Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

F comme Folie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: F comme Folie.   Lun 8 Jan - 13:21

Selon les spécialistes, la plus ténue des frontières sépare la folie du génie. De même, la frontière entre notre monde et celui du Rêve et de l'Irréel est aussi fragile qu'invisible. Beaucoup d'artistes se sont plus à la franchir, certains involontairement (Van Gogh), le plus grand nombre en parfaite connaissance de cause et en utilisant pour ce faire toutes sortes de drogues (Rimbaud, Jim Morrison, etc ...).

"Io", du romancier britannique Oliver Onions, est l'un des plus beaux textes qui aient jamais été écrits sur ce basculement aussi soudain qu'irrémédiable qui projette un être sain d'esprit dans l'illusion d'un monde parallèle où il cesse d'être lui-même. Mais ce monde, justement, n'est-il qu'illusion ? et ne serait-ce pas le fou qui, finalement, se retrouverait dans la seule réalité valable alors que le lecteur fasciné demeure emprisonné dans une réalité qui n'a de réel que le nom ?

Il n'y a ici ni talisman magique, ni vampire, ni spectre. Rien qu'un couple de fiancés, Ed et Bessie - peut-on rêver plus anglais ? - tout ce qu'il y a de plus banal. Lui, un petit employé de bureau avec des protège-manchettes en papier qu'il oublie parfois de retirer ; elle, une petite couturière qui sort d'une longue maladie sur lequel le lecteur ne saura pas grand chose mais qui, de l'avis de tous, paraît l'avoir changée. Elle ne supporte d'ailleurs plus qu'il la touche. Et tandis qu'elle lit les vers que Keats a composé en l'honneur de Dyonisos, la jeune fille entend des voix, des cris, des rires, jusqu'à ce que :

Citation :
[...] Il y eut un instant où les ténèbres semblèrent tout effacer. Puis le nuage s'évanouit devant un torrent de lumière, la laissant debout face à face avec ce rêve qui, depuis deux mille ans, sommeillait dans son sang et dans le sang de sa lignée, debout, la bouche ouverte, les yeux pleins d'appels, le beau cou débordant de clameurs refoulées. C'est la vie maintenant qui était devenue le rêve. Et voici que dévalaient, bruyants, brillants, fous, les Ménades, les Thyades, les Satyres, les Faunes, nus, couverts de peaux de bêtes, dégrafés, échevelés, couronnés, enguirlandés, dansant, chantant, hurlant. Le piétinement des sabots ébranlait le sol. Le claquement des cymbales et le bruissement des thyrses emplissaient l'air. Ils brandissaient des crânes, des quartiers de chèvres et de chevreaux démembrés. Ils frappaient les canthares de bronze, ils lançaient en l'air les obbas d'argent ... [...]

Se rapprochant de plus en plus jusqu'à l'apogée final, la procession frénétique des anciens dieux, issue de la conscience collective, s'en vient réclamer celle qui fut des leurs : Io. Et, devant le cri final de terreur poussé par Ed, qui ne comprend pas, l'on pense à la fois au "Grand Dieu Pan" d'Arthur Machen ainsi qu'à l'inoubliable "Malpertuis" de Jean Ray.

Io - Oliver Onions - Anthologie du Fantastique - T. I - Roger Caillois - Gallimard.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: F comme Folie.   Lun 15 Jan - 19:40

"Mrs Dalloway", que certains tiennent pour le chef-d'oeuvre de Virginia Woolf et qui parut en 1925, nous conte également la montée de la folie chez Septimus Warren Smith, double masculin et promis, comme elle, à un destin tragique, de la romancière britannique.

Certes, ce n'est pas l'argument central du roman qui nous décrit, avec un luxe de détails époustouflant, une journée dans la vie d'une grande bourgeoise, Clarissa Dalloway, journée qui ne semble avoir de raison d'être que parce qu'elle culminera dans une somptueuse réception nocturne. Le flux de conscience est toujours extrêmement important, cela ressemble à un monologue intérieur qui passerait, de personnage en personnage, dans une ronde très habilement menée et nous exposerait non seulement leur état d'esprit dans l'instant mais aussi leurs souvenirs, leurs espoirs et le regard qu'ils portent sur la société britannique de l'époque.

Si Mrs Dalloway nous apparaît comme une snob sans grande profondeur, Woolf nous dresse par contre un portrait ému et débordant de compassion du malheureux Septimus, analysant de façon quasi scientifique la montée de l'angoisse, puis le délire qui s'installe, sans oublier même la courte période de rémission qui précédera le suicide du jeune homme. L'esprit n'est plus que divagations bien que, çà et là, Smith tente - telle Woolf se raccrochant à l'écriture - de se raccrocher à des détails de plus en plus vagues :

Citation :
[...] ... Il s'appuya sur le dossier de sa chaise, épuisé mais non brisé. Il restait là, à se reposer, à attendre, avant de servir à nouveau d'interprète, avec effort, avec souffrance, à l'humanité. Il gisait tout là-haut, sur le dos du monde. La terre vibrait tout au dessous de lui. Des fleurs rouges poussaient et traversaient sa peau ; leurs feuilles raides bruissaient près de sa tête. Et ici, là-haut, de la musique commençait à battre contre les rochers. C'est le klaxon d'une voiture dans la rue, marmonna-t-il. Mais ici, là-haut, cela tonnait de rocher en rocher, cela se divisait, se heurtait en chocs sonores qui s'élevaient en colonnes lisses (que la musique fût visible, c'était une découverte) et cela devenait un hymne qui s'enroulait autour du pipeau d'un jeune berger (c'est un vieillard qui joue de son flûtiau devant le pub, marmonna-t-il), un hymne qui, lorsque le jeune berger restait immobile, sortait, tout effervescent, de son pipeau, et, lorsque le jeune berger reprenait son ascension, faisait entendre sa plainte exquise tandis que la circulation passait au-dessous. L'élégie de ce jeune homme s'élève dans la circulation, pensa Septimus. Maintenant, il se retire jusqu'au fond des neiges, et des roses retombent en grappes autour de lui - les roses rouges touffues qui poussent sur le mur de ma chambre, se rappela-t-il. ... [...] Page 150 - Edition Folio

Mrs Dalloway - Virginia Woolf - Folio classique.

Nota Bene : "Mrs Dalloway" est la lecture commune bi-mensuelle pour décembre 2006 et janvier 2007. Retrouvez-en le fil dans le forum "Lectures Communes."
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: F comme Folie.   Dim 29 Juil - 18:24

Citation :
[...] ... - "[Al], j'ai parlé de schizophrénie parce qu'elle rentre dans la classification des [troubles mentaux], mais je n'ai pas besoin de mettre un nom sur quelque chose pour le comprendre. L'esprit humain, avec toutes ses déviances, n'a rien à faire d'un meuble de pharmacie où chaque plante, chaque remède est ordonné." ... [...]

Avenue des Géants - Marc Dugain - Editions Gallimard
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 60624
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: F comme Folie.   Ven 16 Nov - 16:32

Citation :
[...] ... Toute énergie spirituelle, au vrai, porte les marques de la folie ; sans cette dernière, il est impossible d'aimer ou de pleurer un âtre cher. ...[...]

Mémoires de Hongrie - Sándor Márai - Editions Le Livre de Poche
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: F comme Folie.   

Revenir en haut Aller en bas

F comme Folie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Dictionnaire Thématique de Citations -