Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

La Ville & les Chiens - Mario Vargas Llosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: La Ville & les Chiens - Mario Vargas Llosa   Mar 14 Juin - 11:53



La Ciudad y Los Perros
Traduction : Bernard Lesfargues
Préface : Albert Bensoussan


ISBN : 9782070372713

Notre Opinion
Personnages



Citation :
[...] ... La solitude et les humiliations, il pouvait les supporter ; il les connaissait depuis son enfance et elles ne blessaient que son esprit ; ce qu'il y avait d'horrible, c'était d'être enfermé, c'était cette grande solitude intérieure qu'il n'avait pas choisie, qu'on lui jetait dessus comme une camisole de force. Il était devant la porte du lieutenant, il ne levait pas encore la main pour frapper. Cependant, il savait qu'il allait le faire, il avait mis trois semaines à se décider, maintenant il n'avait plus peur, il n'éprouvait plus d'angoisse. C'était sa main qui le trahissait : elle restait immobile, molle, collée au pantalon, morte. Ce n'était pas la première fois. Chez les Salésiens, on l'appelait "la poupée" ; il était timide et tout lui faisait peur. "Pleure, poupée, pleure," criaient ses compagnons en faisant cercle autour de lui, à la récréation. Il reculait jusqu'au moment où son épaule touchait le mur. Les visages s'approchaient, les voix devenaient plus fortes, les bouches des enfants avaient l'air de museaux décidés à le mordre. Il se mettait à pleurer. Une fois, il se dit : "Il faut que je fasse quelque chose." En pleine classe, il défia le plus fort : il a oublié son nom et son visage, ses poings infaillibles et ce bruit qu'il faisait en respirant. Quand il se trouva en face de lui, dans le coin aux ordures, cerné par des spectateurs haletants, il n'éprouva pas de crainte, pas d'excitation non plus : rien qu'un abattement total. Son corps ne répondait aux coups ni ne les esquivait ; il dut attendre que l'autre se fatiguât de le frapper. C'était pour punir ce pleutre de corps et le transformer qu'il avait fait tout son possible pour réussir à l'examen d'entrée de Leoncio Prado ; c'était pour cela qu'il avait supporté ces interminables vingt-quatre mois. Maintenant, il avait perdu tout espoir ; il ne serait jamais comme le Jaguar, qui s'imposait par la violence, ni même comme Alberto, qui pouvait se dédoubler et feindre pour que les autres ne le transforment pas en victime. Lui, on le perçait à jour instantanément, tel qu'il était, sans défense, faible, un esclave. La liberté ne l'intéressait plus à présent que pour disposer de sa solitude à son gtré, emmener cette jeune fille au cinéma, s'enfermer quelque part avec elle. Il leva la main et frappa trois coups. ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 58380
Age : 57
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: La Ville & les Chiens - Mario Vargas Llosa   Mar 14 Juin - 12:15

Citation :
[...] ... - "Nous avons répété le même exercice plus de cinq fois cette année," dit le capitaine. "Et ceux de cinquième l'ont fait plus de quinze fois depuis qu'ils sont au collège. Sans compter qu'ils ont réalisé des exercices plus complets, comportant plus de risques. Je fixe les exercices en accord avec le programme élaboré par le major. Je n'ai jamais effectué de manoeuvres qui ne figurent pas au programme.

- Cela ne m'intéresse absolument pas," dit lentement le colonel. "Ce qui m'intéresse, c'est de savoir quelle erreur, quelle méprise a provoqué la mort de ce cadet. Ici, nous ne sommes pas dans une caserne, messieurs !" - Il leva son poing blanchâtre. - "Si un soldat ramasse une balle, on l'enterre et point final. Mais il s'agit d'élèves, de fils de famille, pour une chose comme celle-là, nous pouvons avoir les pires complications. Imaginez que ce cadet ait été le fils d'un général !

- J'ai une hypothèse, mon colonel," dit Gamboa. - Le capitaine se retourna pour le regarder avec envie. - Cet après-midi, j'ai soigneusement révisé les fusils. La plupart sont vieux et peu sûrs, mon colonel, vous le savez. Certains ont la hausse déréglée, le guidon, d'autres l'intérieur du canon légèrement abîmé. Cela ne suiffit pas, bien entendu. Mais il est possible qu'un cadet ait modifié la position de la hausse, sans s'en rendre compte, et qu'il ait mal visé. La balle a pu suivre une trajectoire rampante. Et le cadet Arana, par une coïncidence malheureuse, se sera trouvé dans une mauvaise position, mal protégé. Enfin, il s'agit seulement d'une hypothèse, mon colonel." ... [...]

_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."

Albert Samain

Celui qui n'a pas fait tout ce qu'il pouvait faire n'a rien fait.
Charles Pathé


La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.
Jean Hougron



https://www.notabeneculturelitteraire.com/
http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

La Ville & les Chiens - Mario Vargas Llosa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Incitation A La Lecture & Morceaux Choisis -