, Kraus ... Un jeune homme qui a quitté papa et maman pour me suivre ..."

Rien ne la démontait, ni le silence de Müller, ni le va-et-vient des matelots équatoriens qui commençaient à entasser des colis sur la plage.


Faute d'une autre inspiration, elle prit Rita par les épaules, tendrement.

- "J'espère que nous serons amies et que vous aurez les mêmes idées que moi. Demain je serai nue aussi. Je ne suis pas jalouse. Et vous ?" ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58295
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: Ceux de la Soif - Georges Simenon   Lun 2 Mai - 19:25

Citation :
[...] ... C'était l'heure de la visite d'Herrmann et quand celui-ci arriva, il trouva le professeur agité.

- "Que se passe-t-il là-haut ?" lui demanda Müller à brûle-pourpoint.

- Que voulez-vous dire ?

- Qui est-ce qui a tripoté cette nuit avec l'eau ? Ne mentez pas. La source ne peut pas s'être tarie du jour au lendemain ...

- J'allais justement vous en parler ... Cette nuit, j'ai entendu du bruit et je me suis levé ... Vous savez, n'est-ce pas ? que la comtesse avait très peu de réserve d'eau de pluie ? ... Ma femme lui a dit l'autre jour que le ruisseau ne tarderait pas à être à sec ... Cette nuit, avec Nic, elle a travaillé à remplir ses barriques ...

- Venez avec moi."

Ce n'était plus Mülller le philosophe. Il avait le même air buté qu'un paysan qui va faire une réclamation au châtelain du village. Chemin faisant, il ne desserra pas les dents et il passa près de Jef sans le remarquer.

Il n'entra pas chez la comtesse, mais se dirigea vers la source qui recommençait à produire un peu d'eau.

On devait l'observer de la véranda. Herrmann le suivait, balourd. Lui allait et venait comme un enquêteur et il pénétra dans le jardin pour s'assurer du contenu des barils.

Alors seulement il gravit les quelques marches de la maison et se trouva devant la comtesse, qui venait au-devant de lui, souriante.

- "Quelle bonne surprise, professeur ! ... Excusez-moi de vous recevoir en ce négligé ..."

Nic se rasait dans la pièce suivante, où on le voyait debout devant un miroir.

- "Il n'y a pas de surprise et il ne s'agit pas de me recevoir. Il s'agit de l'eau.

- Quelle eau ?" s'étonna-t-elle, surprise.

- De l'eau que vous nous avez prise cette nuit."


Elle essaya de rire.

- "Vous m'accusez d'avoir volé de l'eau ?

- Exactement. La source nous appartient à tous. Son débit diminue de jour en jour et il est injuste qu'une seule personne en profite pour faire des provisions.

- C'est Herrmann qui nous a espionnés ?"

On en était là ! Les mots  vol, propriété, espionnage à propos d'un peu d'eau ! ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Ceux de la Soif - Georges Simenon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -