Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Masques de Venise
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
Souverainiste, Patriote & Fière de l'Être !
avatar

Féminin
Verseau Rat
Nombre de messages : 64439
Age : 58
Localisation : A la pointe de la Bretagne, au bord de l'Atlantique
Loisirs : Tout ce qui concerne les mots et les livres.
Date d'inscription : 06/05/2005

MessageSujet: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Dim 4 Mar - 12:58

... sont-elles toujours d'actualité ? Ne vivons-nous pas aujourd'hui, justement, la fin de cette ère qui ne voulait plus de "héros" ?

Je reproduis ici un extrait de ce qu'il écrivait - en 1963 - dans son "Pour le nouveau roman" :

Citation :
« Le roman de personnages appartient bel et bien au passé, il caractérise une époque : celle qui marqua l'apogée de l'individu. Peut-être n'est-ce pas un progrès, mais il est certain que l'époque actuelle est plutôt celle du numéro matricule. Le destin du monde a cessé, pour nous, de s'identifier à l'ascension ou à la chute de quelques hommes, de quelques familles. Le monde lui-même n'est plus cette propriété privée, héréditaire et monnayable, cette sorte de proie, qu'il s'agissait moins de connaître que de conquérir. Avoir un nom, c'était très important sans doute au temps de la bourgeoisie balzacienne. C'était important, un caractère, d'autant plus important qu'il était davantage l'arme d'un corps-à-corps, l'espoir d'une réussite, l'exercice d'une domination. C'était quelque chose d'avoir un visage dans un univers où la personnalité représentait à la fois le moyen et la fin de toute recherche.

Notre monde, aujourd'hui, est moins sûr de lui-même, plus modeste peut-être puisqu'il a renoncé à la toute-puissance de la personne, mais plus ambitieux aussi puisqu'il regarde au-delà. Le culte exclusif de « l'humain » a fait place à une prise de conscience plus vaste, moins anthropocentriste. Le roman paraît chanceler, ayant perdu son meilleur soutien d'autrefois, le héros. S'il ne parvient pas à s'en remettre, c'est que sa vie était liée à celle d'une société maintenant révolue.»

Qu'en pensez-vous ?
_________________
"Mon Âme est une Infante en robe de parade,
Dont l'exil se reflète, éternel et royal,
Aux grands miroirs déserts d'un vieil Escurial,
Ainsi qu'une galère oubliée en la rade."  - 
Albert Samain

La France a perdu une bataille mais elle n'a pas perdu la guerre !
Charles de Gaulle


Et ce qui importait en fin de compte, c'était moins d'être vaincu que d'avoir une âme de vaincu car cela seul est sans remède.

Jean Hougron

Il y a si longtemps maintenant que j'attends mon cancer, je ne vais quand même pas partir sans lui. - Pierre Desproges

Les animaux sont moins intolérants que nous : un cochon affamé mangera du musulman. - Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://blog.bebook.fr/woland/index.php/
Lisia
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Nombre de messages : 1223
Date d'inscription : 07/01/2006

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Dim 4 Mar - 16:54

Plus personne ne lit les auteurs du Nouveau Roman, une mode qui a fait long feu.

J'ai lu il y a quelques jours sur le blog de Pierre Assouline (daté du 25 Février), un article qui faisait référence à un livre à paraître en Angleterre à propos des livres préférés des écrivains britanniques, américains, australiens : sont à l'honneur les romans du XIXéme avec lesquels voulaient rompre le Nouveau Roman .
Citation :
The Top Twenty

1 Anna Karenina Leo Tolstoy
2 Madame Bovary Gustave Flaubert
3 War and Peace Leo Tolstoy
4 Lolita Vladimir Nabokov
5 The Adventures of Huckleberry Finn Mark Twain
6 Hamlet William Shakespeare
7 The Great Gatsby F. Scott Fitzgerald
8 In Search of Lost Time Marcel Proust
9 Stories of Anton Chekhov Chekhov
10 Middlemarch George Eliot
11 Don Quixote Miguel de Cervantes
12 Moby-Dick Herman Melville
13 Great Expectations Charles Dickens
14 Ulysses James Joyce
15 The Odyssey Homer
16 Dubliners James Joyce
17 Crime and Punishment Fyodor Dostoevsky
18 King Lear William Shakespeare
19 Emma Jane Austen
20 One Hundred Years of Solitude Gabriel GarcÍa Marquez

