Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les Passeurs de Langue : ménestrels, trouvères et jongleurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65585
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les Passeurs de Langue : ménestrels, trouvères et jongleurs.   Mar 30 Jan - 19:41

Après les clercs confinés dans leur vie monastique mais oeuvrant dans leurs bibliothèques à la préservation des oeuvres venues de l'Antiquité, copiant et recopiant celles-ci puis se décidant à former sur ces bases des récits toujours religieux mais qui, peu à peu, oublient le latin, ce sont les ménestrels, les jongleurs et autres artistes ambulants qui ont permis à la langue française et à sa littérature de prendre leur essor.

Au départ, les ménestrels sont avant tout des musiciens, dans la droite ligne du barde antique. Mais ils savent aussi manier la plume et ont beaucoup d'imagination. L'une et l'autre, ils les mettent au service de riches seigneurs qui prennent l'habitude de les payer pour s'entendre chanter ou conter telle ou telle histoire. Le problème, c'est que l'argent les enchaîne à leurs maître et qu'ils se produisent donc en comité restreint, pour une poignée d'élus. Avec l'apparition de l'Amour courtois, ils se verront remplacés dans les cours par les trouvères ou troubabours, qui sont poètes avant d'être chanteurs et musiciens. Par contrecoup, ils seront obligés de prendre la route et deviendront des ménestrels errants. Le mot provient du latin "ministralis, is, m." qui signifie littéralement : qui sert à quelque choe, serviteur.

Les jongleurs, les montreurs de bêtes sauvages, les acrobates, les danseurs, etc ..., eux, sont beaucoup plus nomades et, de ce fait, s'adressent à un public beaucoup plus vaste et plus éclectique. Non seulement ils s'approprient les oeuvres écrites par d'autres mais ils en imaginent, enrichissant ou améliorant leurs trouvailles selon le goût de leur public. Leur recherche de l'appui du public est d'ailleurs à l'origine du mot "trouvères" qui nous vient en droite ligne de "trouver" et de "trouveur." Mais si certains trouvères, en général d'origine aristocratique, sont de bien piètres exécutants ou, pour des raisons de naissance, ne peuvent s'abaisser à faire l'histrion, la réciproque est vraie et certains jongleurs n'ont tout simplement pas le chic pour renouveler le répertoire même si, côté interprétation et diction, ils sont vraiment doués.

Ne perdons pas de vue non plus que, à cette époque, les droits d'auteur et le copyright sont encore dans les limbes et que tout ce petit monde trouve normal de reprendre un texte qui lui plaît (ou qui plaît à son public) et de rectifier ou de le continuer comme bon lui plaît. Cette pratique, si elle donne aux textes médiévaux une complexité qui frise parfois l'incohérence, atteste en parallèle de leur incroyable vitalité.

Les membres du clergé manifestant un intense mépris envers ces pratiques, beaucoup de ces textes ne nous sont pas parvenus faute d'avoir été jugés dignes d'une bonne copie. Fort heureusement, l'apparition, au XIème siècle, de la chanson de geste va changer la donne.



Le ménestrel et le moine.

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

Les Passeurs de Langue : ménestrels, trouvères et jongleurs.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: LANGUE ET LITTERATURE FRANÇAISE : HISTOIRE & EVOLUTION :: Histoire de la Littérature Au Moyen-Âge -