Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  ÉvènementsÉvènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

African Queen - John Huston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 42
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: African Queen - John Huston   Mar 27 Fév - 10:49

Né en 1906, John Huston, s’il est connu comme réalisateur (du Faucon maltais à L’honneur des Prizzi, en passant par Key West, Moby Dick ou Les désaxés, on ne compte plus ses succès), a pourtant, avant de passer derrière la caméra, exercé un grand nombre des métiers du spectacle : tour à tour comédien (au théâtre et au cinéma) et auteur (de pièces de théâtre, de scenarii pour le cinéma), il ne vient à la réalisation qu’à 35 ans, en 1941. Pour un coup d’essai, c’est un coup de maître : il lance Humphrey Bogart sur les chemins de la gloire avec Le faucon maltais, qui est encore aujourd’hui considéré comme le plus grand film noir de l’histoire du cinéma.

Tous les plus grands ont tourné pour lui, de Bogart, donc, à Nicholson, de Bacall à Katharine Hepburn en passant par Marilyn Monroe, et son travail a été une grande inspiration pour ses contemporains et ceux qui l’ont suivi. Il a même servi de modèle à Clint Eastwood dans Chasseur blanc, cœur noir, qui retrace les aventures qui ont entouré le tournage, en Afrique, d’African Queen.

Grand humaniste, il a lutté contre la chasse aux sorcières orchestrée par le sénateur McCarthy et son comité des activités anti-américaines ; sa truculence et son amour de la vie lui ont valu des comparaisons avec Ernest Hemingway et Orson Welles ! Il est décédé à 81 ans, en plein tournage de Mr North, film de son fils Danny.

Et n’oublions pas qu’il est le père d’Anjelica Huston !!!



African Queen

A la veille de la première guerre mondiale, le « so Bristish » Révérend Sayer est missionnaire en Afrique. Sa sœur Rose ("Rosie") vit avec lui et s’occupe de son intendance. Ils reçoivent périodiquement la visite de Mr Allnut, un Canadien un peu alcoolique qui sillonne le fleuve à bord de son rafiot à vapeur, l’African Queen, et fait du commerce entre amont et aval.

Quelques jours après l’une de ces visites, le village où officie le Révérend Sayer est pillé et brûlé par la troupe allemande – des soldats indigènes, menés par des officiers allemands. Le pasteur en est choqué au point qu’il contracte une fièvre cérébrale et décède après quelques jours d’agonie.

Rosie est totalement désemparée quand Allnut fait sa réapparition ; il est estomaqué quand il voit l’état du village, mais reprend ses esprits quand Rose lui apprend le décès de son frère : il s’empresse de lui creuser une tombe, et convainc Rose de l’accompagner sur l’African Queen pour échapper aux Allemands qui ne manqueront pas de revenir très rapidement.

La cohabitation entre Allnut – dont on a bien l’impression, au départ, qu’il pourrait facilement devenir l’un de ces profiteurs de guerre qui font commerce des conflits – et l’impétueuse Miss Sayer commence, sur un mode assez froid. C’est que leurs buts sont assez différents : autant Allnut voudrait continuer à vivre sa vie calme au long du fleuve, autant Rosie est animée d’un certain esprit de revanche et voudrait descendre le fleuve jusqu’au grand lac en aval, d’autant que son compagnon de voyage lui a appris qu’un bateau de guerre allemand y croise.

Remarquant les caisses que transporte le bateau, elle s’enquiert de ce qu’elles peuvent bien contenir. Il s’agit de gélatine ; un matériau bien inoffensif en soi, mais qui peut se révéler redoutable si l’on dispose d’un détonateur. Les bombonnes d’oxygène que transporte l’African Queen donnent une idée à Rosie. Son projet : couler le destroyer allemand ! S’ensuit une multitude d’aventures au fil de la descente du fleuve, des rapides dans lesquels Rosie montre ses capacités à barrer le bateau au passage en contrebas d’une forteresse maîtrisée par les Allemands – sans oublier la relation qui se noue entre Rosie et Allnut ! – jusqu’à une conclusion tout aussi explosive que le reste du film

Servie par deux excellents acteurs – Bogart assez méconnaissable au départ se révèle au fur et à mesure, Hepburn excellente, à son habitude – cette comédie d’aventures romantique est un véritable délice de par ces deux aspects, car on est tout autant intéressé et emporté par l’accomplissement du plan fixé par Rosie que par le développement de l’histoire d’amour entre elle et son compagnon. Le Technicolor a un peu vieilli - le film date de 1951 - mais il n’empêche : les vues de l’Afrique sont belles, les yeux de Katharine aussi (Bogart n’est pas mal non plus), et le film avance dans un tourbillon qui mêle prouesses filmiques (certains plans sont des plus modernes, et pas évidents à réaliser à l’époque) et trouvailles dans les dialogues.

Un magnifique moment de cinéma, que j’aimerais, personnellement, revoir sur grand écran (ah ! les crocodiles, ah ! les hippopotames, ah ! les girafes)… A quand une reprogrammation ?


Dernière édition par le Mar 27 Fév - 11:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 65549
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Re: African Queen - John Huston   Mar 27 Fév - 10:57

Ah ! "The African Queen" ! ...



Je me suis toujours demandée si Huston n'avait pas songé à une nouvelle de Somerset Maugham qui s'intitule, je crois "Le Rouquin" - ou quelque chose comme ça. Je vais retrouver le titre cet après-midi.
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/

African Queen - John Huston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: CINEMA, DVD, TELEVISION & C° :: Ciné-Club & DVD -