Ici les listes de certains auteurs consultés (environ 150), tels que Stephen King, Tom Wolfe, Norman Mailer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 37
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mar 6 Mar - 18:21

Je trouve que ce que dit Robbe-Grillet (qui ne m'a jamais attirée) est complètement débile. Les gens ont toujours aimé écouter les histoires des autres, qu'ils soient leur voisin ou un personnage de roman. Ils les inventent, même. Pourquoi les romanciers anglo-saxons ont-ils autant de succès ? On en a déjà parlé, c'est parce que, contrairement à bien des auteurs français actuels, ils continuent à croire au pouvoir de l'invention, à la possibilité que nous avons de croire à des choses qui ne sont pas réelles. Ils prennent en compte l'enfant friand d'histoires que nous restons toute notre vie. Dire qu'on a fait le tour du personnage, c'est-à-dire de l'être humain, est d'une prétention ridicule. Je ne lirai jamais de Robbe-Grillet, na !

Mais la meilleure vengeance, comme tu le dis Lisia, c'est que plus personne ne lit ce type-là et ses émules...
_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mile
Littérophage Aloysiusbertranophile
Littérophage Aloysiusbertranophile
avatar

Masculin
Lion Chat
Nombre de messages : 2394
Age : 66
Localisation : Bourgogne
Emploi : neant
Loisirs : poesie, musique
Date d'inscription : 24/08/2009

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mar 15 Déc - 15:23

Dans l'attente de lecture distillée par l'alambic postal, n'ayant pas "accroché" aux premières pages de "DES HOMMES" de Laurent MAUVIGNIER, j'ai ouvert "DJINN - Un trou rouge entre les pavés disjoints" d'Alain ROBBE-GRILLET, en attente sur planche depuis quelques années. Heureuse surprise, rien de linéaire, la vraie mauvaise mémoire croise la fausse vraie mémoire voire la mémoire du futur. Et puis il y a Simon LECOEUR, l'absent toujours présent, qui est peut-être ce cadavre féminin découvert à même le pavé dans une flaque de sang qui n'est pas du sang....

Il existe donc, n'en déplaise à Julie, quelques lecteurs du "Nouveau Roman', notamment les jurés du Prix NOBEL puisque Claude SIMON et J. M. G. LE CLEZIO en sont issus.

Maintenant, on peut discuter longtemps de ce qu'est une création littéraire : est-ce bien raconter une belle histoire ou créer une belle histoire en la bien racontant ?
_________________
"Pour l'idéaliste, l'existence n'est pas nécessaire à la vérité qu'il conçoit" Albert Thibaudet.
"Je suis d'un autre pays que le vôtre, d'un autre quartier, d'une autre solitude". Léo Ferré

http://monamilouisbertrand.blogspot.com


Dernière édition par mile21 le Mer 16 Déc - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 37
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mer 16 Déc - 11:01

Oui, les jugements tranchants ne sont pas vraiment pertinents et toujours à courte vue.
_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mer 16 Déc - 11:48

Quoiqu'on puisse penser du Nouveau Roman, je pense que le courant a eu le mérite d'introduire une réflexion originale sur la création littéraire. Je pense qu'il serait dommage de le jeter aux oubliettes.
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Dahud
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Cancer Singe
Nombre de messages : 775
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Emploi : agent administratif
Loisirs : Littérature, écriture, cinéma
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mer 16 Déc - 13:23

J'ai jamais accroché au nouveau roman et à ses théories, trop froid pour moi, ils sont allés beaucoup trop loin et leurs écrits reflètent justement une absence cruelle de l'âme humaine.
Excepté Un barrage contre le pacifique mais bon les experts s'accordent souvent pour dire que c'est la seule oeuvre de Marguerite Duras qui sort du nouveau roman.
Pour moi, ceux qui essayent de fuir l'humain dans leurs romans se trompent et en plus échouent totalement parce que les auteurs sont humains justement et il est impossible pour eux de se détacher de ce fait, il est en nous, il fait que quoiqu'il arrive, on ne pourra poser sur le monde qu'un regard humain et y trouver des intérêts humains.
Par exemple pour la Fantasy, le Fantastique etc, on a beau inventer des mondes farfelus, des personnages imaginaires, de quoi traite-t-on au fond si ce n'est de nous-même ?
Le Horla cause de la folie humaine.
Le seigneur des anneaux d'une conception morale du Bien et du Mal et du fait qu'on soit hobbit ou homme, cette lutte est bien souvent interne à nous-même et qu'on est ni blanc ni noir même avec l'âme la plus pure.
La SF d'anticipation parle de nos angoisses et bien souvent de notre monde.
Bref, j'aimerais bien qu'on me trouve un livre où on parle d'autre chose que de notre propre histoire, nos propres sentiments, nos propres angoisses...
Et moi j'aime les histoires qui me font évader comme les enfants mais j'aime aussi les héros auxquels je peux m'identifier, non pas parce qu'ils sont identiques à moi mais parce qu'à un moment donné, je vais pouvoir comprendre leur raisonnement, l'associer à quelque chose que je connais et donc trouver cela crédible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/dahud33
millie
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.


