Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Chronique d'un scandale - Richard Eyre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 37
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Chronique d'un scandale - Richard Eyre   Lun 26 Mar - 20:06

Sheba Hart (Cate Blanchett) arrive dans un collège anglais dans une zone difficile pour officier en tant que prof de dessin. Testée par les gamins totalement indisciplinés, elle ne sait pas trop comment faire face et se retrouve plongée dans le désarroi. Une de ses collègues, Barbara Covett, qui est une prof « à l’ancienne » respectée mais aussi une vieille fille qui a des a priori plutôt négatifs sur cette belle jeune femme à l’air idéaliste et un peu irréaliste aussi (il faut entendre les extraits impitoyables et ironiques de son journal intime lus en voix off), se lie avec elle, par curiosité. Les deux femmes s’entendent bien, et de fil en aiguille, de discussions avant les cours en repas pris ensemble à midi, deviennent amies. Sheba invite Barbara chez elle, dans son intérieur "bobo", et lui présente son mari bien plus âgé qu’elle, son fils trisomique et sa fille en pleine crise d’adolescence. Elle l’emmène aussi dans son atelier, au fond du jardin, son refuge loin de la vie familiale agitée – « une chambre à soi », se dit Barbara citant Woolf. Les notes dans le journal de Barbara deviennent plus amicales, voire enthousiastes. Voire exaltées.

Un jour, sans être vue, elle surprend Sheba avec un de ses élèves dans une situation qui laisse planer peu de doutes puisqu’ils sont en train de se caresser en se déshabillant fébrilement. Elle lui laisse entendre, plus tard, qu’elle l’a vue avec lui, et qu’il faut cesser tout de suite ce jeu dangereux. Désespérée, Sheba lui fait promettre de ne rien dire aux autorités scolaires. Mais c’est sans compter avec la perversité d’une vieille fille aigrie et les sentiments qu’elle lui porte et qui vont bien au-delà de l’amitié… Barbara sent qu’elle a le pouvoir, et elle compte bien en profiter…

Un très bon film, servi par des interprètes remarquables. Judi Dench nue dans sa baignoire pendant quelques secondes nous fait sentir toute la frustration affective et sexuelle de son personnage, et nous montre combien la solitude lui pèse, et qu’il s’agit d’une solitude bien plus profonde que celle de quelqu’un qui supporte mal le célibat. Cate Blanchett en jeune femme un peu rêveuse qui se rend compte qu’elle est prise au piège est totalement convaincante. Son pétage de plombs devant les journalistes assoiffés de scandale est impressionnant. A voir !
_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Chronique d'un scandale - Richard Eyre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: GRAND DEPOUSSIERAGE 2015/2017 :: Divers -