Nota Bene

Nota Bene

Nota Bene : La Qualité, Non La Quantité - Forum Atypique Pour & Par la Littérature - Le Forum Que Vous N'Oublierez Pas De Sitôt - Histoire & Cinéma Sont Aussi Sur Nos Etagères - Réservé Aux Lecteurs Gourmets & Passionnés - Extrémistes & Trolls S'Abstenir
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  Évènements  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

 

Fucking Amal - Lucas Moodysson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur Message
Julie
Grande Prêtresse du Livre
Grande Prêtresse du Livre
avatar

Féminin
Verseau Coq
Nombre de messages : 3712
Age : 37
Localisation : Paris/Bretagne
Emploi : En chasse
Loisirs : Lecture, cinéma, musique et découvertes en général
Date d'inscription : 31/03/2006

MessageSujet: Fucking Amal - Lucas Moodysson   Lun 2 Avr - 13:33

Agnes (Rebecca Liljeberg) est une jeune fille de seize ans renfermée et malheureuse. Elle vit depuis deux ans avec sa famille à Amal, un trou paumé dans le fin fond de la Suède, et n’a pas réussi à s’intégrer, notamment dans son collège où tout le monde se moque d’elle parce qu’elle ne va pas dans les fêtes de jeunes et qu’on la soupçonne fortement d’être homosexuelle. En effet, Agnes est attirée par Elin (Alexandra Dahlström), une fille délurée dont tout le monde dit qu’elle a couché avec un nombre impressionnant de garçons. Désarmés, les parents d’Agnes la poussent à lancer des invitations pour son anniversaire et, à contrecoeur, Agnes obéit.

De son côté, Elin apprend de sa sœur Jessica (Erica Carlsson) que Johan (Mathias Rust), un garçon un peu plus âgé qu’elle, s’intéresse à elle. Il fait une tentative d’approche lors d’une fête, mais ça ne marche pas vraiment. Sur un coup de tête, Elin emmène Jessica à la fête d’Agnes. Elles sont les seules à être venues, et Jessica pousse Elin à embrasser Agnes pour se moquer d’elle. Mais contre toute attente, Elin et Agnes vont se rapprocher, parce qu’au-delà de leurs différences elles ont des choses en commun.

Les deux actrices sont très justes dans leur interprétation, et on voit peu Amal, mais ce qu’on en voit donne envie d’en partir à toutes jambes : le sentiment qu’on peut avoir, adolescent, d’être coincé dans un trou à rats étouffant est là tout au long du film, et les fêtes sont d’un glauque absolument terrible. Le personnage du père d’Agnes, le seul qui arrive à lui parler un tant soit peu, est très émouvant. La méchanceté, notamment celle des garçons qui sombrent dans un machisme et une bêtise totalement primaire (Pour eux, la différence entre les hommes et les femmes se résume au fait que les femmes « s’intéressent à leur look »), ainsi que la petitesse des filles qui se hâtent de répandre des rumeurs et de s’acharner sur celles qui ne sont pas comme elles, rappellent à quel point l’adolescence est une période violente. Un bon rappel pour ceux qui ont tendance à idéaliser cette période, et un grand coup de chapeau aux deux actrices principales !
_________________
En-dehors du chien, le livre est le meilleur ami de l'homme. En-dedans, il fait trop noir pour y lire. (Groucho Marx)

Le travail est la malédiction des classes buveuses. (Oscar Wilde)

http://www.peripheries.net/


Dernière édition par le Lun 2 Avr - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
Ordonnateur des Basses Oeuvres de Nota Bene - il en est fier, en plus ...
avatar

Masculin
Taureau Dragon
Nombre de messages : 9040
Age : 41
Localisation : Paris
Emploi : Passionnant mais indescriptible...
Loisirs : Littérature, Cinéma, Photo, Cuisine
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Fucking Amal - Lucas Moodysson   Lun 2 Avr - 14:16

J'ai adoré ce film - il me semble que je suis allé le voir trois ou quatre fois au cinéma à sa sortie, et je me suis précipité sur le DVD quand il est paru. Comme le dit Julie, c'est l'oeuvre d'un homme qui n'a pas oublié ce que c'est que d'être adolescent, au-delà de toutes les images qu'on peut voir affichées de cette période de la vie.

C'est effectivement le moment où, probablement, on est le plus fragile (je n'aime pas particulièrement Dolto mais son "complexe du homard" a quelque chose de vrai je pense). Le plus paradoxal, c'est que ceux qui profitent le plus de cette fragilité, ce sont ceux qui sont dans la même situation.

Il y a décidément beaucoup à dire sur ce film ; certes le problème de l'identité sexuelle en constitue le noeud central mais, au-delà de cela, c'est toute la découverte du sentiment amoureux et des émois sensuels qu'aborde avec une grande finesse le réalisateur suédois. Qu'on soit hétéro- ou homosexuel, on s'y retrouve. Le personnage de Johan, en cela, est particulièrement intéressant : certes, comme son copain Markus, archétype de l'idiot machiste, il arbore des poses "super-mec", mais c'est une posture par défaut - c'est surtout qu'il ne sait, justement, pas du tout où il en est, et qu'il est vraiment amoureux d'Elin. Toute la maladresse adolescente, le malaise et le besoin de se raccrocher à une identité de groupe, fût-elle à l'inverse de ses pensées profondes, se trouvent résumés dans ce personnage.

J'aime moi aussi beaucoup le personnage du père d'Agnès, très touchant dans la manière qu'il a de tenter de garder (ou de reprendre) contact avec sa fille, dont il perçoit la détresse ; ses tentatives tombent un peu à côté de la plaque, mais du moins parle-t-il avec elle...

J'ajoute donc à ceux de Julie mes encouragements à voir ce film - ainsi, d'ailleurs, que les autres de Lukas Moodysson, Tilsammans (Together) et Lilya 4-ever.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.google.fr

Fucking Amal - Lucas Moodysson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nota Bene :: GRAND DEPOUSSIERAGE 2015/2017 :: Divers -