Féminin
Capricorne Tigre
Nombre de messages : 1616
Age : 43
Localisation : montpellier
Emploi : prenant
Loisirs : divers (comme d'été)
Date d'inscription : 09/08/2007

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mer 16 Déc - 13:49

Il me semble qu'il y a toujours des personnages dans le nouveau roman mais qu'ils n'ont pas la même fonction que dans le roman du XIXème, dont Balzac paraît un représentant significatif. Disons qu'il ne s'agirait plus de tracer le portrait et le parcours social d'un individu mais plutôt d'utiliser le personnage comme porteur et révélateur de certaines attitudes, de certaines interrogations, sans oublier de questionner la notion de fiction et sans chercher à faire du réalisme un objectif (notamment parce qu'il est désormais perçu comme un leurre littéraire). Bref, le personnage n'est plus un objectif mais un moyen, il est un médium pour accéder à des éléments que la réalité ne permet justement pas (accéder à la vie intérieure des personnes par exemple).

Je ne connais pas vraiment le nouveau roman mais seulement Nathalie Sarraute, qui a été considérée comme précurseur du nouveau roman. J'aime beaucoup son oeuvre mais il est certain que si on lit ses ouvrages avec une attente de lecteur de roman de personnages, on risque d'être fort déçu car cela peut sembler se réduire à des banalités vite agaçantes !

Pour ceux qui ne connaissent pas Nathalie Sarraute, je peux suggérer de lire une courte pièce de théâtre (pièce radiophonique dans un premier temps, si je ne me trompe pas) : Pour un oui ou pour un non dans laquelle les personnages prétextes sont du coup nommés H1, H2, F1 et F2. Et si on entre dans le texte, finalement on touche une sorte de paradoxe qui est que ces H1, H2, F1 et F2, dont on ne sait pratiquement rien (socialement, physiquement, vestimentairement, etc.), ont malgré tout beaucoup de présence, peut-être plus que certains personnages auxquels il ne manquerait pourtant pas le moindre bouton à la redingote.

Il ne s'agit pas là de rejetter les romans où les personnages ont tous les boutons à leur redingote ou dont on sait qu'il leur en manque un ! Comme toujours, les intentions sont diverses et quand le texte est réussi, il ne se réduit pas, à mon avis, à un seul aspect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loïc
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Masculin
Taureau Buffle
Nombre de messages : 843
Age : 45
Localisation : France
Emploi : ouvrier
Loisirs : littérature
Date d'inscription : 29/01/2006

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Mer 16 Déc - 21:10

Julie a écrit:

Mais la meilleure vengeance, comme tu le dis Lisia, c'est que plus personne ne lit ce type-là et ses émules...

Il en est de même des cinémas art et essais par rapport aux multiplex.

Personnellement, je lis aussi des romans où il y a une histoire, une vraie, une histoire qui prime sur tout le reste..mais ça ne me suffit pas. J'aime aussi que la littérature se réinvente, par le style ou par le ton.
_________________
http://doelan.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://doelan.blogspirit.com/
Carla
Déléguée Syndicalement Littéraire
Déléguée Syndicalement Littéraire
avatar

Féminin
Taureau Chat
Nombre de messages : 5850
Age : 55
Localisation : Aquitaine
Emploi : Informaticien parait-il
Loisirs : lecture, ciné
Date d'inscription : 16/08/2007

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Jeu 17 Déc - 10:31

Ne critiques pas le cinoche d'art et d'essais Loïc je ne fréquente que ça ;-)

Je rejoins Millie : bien que ne connaissant pas spécialement le Nouveau Roman, je pense qu'il s'intègre dans un plan bcp plus large, celui de la réflexion sur l'Art, réflexion qui traverse tout le XXème siècle. Et je crois qu'on ne peut pas penser que le Nouveau Roman ne serait qu'une péripétie ponctuelle sans suite dans l'histoire littéraire. Même si le roman du XXIème siècle est revenu, globalement, à un style narratif proche du roman classique, il porte en lui les traces des questionnements du XXème siècle.

Dahud : je suis bien d'accord avec toi. SF et, dans une moindre mesure, Fantasy, parlent avant tout de l'Homme. Mais, au moins pour la SF (et c'est peut^-être justement un des problèmes de la Fantasy) on note une recherche esthétique, en démarcation d'un style narratif linéaire. Je pense en particulier à un roman de SF (j'en ai oublié le nom mais on en a souvent parlé ici) construit avec plusieurs narrateurs (et que je n'ai d'ailleurs jamais réussi à lire) -j'éditerai mon message dès que j'en aurais retrouvé le titre.

(ça y est, c'est La Horde du Contrevent, de Damasio)
_________________
Avoir un Corps m'est effroi - Avoir une Âme m'est effroi
Profonde - précaire Propriété - Possession, non choisie
Emily Dickinson
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feuillesd-acanthe.kazeo.com/
Dahud
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
Littérophage Notabéniste Avec Mention Spéciale.
avatar

Féminin
Cancer Singe
Nombre de messages : 775
Age : 38
Localisation : Bordeaux
Emploi : agent administratif
Loisirs : Littérature, écriture, cinéma
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   Jeu 17 Déc - 16:05

Carla a écrit:
Ne critiques pas le cinoche d'art et d'essais Loïc je ne fréquente que ça ;-)

Je rejoins Millie : bien que ne connaissant pas spécialement le Nouveau Roman, je pense qu'il s'intègre dans un plan bcp plus large, celui de la réflexion sur l'Art, réflexion qui traverse tout le XXème siècle. Et je crois qu'on ne peut pas penser que le Nouveau Roman ne serait qu'une péripétie ponctuelle sans suite dans l'histoire littéraire. Même si le roman du XXIème siècle est revenu, globalement, à un style narratif proche du roman classique, il porte en lui les traces des questionnements du XXème siècle.

Dahud : je suis bien d'accord avec toi. SF et, dans une moindre mesure, Fantasy, parlent avant tout de l'Homme. Mais, au moins pour la SF (et c'est peut^-être justement un des problèmes de la Fantasy) on note une recherche esthétique, en démarcation d'un style narratif linéaire. Je pense en particulier à un roman de SF (j'en ai oublié le nom mais on en a souvent parlé ici) construit avec plusieurs narrateurs (et que je n'ai d'ailleurs jamais réussi à lire) -j'éditerai mon message dès que j'en aurais retrouvé le titre.

(ça y est, c'est La Horde du Contrevent, de Damasio)
La Horde du contrevent est aussi un chef d'oeuvre pour moi mais beaucoup de gens n'aiment pas du tout le style qu'ils trouvent inbuvable. Autant d'amateurs que de détracteurs pour Alain Damasio. On peut aussi trouver des recherches esthéthiques, narratives en Fantasy et en Fantastique. Seulement comme La Fantasy est devenu un genre à la mode, on met plus en avant sur le marché des scénarios relativement basiques, peu d'originalité avec toujours la même troupe qui part en vadrouille pour combattre le grand méchant. C'est dommage car la Fantasy est justement l'univers de toutes les fantaisies, on peut y faire à peu près n'importe quoi. Mais les auteurs qui essayent d'explorer des choses nouvelles ne manquent pas, c'est plutôt les éditeurs qui restent fermés à toute nouveauté trop dangereuses alors que le reste, on est sûr que ça va marcher, pas de prise de risque.
D'Ailleurs, j'ai été inquiète à ce sujet pour Alexis Flamand, son oeuvre était à part, littéralement hors des canons, j'avais peur qu'il se heurte à des refus pour cela et donc je suis heureuse de voir qu'il y a quand même quelques éditeurs qui s'y intéressent, qui ont envie de "nouveauté".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/dahud33
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...   

Revenir en haut Aller en bas

Les théories de Robbe-Grillet sur le roman ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: AUTOUR DES LIVRES & DE LA LITTERATURE :: Bavardages Divers & Lecturama du Mois -